Skip to main content
Internet Archive's 25th Anniversary Logo

Full text of "Recherches sur la craie supérieure"

See other formats


iâP ■ .. ^ 






Uy'::>-^l^f-.r ^> 



^'iT^. 



A- rf> ' »."■ :,,■, '.-.-:, 



-'^r:, v^- 









K "^ ' ^,.■ '-'^ • ■■ - ■ .- ^:.;i- ï ^ . -'r •<>..• 



^-^^' 



- • N- X.. 



'îv . \- 



Mi-/*^ ;, 



^^7^ 



--..^t.v 



:.:i*.Il 



;:.'^%f' 



'^:':^ 




































sr 



HARVARD UNIVERSITY. 




LIBRARY 

OF THE 
MUSEUM OF COMPARATIVE ZOOLOGY. 




\£^"îi. 







^'d c/fi 



%ax^ MINISTÈRE DES TRAVAUX PURLICS l/ ^ y^ ^ 

'^» 7 1302 . .^^ 

MEMOIRES 

POUR SKRYin \ i;EXPLI(;\T10i>i Z ^ 



L/V CARTE GÉOLOGIQUE DÉTAILLÉE DE LA FRANCE 




RECHERCHES 

SLR 

LA CRAIE SUPÉRIEURE 



DEUXIEME PARTIE 

PALÉONTOLOGIE 

LES AMMONITES DE LA CRAIE SUPÉRIEURE 

PAK 

A. DE GR08S0UVRE 

iNGKNiRUu r. N r.KEr ni;s minus 



TEXTE 




PARIS 

IMPRIMERIE NATIONALE 



M DCCC XCl[i 



Prix • 
francs 



LES AMMONITES 



DE 



LA CRAIE SUPÉRIEURE 



TEXTE 



MIINISTÈRE DES TRAVAUX PUBLICS 



MEMOIRES 

POUR SERVIR À L'EXPLICATION 



LA CARTE GÉOLOGIQUE DÉTAILLÉE DE LA FRANCE 



RECHERCHES 

SUR 

LA CRAIE SUPÉRIEURE 



DEUXIEME PARTIE 

PALÉONTOLOGIE 

LES AMMONITES DE LA CRAIE SUPÉRIEURE 

PAR 

A. DE GROSSOUVRE 

INGÉNIEUR EN CHEF DES MINES 



TEXTE 




PARIS 

IMPRIMERIE NATIONALE 



M DCCC XCIU 



21 FEVRIER 
189 i 



LES AMMONITES 



DE 



LA CRAIE SUPÉRIEURE. 



INTRODUCTION. 



Les ammonites de la craie supérieure n'ont donné lieu, en France, qu'à un 
très petit nombre de travaux descriptifs. 

Dujardin, le premier, a décrit et figuré en iSSy, sous le nom d'Ammonites 
pofyopsis, une espèce de la craie sénonienne de la Touraine. 

Un peu plus tard, en i84o, d'Orbigny faisait connaître quatre nouvelles 
espèces, Ammonites PaiUetteanas et Am. tricarinatus , de la craie des Corbières, 
Am. Lafresnayeanas du calcaire à baculites du Cotentin, et une autre espèce de 
ce même terrain, qu'il rapportait à tort à Am. lewesiensis, Sowerby, nom qu'il 
remplaça ensuite, en i85o, par celui de Am. goUevillensis , sans compter un 
autre ammonitidé de ce'mème gisement, Am. Verneaili, qui vraisemblablement 
est un scaphite. 

En 184^7 et 18 4 8, de Buch et Thiollière décrivaient presque simultané- 
ment deux formes des grès verdâtres sénoniens de Dieulefit, remarquables par 
la simplicité de leur ligne suturale, auxquelles ils donnaient les noms d'Am- 
monites Ewaldi et Am. Robini. 

D'Orbigny en i85o(') et Coquand en aSôg'"-) ont établi toute une série 
d'espèces pour des formes provenant principalement de la craie de la Tou- 
raine et de celle de l'Aquitaine. Mais ils n'ont fourni, à l'appui de la création 
de ces nouveaux types, que de courtes diagnoses insuffisantes pour les définir 

'■' Prodrome de paléontologie stratigraphique. 

'•'' Synopsis des fossiles de la formation crétacée du sud-ouest de la France. 



,2 LES AMMONITES DE LA CRAIE SUPERIEURE. 

complètement. Il en est résulté que les noms proposés ont été le plus soiivent 
appliqués à des types fort diflférents les uns des autres et que leur emploi a 
amené de fréquentes confusions. 

Depuis lors, cette partie de notre faime fossile a été complètement délaissée 
et c'est seulement dans ces dernières années que M. Fallot nous a donné une 
monographie des espèces des grès sénoniens de' Dieulefit. Tout récemment, 
M. Sennes, dans rm mémoire en cours de publication, a commencé la des- 
cription des ammonites du calcaire à baculites du Cotentin et de la craie cam- 
panienne de la région sous-pyrénéenne. 

Pendant cette longue période paraissaient à l'étranger les belles monogra- 
phies de MM. F. von Hauer, Schlûter, Fritsch et Schlônbach, Redtenbacher, 
Stoliczka, auxquelles il a fallu recourir jusqu'à ce jour pour l'étude de nos 
échantillons de France. On pourrait croire que cette lacime dans les travaux 
scientifiques est due à la pauvreté des gisements que notre territoire pos- 
sède; cependant il n'en est rien et les couches crétacées de la Touraine, de 
l'Aquitaine et des Pyrénées renferment des richesses dont l'existence nous 
a été révélée par les travaux de nos savants confrères, MM. Arnaud, Pérou, 
Seunes, Toucas, etc. 

Amené, par mes recherches sur la stratigraphie générale de la craie supé- 
rieure , à reconnaître l'importance que les ammonites présentent pour la fixa- 
tion des divers horizons, et pénétré de l'utilité que le géologue peut trouver 
dans l'étude de leur répartition pour débrouiller les questions de parallélisme 
si discutées et encore en litige, j'ai porté mon attention de ce côté et, grâce 
aux communications qu'un grand nombre de géologues ont bien voulu me 
faire , je suis arrivé à reconnaître que nous possédons en France la plupart des 
espèces déjà décrites à l'étranger, auxquelles s'adjoignent une assez grande 
quantité de types nouveaux. J'ai pensé qu'il pouvait être de qxielque utilité 
de publier le résultat de mes recherches, et, grâce au bienveillant appui de 
M. Michel Lévy, directeur du service de la carte géologique de France, mon 
travail a été admis dans les mémoires publiés par ce service. 

Les échantillons d'ammonites de la craie supérieure sont presque partout 
peu nombreux; il serait même plus exact de dire qu'ils sont d'une extrême 
rareté. Il en résulte que dans ce travail bon nombre d'espèces n'ont pu être 
figurées que d'après des exemplaires assez défectueux; on ne rencontre, en 
effet, que bien peu de gisements appartenant à la craie supérieure où les 
conditions de fossilisation soient assez satisfaisantes pour permettre d'y re- 



INTRODUCTION. 3 

cueillir des échantillons comme ceux que les couches Jurassiques nous offrent 
généralement en si grande abondance; d'ordinaire la nature de la roche est 
absolument défavorable à la conservation des détails de l'ornementation, et 
dans certains gisements, comme ceux des Pyrénées, par exemple, les actipns 
mécaniques, auxquelles les couches ont été soumises postérieurement à leur 
dépôt, ont écrasé et déformé les individus qui s'y trouvent fossilisés. C'est à 
cause de cette déformation que j'ai cru suffisant de figurer, seulement vus de 
côté, certains échantillons aplatis pour lesquels la représentation du bord 
ventral ne donnerait aucune indication utile. 

On pourra s'étonner que certains types sont seulement représentés par des 
fragments : c'est qu'il m'a semblé que dans ce mémoire, destiné particuliè- 
rement à l'étude des questions stratigraphiques , il convenait de ne négliger 
aucim des documents recueillis; j'ai pensé qu'il y avait intérêt à conserver la 
trace de toutes les formes qui ont peuplé autrefois les mers crétacées, en raison 
de la rareté de leurs débris et de leur importance pour la chronologie géolo- 
gique. Plus tard, de nouvelles découvertes permettront de mieux définir ces 
ty^es, mais, en attendant ce jour, leur présence à certains niveaux bien déter- 
minés sera du moins constatée par la publication des fi:'agments que j'ai été en 
mesure d'étudier. 

Par contre, il s'est trouvé quelques formes pour lesquelles j'ai eu la bonne 
fortime d'avoir en main un nombre assez considérable d'exemplaires ; il en 
est résulté que j'ai pu consacrer à ces espèces un certain nombre de figures, 
soit pour les montrer à leurs divers degrés de développement, soit pour 
mettre en relief les variations notables qu'elles peuvent subir dans leur orne- 
mentation. 

De cette manière, je suis arrivé à rattacher à un même type spécifique des 
échantillons qui, pris isolément, paraîtraient, au premier abord, constituer 
des espèces bien nettes et bien tranchées. Malgré cela, ceux qui n'auraient 
pas sous les yeux la série complète d'échantillons établissant le passage gra- 
duel entre les diverses formes, pourraient encore être disposés à contester 
l'identité spécifique des types figurés. 

Habitué, par l'étude de séries d'ammonites jurassiques représentées par 
un nombre considérable d'échantillons, à voir les formes les plus différentes 
comme aspect se coordonner autour d'un même type, je suis disposé à 
concevoir l'espèce géologique dans un sens très large, et je crois que pour 
éviter la confusion à laquelle aboutit la muitiplication des noms spécifiques 



k LES AMMONITES DE LA CRAIE SUPERIEURE. 

pour des formes qiii ne sont, en réalité, que des variétés d'un même type, il 
faut employer la nomenclature trinominale, c'est-à-dire adjoindre au nom spé- 
cifique im nom de variété. On peut ainsi, tout en mettant en relief le type de 
l'espèce, établir dans la série des formes qui viennent s'y rattacher im certain 
nombre de points de repère destinés à préciser les idées. 

On constate, d'ailleurs, que deux tendances absolument opposées se font 
jour dans l'étude des documents paléontologiques que les temps géologiques 
nous ont légués. 

D'une part, le géologue stratigraphe ne peut se défendre d'un certain effroi 
quand il voit démembrer indéfiniment certains types classiques, ou bien créer 
à côté des espèces anciennes de nouvelles qui en diffèrent par des caractères 
si délicats, si peu tranchés, que leurs auteurs eux-mêmes sont parfois bien 
embarrassés pour les recoimaître. Il se demande si cette richesse de la nomen- 
clature ne risque pas d'engendrer la confusion, si elle ne surcharge pas muti- 
lement la mémoire et si elle n'alioutit pas finalement à cacher sous de nou- 
• veaux noms des formes qui se rattachent incontestablement à des types connus 
sous d'autres dénominations, de telle sorte que deux listes de fossiles com- 
posées de noms différents indiquent, en réalité, une même faune géologique. 

Par contre, on voit aussi s'accomplir un travail inverse sans qu'il soit tou- 
jours possible d'en bien saisir la raison; le même auteur, qui a disloqué et 
divisé une espèce ancienne, rassemble, sous le même nom spécifique, des 
formes que, par tradition, l'on est habitué à considérer comme distinctes. 

Ces deux tendances opposées correspondent à deux méthodes scientifiques 
que l'on retrouve dans toutes les sciences, l'analyse et la synthèse. 

Mais si l'analyse peut être guidée dans ses recherches par des considéra- 
tions générales qui appartiennent à la synthèse , elle ne doit pas moins précéder 
cette dernière , et celle-ci ne peut avoir de base solide que si elle a à sa dispo- 
sition un grand nombre de faits exactement constatés. 

C'est pour cela qu'il ne faut pas trop se plaindre de la multiplication des 
espèces et des genres ; en précisant avec soin les diverses formes , en étudiant 
leurs groupements au point de vue des affinités, en recherchant leur distri- 
bution dans le temps et dans l'espace , l'observateur amasse des matériaux qui 
permettront plus tard d'acconaplir un travail de synthèse encore impossible 
aujourd'hui, et grâce auquel on arrivera à reconstituer avec certitude l'ordon- 
nance de l'édifice de la création. 

Toutefois, s'il est utile de définir dans une série de formes variées, ayant 



INTRODUCTION. 5 

vécu à la même époque et se reliant les xmes aux autres , im certain nombre 
de types servant de points de repère, il n'y a aucun avantage à élever ces der- 
niers au rang d'espèces, et c'est pour cela que j'ai cru devoir adopter, quand 
l'occasion s'est présentée , la nomenclature trinominale , afin de mettre en évi- 
dence les liens qui rattachent les unes aux autres des formes qui ne sont mani- 
festement que des variétés d'un même type. 

Il est facile d'arriver à ce résultat quand on possède un nombre d'échan- 
tillons suffisant pom- réunir deux formes extrêmes par une chaîne continue 
d'individus intermédiaires. Cependant, même en dehors de ce cas, on peut 
encore établir l'équivalence spécifique en se basant sur les corrélations qui 
existent entre les divers caractères employés pour la détermination des es- 
pèces; il suffit pour cela de rechercher comment la variation de l'mi d'eux 
dans un certain sens entraine nécessairement celle des autres dans im sens 
déterminé. On sera ainsi en droit de concliu-e à l'identité spécifique de deux 
formes sans avoir nécessairement sous les yeux tous les intermédiaires qui les 
relient. 

Les caractères par lesquels ime ammonite est distinguée et définie sont 
basés sxu- la forme générale de la coquille et son ornementation, c'est-à-dire 
sm' la forme des tours, celle de la spire d'enroulement, celle de l'ombilic, 
l'ornementation des tours , la force et la disposition des côtes et des tubercules 
qui s'y trouvent. A ces caractères on peut ajouter les suivants, qui ne sont pas 
toujours susceptibles d'être observés : la longueur de la chambre d'habitation, 
la forme de la bouche et le dessin des cloisons. 

Les tours peuvent être plus ou moins épais ou comprimés, à section ellip- 
tique, subquadrangulaire , etc., à bord externe plus ou moins arrondi, ou tran- 
chant (caréné), ou muni d'une quille plus ou moins nettement détachée des 
flancs, etc. . 

La forme et la grandem* de l'ombilic sont assez souvent considérées comme 
donnant de bons caractères ; ceux qui sont basés sur la disposition des parois 
ombilicales , plus ou moins verticales ou inclinées et la manière plus ou moins 
nette dont elles se séparent des flancs , sont aussi fréquemment employés pour 
distinguer des types voisins. 

Les données principales sur la forïne générale de la coquille sont révuues 
dans un tableau numérique où l'on rapporte au diamètre total considéré 
comme égal à loo, la largeur de l'ombilic, la hauteur et l'épaisseur du 
dernier tour à ses deux extrémités. 



6 LES AMMONITES DE LA CRAIE SUPERIEURE. 

Ces quantités sont alors disposées de la manière suivante , en prenant comme 
exemple l'échantillon de la planche XXXII : 

Diamètre de l'échantiHon 17 4""° 

Diamètre total loo 

Diamètre de Tombilic 2 3 

Hauteur du dernier tour ;46 

Epaisseur du dernier tour 4o 

Hauteur de i'avant-dernier tour 2 3 

Epaisseur de l'avant-dernier tour 21 

Partie proportionnelle de Tavant-dernier tour recouverte par 

le dernier 3/4 

Il me pai'aîtrait préférable, au lieu de rapporter toutes les dimensions de 
l'échantillon au diamètre total, de prendre comme terme de comparaison la 
hauteur du dernier tour. Les rapports des autres dimensions à celle-ci auraient 
l'avantage de faire ressortir plus nettement , au premier coup d'œil , la manière 
dont les tours s'enroulent, s'accroissent et se recouvrent. D'un autre côté, si 
l'échantillon examiné se trouvait être incomplet de manière à ne pas permettre 
la mesure du diamètre total, on se trouverait dans l'impossibilité d'étabhr 
pour lui un tableau comparatif comme celui que je viens de donner, tandis 
qu'avec le système que je propose la comparaison serait toujours possible, au 
moins avec un certain nombre des autres éléments. Les données numériques 
du tableau précédent se trouveraient alors présentées sous la forme suivante : 

Diamètre de l'échantillon 1 y^""" 

Hauteur du dernier tour 100 

Epaisseur du dernier tour 86 

Hauteur de l'avant-dernier tour ^g 

Epaisseur de l'avant-dernier tour 45 

Diamètre total 2x4 

Diamètre de l'ombilic 5o 

Recouvrement proportionnel de i'avant-dernier tour par le 

dernier 3/4 

Du reste, dans le présent travail, je m'abstiendrai de donner ces tableaux 
numériques, parce qu'il sera toujours possible à chacun de les établir exacte- 
ment d'après les figures qui ont été obtenues au moyen de clichés photo- 
graphiques; elles donnent avec la plus grande précision les dimensions des 
échantillons, toutes les fois que ceux-ci n'ont pas subi de déformations. 



IIVITRODUCTION. 7 

Il est d'ailleurs bien évident, et je vais développer cette considération, qvie 
les données numériques fournies par les tableaux précédents n'ont qu'une va- 
leur absolument relative ; elles se rapportent à un individu donné pour une 
certaine grandeur de cet individu , mais , d'une manière générale , on peut s'at- 
tendre à ce qu'elles varient d'un échantillon à un autre et, pour chacun d'eux, 
suivant la taille à laquelle elles seront prises. 

Une forme donnée d'ammonite présente, en effet, des caractères bien dif- 
férents selon son degré de développement ; non seulement la grandeur de 
l'ombilic peut varier avec l'âge, mais la forme générale et le mode d'orne- 
mentation éprouvent aussi des modifications importantes. Le bord externe, 
arrondi dans le jeune, deviendra tranchant plus tard, puis de nouveau arrondi 
à une taille plus grande encore. Les tours, comprimés dans le jeune, pourront 
être plus ou moins renflés dans l'adulte ; la coquille , privée d'ornementation 
sur les premiers tours, sera ensuite costulée; les côtes, d'abord simples, pour- 
ront plus tard se subdiviser, s'orner d'épines ou de tubercules, etc. En un 
mot, les variations de la coquille, dans ses diverses périodes de développe- 
ment , sont si considérables que souvent on am-a beaucoup de peine à considérer 
au premier abord, comme appartenant au même exemplaire, les toiu"s internes 
et les derniers tours d'ime coquille. Qui pourrait reconnaître, par exemple, au 
premier coup d'œil, le jeune d'Ammonites Woolcjari (Sharpe, Fossil MoUaska of 
the Chalk, pi. XI, fig. i) clans l'échantillon représenté même planche, fig. 2.»* 
Il semble d'ailleurs que les différences si prononcées qui existent frécpienament 
dans l'ornementation du jeune et de l'adulte se sont produites chez les ammo- 
nites de la fin de l'ère crétacée , d'une manière plus accusée encore que chez 
celles de l'ère jurassique. 

Il y a là une source d'erreurs et de confusions qui ne peuvent être évitées 
que par l'examen d'un nombre sufiisant de matériaux : ainsi, j'ai eu l'occasion 
de montrer ailleurs que Schlônbach , et avec lui la plupart des paléontologues , 
ont rattaché à tort à Ammonites proceras une série de fornaes adultes cfui n'ap- 
partiennent même pas au groupe du type de Seebach défini par un individu 
jeune. 

On peut donc dire qu'une forme donnée d'ammonite n'est complètement 
définie que si elle est bien connue dans ses diverses phases de développement, 
et je dois avouer que pour im bon nombre des espèces que je vais dé- 
crire, il existe à ce sujet une lacune regrettable, car la rareté relative des ma- 
tériaux que j'ai eus à ma disposition ne m'a pas permis de pouvoir observer. 



8 LES AMMONITES DE LA CRAIE SUPERIEURE. 

pour toutes, les divers stades de l'évolution. Peut-être plus tard, la découverte 
de nouveaux échantillons amènera-t-elle à considérer comme appartenant au 
même type spécifique des espèces que je crois devoir distinguer. 

Une forme donnée présente donc ime série de stades, ou périodes de déve- 
loppement, dans chacun desquels elle possède des caractères spéciaux et sou- 
vent fort différents les uns des autres ; d'ailleurs, il est tout naturel d'admettre 
que parmi les individus se rattachant à un même type, il en est qui atteignent 
une taille plus ou moins considérable , tandis que d'autres restent nains. Ainsi , 
taille et degré de développement sont deux choses absolument distinctes et, par 
conséquent, deux échantillons donnés ne doivent pas être comparés à la même 
taille, mais dans la même période de développement. 

Examinons donc comment, dans un même stade, les formes se rattachant 
à un même type spécifique peuvent varier dans leurs divers caractères. 

Le premier trait qui frappe, c'est qu'à côté d'individus plus ou moins plats, 
plus ou moins comprimés, il s'en trouve d'autres plus ou moins renflés qui se 
rattachent incontestablement au même type, ainsi qu'on peut le voir dans bien 
des cas, lorsque l'on a suffisamment d'échantillons à sa disposition. 

Les exemples de ces variétés plates ou renflées sont nombreux et présents 
à fesprit pour certaines espèces bien connues, telles (^''Ammonites macro- 
cephalas, Am. varians, etc. On a voulu voir dans ces différences une relation 
de sexe, et beaucoup de paléontologues attribuent les variétés à tours com- 
primés aux individus mâles, et les variétés à tours épais aux femelles. Cette 
opinion a contre elle ce fait qu'il existe tous les intermédiaires entre les variétés 
extrêmes. 

A ces modifications dans la forme générale des tours correspondent toute 
une série de changements. 

En premier lieu, on peut remarquer que dans un type spécifique les indi- 
vidus ont l'ombilic d'autant plus étroit que les tours sont plus comprimés; 
Ammonites varians et Am. Coupéi, Am. cordatas et ses variétés en fournissent 
de bons exemples. 

En même temps que l'ombihc devient plus petit, il devient aussi propor- 
tionnellement plus profond et prend une forme analogue k celle d'un enton- 
noir. 

La section des tours varie elle-même suivant leur degré de renflement ou 
de compression; le bord externe est d'autant plus pincé que les tours sont 
plus élevés, c'est-à-dire que l'ombilic est plus étroit. 



INTRODUCTION. 9 

L'ornementation de la coquille subit des modifications correspondantes; 
sur les individus à tours renflés, elle est moins serrée, plus saillante et plus 
vigoureuse que sur les individus à tours comprimés : c'est ce que montrent 
bien les exemples déjà cités, et en particulier Ammonites varians et sa variété 
Am. Coupéi. 

D'après ces premières données, on voit combien sont peu solidement établies 
les distinctions spécifiques, concernant des formes voisines, basées unique- 
ment sur la largeur de l'ombilic, le nombre des côtes, etc., lorsqu'on ne pos- 
sède pas un nombi'e suffisant d'exemplaires pour démontrer que les variétés 
de l'une et de l'autre ne sont pas semblables quand , à taille égale , elles pos- 
sèdent la même largeur d'ombilic. 

La forme de la bouche constitue évidemment un caractère important, mais 
qui n'est que fort rarement observable. D'ailleurs, cette forme peut varier 
assez notablement avec l'âge; ainsi, clans les jeunes d^ Ammonites subradiatas 
le péristome est muni de deux languettes latérales, tandis que chez les adultes 
il est beaucoup plus simple et liinité par une ligne falculiforme. C'est d'ailleurs 
une règle qui paraît pouvoir être généralisée, et l'on peut dire que chez les 
adultes d'une même espèce la forme de l'ouverture est toujours beaucoup plus 
simple que chez les jeunes C. 

La longuevu de la chambre d'habitation varie d'une manière notable dans 
les diverses espèces d'ammonites, mais c'est un caractère qu'on a assez rare- 
ment l'occasion d'observer et qui n'a de valeur cjue pour la coordination deis 
diverses formes en genres distincts. 

Les cloisons donnent également d'excellentes indications : de Buch puis 
d'Orbigny ont montré tout le parti que l'on pouvait en tirer et, dans ces der- 
niers temps, l'attention s'est de nouveau portée sur ce caractère. Dans une note 
récente [Bail. Soc. géoL de France, 3^ série, XVIII, 1890, p. 275), M. Dou- 
villé , se basant sur les données fournies par l'examen des lobes et des selles 
pour un certain nombre d'espèces de la craie , a fait voir qu'on avait jusqu'à 



'"' Depuis la rédaction de ce mémoire, M. Munier-Chalmas a émis l'opinion que dans les am- 
monites les mâles seraient représentés par des individus toujours plus petits que les femelles, et 
qu'ils seraient en particulier caractérisés par la présence d'un péristome 'muni d'apophyses jugales , 
c'est-à-dii-e de deux prolongements latéraux (Compte rendu sommaire des séances de la Soc. gcol. de 
France, 5 déc. 1892). Cette opinion, étayée sur des considérations du plus haut intérêt , me pa- 
rait fort plausible , mais je n'en persiste pas moins à croire que , règle générale , dans la même 
espèce le péristome se simplifie avec l'âge. 



10 LES. AMMONITES DE LA CRAIE SUPERIEURE. 

ce jour méconnu leurs affinités réelles et leur a restitué leur place véritable 
dans la classification. 

Toutefois , malgré l'importance des renseignements fom'nis par ce caractère , 
il ne faut pas s'en exagérer la valeur; il ne constitue pas toujours un guide 
sûr et infaillible, ou plutôt il exige dans son emploi beaucoup de discerne- 
ment et de perspicacité , puisque c'est en se basant siu l'étude des cloisons que 
l'on a successivement rattaché certaines ammonites de la craie à selles et lobes 
relativement simples, d'abord aux Ceratites du trias, puis aux Amalthéidés, et 
il a fallu toute la critique judicieuse du savant professeur de l'Ecole des mines 
poiu montrer les erreurs commises. 

n est d'ailleurs certain que le dessin des cloisons peut varier plus ou moins 
potir les formes se rattachant à un même type spécifique, mais, faute d'études 
suffisantes, nous ne sommes pas encore en mesiue de connaître exactement 
entre quelles limites ces modifications se produisent. Sur un même individu, 
ce dessin, en tenant compte d'ailleurs de la multiplication des ramifications , 
ne reste pas absolument semblable à lui-même, et le travail de M. Nicklès 
[Mém. Soc. géol. de France, I. Contributions à la paléontologie du sud-est de 
l'Espagne), dans lequel les cloisons d'un certain nombre d'ammonites ont été 
l'objet d'ime étude fort approfondie, nous fournit sur ce sujet des indications 
d'un grand intérêt. On y voit, comme je l'ai déjà fait remarquer ailleurs, que 
deux cloisons successives présentent parfois des différences assez notables, 
que le degré d'évolution des cloisons varie d'un échantillon à un autre, bien 
plus, que sur une même cloison l'évolution peut être plus avancée d'un côté 
que de l'autre. 

Cette dernière constatation a une grande importance : elle montre que l'on 
peut admettre dans un même groupe des espèces à cloisons très ramifiées et 
d'autres à cloisons très sinaples, ayant conservé par exemple le stade goniatite. 

L'examen des cloisons , en fournissant de nouveaux termes de comparaison^ 
est susceptible, dans certains cas, de prêter un secours puissant pour l'étude 
de diverses formes. Ainsi, il existe divers groupes chez lesquels la forme gé^- 
nérale et le mode d'ornementation varient excessivement peu, même pour des 
espèces appartenant à des époques très éloignées : tels sont, par exemple, la 
plupart des Phylloceras. Nous verrons qu'il en est de même pour les espèces 
du genre Sphenodiscus que l'on retrouve sensiblement identiques comme aspect 
extérieur dans divers étages du système crétacé ; les caractères de leurs cloi- 
sons permettront dé lès séparer assez facilement les unes des autres. 



INTRODUCTION. H 

Il nous reste à dire quelques mots sur la manière dont se déroulent les 
diverses périodes de développement d'une ammonite, au point de vue de sa 
forme générale et de son ornementation; j'ai déjà indiqué que sous ce rap- 
port la taille ne donne aucune indication et que deux échantillons de mêmes 
dimensions ne correspondent pas toujoiu-s au même stade. J'ajouterai seu- 
lement qu'il résulte pour moi de l'examen de nombreuses séries d'individus, 
appartenant au même gisement et se rattachant les uns aux autres par une 
succession continue de formes intermédiaires, que la marche de l'évolution 
peut varier notablement d'un individu à im autre, résultat analogue à celui 
que M. Nicklès a fait ressortir pour ce qui concerne les cloisons. 

Les divers stades d'ornementation auront donc, suivant les individus, des 
durées fort différentes : tantôt les premiers stades persisteront fort long- 
temps et occuperont un grand nombre de tours, tantôt, au contraire, ils se 
concentreront sur les premiers. A ce point de vue, différent de celui que j'ai 
considéré précédemment, on peut dire que l'espèce se manifeste à un moment 
donné par rnie extraordinaire richesse de formes. Mais l'étude de ce sujet 
m'entraînerait ici trop loin; je me propose d'y revenir ailleurs, et il serait du 
reste assez difficile de trouver dans les matériaux fournis par le terrain cré- 
tacé un nombre d'exemples suffisant pour mettre ce fait en relief. 

Cependant, nous ne serons pas sans en rencontrer quelques-uns, et je citerai 
en particulier Barroisia Haberfellneri et Placenticeras syrtale. 

Si toutes les espèces qui gravitent autour d'vm même type doivent être 
considérées comme appartenant à une même espèce géologique lorsqu'elles 
habitent la même couche ou des couches contemporaines, il n'en est plus de 
même lorsqu'elles ont vécu à des époques différentes; dans ce dernier cas, le 
stratigraphe a im grand intérêt à rechercher et à préciser les caractères qui 
permettent de les distinguer et de constituer avec elles de nouvelles espèces. 

En d'autres termes, comme l'a depuis longtemps indiqué Waagen, il y a lieu 
de séparer, dans les variétés d'une même espèce zoologique, les variétés contem- 
poraines ou variations et les variétés d'âge différent ou mutations; tandis que 
les premières resteront pour le stratigraphe de pures variétés, il élèvera les 
autres au rang d'espèces, d'espèces fictives, il est vrai, au point de vue pure- 
ment zoologique, mais qui n'en seront pas moins précieuses pour lui, en lui 
permettant d'étabfir avec précision la chronologie des phénom^ènes géolo- 
giques. 

Le mémoire que je présente ayant spécialement pour objet la description 



12 LES AMMONITES DE LA CRAIE SUPERIEURE. 

des ammonites de la craie supérieure de France, je ne me suis pas borné à 
décrire et à fiourer les espèces nouvelles et à renvoyer pour les autres aux 
descriptions et aux figures antérieurement publiées soit en France, soit à 
l'étranger. J'ai tenu, au contraire, à représenter presque toutes les espèces de 
notre pays, pour permettre leur comparaison avec celles des autres régions; 
j'ai seulement laissé de côté les formes déroulées, à l'exception des Scapliiles, 
parce que je n'ai pu en rémiir un nombre d'échantillons assez grand pour 
arriver à en faire une étude satisfaisante. 

Je tiens à exprimer ici toute ma reconnaissance à ceux de mes confrères qui 
m'ont si gracieusement communiqué les précieux documents que renfermaient, 
leurs collections , MM. Arnaud, abbé Bontant (collection de l'abbé Bourgeois 
à l'École de Pontlevoy), Boreau-Lajanadie , Durand, Fallot, Joseph Jean, 
Kilian, Le Mesle, Mouret, Nicklès, Pérou, Réjaudry, Savin, Sayn, Seunes, 
Toucas, ainsi qu'à MM. Douvillé, Fischer et Munier-Ghalmas qui m'ont permis 
d'étudiei- les types renfermés dans les collections de l'Ecole des mines, du 
Muséum d'histoire natin-elle et du Laboratoire de géologie de la Sorbonne. 

Je remercie aussi M. Douvillé pour les conseils qu'il a bien voulu me donner 
sur quelques points délicats, et M. Nicklès pour le concours qu'il m'a prêté, 
en reproduisant les cloisons de plusieurs petits échantillons intéressants, par 
le procédé photographique grâce auquel il a obtenu les beaux dessms que 
l'on trouve dans son mémoire sur la faime crétacée du sud-est de l'Espagne <'). 

'■' Les autres dessins de cloisons insérés dans ce mémoire ont été empruntés partie à des 
ouvrages déjà parus (et dans ce cas l'indication de la source^ toujours été donnée), ou ont été 
dessinés avec la loupe et la chambre claire, soit par M. Douvillé, soit par moi. 



CLASSIFICATION 



AMMONITES DE LA CRAIE SUPERIEURE. 



Les travaux de L. von Buch et de dX^rbigny ont depuis longtemps permis 
de répartir les espèces de la craie en un certain nombre de familles Crisiati, 
Tuberculali, Clypeif ormes, etc., dont quelques-unes correspondent assez exac- 
tement aux genres actuellement admis. Les recherches plus récentes de 
MM. Suess, Hyatt, Bayle, Neumayr, Uhlig, Zittel, ont montré comment, en 
se basant sur les caractères tirés de la fonaie extérieure, de l'ornementation, 
des lignes de suture, du bord buccal, de la deniière loge, des aptychus et 
anaptychus, on pouvait arriver à limiter avec plus de précision les divers 
genres et à grouper ceux-ci d'une manière naturelle. 

Neumayr a publié sur la systématique des ammonites un important mé- 
moire'') qu'il reproduisit à peu près intégralement, quelques mois plus tard, 
dans une autre publication t^) ; la seule modification introduite consiste dans 
la création du genre Acanthoceras pour des formes primitivement réunies au 
genre Hoplites. 

La classification de Neumayr est établie sur des considérations génétiques; 
en suivant le développement chronologique des diverses formes, il cherche à 
montrer comment certains genres dérivent les uns des autres et arrivent à se 
séparer quand des modifications importantes se produisent dans leurs carac- 
tères. 

Neumayr distingue dans les ammonites quatre grandes subdivisions. 

I. Arcestidés. — Il n'existe dans cette famille que deux genres renfermant 
des ammonites de la craie, Amaltheas et Schlônbachia. 

Dans le premier, Neumayr place ime série de formes chez lesquelles la 

<'' Ueher Kreideammonitiden. Sitzungsbcr. d. Wien. Akad. LXXI. 1876. 

''' Die Amnwniten der Kreide und die Systematik der Ammoniiiden. Zeitschrift d deiitsch. genl. 
Geselhchaft. XXVII. 1876. 



14 LES AMMONITES DE LA CRAIE SUPÉRIEURE. 

simplification du dessin de la ligne suturale paraît dériver du plan général des 
cloisons des Amaîtheidés jurassiques [Am. Requieni,,Am. Robini) et une autre 
série chez lesquelles la naultiplicité des lobes provient de la différenciation 
des lobules du premier lobe latéral des Amaltheiis typiques [Am. ^rtalis, 
Am. placenta, Am. pedernalis , Am. Vibrayei, etc.). 

Le second comprend toutes les formes carénées de la craie, telles que Am. 
varians, Am. cristatas, Am. Bravaisi, Am. Fleuriausi, Am. Haberfellneri, Am. 
injlatus, Am. Margœ, Am. subtricarinatas , Am. texanns, etc. 

II. Tropitidés. - — Cette famille ne renferme aucune espèce crétacée. 

III. Lytoceratidés. — Les Lytoceratidés comprennent les Lytoceras et les 
Phylloceras , dont les représentants dans le système infracrétacé et le système 
crétacé sont encore nombreux : Neumayr y rattache un certain nombre de 
formes déroulées, Hamites, Baciilites et Tiirritites. 

IV. Aegoceratidés. — Avec les trois subdivisions : A. AegocerMinés ; 
B. Harpoceratinés ; G. Stephanoceratinés. 

La première ne renferme pas d'ammonites crétacées ; dans la seconde se 
trouve le genre Hapîoceras créé par M. le docteur Zittel pour un ensemble de 
formes affines des Oppelia, appartenant au jurassique moyen et supérieur. 
Neumayr y rattache les espèces de la craie supérieure , les Ligati de d'Orbigny, 
pour lesquelles on a plus tard créé le genre Pachydiscm : Am. galicianus, Am. 
gollevillensis , Am. neubergicus, etc. 

La subdivision des Stephanoceratinés est composée avec les genres Stepha- 
noceras, Cosmoceras et Perisphinctes à peu près Hmités au jurassique, et les 
Holcostephanus , Hoplites, Acanthoceras et Stoliczkaia spéciaux au système infra- 
crétacé et au système crétacé. 

Neumayr rattache encore Ammonites radiatus et Am. Leopoldi aux Peri- 
sphinctes. 

Il considère les Holcostephanus , dont Am. Astieri est la forme la plus typique , 
comme dérivant des Perisphinctes et prenant leur origine partie dans l'Inde 
[Am. Cautleyi, 0pp.) et partie dans les mers boréales [Am. diptychus, Keys.). 

Les Hoplites dériveraient aussi des Perisphinctes et en particulier du groupe 
de Am. polyplocas et Am. involutus. 



CLASSIFICATION. 15 

Les Acanthoceras et les Stoliczkia seraient issus des Hoplites; les premiers 
se rattacheraient à Hoplites abscissus et les seconds à Hoplites Datemplei. 

Les considérations développées par Neumayr ont été adoptées à peu près 
intégralement jusqu'à ce jour, et c'est tout récemment que M. Douvillé (^) a 
montré, en s'appuyant sur l'étude des cloisons, que l'on avait réuni à tort dans 
certains groupes des formes absolument hétérogènes. Ce travail présente donc 
une grande importance pour la question générale de la classification des am- 
monites de la craie. , 

S'attachant en particulier à ces formes qui, en raison de la simplicité de 
leurs cloisons, ont été pendant longtemps rapprochées des cératites du trias, 
M. Douvillé fait voir cpie c'est avec raison qu'on les a séparées en deux 
groupes, l'un caractérisé par une ligne sutùrale réduite, l'autre par un granti 
nombre de selles et de lobes. Le premier groupe a été rapporté au genre 
Bachiceras , Hyatt; mais celui-ci a comme type Bachiceras hilohatum, Hyatt, 
espèce non figurée, dont les selles sont dentelées et les lobes anguleux, tandis 
que les formes Ewaldi-Tissoti sont, au contraire, caractérisées par des selles 
larges à contours arrondis et des lobes élargis à leur partie inférieure , qui est 
sevdement dentiçulée^. Il faut chercher ailleurs les analogies de ces dernières , 
et M. Douvillé fait remarquer que certaines espèces du néocomien d'Alcoy, 
appartenant aux Palchellia, Uhlig , présentent le même plan général des cloisons. 

M. Douvillé propose, en conséquence, le nom générique de Tissotia pour 
le groupe Ewaldi-Tissoti, en prenant comme espèce type Tissotia Tissoti. 

Près des Tissotia et des Pidchellia viennent encore se placer, en raison de 
la simihtude du plan des cloisons, les genres Neolobites, Fischer, et Sto- 
liczkaia, Neumayr. 

Passant au second groupe des soi-disant cératites de la craie, M. Douvillé 
montre par une série d'exemples que les Sphenodiscas et Placenticeras doivent 
se ranger à côté des Sonneratia et des Hoplites. 

M. Douvillé termine son important travail en signalant l'hétérogénéité du 
genre Schlônbachia qui renferme des formes appartenant à des branches très 
distinctes; en particxilier, Am. texanus (type du genre Mortoniceras) et Am. 
inflatus se rapprochent de certains Acanthoceras , tandis qa Ammonites varians, 
par ses lobes trifurqués et l'ornementation de ses flancs , doit être rattaché aux 

^''' Classification des Cératites dé la cfaie, 1890. {Bull. Soc. géol. de France, 3", XVIII, p. 276.) 



16 LES AMMONITES DE I,A CRAIE SUPERIEURE. 

Hoplitidés. Il propose, en conséquence, de prendre Am. varians comme type 
du genre Schlônbachia. 

De même Acanthoceras renferme une série de formes Martini-mamillaris 
cai^aclérisées par mi lobe large et anguleux, tandis que la plupart, des autres 
Acanthoceras rappellent les Pulclielliidés par le type de leurs cloisons, où Ton 
reconnaît une tendance à la bifurcation des lobes. 

M. Douvillé a appliqué ces considérations dans son cours de paléontologie, 
professé à l'Ecole des mines, et il range les espèces de la craie dans les 
familles suivantes : 

PhylloceratidÉs. — Cette famille comprend les Phylloceras, déjà bien 
caractérisés dans le trias, à côté desquels M. Douvillé place les Puzosia (= Des- 
moceras). 

Lytoceratidés. — A-vec le seul genre Lyloceras. 

AcANTHOCERATiDÉs. — Les flancs sont ornés de côtes simples, bifurquées 
ou intercalées, présentant deux rangées de tubercules principaux épineux et 
presque toujours d'autres rangées de tubercules supplémentaires. On peut y 
distinguer les genres : 

Acanthoceras comprenant deux^ groupes de formes, le premier dans lequel 
les côtes sont interrompues ou déprimées sur la ligne sipbonale, le second 
caractérisé par la présence d'une rangée de tubercules impairs. 

Prionocjclas avec côtes s'inflécbissant en avant dans la région ventrale ; la 
ligne sipbonale est marquée par une suite de tubercules aplatis. 

Morloniceras avec ornementation analogue à celle des genres précédents; 
la ligne sipbonale est ornée d'une quille trancbante et continue. 

Hoplitidés. — Les côtes sont fortement inflécbies en avant, surtout dans 
le voisinage de la région ventrale , et elles convergent en faisceaux soit vers des. 
tubercules ombibcaux , soit vers des tubercules placés vers le milieu des flancs. 
Les cloisons ont des lobes nettement trifides dès le jeune âge, tandis qu'ils 
sont arrondis dans les jeunes Acanthoceratidés. 

Elle comprend les genres : 

Hoplites dans lequel les côtes arrivent obliquement sur la région ventrale 



CLASSIFICATION. 17 

el s'interrompent avant d'atteindre la ligne siphonale en se surélevant et en 
donnant naissance à un tubercule oblique; la région ventrale est ainsi bitaber- 
culée et paraît souvent comme tronquée. 

Placenticeras. — Côtes latérales peu marquées et se réduisant souvent à 
deux rangées de tubercules allongés ; les deux rangées de tubercules externes 
sont bien marquées sur la région ventrale, qui est troncpiée. 

Schlônbachia avec la même ornementation que les Hoplites, mais en outre 
une carène sur la ligne siphonale. 

Sorineratia. — Côtes non interrompues sur la ligne siphonale et dessinant 
sur la région ventrale, arrondie ou tranchante, une série de chevrons plus 
ou moins arrondis et infléchis en avant, 

Sphenodiscus. — Tours à section ogivale. Ce genre dérive du précédent de 
la même manière que les Placenticeras dérivent des Hoplites par l'élargis- 
sement du premier lobe latéral. 

Pachydiscus. — Ornementation presque identique à celle des Sonneratia. 

PuLCHELLiiDÉs. — Les tours souvent larges et l'ombilic étroit rappellent 
les Placenticeras , tandis que les cloisons, à éléments moins nonibreux, rap- 
pellent celles des Acanthoceratidés à carène ou tubercules siphonaux. Cette 
famille comprend les genres : 

Pulchellia. — Région ventrale bituberculée ; flancs ornés de côtes inflé- 
chies en avant et souvent larges et épaisses. 

Mammites. — Sur les flancs, côtes larges, épaisses, souvent peu distinctes, 
se terminant chacune par un fort tubercule latéral duquel partent une ou 
deux côtes externes aboutissant à une double rangée de tubercules externes. 

Stoliczkaia. — Côtes fines, embrassantes, fasciculées ou intercalées, tra- 
versant la région ventrale, qui est arrondie. 

Tissotia. — Région ventrale carénée; cloisons très simples et souvent ana- 
logues à celle des cératites, mais eUes s'en distinguent par la présence d'un 
lobule au milieu de la selle externe. 

Cet exposé montre combien les idées de M. Douvillé diff"èrent du sys- 
tème développé par Neumayr. 11 faut bien reconnaître que la recherche des 

3 



18 LES AMMONITES DE LA CRAIE SUPERIEURE. 

affinités des diverses espèces d' ammonites présente d'autant plus de difficultés 
qu'il nous est encore impossible le plus souvent de savoir comment dérivent 
les unes des autres les diverses formes qui ont peuplé successivement les 
mers des temps géologiques. On voit, par exemple, apparaître à diverses 
époqups des types nouveaux qui n'ont aucime parenté avec ceux qui habi- 
taient précédemment la même région ; ces nouvelles formes proviennent sans 
' aucun doute de l'immigration d'espèces étrangères dont l'arrivée coïncide 
avec l'ouverture de communications directes entre des bassins marins précé- 
demment sépai'és. Les lacunes qui existent encore dans nos connaissances 
paléontologiques d'une grande partie du globe ne nous permettent donc pas 
de suivre dans le temps les différenciations successives d'un miême type. 

D'autres difficultés viennent s'ajouter à celle-ci et plus particulièrement la 
rareté des matériaux d'étude. 

Prenons par exemple Ammonites Qoweri du callovien inférieur. La forme 
adulte de cette espèce rappelle tout à fait par son aspect extérieiu* im Cœlo- 
ceras, par exemple C. linguiferum , qui habite un niveau un peu inférieui'. Si 
l'on peut casseroles échantillons et obtenir les tours internes, on voit alors 
apparaître une forme et une ornementation qui indiquent l'attribution de 
cette espèce au genre Cosmoceras ; le bord externe présente un méplat sur 
lequel les côtes passent droites et normales, tout à fait comme chez Ammonites 
calloviensis , Am. Diincani et comme aussi chez Am. niortensis, Am. Garanti, 
Am. lomjovicensis et Am. Jason; mais chez ces derniers le méplat ventral est 
bien plus étroit, et sur cette partie les côtes sont d'ordinaire à peu près com- 
plètement effacées. Lorsque l'on connaît les adultes des espèces précédentes, 
on observe, dans la. forme et l'ornementation, la série de modifications qui 
font passer le jexme d'/lm. Goweri, à caractères de Cosmoceras bien accusés, à 
la coquille adulte ayant l'apparence d'un Cœloceras; le méplat ventral disparaît, 
le bord externe devient arrondi et ne conserve plus trace des arêtes latérales 
qui limitaient le méplat médian; en même temps les côtes passent régulière- 
ment sur le bord externe arrondi. En un mot, la coquille a alors perdu tous 
les caractères extérieurs par lesquels on caractérise d'ordinaire les Cosmoceras ; 
de même les adultes d'Am. niortensis et Am. Garanti sont bien différents dés 
types habituels que l'on trouve dans les collections et qui sont représentés dans 
les ouvrages de paléontologie. 

En résumé, comme je l'ai déjà dit plus haut, chaque espèce, lorsqu'elle 
arrive à son dernier terme de développement, a passé par une série de stades 



CLASSIFICATION. 19 

dans chacun desquels la forme et l'ornementation ont eu des caractères spé- 
ciaux; ceux-ci sont parfois si différenciés, que deux individus de la même 
espèce, à deux stades différents, seraient naturellement considérés comme 
appartenant à deux espèces bien distinctes , si l'on ne connaissait pas d'avance 
les variations successives propres à cette espèce. Réciproquement , deux indi- 
vidus présentant une grande analogie comme aspect extérieur peuvent appar- 
tenir réellement à deux espèces différentes et même à deux genres différents. 

Il est donc certain que pour apprécier les affinités réelles de deux espèces, 
il faudrait pouvoir étudier d'une manière complète l'évolution de leur forme 
et de leur ornementation; pour les ammonites de la craie supérieure, en 
particulier, cette recherche est le plus souvent impossible en raison de la 
pénurie des matériaux dont le paléontologue peut disposer. C'est en pareil 
cas que l'importance des cloisons se fait sentir, et ce caractère, qui vient 
d'ordinaire s'ajouter simplement aux autres, acquiert alors une valeui' pré- 
dominante. 

Reprenons le cas d'Ammonites Goweri, dont nous avons seulement en main 
un échantillon adulte. Par son aspect extérieur, il semble appartenir au genre 
Cœloceras; mais si nous pouvons examiner ses cloisons, nous verrons qu'elles 
n'ont aucune analogie avec celles de ce genre et nous recomiaîtrons, au con- 
traire, leur similitude avec celles des autres Cosmoceras. 

On voit quel secours peut prêter l'étude de la ligne suturale dans la re- 
cherche des affinités véritables des diverses espèces, surtout lorsque l'on ne 
connaît pas, pour chacune d'elles, l'évolution complète de la forme et de 
l'ornementation. 

Aussi ne puis-je qu'adhérer complètement aux idées émises par M. Dou- 
villé sur cette question, et je reproduis textuellement le passage le plus saillant 
de sa note : > 

« Il nous reste à examiner les caractères tirés de la foi^me des cloisons. 
Ceux-ci ont ime grande importance dès l'origine du groupe des ammonites, 
puisqu'ils sont à peu près exclusivement employés poiu" le classement des 
formes les plus anciennes ou goniatites. Ici les cloisons sont relativement sim- 
ples ; leur plan général , c'est-à-dire la disposition et la forme des selles et des 
lobes, est facile à observer et à définir. 

« Il n'en est pas de même pour les ammonites , où les cloisons sont sou- 
vent d'une complication extrême. Mais si l'on réfléchit que dans le jeune 
âge les cloisons sont tout à fait comparables à celles des Goniatites, rien ne 



•20 LES AMMONITES DE LA CRAIE SUPERIEURE. 

s'opposerait en réalité à ce qu'on appliquât aux ammonites jeunes le même 
mode de classement qui a donné de bons lésultats pour les Goniatites. Nous 
croyons qu'on obtiendra ainsi des résultats d'une haute importance en pour- 
suivant jusqu'au stade goniatite les belles recherches entreprises, il y a quel- 
ques années, par Branco, sur les premières phases du développement des 
ammonites; à ce moment et un peu après, quand la cloison commence à se 
subdiviser, son plan général n'est pas encore masqué par la complication 
des découpures des lobes el des selles : il peut fournir des caractères d'une 
grande netteté et de nature à jeter une vive lumière sur les affinités et les 
origines des divers groupes d'ammonites. 

« Du reste on peut affirmer dès maintenant que, malgré leur plus ou moins 
grande complication, l'unité de composition des cloisons est nettement per- 
ceptible dans tous les groupes vraiment naturels; ainsi on reconnaît tout 
de suite un Phylloceras à la terminaison en forme de feuille arrondie des 
éléments de ses cloisons; les cloisons des Lytoceras sont tout aussi reconnais- 
sablés à leurs selles et à leurs lobes profondément bilobés. Il suffit de feuil- 
leter les beaux mémoires de Mojsisovics pour être frappé de l'uniformité des 
cloisons non seulement dans un même genre [Arcestes, Joanniles, Cladiscites) , 
mais encore dans une même famille [Ceratilidœ), 

« Cette unité de plan est d'autant plus facile à saisir et surtout à définir, 
que la cloison est moins découpée; généralement cette forme simple ne peut 
s'observer que dans le jeune âge; delà, l'importance du stade goniatite, sur 
laquelle nous avons insisté déjà. » 

Les considérations qui précèdent font ressortir la difficulté d'établir dans les 
ammonites des genres bien naturels ; le plus souvent ceux qui ont été faits sont 
beaucoup trop vastes et composés alors d'éléments hétérogènes; tels sont Amal- 
theas, Harpoceras , Haploceras , Acanthoceras , Schlônbachia , etc. A tous points 
de vue, il est préférable de pousser l'analyse jusqu'à ses dernières limites et 
de créer des genres parfaitement homogènes, réduits même à n'être que ce 
que Waagen appelait ane banne espèce. De la sorte, on évitera des erreurs 
comme celles qui ont été déjà conunises^ et cette analyse approfondie per- 
mettra plus tard de refaire la synthèse sur des bases solides , et de coordonner 
les subdivisions trop restreintes en genres et en familles bien conformes aux 
affinités véritables. Il faut, comme l'a dit M. Douvillé, que chaque division 
ne soit pas une sorte de fagot composé avec des morceaux pris de tous les 



CLASSIFICATION. 21 

côtés, rendiuit toute reconstitution impossible tant que le fagot n'aura pas 
été défait. « Malheureusement, en ce qui concerne les ammonites, il est à 
craindre qu'il n'y ait encore plus d'un fagot à défaire , plus d'un genre hétéro- 
gène à démembrer. » 

o 

INe craignons donc pas de pousser l'analyse trop loin, si nous vouions 
rendre possible une reconstilution sérieuse; je tiens qu'il est plus utile 
d'établir un genre bien homogène, même restreint, que de constituer un 
groupe trop vaste avec des membres étrangers les uns aux autres. 



DESCRIPTION DES ESPÈCES. 



FAMILLE DES ACANTHOCERATIDÉS. 



Je réunis provisoirement en un même groupe l'ensemble des formes que 
M. Douvillé a séparées en deux familles : les Acanthoceratidés et les Palchel- 
liidés. Il existe entre elles des relations tellement étroites et intimes, que, dans 
la famille des Pulchelliidés , les espèces du genre Mammites, par exemple, me 
paraissent, sous le rapport de la forme et de l'ornementation, aussi bien qu'au 
point de vue du plan général des cloisons, se rapprocher beaucoup plus de 
certains Acanthoceras que des espèces du genre Tissotia. 

Dans l'impossibilité d'établir, d'une manière satisfaisante, deux séries bien 
distinctes, je crois qu'il convient, jusqu'à nouvel ordre, de constituer avec 
toutes ces formes un seul groupe, bien distinct de celui des Hoplitidés par le 
plan général des cloisons : les lobes y sont larges et arrondis ou nettement bi- 
furques, tandis cpae, dans cette dernière famille, ils sont terminés en pointe. 

De cette manière, une grande partie des formes de la craie supérieure 
rentrent dans deux familles naturelles bien tranchées : les Acanthoceratidés et 
les Hoplitidés. Peut-être sera-t-il possible plus tard d'établir dans l'une coname 
dans l'autre des subdivisions rationnelles , en se basant soit sur les détails du 
plan des cloisons, soit sur l'évolution de la forme et de l'ornementation; mais 
pour le moment la rai'eté des matéi'iaux paléontologiques , qui sont à la dispo- 
sition des géologues pour l'étude des céphalopodes de la craie supérieure, ne 
permet pas de pousser ces recherches aussi loin qu'il serait désirable. 

Cependant, c'est seulement par la comparaison des stades successifs de ces 
deux caractères que l'on pourrait arriver à établir les relations véritables exis- 
tant entre des individus adultes dont la forme et l'ornementation présentent 
des difTérences accentuées, au fond, peut-être plus apparentes que réelles. 

Je me borne donc à donner ici le dessin des cloisons d'une série d'espèces 
appailenant à la famille des Acanthoceratidés. 

A l'exception des Ammonites mamillaris et Am. Martini, d'ordinaire ratta- 
chés aux Acanthoceras , mais dont les cloisons appartiennent à un tout autre 




ACANTHOCERATIDES. 

Fig. 1. Fig. 2. 



r^ 



23 





Àm. Martini (gros. = 3). 



Am. mamillaris (gros. = 2) 



Fig. 3. 



^ r^ ( ^M 



Fig. 4 



-r-d ]^) 



Am. Tissoti, d'après Douvillé, B. S. G. F. 3', XVHT, p. 282. 
Fig. à". 




^^j 



/' ir^,' 



W 



jlm. compressissiinus (gros. = 6), d'après Nicklès. Contributions p. 8 et 9. 

4" Cloisons au diam. de 5""". — A'' Cloisons au diam. de 10'""'. — à' Cloisons au diam. de i3""",5. 



Fig. 5. 



Fig. 6. 







% 



Am. Bourgeoisi (gros. = 4). 
Fig. 7. 



■^ 




î <^]f' 






Am. Moiireti (grand, natur. 
Fig. 8. 



'rî"' tr 



'^ e 



CD ^, 



Àm. dispar (gros. = 2), d'après Douvillé, 

B, S. G. F. 3', XVIII, p. 282. Am. rhotomagensis (gros. ^= 2 ) , d'après un échantillon de Rouen. 



2i LKS AMMONITES DE LA CRAIE SUPERIEURE. 

type que celui des autres espèces, on remarquera dans Tensemble précédent 
plusieurs caractères communs assez importants. Les lobes y sont assez larges, 
arrondis ou à terminaison paire; les selles, beaucoup plus larges que les lobes, 
présentent beaucoup d'analogies avec eux, et le plus souvent elles sont sub- 
divisées en deux parties par un lobule. 

On constatera en outre quelques différences : ainsi, certaines espèces ont 
leur ligne suturale réduite à un petit nombre d'éléments [Ain. rJiotomagensix , 

Am. Bourgeoisi, ), tandis que dans les autres elle est beaucoup plus 

développée [Am. cojnpressissimus, Am. Tissoti ). D'autre part, on peut 

distinguer dans ces cloisons une série dans laquelle l'extrémité des lobes est 
simplement arrondie, dentelée ou digitée [Am. compressissimus , Am. Bour- 
geoisi ) , et une autre dans lacjuelle cette extrémité présente une petite 

selle accessoire assez développée [Am. Revellierei) ou est constituée par une 
fourche bien caractérisée [Am. rhotomagcnsis , Am.dispar, Am. Moureti ). 

Dans l'incertitude où nous sommes encore sur le mode d'évolution des 
cloisons aux divers âges des individus d'une même espèce et sur les limites 
plus ou moins étendues entre lesquelles se trouvent comprises leurs variations 
possibles, je signale simplement ces diverses particularités sans y rechercher la 
base d'une division de ce grand groupe en deux ou plusieurs familles : elles 
permettront cependant d'y établir une série de genres assez homogènes. 

Je vais passer ceux-ci successivement en revue en commençant pai- ceux 
dont les espèces ne se rencontrent pas dans l'étage sénonien et me hmitant 
pour eux à quelques indications rapides. 

Genre PULCHELLIA. Uhlig, emend., Douvillé. 

Ce genre a été créé en i 883 par M. le docteur Uhlig [Die Cephalopoden 
der Wernsdorfer Schichten. Denkschriften. d. k. k. Akad. d. Wissenschajl.). 

A l'exemple de M. Douvillé, je n'y comprends que les formes à bord 
externe tronqué, bicaréné ou limité par une double rangée symétrique de 
tubercules situés à l'extrémité des côtes qui ornent les flancs. Ces côtes sont 
larges, épaisses, flexueuses et obliques en avant. 

Les cloisons, formées d'éléments assez nombreux, sont caractérisées par 
une première selle latérale arrondie, .subdivisée par un lobule, et par un 
premier lobe latéral arrondi, denticulé, élargi vers son sommet en forme 
de spatule. Comme l'a fait remarquer M. Nicklès, dans son mémoire sur les 



ACANTHOCERATIDES. 25 

céphalopodes du terrain crétacé du sud-est de l'Espagne, dans le jeune âge, 
c'est-à-dire chez les individus ayant seulement i ou 2 millimètres de diamètre, 
les cloisons des Pulchellia se présentent sous un aspect uniforme. 

Je prends comme type de ce genre Pulchellia compressissima du néocomien 
et je reproduis ci-dessous les dessins de cloisons de cette espèce donnés par 
M. Nicklès. 



. Fig-c/- 

Pidcltcllia c'iinpressissima {gros. = 6), d'après Kicidès, Contribulioiis p. 8 el g. 

g' Cloisons au diani. de 5""". — g"* Cloisons au diam. de io"'°'. — g" Cloisons au diam. de i3°"°,5. 

Les diverses espèces de Pulchellia paraissent cantonnées dans l'étage néo- 
comien [s. /. ) : Pulchellia galeala, P. compressissima, P. Didayi. 

Genre STOLICZKAIA. Neumayr. y £iA£?^*-" 

Ce genre, créé par Neumayr (] 875), a pouj- type ylm/no/HÏei (/«5/)ar, d'Orh. . ^ /,*,'{■>' "^^^ ^ ''■' 
Le hord externe est arrondi et les côtes passent sur la région ventrale sans '" -~^\"'-Ç k > f r-1%jt^' 

s'y interrompre. '^v^ -^ Û^^ ^,^, , ' ' 

Ici les cloisons sont plus élancées et plus découpées cp_ie dans le genre pré- ((xA//^^^/''^ "^ À^i^-^' 

cèdent : les selles et les lobes sont bifurques et on distingue à l'extrémité -^tc**^ fS'cfA^^' 

du premier lobe latéral une petite selle médiane assez développée , comme le '^^ 

montre la cloison de Stoliczkaia (jardonica, dessinée par M. Douvillé (1890, 

Classification des Cératites'Bul. Soc. géol. de France, 5" série, t. XVIH, p. 2 76) ; 

ce savant regarde d'ailleiurs cette espèce comme étant le jeune de St. dispar. 

Fig. 10. • . 

Stoliczliaia dispar (gros, = 2), d'après DouviHé, B. S. G. F. 3% XVIIl, p. 282. 

Ce genre caractérise principalement l'étage cénomanien. 



26 LES AMMONITES DE LA CRAIE SUPERIEURE. 



Genre NEOLOBITES. Fischer. 

M. Fischer a établi (i 882) le genre Neolobites pour les formes ajjlaties dont 
les lobes et les selles sont arrondis à leur extrémité. Le type est ÂJnmonites 
Vibrayei, d'Orb. , de l'étage cénomanien. 

Je donne ci-dessous, d'après M. Douvillé [loc. cit.), le dessin de la cloison 
de cette espèce pris sur un échantillon de l'Ecole des mines. 

Fig. 11. 
Neolobites Vibrayei (grand, natur. ), d'après Douvillé, B. S. G. F. 3°, XVIII, p. 282. 

M. Douvillé considère que dans cette cloison le premier lobe latéral n'est 
que l'exagération du lobule c[ui divise la selle externe des Palchellia et des 
Tissotia. ^ 

Genre ACANTHOCERAS. Neumayr , emend. ; A. de Grossodvre. 

Ce genre a été établi en 1875 par Neumayr; tel que le comprenait son 
auteur, il renfermait un grand nombre d'espèces appartenant aux anciennes 
familles des Angalicostati , Crassecostati , Nodosocostati , Mamillares et Rhotoma- 
cjenses. Neumayr le considérait comme dérivant des Hoplites. 

M. Douvillé a montré [loc. cit.) que ce genre, ain.si constitué , était hétéi'o- 
gène et qu'il convenait d'en détacher une première série de formes à côtes 
plus ou moins tuberculées, généralement interrompues ou déprimées sur la 
région médiane du bord externe et, en tout cas,. ne présentant jamais de 
tubercules sur la ligne siphonale. 

A ce premier groupe appartiennent Am. Martini, Am. Cornueli, Am. ma- 

millaris, Am. nodosocostatas , ; il est caractérisé par le développement de 

sa première selle latérale, très large et très élevée, et pai' la forme du premier 
lobe latéral, étroit et anguleux. Il doit donc être séparé des Acanthoceratidés 
pour être rattaché aux Hoplitidés. 

Ce groupe constituera le genre Douvilléiceras , n. gen., poxu- lequel je prends 
comme type Am. mamillaris. J'ai donné plus haut les cloisons de cette espèce 
et celles à^Am. Martini (voir page 28). 



ACANTHOCERATIDES. 



27 



Il est fort probable que Ton doit encore rattacher à ce nouveau genre Am- 
monites Mantelli, en écartant bien entendu les fornaes adultes à^Am. rhotoma- 
gensis, parfois attribuées à tort à cette espèce, en raison de la ressemblance 
apparente résultant de la disparition des tul^ercules de la ligne siphonale : 
c'est là une confusion qui me paraît avoir été commise assez souvent et je 
crois que Ton a fréquemment cité sous le nom d'Am. Mantelli des individus 
adultes d'Am. rhotomagensis. Je n'ai pu d'ailleurs arriver à observer des échan- 
tillons bien authenticjues d'Am. Mantelli montrant le dessin de leurs cloisons, 
seul caractère qui permettrait d'affirmer si cette espèce doit être classée défi- 
nitivement dans les Douvilléiceras. 

Après cette première élimination d'un certain nombre d'espèces primitive- 
ment rattachées au genre Acanthoceras , celui-ci ne comprend plus que des 
formes caractérisées par la présence d'une rangée impaire de tubercules sur la 
ligne siphonale; tels sont, par exemple : Am. Lyelli et Am. rhotomagensis , dont 
je donne ci-dessous le dessin des cloisons. 






(î 



^ip" ''' 



Acanthoceras rhol.omagense (gros. = ! 
d'après un échantillon de Rouen. 



w 



Fig. i3. 



/-^"'A 



r ^'^ 



^T-o r^, 






Am. Lyelli (gros. = 3), d'après un échantillon 
du département de l'Auhe. 



On voit cpi'il existe des différences assez sensibles dans le plan de ces deux 
cloisons et cjue celles d^Am. Lyelli, par la forme de l'extrémité de leurs lobes, 
rappellent assez celles des Pulchellia, tout en en différant par leru" plus faible 
largeur. Je réserverai donc le nom générique d'Acanthoceras aux formes à lobes 
et selles larges , de forme approximativement rectangidaire , dont le premier 
lobe latéral présente une fourche terminale nettement accusée, et je prendrai 
comme type de ce genre /4can^/iocerfls /Viofoma^ense. 

Le genre Acanthoceras ainsi défini comprend des formes du cénomanien et 
du turonien. 



28 LES AMMONITES DE LA CRAIE SUPERIEURE. 



Genre.MAMMITES. Laube et Brudeis. 

Ce genre a été établi en 1886 par MM. Laube et Bruder dans leur mé- 
moire sur les Ammonites de la craie de Bohème [Palœonlographica, XXXIII). 

On peut prendi'C comme type Mammites nodosoïdes, dont le dessin des 
cloisons a été donné dans le mémoli'e que je viens de citer; je le reproduis 
ci-dessous (fig. i4). 

Les cloisons des Mammites ReveUierei [=Rochebrunei) fournissent également 
un bon type du plan général de ces cloisons. 

Ce genre comprend des formes à bord externe tronqué ou même légère- 
ment excavé, ornées siu' les flancs de côtes épaisses partant ordinaii'ement 
d'un tubercule ombilical et aljoutissant à des tubercules externes. 



Fig 



^^%, invH^, 



Mammites nodosoïdes, d'après Laube. et Bruder, Ammoniten der bôhmischen Kreidc , p. 2 3o. 
Fig. i5. 



Mammites Bevellieri (gros. = 2,33), d'après un échantillon d'AiigouIème. 

La ligne suturale montre un premier lobe latéral subdivisé par une petite 
selle. 

A ce genre se rattachent Mammites rusticus, de la craie turonienne d'An- 
gleterre, et M. conciliatas, Stolic, de la craie de l'Inde que l'on retrouve dans 
le turonien de Bohême et de Provence. 



ACANTHOCERATIDES. 29 



Genre PRIONOTROPIS. Meek. 

Ce genre a été créé en 1876 par Meek pour Ammonites Woolcjari, ou du 
moins pour une forme qu'il croit identique à cette espèce. 

H comprendi'a donc des formes d'Acanlhoceratidcs à cai'ène ventrale discon- 
tinue formée de forts tuljercules saillants. Les cloisons appartiennent au type 
des Mortoniceras , c'est-à-dire que l'extrémité du premier lobe latéral est 
arrondie et simplemenl denticulée, sans présenter la fourche que l'on trouve 
dans Stoliczkaia, Acanthoceras , etc. 

Ce geni-e, aucpiel se rapportent Prionotropis Woohjari, P. papalis, parait 
être surtout caractéristicpie de l'étage turonien. 

Genre TISSOTIA. Douvillé. 

Ce genre a été étaljli par M. Douvillé pour les formes du groupe Ewaldi- 
Tissoti, en prenant comme espèce type le Biichiceras Tissoti £i^\ré en 1878 
par M. Bayle dans le quatrième volume de Y Explication de la carte géolo- 
gique de France; comme cette ammonite n'avait été représentée que vue de 
côté, M. Douvillé en a donné le profil en 1891 [Bail. Soc.géol. de France, 
S'^ série, XIX, p. 5oi, fig. 1), pour montrer son bord ventral tricaréné. 

Ces formes, rapprochées d'abord des Cératites triasiques, avaient ensuite été 
rattachées au genre Buchiceras, Ilyatt, mais M. Douvillé a montré [Bull. Soc. 
géol. de France, 3^ série, XVIII, p. 282) que ce dernier, qui a pour type 
Buchiceras bilobatum, est caractérisé par une cloison alssolvunent différente 
de celle des ammonites du groupe Ewaldi-Tissoti : celles-ci se rattachent, au 
contraire, très nettement au groupe àAm. compressissimus , Am. Didayi, etc. 



Tissotia Tissoti, d'après Douvillé, B. S. G. F. 3=, XVHI, p. 282. 

Le genre créé pai" M. Douvillé est bien caractérisé par le plan de ses cloi- 
sons simples, à selles larges et arrondies, non dentelées : la première selle 
latérale, très large, est subdivisée par un ou deux lobules secondaires; elle est 



30 LES AMMONITES DE LA CRAIE SUPERIEURE. 

suivie de deux ou trois autres selles arrondies qui ne sont jamais sulîdivisées 
sur aucun des échantillons que j'ai examinés. Le dessin de la ligne suturale 
de Tissotia Tissoti que j'emprunte à M. Dom^llé [Bull. Soc. géol. de France, 
o" série XVIII, p. 282, fig. 1) peut être considéré comme donnant un bon 
type du plan général des cloisons de ce groupe. 

Il y a évidemment une assez grande analogie entre le plan de ces cloisons 
et celui du premier stade des cloisons de Palcliellia compressissima, d'Orb., 
telles que M. Nicklès nous les a fait connaître dans son mémoire sur les 
fossiles du terrain crétacé du sud-est de l'Espagne [Mémoires de la Soc. çjéol. 
de France. — Paléontologie, l. — Mémoire n° 4, 1890. PI. III, fig. 1 et i''). Il 
est à remai'quer toutefois que dans les Tissotia les lobes sont beaucoup plus 
étroits que dans les Palcliellia et que le premier lobe latéral est surtout beau- 
coup moins développé. 11 est élargi à sa partie inférieure et denticulé. J'ai pu 
étudier le détail de ces denticulations sur un échantillon de Tissotia Ewalcli 
(collection Sayn) des grès verdâtres de Dieulefît, dont une partie était en 
meilleur état de conservation que la plupart des échantillons de même pro- 
venance, toujours plus ou moins usés superficiellement. On obsei^ve bien net- 
tement sur ce lobe les particularités déjà relevées par M. Nicklès à l'occasion 
de Palcliellia compressissima. [Loc. cit., p. g.) «Les dentelures sont plus 
grandes à l'extrémité inférieure du lobe que sur les côtés et décroissent plus 
rapidement du côté de l'ombilic que du côté externe. » La figure des cloisons 
de Tissotia Tissoti donnée plus haut d'après M. Douvillé offre nettement le 
même caractère. 

On voit combien le genre Tissotia est étroitement lié au genre Piilchellia 
limité au groupe de P. compressissima. — P. Saavageaiii. 

Les formes de ce genre présentent une carène ventrale tantôt continue, 
tantôt dentelée, accompagnée de deux quilles latérales ou bien bordée de 
part et d'autre d'une ligne de tubercules situés à l'extrémité des côtes qui 
ornent les flancs. 

Les ammonites crétacées à cloisons simples, qui constituent ce groupe, 
avaient été primitivement rattachées aux Cératites; elles ont été tout d'abord 
signalées en 18/17 P^'^' ^® Buch d'après un échantillon des grès verdâtres de 
Dieulefit, auquel ce savant avait donné le nom d'Ammonites Ewaldi; presque 
en même temps ThioUière faisait connaître du même gisement une espèce 
voisine à laquelle il donnait le nom d'Am. Robini. 

En 1 8/19, M. Bayle décrivait sous le nom d'Am. Fourneli une espèce d'Al- 



ACANTHOCERATIDES. 31 

gérie appai'tenant à ce même groupe. Depuis lors, une série de formes sem- 
blaJDles ont été retrouvées à maintes reprises dans le nord de l'Afrique fran- 
çaise (Algérie et Tunisie), en Egypte et en Palestine; elles jouent donc un 
rôle important dans la stratigraphie de la craie à faciès méditerranéen, et tout 

récemment mon confrère et ami M. Péron a lonmiement insisté sur leurs 

o 

caractères dans son beau mémoire sur les moUusqnes fossiles crétacés de la 
Tunisie. 

Toutefois, comme je ne puis adopter complètement sa manière de voir 
et que je m'écarte aussi de l'opinion développée sur ce même sujet par 
M. Failot, auquel on doit une excellente monographie des Ammonites de 
Dleulefit (i885. Elude géolocjiqiie sur les étages moyens et supérieurs du terrain 
crétacé dans le sud-est de la France), je crois devoir reprendre cette question 
qui servira de point de départ ù mon étude sur les formes sénoniennes de 
ce groupe. 

J'emprunte à M. Failot [loc. cit., p. 287) le résumé suivant relatif à l'his- 
torique des espèces de de Buch et de ThioUière. 

8 Le 1 2 juillet 18475 L. de Buch donnait à l'Académie de Berlin [Ueber 
Ceratiten. Bericht ueber die zur Bekanntmachung geeigneten Verhandl. der kdnigl. 
preuss. Akad. der Wissenschaften zu Berlin, p. 221; 18/17) ^^ description de 
plusieurs ammonites de la craie auxquelles il reconnaissait les caractères des 
Cératites du trias. C'était notamment YAm. Ewaldi provenant des grès verts 
de Dieulefit (Drôme). Cette description était accompagnée seulement d'un 
dessin très inexact des lobes que la fîg-ure (p. 222) montre terminés par une 
pointe aiguë. 

«Le 3 mars 18 4 8, ThioUière présentait à la Société d'agriculture de 
Lyon un échantillon provenant du même point, et le 5 mai de la même 
année, il publiait dans les annales de cette Société Y Ammonites Rohini, auquel 
il reconnaissait tous les caTactères des Cératites. Les caractères de cette espèce 
lui semblaient différer de ceux de YAm. Ewaldi, de Buch, dont il ne con- 
naissait que la description et les lobes. Or le dessin publié par de Buch auto- 
risait complètement la création d'une espèce nouvelle pour l'échantillon de 
ThioUière. Mais le travail de L. de Buch relatif à sa communication du 
1 2 juillet 1 84^7 et publié dans les mémoires de l'Académie de Berlin pour 
l'année i848, postérieurement à la communication de ThioUière, contient 
deux figures de YAm. Ewaldi qui montrent parfaitement des lobes légèrement 



3'2. LES AMMONITES DE LA CRAIE SUPÉRIEURE. 

dentelés comme ceux de Y Ammonite Robini décrit et figui'é pai' ThioUière. 
Les principaux caractères différentiels invoqués pai' ce dernier auteur, c'est-à- 
dire les lobes non dentelés et pointus, n'existaient donc plus sur ces nouvelles 
figures de L. de Buch. 11 faut cependant constater que les lobes de 1'^???. 
Ewaldi figurés dans les Comptes rendus mensuels et insérés dans les Mé- 
moires de l'Académie de Berlin (A'oir i848, pi. VII), ainsi que la description 
du texte, ne correspondent pas avec les figures de la planclie VI; comme l'a 
fait remarcpier Redlenbacber, il y a là un singulier désaccord. 

«De Bucb figure, dans le même mémoire, i'747?i. Robini, TliioU, tel que 
celui-ci fa dessiné dans les Annales de la Société d'agriculture de Lyon [lac. 
cit.). Lorsque l'on compare alors les deux espèces, on volt que les cloisons 
sont identiques dans les parties bien conservées. Le seul fait qui frappe, c'est 
l'absence de tubercules parallèles à la carène dans VAm. Robini, TbioU. Mais 
en comparant ces figures aA'^ec les écbantillons c^ue j'ai eus entre les mains, j'ai 
pu me convaincre avec M. Munler-Cbalmas que les Am. Robini, TbioU. , et 
Ewaldi, de Buch, n'étaient que deux formes d'une même espèce : en effet, les 
tuljercules, qui sont très marqués chez les échantillons jeunes, disparaissent 
dans le dernier tour de l'individu adulte, si bien que le nom d'Am. Robini 
peut être considéré comme ayant été donné à des individus adultes' de l'Am. 
Ewaldi. En effet, si Ton se rapporte à la figure de Y Am. Robini donnée par 
ThioUière et non à la copie de L. dp Buch qui n'en est qu'une réduction , 
on volt que l'espèce figurée par le premier de ces auteurs est très grande; il 
n'y a donc rien d'étonnant à ce qu'elle ne présente plus de tubercules. Ces 
deux espèces sont donc identiques. 

« Le nom d'Ammonites Eiualdi étant antérieur de quelques mois à celui 
d'Am. Robini, c'est celui que j'admettrai, me conformant ainsi à un usage 
constant. » 

Je ne puis adhérer à cette conclusion de M. Fallot : d'aljord le nom 
d' Ewaldi ne peut avoir la priorité sur celui de Robini, car si de Buch a em- 
ployé ce nom un peu avant l'époque à laquelle ThioUière a décrit et figuré 
Am. Robini, il a, à ce moment, donné de son espèce une définition et une 
figure non seulement insuffisantes, mais erronées, et ce n'est que plus tard, 
postérieurement à la publication de ThioUière , qu'il a complété sa première 
définition; encore y a-t-il dans cette nouvelle description des erreurs et un 
désaccord entre le texte et les figures. 



ACANTHOCERATIDÉS. 33 

Le nom d'Am. Ewaldi doit d'autant moins être substitué à celui dMm. Ro- 
hini que l'on peut tenir pour certain que ces deux noms s'appliquent à deux 
espèces différentes, au moins autant qu'on peut en juger par les dessins 
donnés en i 84^8 par L. de Buch, car il n'y a pas seulement désaccord entre 
le texte et les figiu-es, mais celles-ci mêmes sont loin d'être semljlables : l'une, 
pi. VI, fig. 6, montre des lobes denticulés, et l'autre, pi. VII, fig. 4, ter- 
minés par un angle obtus. 

On peut cependant chercher à interpréter les descriptions et figures de 
L. de Buch en admettant que la première figure donne bien le dessin exact 
des lobes et que l'autre nous fait connaître la forme de la selle ventrale , di- 
visée en deux parties à contours arrondis : dans l'individu de Thiollière , si le 
plan général de la cloison est le même que dans l'espèce de de Buch, par 
contre la subdivision externe de la selle ventrale, au lieu d'être à contour 
arrondi, est bilobée, et ce détail me paraît suffisant, en raison de sa constance, 
pour motiver une distinction spécifique des deux types. 

Passons maintenant aux espèces d'Afrique : je laisse ici la parole à M. Pérou 
[loc. cit., p. 5). 

« En décrivant Y Ammonites Fourneli, en 1849, ^" Bayle faisait remarquer 
que son • espèce présentait la plus grande analogie avec VAm. Robini, que 
Thiollière venait de découvrir dans les environs de Dieulefit (Drôme). Il 
était porté à croire qu'une comparaison directe des échantillons conduirait à 
identifier les deux espèces, si on retrouvait dans les jeunes individus de VAm. 
Robini tous les ornements du test qu'il avait signalés sur le jeune individu 
d'Algérie. En conséquence, ce n'était que provisoirement que M. Bayle 
donnait le nom de Fourneli à ses exemplaires, sauf à le remplacer par celui 
de Robini, quand l'identité des espèces serait constatée. A la vérité, M. Bayle 
semble avoir abandonné aujourd'hui cette manière de voir, car, dans son bel 
atlas publié pour Y Explication de la carte géologique détaillée de la France, il 
a reproduit, sous le nom de Buchiceras Fourneli, les deux spécimens âHAm. 
Fourneli qu'il avait autrefois figurés dans la Richesse minérale d'Algérie. 

« Cependant le moment nous semble venu d'opérer la réunion que 
M. Bayle avait indiquée. La condition que ce savant avait mise à cette réunion 
ne s'est pas, il est vrai, réalisée; c'est-à-dire que l'on ne retrouve pas dans les 
jeunes Am. Robini les caractères qu'il avait signalés dans son jeune Am. Four- 
neli; mais cela s'explique fort naturellement. M. Bayle, en effet, a compris 
sous lé nom d'Am. Fourneli deux formes bien distinctes de Buchiceras qui se 

5 



34 LES AMMONITES DE LA CRAIE SUPERIEURE. 

trouvent presque toujours ensemlile dans le sénonien inférieur. Ces deux 
formes sont représentées, dans la Richesse minérale et dans V Atlas de paléon- 
tologie, par deux spécimens dont l'un est, à tort, considéré comme le jeune 
de l'autre. Ces deux individus sont, en somme, fort différents et l'inspection 
seule des figures suffit à le montrer. 

n Pénétré de l'idée que ces deux fossiles appartenaient à la même espèce, 
M. Bayie a dû, dans sa diagnose deYAm. Fourneli, combiner leurs caractères, 
et c'est seulement par la variation résultant de l'âge qu'il explique leurs diffé- 
rences. 

(I Or nous avons reconnu, par l'étude d'une série d'individus de chacun des 
types figurés par M. Bayle, que ia transformation attribuée à l'âge par le 
savant paléontologue ne se produisait en réalité aucunement. Nous avons des 
jeunes, des moyens, des vieux, et, dans chaque série, tous les individus con- 
servent bien les caractères respectifs de leur type. Il n'est donc pas douteux 
pour nous que sous le nom d'Am. Fourneli se trouvent réunies devix espèces 
qu'il y a lieu de séparer. Sans doute ces espèces ont entre elles certaines affi- 
nités, peut-être même certaines transitions; mais c'est ainsi qu'il en est tou- 
jours quand on étudie de nombreux individus d'espèces voisines. Il n'en 
demeure pas moins nécessaire d'opérer des coupures et de distinguer les 
types spécifiques quand ils sont suffisamment caractérisés. 

« Des deux individus d'Am. Fourneli étudiés par M. Bayle, c'est évidemment 
l'adulte dont la ressemblance avec VAm. Robini l'avait frappé. Le deuxième, 
en effet, en diffère d'une façon notable et nous définirons plus loin ses carac- 
tères propres. 

« Les découvertes que nous avons faites nous-même en Algérie, celles que 
M. Thomas a faites en Tunisie ont complètement confirmé l'idée de rappro- 
chement émise autrefois par M. Bayle. L'identité de l'ammonite de Thiollière 
avec celle de M. Bayle nous paraît actuellement évidente. 

«D'autre part, M. Fallot a montré récemment que les Ammonites Robini, 
ThiolL , et Am. Eivaldi\, de Buch, n'étaient que deux variétés de la même 
espèce. Cette manière de voir, que notre savant confrère a appuyée d'une 
bonne démonstration, est d'autant plus admissible que nous avons nous-même 
observé, dans nos individus d'Afrique, des variations tout à fait semblables et 
équivalentes. 

« Les tubercules latéraux cpii caractérisent principalement WAm. Eivaldi 
s'atténuent et s'effacent avec l'âge. Nous avdns pu nous en convaincre en 



î^ 



ACANTHOCERATIDES. 35 

enlevant des portions de tour à des individus adultes qui pai-aissaient entiè- 
rement lisses, et qui, par suite, pouvaient être appelés Am. Robini; dans les 
tours antérieurs nous avons retrouvé, souvent très accentués, les tubercules 
marginaux et dorsaux. L'individu que nous faisons figurer est dans ce cas : tuie 
moitié de tour environ, représentant presque toute la dernière loge, a pu être 
détachée et, dans la partie fraîche, mise à nu, les tubercules dorsaux sont 
apparus très accentués. 

« Nous souscrivons donc pleinement à la réunion proposée par M. Fallot, 
des Am. Robini et Am. Ewaldi, et, à l'exemple de notre confi'ère, c'est ce 
dernier nom que nous adopterons comme ayant le droit de priorité. » 

. Mettant à part la question de l'identité spécifique des Am. Robini et Am. 
Ëicaldi sur laquelle je viens de faire connaître mon opinion, j'ajouterai que je 
dois encore faire des réserves sur certaines conclusions de mon savant confrère : 
avec lui, je considère cp'il y a lieu de distinguer dans les individus rapportés 
par M. Bayle k Am. Fourneli deux types distincts, mais il me paraît impos- 
sible de voir dans ces deux types les équivalents des formes de Dieulefit et 
de Gosau. Je ne puis assimiler VAm. Ewaldi d'Algérie soit à YAm. Eivaldi, soit 
à YAm. Robini de Dieulefit. Ces formes diffèrent complètement à plusieurs 
points de vue : l'aspect gé»éral n'est pas le même et les individus d'Afrique., 
avec un ombilic proportionnellement plus étroit, sont bien plus renflés et ont , 
leurs flancs plus convexes que ceux des individus de Dieulefit ; sous le rapport 
de l'ornementation, l'écart n'est pas moins grand, car dans Am. Fourneli et 
les formes affines , les côtes sont minces , anguleuses et terminées vers le bord 
externe par un tubercule arrondi ou même presque radial, tandis que dans 
Am. Robini les côtes sont larges, plates et terminées par un tubercule nette- 
ment pincé et allongé dans le sens transverse. 

Je crois donc devoir distinguer d'Am. Ewaldi la forme airicaine définie 
par M. Pérou sous ce nom, et je l'appelle : 

TISSOTIA FICHEURI. A. deGrossouvre,!!. sp. 

1849. Am. Fourneli. Bayle, p. parte, in Fournel, Richesse viinér. Algérie, p. 36o, pi. XVII, 

fig. 1 et 3 (nonfig. 3 et /t). 
1880. Buchiceras Fourneli. Bayle, p. parte. Explication de la carte géol. de France, t. IV, 

Atlas palèont., pi. XL, fig. A et p (non fig. 3). 
1890. Buchiceras Ewaldi. Péron, Description des mollasqaes fossiles des terrains crétacés de la 

région Sud des hauts plateaux de la Tunisie, p. 5, n], XV, fig. i à g. 






36 



LES AMMONITES DE LA CRAIE SUPERIEURE. 



Je renvoie pour les figures aux ouvrages que je viens de citer, et pour la 
description aux détails si complets que renferme l'ouvrage de M. Pérou; je 
me borne à donner ci-dessous le dessin des cloisons de cette espèce. 




Tissotia Fichewi (gros. = 2), dessin pris sur l'échautillon représenté par M. Péron, 
Molluscjues fossiles (pi. XV, fig. 3). 

De même, je ne pense pas que Bachiceras Fourneli, Bayle, emend., Péron, 
soit la même espèce quAin. haplophyllus de Redtenbacher ou que Bachiceras 
Slizewiczi, Fallot; les différences entre l'espèce d'Algérie et celles de France 
sont analogues à celles que je viens de signaler entre Am. Ficheiiri et Am. 
Robini, et je crois qu'il y a lieu de maintenir à la fois comme types spécifiques 
distincts Am. Fourneli et Am. haplophyllus. Pour la définition du premier, je 
me range complètement aux idées émises par M. Péron. 



TISSOTIA FOURNELL Bayle, sp. emend. Péron. 

1849. Am. Fourneli. Bayle, p. parte, in Fournel, Richesse miner. Algérie, p. 36o, pi. XVII, 

fig-. 3 et 4. (non fig. 1 et 2). 
1880. Buchiceras Fourneli. Bayle, p. parte. Explication (le la carte géologique de France, t. IV, 

Atlas paléont. , pi. XL, fig. 3 (non fig. 2 et 4). 
1890. Buchiceras Fourneli. Bayle, emend. Péron, Description des mollusques fossiles des terrains 

crétacés de la région Sud des hauts plateaux de la Tunisie, p. 9, pi. XV, fig. 10 à li 

(et[?],"pl. XVII, fig. 11 à i3). 

Je renvoie également, pour les descriptions et les figures, auv ouvrages 
cités ci-dessus; je dois cependant faire quelques réserves sur l'attribution à 
cette espèce des exemplaires figurés pai- M. Péron, pi. XVII, fig. i i à i3, 
dont les cloisons paraissent bien différentes de celles du Fourneli type. 

Il reste à examiner si Tissotia Ficheuri et Tissotia Fourneli appartiennent, 
comme le pense M. Douvillé, au même type spécifique, dont le premier 
serait seulement une variété inerme : je ne le crois pas et je considère ces 



ACANTHOGERATIDES. 37 

deux espèces comme nettement distinctes; dans l'une, le bord externe devient 
de plus en plus pincé et effilé au fur et à mesure cpie la coquille s'accroît, 
tandis que dans L'autre il reste toujours épais et terminé par un biseau obtus. 
Nous retrouverons deux séries de formes analogues dans les espèces d'Europe. 



\n. 




Tissotia Fourneli , Tissotia Fourneli (gros. = 2), dessin pris sur l'échantiHon 

cloisons d'après M. Bayle. représenté par M. Péron, 

Mollasqaes fossiles (pi. XV, fig. lo ''' ). 

On peut ajouter que T. Ficheari et T. Fourneli se distinguent aussi très 
nettement l'un de l'autre par la forme bien différente de leurs premières selles 
latérales. 

TISSOTIA ROBINI. Thiollière, sp. emend. A. de Grossouvre. 
(PL IV, fig. 1 et 2.) 

1848. Ammonites Robini. Thiollière, p. parte. Note sur une nouvelle espèce d'Ammonite pro- 
venant des grès verts supérieurs du département de la Drame [Extrait des Annales de la 
Soc. nationale d'agriculture, etc., de Lyon, 1" série, t. XI) , pi. 1, p. parte. 

1885. Buchiceras Ewaldi. Fallût, Crétacé du sud-est de la France, p. 237, pi. III, fig. 1 et 2. 

Coquille discoïdale, comprimée. 

Spire formée de tours très embrassants, croissant rapidement en hauteur, 
très peu convexes sur les flancs et ayant leiu plus grande épaisseur au voisi- 
nage immédiat de l'ombilic. 

Bord externe formé par un biseau assez tranchant, séparé des flancs par 
deux carènes latérales plus ou moins marquées. 

Ombilic très étroit. 

Section des tours ogivale. 

Les flancs sont ornés de côtes légèrement arquées , radiales , assez larges , 
très peu saillantes, prenaiît naissance à une certaine distance de l'ombilic, et 
se terminant sur les carènes latérales qui limitent le biseau siphonal par des 

''' Cet échantillon étant usé superficiellement, les denticulations des lobes ont disparu; il con- 
vient de remarquer aussi que sa cloison diffère assez notablement de celle qui a été donnée par 
M. Bayle : en particulier, le premier lobe latéral est proportionnellement beaucoup plus large. 



38 LES AMMONITES DE LA CRAIE SUPÉRIEURE. 

tuberciiles transverses mieux indiqués que les côtes. Ces côtes sont de lon- 
gueurs inégales, une côte longue alternant avec une courte. L'ornementation 
de cette espèce est d'ailleurs toujours assez obscure : côtes et tubercules, un 
peu mieux marqués dans le jeune que dans l'adulte , disparaissent complète- 
ment à un âge plus avancé et la coquille devient alors complètement lisse , 
comme le grand échantillon figiué par Thiollière. 

Cloisons. — Les cloisons de cette espèce sont bien bâties sur le plan général 
de celles des Tissotia, comme on peut le voir sur la figure i" de la planche IV. 
Je donne ci-dessous leur dessin amplifié et pris sur une cloison de la face, 
non vue sur la figure i '' ; les détails y sont mieux conservés que ceux de la 
face reproduite, où ils sont peu nets, les échantillons de Dieulefit étant d'or- 
dinaire assez frustes en raison de la nature de la gangue. 

On voit que le premier lobe latéral est plus étroit que la subdivision adja- 
cente de la selle externe, et que l'autre subdivision de cette seUe est dentelée 
et légèrement bilobée.- 

Fig. 20. 



Tissotia Robini (gros. = 2), d'après l'échantiUon représenté pi. IV, iig. i. , 

Rapports et différences. — En donnant la description de la nouvelle espèce 
qu'il venait de découArir, Thiollière faisait observer que le fragment repré- 
senté au bas et à droite de sa planche se rapporte à un exemplaire plus petit 
que celui d'après lequel ont été dessinées les trois autres figures; sur cette 
figure, la subdivision externe de la première selle latérale est entière et à 
contours arrondis. L'échantillon cpai possède cette cloison app£u'tient donc 
à une autre espèce et doit être vi^aisemblablement rattaché à Tissotia Ewaldi. 

Les cloisons représentées sur le grand échantillon vu de côté se rapportent 
aussi bien que possible à celles de la figure i", pi. IV. Si Ton tient compte 
de ce qu'elles ont dû être dessinées à main levée, on s'expliquera les diffé- 
rences qui peuvent exister dans les pioportions des diverses parties. 



ACANTHOCERATIDES. 39 

Pai' contre , le dessin de la selle ventrale sur la figure placée en haut et à 
droite de la planche de ThioUière ne concorde pas du tout avec celui donné 
dans l'autre figure , bien que l'auteur dise expressément que ces trois figures 
se rapportent à un même exemplaire; il y a là, évidemment, une erreur com- 
mise par le dessinateur. 

Redtenhacher, dans son ouvrage sur les céphalopodes des couches de 
Gosau, a figuré plusieurs exemplaires de Tissotia provenant de deux ravins, 
Schmolnauer-Alp et Hofergraben, c£ui se trouvent au voisinage de Strobl- 
Weissenbach; ces échantillons paraissent exister en assez grande quantité 
dans ces gisements, puisque ce savant en a eu en main cinquante-quatre. 
Parmi ceux qu'il a figurés sous le nom d^Am. cf. Ewaldi, il en est qui appar- 
tiennent à l'espèce de ThioUière, par exemple celui représenté fig. 5s et dont 
la figure 5' donne le dessin de la cloison. 

L'échantillon que j'ai fait représenter pi. IV, fig. i , avait déjà été figuré 
dans le mémoire de M. Fallot, pi. Ill, fig. i, et avait servi de base à sa des- 
cription de Bachiceras Eivaldi. 

Gisement. — Cette espèce a été rencontrée en Aquitaine, dans l'assise L' 
de M. Arnaud, à Pons (Charente-Inférieure) et dans les grès de Pieulefit, qui 
ont d'ailleurs fourni le type de Thiollière. 

Echantillons examinés. — Un échantillon (coUectiotï Arnaud). 
Deux échantillons (collection de la Sorbonne, collection Sayn) des grès 
de Dieulefit. 

EXPLICATION DES FIGURES. 
Planche IV. 

Fig. 1°. — Individu de taille moyenne (collection de la Sorljonne), vu de côté pour 
montrer le dessin des cloisons et Tornementation de cette espèce qui dis- 
paraît avec l'âge. 

Grès verdàtre de Dieulefit (Drôme). 

Fig. 1''. — Le même, vu du côté ventral, pour montrer la forme de la section des tours, 
qui est subtrapézoïdale an commencement du dernier tour et ogivale à son 
extrémité. 

Fig. 2°. — Individu de petite taille (collection Arnaud), vu de côté; on aperçoit les côtes 
flexueuses qui ornent les flancs des premiers tours de cette espèce. 
Pons (Charente-Inférieure), assise L^ de M. Arnaud. 

Fig. S"". — Le même, vu du côté ventral. 



llO 



LES AMMONITES DE LA CRAIE SUPERIEURE. 



TISSOTIA EWALDL L. de Buch, sp. 
(PI. IV, fig. G; pi. IX, %. 5.) 

1847. Ammonites E-waldi. De Buch, Ueber Ceratiten. Bericht iieher die ziir Bckanntmuchiinq 

geeigneteii Verhandl. der k. preuss. Akad. der Wissenschaften zn Berlin, p. 221. 

1848. Ammonites E-waldi. De Buch, Abhandl. der Akad. der Wissensch. su Berlin, p. 26; 

pi. VI, fig. 6 et 7; pi. VII, fig. 4. 

Cette espèce, telle que je l'interprète (voir précédemment, p. 01), res- 
semjjle à peu près complètement à T. Rohini : elle en dilTère par la forme 
de sa selle ventrale, subdivisée par un lobule en deux parties inégales, dont 
l'exter'ne est la plus petite; cette subdivision externe est entière, à contour 
arrondi, tandis que dans T. Rohini elle est découpée et légèrement bilobée. 

Je donne ci-dessous le dessin d'une partie de la cloison de l'échantillon de 
la craie de Villedieu (collection de l'abbé Bourgeois), représenté pi. IV, fig. 6, 
et celui de l'échantillon des Corbières (collection Toucas), représenté pi. IX, 
fig. 5. 




Tissotia Ewaldi (gros. = 3,3), d'après l'échantUion de la craie de Villedieu, 
représenté pi. IV, fig. 6. 



Fig. 22. 




Tissotia Ewaldi ( gros. = 2,8), d'après l'échantillon de Rennes-les-Bains , 
représenté pi. IX, fig. 5. 



Parmi les exemplaires se rapportant à cette espèce que j'ai eu l'occasion 
d'examiner, je citerai particulièrement un individu des grès verdâtres de 



ACANTHOCERATIDES. 41 

Dieulefil, dont le dernier tour présente sur sa première moitié des tolDercules 
assez prononcés placés tout autour de l'omJjilic, à peu près comme nous le 
verrons plus loin dans T. Slizewiczi et comma il en existe aussi dans l'échan- 
tillon des Corbières, pi. IX, fig. 6; mais sur ce dernier ils sont moins sail- 
lants. Ils disparaissent ensuite sur la dernière partie du dernier tour. 

Il existe donc, dans T. Ewaldi, et probablement aussi dans T. Rohini, des 
variétés à ornementation plus ou moins prononcée, chez lesquelles se trouvent, 
tout autour de l'ombilic , des tubercules servant de point de départ à des côtes 
se terminant sur le bord externe par un tubercule transverse. A un âge plus 
avancé, ces tubercules disparaissent et la coquille devient alors à peu près lisse, 
comme dans les individus à ornementation peu accentuée. 

Redtenbacher signale ce même caractère dans les jeunes individus prove- 
nant des environs de Strobl-Weissenbach , qu'il a décrits sous le nom d^Am. 
cf. Ewaldi. J'ai dit précédemment qu'un certain nombre des échantillons de 
cette région devaient être rapportés à T. Robini; il en est d'autres qui se rat- 
tachent au contraire à T. Ewaldi, comme par exemple celui qui a été figuré 
pi. XXII, fig. 5^, et dont le dessin de la cloison est donné fig. ô*;. • 

Gisement. — Cette espèce a été rencontrée à Cangey (Loir-et-Cher) dans 
les calcaires durs qui forment la base de la craie de Villedieu; aux Eyzies 
(Dordogne), dans les Corbières et dans les couches de Gosau des Alpes orien- 
tales, à Strobl-Weissenbach. 

. Echantillons examinés. — Un échantillon de la base de la craie de Villedieu 
(collection de l'abbé Bourgeois à l'Ecole de Pontlevoy). 

Un échantillon des Eyzies (collection Boreau-Lajanadie) ; assise L^ de 
M. Arnaud. 

Un échantillon (collection Toucas) des environs de Rennes-les-Bains (Aude) 
des calcaires durs à Cyphosoma Archiaci. 

EXPLICATION DES FIGURES. 

Planche IV. 

Fig. 6. — Individu d'assez grande taille (collection de l'abbé Bourgeois, à l'Ecole de 
Pontlevoy) , vu de côté pour montrer l'ornementation des flancs. 

Calcaires durs de la base de la craie de Villedieu. Cangey, près Amboise 
(Indre-et-Loire). 

6 



42 LES AMMONITES DE LA CRAIE SUPERIEURE. 

Planche IX. 

FiG. 5. — Individu (collection Toucas) vu de côté pour montrer rornementation des 
flancs : on voit que les tubercules ombilicauK disparaissent à Textrémité 
du dernier tour. 

Environs de Rennes-les-Bains (Aude). 

Calcaires durs à Cyphosoma Archiaci de l'étage sénonien. 

ÏISSOTIA REDTENBACHERI. A. de Grossouvre, n. sp. 

Je distingue sous ce nom un échantillon du coniacien moyen de la Dor- 
dogne, qui possède la forme et l'ornementation des individus appai'tenant à 
la variété plate de T. Eiualdi, mais dont la ligne suturale montre une selle 
externe bien particulière et tout à fait différente de celles que l'on rencontre 
chez T. Ewaldi aussi bien que chez T. Robini, comme le montre la figure ci- 
dessous. 

Fig. 2 3. 




W 



-J 
Tissotià Redtenbacheri (gros. = 3,7), d'après un échantillon des Eyzies. 

Gisement. — Assise L' de M. Arnaud. 

L'échantillon examiné (collection Arnaud) provient du tunnel de Laugerie, 
près les Eyzies (Dordogne) , sur la ligne de Périgueux à Agen. 

TISSOTIA HAPLOPHYLLA. Redtenbacher, sp. 
(Pi. IV, fig. 3, 4 et 5.) 

1873. Am. haplophyllus. Redtenbacher, Die Cephalopodenfauna der Gosauschichten. Abkandl. 
d. k. k. geol. Reichsanstalt , t. V, p. 100, pi. XXIII, fig. 1. 



Coquille discoïdaie, comprimée. 



ACANTHOCERATIDES. 43 

Spire formée de tours très embrassants, croissant assez rapidement, peu 
convexes sur les flancs, ayant leur plus grande épaisseur à peu près vers le 
tiers de la hauteur. 

Bord externe formé par un biseau plus ou moins obtus, qui se déprime de 
plus en plus avec l'âge. 

Ombilic petit. 

Section des tours subtrapézoïdale. 

L'ornementation de cette coquille se compose de nodosités situées tout au- 
tour de l'ombilic, fortement surélevées et dirigées très obliquement en avant : 
le maximum de surélévation se trouve à une très petite distance de l'omlailic 
et, entre ce point et le bord de l'ombilic, le tubercule est très étroit et comme 
pincé; de l'autre côté, il s'abaisse rapidement et en même temps s'élargit 
beaucoup pour donner naissance par bifurcation à deux, plus généralement 
trois, côtes larges, très atténuées, qui s'infléchissent d'abord en avant, puis 
reviennent ensuite un peu en arrière et se terminent sm' le contour même 
par un tubercule transverse. Le nombre des tubercules marginaux est à peu 
près trois fois celui des tubercules ombilicaux. 

Le biseau qui forme le bord externe est limité de chaque côté par une 
série de tubercules allongés dans le sens de l'enroulement : son tranchant 
paraît lisse dans le jeune; plus tard, il devient crénelé d'une manière plus 
ou moins distincte, et ses dentelures alternent avec les tubercules latéraux. 

A mesure que la coquille grossit, les tubercules ombilicaux se surélèvent 
de plus en plus (pi. IV, fig. 5) et les côtes deviennent de moins en moins 
distinctes, de sorte que finalement l'ornementation de la coquille consiste 
en une série de tubercules ombilicaux saillants et obliques en avant, et une 
série de tubercules mai^ginaux, en nombre à peu près triple de celui des 
premiers. 

A côté de la forme renflée et à ornementation vigoureuse ainsi définie et 
qui paraît répondre exactement au type créé par Redtenbacher, viennent se 
ranger des variétés moins épaisses à ornementation moins accentuée. Tels 
sont, par exemple, les deux échantillons, fig. 3 et fig. 4 de la planche IV, 
chez lesquels les côtes sont moins surélevées sur le bord de l'ombilic ; elles 
paraissent même tendi^e à disparaître complètement dans cette région , comme 
cela se produit dans les adultes de T. Rohini et T. Ewaldi. 

Cloisons. — Elles sont bâties sur le plan général des cloisons des Tissotia 

G. 



4a LES AMMONITES DE LA CRAIE SUPERIEURE. 

et offrent en particulier beaucoup d'analogies avec celles de T. Ewaldi, ainsi 
que le montre la figure ci-dessous. 



Fis. 2k. 



[ 

Tissotia haplophylla (gros. = 3), d'après l'échantillon de Puymoyen représenté pi. IV, (îg. 4- 

Comme dans Tissotia Ewaldi, la selle externe est subdivisée en deux par- 
ties à contours arrondis : la sididivision la plus externe est légèrement dépri- 
mée en son milieu , comme si elle avait tendance à se bilober. Dans le dessin 
des cloisons de T. haplophylla données par Redtenbacher [loc. cit., pi. XXIII, 
lig. 1*^), cette subdivision est indiquée comme dentelée; mais l'exactitude de 
ce caractère peut être suspectée, car Redtenbacher dit que les cloisons sont 
peu distinctes. 

Ce qui distingue le dessin des cloisons de T. haplophylla de celui des 
cloisons de T~ Ewaldi, c'est que le premier lobe latéral, tout en étant moins 
large que la première selle auxiliaire, est aussi large ou même un peu plus 
large que la subdivision adjacente de la selle externe, tandis que dans T. 
Ewaldi, le premier lobe latéral est nettement moins large que cette subdi- 
vision. 

Rapports et différences. — Cette espèce a été créée par Redtenbacher sur 
un échantillon unique provenant des marnes du ravin de Schmolnauer Alp, 
près Strobl-Weissenbach. 

Elle présente beaucoup d'analogies avec T. Robini et T. Ewaldi, et se dis- 
tingue de ces deux espèces par la forme de ses tours dont le biseau ventral 
tend à devenir de plus en plus méplat avec l'âge , tandis que pour les autres , 
l'inverse se produit et le bord ventral devient, au contraire, de plus en plus 
tranchant à mesure que la coquille s'accroît. 

Elle est aussi très voisine de Barroisia Haberfellneri et la distinction est 
assez difficile pour les échantillons sur lesquels on ne peut pas examiner 
les cloisons. On peut dire cependant que dans cette dernière espèce, le bord 
ventral se déprime encore plus rapidement que dans T. haplophylla, et que 



ACANTH0CE1\ATIDES. 45 

les nodosités ombilicales y sont, à taille égale, moins pincées, plus larges et 
moins saillantes. 

Gisement. — Cette espèce habite l'étage coniacien et plus particulièrement 
les couches inférieures de cet étage. On l'a rencontrée en Touraine, en Aqui- 
taine, dans les Gorbières et dans les Alpes orientales (couches de Gosau). 

Échantillons examinés. — Un échantillon de Nieul-le-Virouil (Charente- 
Inférieure) [collection Béjaudry], dans l'assise K de M. Arnaud. 

Un échantillon de Pons (Charente-Inférieure) [collection Arnaud], dans 
l'assise L^ de M. Arnaud. 

Un échantillon de Puymoyen, route de Torsac (Charente) [collection 
Boreau-Lajanadie] , dans les calcaires glauconieux à texture gréseuse de l'as- 
sise K de M. Arnaud. 

Un échantillon (collection Piéjaudry) de Saint-Iiilaire-de-Jonzac (Charente- 
Inférieure), dans l'assise L' de M. Arnaud. 

Un échantillon (collection A. de Grossouvre) provenant des calcaires diu\s 
de la pallie infériem-e de la craie de Villedieu, exploités dans les carrières de 
laRibochère, commune de Couture (Loir-et-Cher.) 

EXPLICATION DES FIGURES. 

Planclie IV. 

FiG. 3". — Individu de petite taille (collection Réjaudry), vu de côté pour montrer les 
côtes flexueuses partant des tubercules ombilicaux qui constituent l'orne- 
mentation de cette espèce. 

Saint-Hilaii-e-de-Jonzac (Charente-Inférieure). 
Coniacien moyen : assise L^ de M. Arnaud. 
FiG. 3''. — Le même, vu du côté ventral pour montrer la section des tours qui est tra- 
pézoïdale, le bord ventral tendant à se déprimer de plus en plus à mesure 
que la coquille s'accroît. 
FiG. fi'. — Individu de petite taille (collection Boreau-Lajanadie), vu de côté : on voit 
qu'il existe encore, au commencement du dernier tour, des tubercules om- 
bilicaux qui disparaissent sur la dernière partie de ce tour. 
Puymoyen, route de Torsac (Charente). 
Etage coniacien inférieur. 
FiG. 4^ — Le même, vu du côté ventral pour montrer la forme de la section des tours, 
analogue à celle de l'individu précédent. 



Ll6 



LES AMMONITES DE LA CRAIE SUPERIEURE. 



FiG. 5\ — Individu d'assez grande taille (collection Réjaudry), de forme renflée, vu de 
côté pour montrer l'ornementation vigoureuse des flancs; à cette taille, les 
côtes qui réunissent les tubercules ombilicaux aux tubercules ventraux ont 
à peu près complètement disparu. 

Environs de Pons (Charente-Inférieure). 
Coniacien moyen : assise L^ de M. Arnaud. 
FiG. b^. — Le même, vu du côté ventral pour montrer l'épaisseur des tours, la forme 
déprimée du bord ventral et les tubercules de la carène siphonale. 



TISSOTIA SLIZEWICZL Fallot, sp. 
(PL VII, fig. 2.) 

1885. Buchiceras Slize'wiczi, Fallût, Crétacé du sud-est de lu Fiance, p. a/io, pi. Il, fig. 3. 

Cette espèce ressemble beaucoup pour la forme et rornementation à T. 

ris; 25 




Tissotia Sllzewiczi, reproduction de la figure donnée par M. Fallût, Crétacé pi. II, fig. 



ACANTHOCERATIDES. 47 

haplophylla. Elle comprend des formes à ornementation très accentuée, 
comme l'individu qui a servi de type à M. Fallot pour établir cette espèce et 
dont j'ai fait reproduire ci-dessus le dessin emprunté à l'ouvrage de M. Fallot, 
et d'autres à ornementation presque nulle, comme l'individu représenté par 
la figiu-e 2 de la planche VII. 

Ce qui distingue cette espèce, c'est le dessin de ses cloisons (voir fig. 2 0, 
26 et 27); le lobe latéral supérieur est plus large que la première selle laté- 
rale et plus large aussi que la subdivision adjacente de la selle latérale supé- 
rieure. En même temps, la siUidivision externe de la selle externe est elle-même 
profondément bilobée , de telle sorte que cette selle est en définitive subdivisée 
en trois parties par deux lobules. Ce caractère ressort bien sur l'échantillon type 
de M. Fallot; nous le retrouvons aussi net sur un autre échantillon de Pons, 
provenant de l'assise L^ de M. Arnaud, dont je donne le dessin ci-dessous. 

Fig. 26. 



Tissotia Slizewiczi (gros. = 2,5), fragment de cloison d'après un échantillon de Pons (collection Arnaud) 



Fig. 27. 



1 / 



' ) 



u 



Tissotia Slizewiczi (gros. = 3,6), d'après un échantillon des Eyzies (collection Boreau-Lajanadie). 

Gisement. — Cette espèce appartient à l'étage coniacien et parait habiter de 
préférence la partie moyenne de cet étage. 

Elle a été rencontrée dans l'Aquitaine et à Dieulefit. 

Échantillons examinés. — Un échantillon (collection Arnaud) des environs 
de Pons (Charente-Inférieure); assise L^ de M. Arnaud. 

Un échantillon (collection Boreau-Lajanadie) des Eyzies (Dordogne); assise 
U de M. Arnaud. 



48 LES AMMONITES DE LA CRAIE SUPERIEURE. 

Un échantillon (collection Arnaud) de Toutyfant, près Angoulême; assise 
U de M. Arnaud. 

EXPLICATION DES FIGURES. 

Planche VII. 

FiG. 2'. — Individu jeune (collection Arnaud), vu de côté pour montrer les tubercules 
ombilicaux et leur disparition à l'extrémité du dernier tour. 

Assise Li de M. Arnaud. 

Pons ( Charente-Inférieure ) . 
FiG. 2\ — Le même, vu du côté ventral. 



RESUME. 

On voit cpi'ii existe dans les Tissotia deux séries de formes bien distinctes. 

Dans les unes [T. Ficheari, T. Robini, T. Ewahli, T. Redtenbacheri) , la 
coquille adulte a le bord ventral tranchant ; dans les autres , au contraire , 
{T. Fourneli, T. haplophjUa, T. Slizewiczi), le bord externe tend à devenir 
de plus en plus méplat au fiu et à mesure cjue la cocpiille s'accroît. 

Dans ces deux séries, on retrouve les mêmes variations dans l'ornementa- 
tion : les A-ai'iétés plates sont presque lisses et les variétés renflées -ont une 
ornementation plus vigoureuse, avec tubercules ombilicaux parfois très accen- 
tués, servant de point de départ à des côtes flexueuses, cjui se terminent par 
des tubercules sur le contour externe. 

Dans ces deux séries, les espèces que j'ai distinguées diffèrent principale- 
ment par les détails de ia cloison et surtout par la forme de la selle ventrale , 
qui est tantôt bilobée, tantôt trilobée, à contours simples ou persillés, et il 
semble que le nomlare des subdivisions de cette selle est plus grand dans les 
individus qui appartiennent aux assises plus récentes que dans ceux des assises 
plus anciennes. 

Il est possible que ces espèces, ou un certain nombre d'entre elles, aient 
été mmiies d'une quille, prolongeant la carène ventrale, qui aiu"ait disparu sur 
les moules internes, en raison de sa fragilité; ainsi, M. Pérou a montré son 
existence, à l'état de lame mince très saillante, chez T. Ficheari [loc. cit., 
p. 7, et pi. XV, fig. 1). 

Les Tissotia d'Afrique, parmi lesquels les deux formes les plus fréquentes 
paraissent être T. Fourneli et T. Ficheuri, ont été considérés jusqu'ici comme 
appartenant à la base de l'étage sénonien, mais il est fort difficile d'établir la- 



ACANTHOCERATIDES. 49 

correspondance exacte des couches crétacées d'Afrique avec celles d'Europe , 
en raison du petit nombre de fossiles commmis et du peu de valeur stratigra- 
phique de ceux qui se rencontrent à la fois dans les deux régions. En réalité, 
l'assimilation que l'on a faite des Tissotia africains avec les formes européennes 
ne paraît pas fondée et ne peut servir de base pour un parallélisme. D'autre 
part, on rencontre en France, dans l'étage turonien, des formes qui paraissent 
beaucoup plus voisines de celles d'Algérie que ne le sont les espèces de Dieu- 
lefit et de Gosau. 

Leur aspect général est à peu près le même et elles n'en diffèrent guère 
que par leiu'S cloisons, denticulées au lieu d'être à contovu"s smiples. 

Ainsi, dans la Charente-Inférieiu-e, M. Arnaud a trouvé à Taillebourg , dans 
l'assise F^ (Angoumien inférieur) , un échantillon à peu près identique comme 
forme et comme ornementation à l'individu figuré par M. Pérou [loc. cit., 
pi. XV, fig. j G et 1 1) , et en Provence, M. Bertrand a trouvé à la base de l'étage 
turonien du ravin des Jeannots, près la Bédoule (Bouches -du -Rhône) des 
échantillons tout à fait analogues aux précédents. 

M. Douvillé a d'ailleurs signalé l'analogie de Tissotia Tissoti avec Ammonites 
Galliennei, espèce que l'on trouve dans le tuffeau de Touraine en compagnie 
di! Acanthoceras Deverioïdes , Prionotropis Woolgari, Sonneratia perampla. 

Enfin , il n'est pas sans intérêt non plus de signaler l'analogie d'une espèce 
d'Algérie, Sonneratia Rollandi , Péron, sp., avec une autre du tuffeau des en- 
virons de Saumur, décrite par Courtiller sous le nom d'Ani. cephaîotas : sous 
le rapport de la forme extérieure, elles sont à peu près complètement iden- 
tiques; elles ne diffèrent guère cpie par le dessin des cloisons, qui sont beau- 
coup plus découpées dans la figure donnée par Courtiller que dans celle de 
M. Péron. J'ajouterai qxie Courtiller a figuré comme jeune de son Ani. cepha- 
îotas vm échantillon bien voisin de l'espèce de Tunisie décrite par M. Pérou 
sous le nom de Pachydiscus [Sonneratia) africanus. 

Ces dernières espèces sont indiquées comme appartenant à l'étage turo- 
nien de la Tmiisie : elles doivent donc être considérées comme provenant 
d'un niveau inférieur à celui des Tissotia Ficheuri et T. Tissoti. 

Or je regarde le tuffeau de Maine-et-Loire caractérisé par Sonneratia per- 
ampla, Sonneratia cephalota, Mammites Revellierei [=Rochebrunei) , Priono- 
tropis Woolgari, etc., comme inférieur au tuffeau de la vallée du Loir, des 
environs de Château-du-Loir et de Couture, où l'on rencontre bien encore 
Prionotropis Woolgari, mais aussi d'autres formes : Acanthoceras Deverioïdes 



50 LES AMMONITES DE LA CRAIE SUPERIEURE. 

et Tissotia Galliennei ; ces dernières espèces n'ont jamais été trouvées dans le 
tuffeau de Maine-et-Loire, qui renferme au contraire Mammites Revellierei 
(^=Rochebrunei), espèce cantonnée partout dans le turonien le plus inférieur. 

On voit ainsi que Sonneratia cephalota hal^ite un niveau inférieur à celui de 
Tissotia Galliennei, de même que Sonneratia Rollandi se trouve au-dessous 
de Tiss:)tia Tissoti ; il y a là, dans la position de ces formes similaires et Ton 
pom-rait dire représentatives, une symétrie qui paraît favorable au parallélisme 
des assises qui les renferment. Je suis donc tout disposé, conformément aux 
idées déjà exprimées par M. Douvillé, à croire que Tissotia Foarneli et T. Fi- 
cheari appartiennent plutôt à l'étage turonien qu'à l'étage sénonien. 

Les Tissotia à cloisons simples sont très répandus, comme je l'ai dit précé- 
demment, dans les couches crétacées du faciès méditerranéen, en Afrique et 
en Palestine; ils ont été rencontrés en outre dans les couches de Gosau des 
Alpes-Orientales, dans les Corbières, dans l'Aquitaine, et de ce côté ils re- 
montent vers le Nord jusqu'en Touraine, niais ils font complètement défaut 
dans la craie de Westphalie et dans celle de Bohême. Leur aire d'extension se 
trouve donc avoir à peu près la même limite que celle des couches juras- 
siques dites à faciès alpin, et il est assez remarquable de voir pénétrer dans 
la région de la Loire ces fossiles caractéristiques de couches crétacées plus 
mér-ichonales , alors qu'une circonstance analogue s'est déjà produite pendant 
l'ère jurassique : j'ai en effet montré, il y a quelques années, que l'on rencontre 
dans le Poitou un certain nomJjre de formes de brachiopodes spéciales aux 
couches de la région alpine. 

Genre BARROISIAT A. de Grossouvre, nov. gen. 

Ce genre, qui renferme des espèces très voisines des Tissotia, me paraît 
pouvoir être établi en raison de certains caractères particuliers. 

Les cloisons diffèrent de celles des Tissotia. par la réduction du nonibre 
des lobes : la forme générale n'est pas la même non plus. Chez les Tissotia, 
les cloisons ne sont pas seulement très simples, ayant leurs selles à contours 
arrondis, comme cela se présente dans les Tissotia d'Afrique ou dans ceux 
de Dieulefit ; mais elles peuvent être aussi denticulées comme dans les exem- 
plaires d'Alcoy (Espagne) , que M. Douvillé rattache aux Tissotia ''' et que 

''' Douvillé, Classification des Cératites de la craie (Bull. Soc. géol. de France, 3° série, XIX, 
p. 285, fig. 7). 



^ 



Nota. « Le nom de Barroisia, ayant déjà été employé par M. Munier-Chalmas (Compte rendu 
« sommaire des séances de la Soc. géol. de France , 5 juin 1 882 , et Bulletin , 3° série , X , p. 435 ) , 
« devra être remplacé par celui de Barroisiceras , de Grossouvre , 1 89^. » 



ACANÏilOCERATIDÉS. 51 

M. Nicklès a décrits sous le nom de Palchellia [Tissotia) Chalmasi^^h Néan- 
moins, même chez ces derniers, les cloisons sont moins profondément dé- 
chiquetées que dans les formes que je groupe sous ie nom de Barroisia; en 
outre, la selle interne de celles-ci est hien divisée par un lohide en deux 
parties inégales, comme dans Tissotia, mais la plus petite est du côté interne, 
au lieu de se trouver du côté externe. 

Fig. 28. 

Barroisia Ilaberjellneri (gros. = 3,5) , dessin de M. DouviHé, d'après l'écliantillon 
de la craie de Villedieu représenté pi. II, fig. 3. 

Ce ne sont assiu-ément que des différences de second ordre , mais , comme 
je l'ai déjà dit, je crois qu'actuellement il y a avantage à multiplier les cou- 
pures, de manière à ne grouper dans un même genre que des formes réelle- 
ment affines. Il est préférable, à mon avis, de tomber dans cet excès plutôt 
que d'établii' des genres trop étendus qui risquent d'ptre hétérogènes , comme 
cela s'est produit pour les anciens genres Acanthoceras , Schlônbachia , etc. 

BARROISIA HABERFELLNERI. F. von Hauer, sp. 
(PI. I, fig. 1 à 5,etpl.II,fig. 1 à 8.) 

1859. Ammonites petrocoriensis. Coquand, Synopsis des fossiles de la formation crétacée du 

sud-ouest de la France. 
1866. Ammonites Haberfellneri. F. von Hauer, Nene Cephalopoden uns den Gosaugebilden , 

p. 2 ; pi. I, fig. 1 à 5. [Sitzungsber. der k. k. Akad. der Wissenschaften. Bd. LUI.) 
1872. Ammonites Neptuni. Gein(?), Fritsch und Sclilônbach, Cephalopoden d. bôhmischen 

Kreide, p. 3o , pi. XIV, fig. 3. 

1872. Ammonites dentato-carinatus. Rôm, Fritsch und Sclilônbach, Cephalopoden d. bôh- 

mischen Kreide, p. 32 ; pi. XVf, fig. i à 3. 
(?) 1873. Ammonites Haberfellneri. Redtenhacher, Die Cephalopodenfauna der Gosauschichten. 
Abhandl. d. k. k. geolog. Reichsanstalt , t. V, p. loi ; pi. XXIII, fig. 2. 

1873. Ammonites Paon. Redteubacher, Die Cephalopodenfauna der Gosauschichten. Abhandl. d. 

k. k. geolog. Reichsanstalt, t. V, p. io3 ; pi. XXIIf , fig. 3. 

''' Nicklès, Contributions à la paléontologie du sud-est de i Espagne [Mémoires Soc. géol. de France, 
Paléontologie, t. I, mémoire n° k, p. i6; pi. 1, fig. 17-19; pi. III, fig. 3). 



52 LES AMMONITES DE LA CRAIE SUPERIEURE. 

1876. Ammonites alstadenensis. Schliiter, Cephalopoden der oheren deutschen Kreide, p. i5i; 

pi. XL, fig. i3 à 16. 
1885. Buchiceras Nardini. Fallût, Crétacé du sud-est de la France, p. a^i ; pi. III, fig. 3 et 4. 

Coquille discoïdale , comprimée, dont la forme et l'ornementation sont très 
variables dans les diverses phases de développement. 

Spire formée de tours embrassants, s'accroissant assez rapidement, très 
peu convex.es siu" les flancs. 

Section des tours de forme trapézoïdale, ayant sa plus grande épaissevir au 
voisinage de l'ombilic. 

Ombilic de grandeur médiocre, nettement séparé des flancs par un pour- 
tour arrondi un peu anguleux. 

Bord externe terminé par un biseau, obtus dans le jeune, se déprimant 
ensuite rapidement de manière à paraître même concave à cause de la saillie 
des tubercules latéraux; enfin, quand ceux-ci ont disparu, il reste déprimé et 
un peu convexe , mais la carène médiane s'est effacée complètement. 

Les variations de l'ornementation et de la forme se produisent tellement 
rapidement, qxie je crois nécessaire de décrire complètement une série d'échan- 
tillons représentant ce type à divers degrés de développement. 

Sur les échantillons de 2 à 3 centimètres de diamètre (pi. I, fig. [\. et 5 ; 
pi. II , fig. 3 ) , les flancs sont ornés de côtes fortes , élevées , partant de l'om- 
bilic et se dirigeant oblicpiement en avant. Ces côtes sont droites ou très fai- 
blement arquées et elles se terminent vers le milieu de la hauteur des flancs 
par une surélévation de laquelle partent, en général, deux côtes légèrement 
flexueuses portant à leur extrémité, sur le pourtour externe, un tubercule 
transverse assez fortement relevé. Ces côtes externes sont larges, arrondies, 
peu saillantes, légèrement atténuées dans leur partie médiane. Entre elles, il 
s'en intercale parfois une qni prend naissance dans la région moyenne des 
flancs : si le point de départ de cette côte intercalaire se trouve au-dessus du 
milieu des flancs, efle n'est bien marquée qu'au voisinage miême du bord ex- 
terne; si, au contraire, elle part d'un point plus rapproché de l'ombilic, elle 
est surélevée au milieu de la hauteur des flancs, tout comme les côtes prin- 
cipales. 

Le bord externe est limité de chaque côté par une série de txibercules sy- 
métriques placés à l'extrémité des côtes. Ils sont allongés dans le sens de la 
spirale et séparés par des intervalles un peu plus grands que leiu* longueur : 
leur nombre est deux ou trois fois plus grand que celui des côtes ombilicales. 



ACANTHOCERATIDES. 53 

Le bord externe est un biseau obtus dont le tranchant est crénelé ; chacune 
des dentelures de la carène médiane correspond à un des tubercules latéraux 
et se trouve légèrement en avant, par rapport à celui-ci. 

Le bord externe se déprime très rapidement : déjà, à l'extrémité de la 
spire de certains individus n'ayant que 3 centimètres de diamètre, il est 
coupé à peu près carrément et la carène médiane est à peine apparente ; les 
deux rangées latérales de tubercules font alors saillie de chaque côté vers 
l'extérieur, de sorte que le bord externe semble concave. 

n existe entre les échantillons examinés quelques différences qui tiennent 
au mode de fossilisation et surtout à la nature de la gangue. 

Dans un des échantillons provenant de la craie de Villedieu (pi. II, fig. 3) , 
les côtes ombilicales présentent à lem-s extrémités , c'est-à-dire sur le bord de 
l'ombilic et vers le milieu de la hauteur des flancs, une surélévation formant 
un petit tubercule aigu, moins prononcé vers l'ombilic qii'au milieu des flancs. 

Sur les autres échantillons, dont l'état de conservation est moins bon ou 
dont la gangue est moins diu"e, c'est à peine si une légère surélévation au voi- 
sinage de l'ombilic laisse soupçonner en ce point l'existence du tubercule que 
montre l'échantillon, mieux consente, dont je viens de parler; la côte om- 
bilicale aussi est seulement surélevée à son extrémité, vers le milieu des flancs. 

Lorsque la coquille se développe, les côtes ombilicales s'épaississent, de- 
viennent moins nettes, moins tranchantes et se transforment en une grosse 
nodosité placée sur le bord de l'ombilic, de laquelle partent deux côtes très 
larges, peu marquées, très affaiblies dans la région médiane des flancs et 
allant aboutir sur le bord externe à des tubercules transverses très saillants. 
Ace stade, le point de bifurcation des côtes est donc beaucoup plus rapproché 
de l'ombilic, et si, de distance en distance, il s'intercale une côte supplé- 
mientaire, celle-ci n'est guère visible que sur la région externe au voisinage 
immédiat du tubercule qui la termine. C'est à ce stade également que les 
tubercules externes deviennent très prononcés, très proéminents vers l'exté- 
rieur, de telle sorte que le contour ventral, à peu près méplat, parait con- 
cave à cause de la saillie des deux rangées de tiJjercides entre lesquels il est 
compris; c'est avec peine que l'on peut distinguer en son milieu une légère 
arête qui correspond à la carène dentelée du stade précédent. 

Plus tard, les côtes qui réunissent les nodosités du bord de l'ombilic aux 
tubercules du pourtour interne s'affaiblissent peu à peu dans la région mé- 
diane des flancs et finissent même par disparaître complètement ; à un stade 



54 LES AMMONITES DE LA CRAIE SUPERIEURE. 

iiltérieur, les nodosités ombilicales et les tubercules externes disparaissent à 
leur tour et la coquille devient complètement lisse, à section subquadran- 
gidaire , à bord externe très faiblement convexe : l'individu de la planche I , 
fig. 2 , présente cet aspect sur une longueur d'environ un tiers de tour parais- 
sant correspondre à la dernière loge. 

La forme et l'ornementation de la coquille se modifient très notablement 
suivant son degré de renflement ou d'aplatissement, et on trouve toute une 
série de variétés présentant entre elles à peu près les mêmes relations tpie 
celles qui existent entre Am. varians, Am. Coupei et les échantillons formant 
passage gradviel entre ces formes extrêmes. 

Dans les variétés plates (pi. II, fig. 2, /i, 7 et 8), l'oinbilic est plus petit 
et plus nettement séparé des flancs ; le bord externe est formé par un biseau 
plus tranchant. L'ornementation est plus faible , les côtes sont moins pronon- 
cées et plus nombreuses; elles disparaissent plus tôt et la coquille devient 
presque complètement lisse avant d'avoir atteint un diamètre im peu grand. 
C'est à peine si l'on voit alors sur le bord de l'ombilic quelques nodosités 
allongées et ol^licpies. Le pourtour externe est encore orné de petits tubercules 
et le bord externe a toujoui^s la forme d'un biseau à carène très faiblement 
crénelée. Souvent même, sur les moules internes, on n'aperçoit plus aucrnie 
trace des côtes au voisinage de l'ombilic, et l'ornementation se réduit à la 
triple rangée des dents de la carène et des tubercules latéraux, eux-mêmes 
très effacés et à peine visibles. Cependant, sur quelques échantillons de même 
taille ayant conservé leur test, on aperçoit au voisinage de l'ombilic de petites 
côtes fortement infléchies en avant, mais s'effaçant avant d'avoir atteint le 
premier quart de la hauteur des flancs. 

Sm^ un échantillon (pi. II, fig. 8) ayant 4 centimètres de diamètre et 
seulement 6 millimètres d'épaisseur et ayant conservé son test, l'ornementa- 
tion est si faible , que pour l'apercevoir il faut faire miroiter la coquille à la 
lumière; les denteliu-es de la quille médiane et des carènes latérales sont à 
peine perceptibles. Cet échantillon montre que la plus grande épaisseur de 
la coquille n'est pas exactement sur le bord de l'ombilic, mais à peu près au 
tiers de la hauteur des tours. 

Dans les exemplaires renflés , la saillie des tubercules ombilicaux donne , au 
contraii'e , l'illusion c[ue la plus grande épaisseur se trouve près de l'ombilic , 
ainsi que je l'indiquais en commençant. Ceux-ci ont l'ombilic relativement 
plus grand et l'ornementation beaucoup plus vigoureuse ; les côtes sont moins 



ACANTIIOCERATIDES. 55 

norabreuses et plus fortes. Tandis que sur les échantillons de forme moyenne 
le nombre des côtes ou des nodosités du bord de l'ombilic est d'environ onze 
par tour, il peut se réduire à six ou sept, comme slu- l'échantillon c£ue j'ai fait 
figurer pi. II, fig. 6. Ces nodosités sont alors tellement prononcées et tellement 
saillantes, qu'elles forment tout autour de l'ombilic une rangée de pointes, à 
peu près comme dans Ammonites orthocera du Kimméridien. 

De nombreuses variétés se rattachent donc à ce type spécifique. L'aspect 
général de la cocp.iille et son ornementation sont si différents aux divers stades 
du développement, qu'on pourrait être entraîné à en faire des espèces dis- 
tinctes : c'est ainsi, par exemple, que le nomlDre des tubercules externes peut 
varier de seize, dans les échantillons les plus renflés, à trente-six dans les 
échantillons plats. J'ai indiqué, en outre, comlDien le mode de fossilisation, 
la nature de la gangue, la conservation du test, pouvaient entraîner de dif- 
férences dans certains détails de l'ornementation. 

En comparant entre eux les divers échantillons cpie j'ai fait figurer, on 
pourra constater qu'il n'en existe pas deux qui soient complètement identiques 
et que les diflerences entre eux sont souvent de même ordre que celles qui 
ont motivé dans bien des cas la création d'espèces différentes. 

Il est bien certain cpie je n'aurais pu identifier et rapporter au même type 
spécifiqiie tous ces individus si je n'avais pas eu sous les yeux une grande quan- 
tité d'exemplaires présentant toute une série de formes intermédiaires et éta- 
blissant une gradation continue depuis les échantillons à forme comprimée, à 
ornementation nulle ou peu apparente et ceux plus renflés à ornementation très 
vigoureuse et très saiUante. Comme tous ces exemplaires proviennent, sinon 
du même gisement, du moins de localités peu éloignées, et qu'ils appar- 
tiennent tous à un même horizon géologicpae bien nettement défini, on pour- 
rait presque dire à la même couche, il faut bien n'y voir que des variations 
d'un même type et les comprendre sous la même désignation spécifique. 

Cependant, il me paraît utile d'établir dans cette série continue de formes 
variées tm certain nombre de points de repère pour définir les variations que 
l'on peut avoii' l'occasion d'observer dans chaque localité. 

Je distinguerai donc : 

i" Barroisia Haberfellneri, type, pour les formes demi-renflées, telles que 
l'individu de la planche I , fig. i ; 

2° Barroisia Haberfellneri, var. alstadenensis , Schlûter, pour les formes 
plates à ornementation faible, telles que les individus de la planche II, fig. 4 



56 LES AMMONITES DE LA CRAIE SUPÉRIEURE. 

et 7 , qui me paraissent bien correspondre à l'exemplaire de Westphalie figuré 
par M. le docteur Schlùter sous le nom d'Am. alstadenensis [Cephalopoden der 
ob. d. Kreide, pi. XL, fig. i3 à i5); 

3° Barroisia Haberfellneri, var. DesmouUnsi, pour les formes très renflées 
telles que l'individu de la planche II, fig. 6, qui me paraît correspondre à 
l'exemplaire représenté par MM. Fritsch et Schlônbach sous le nom d'Ammo- 
nites dentato-carinatas [Cephal. d. bômischen Kreide, pi. XVI, fig. 3) ; 

4° Barroisia Haberfellneri , var. Harlêi, pour les variétés très plates et à 
peu près lisses, telles que les individus représentés pi. II, fig. 7 et 8. 

Cloisons. — La ligne sutvirale de B. Haberfellneri est assez réduite et ne 
comprend, outre le lobe siphonal, que deux lobes latéraux et un lobe auxi- 
liaire. Le premier lobe latéral est de forme très irrégulière : il est bifide à 
son extrémité et présente du côté externe une échancrure très développée, 
assez analogue à celle que l'on rencontre dans certaines cloisons à'Hoplitidés. 
Le contour de la première selle latérale est très déchiqueté : cette selle est 
stibdivisée en trois parties par deux lobules. 

Le dessin ci-dessous, pris sur f échantillon de la figure 3, pi. II, provenant 
de la craie de Villedieu, donne les détails de cette cloison. 

Fig. 29. 



Barroisia Haberfellneri (gros. = 3,5), dessin de M. DouviUé, d'après l'échantillon 
représenté pi. II, fig. 3. 

Observations. — C'est Coquand qui, le premier, en i Sôg , dans son Synopsis 
des fossiles de la formation crétacée du sud-ouest de la France, a signalé, sous 
le nom d'Ammonites petrocoriensis , le type que je viens de décrire; mais 
comme sa diagnose n'était accompagnée d'aucune figure, ce nom doit être 
écarté de la nomenclature. J'ai cru devoir reproduire pi. II, fig. 5, f individu 
qui a servi de type à Coquand; je donne ici la description du synopsis : 

« Coquille légèrement renflée au milieu, de la forme des Ammonites syriacus, 
costulée et tuberculeuse; ombilic très étroit, côtes épaisses, plates, mal indi- 



ACANTHOCERAïIDES. 57 

qxiées, partant du poiirtour de l'ombilic, où elles commencent par un txiber- 
cule très saillant, se bifurquant ou se trifurquant et s'effaçant, pour ainsi dire, 
sur la partie médiane du tour et se terminant autour du dos par un tuber- 
cule très saillant. Dos tranchant, formé par une carène tuberculeuse. Chaque 
tubercule correspond aux tubercides dorsaux, c'est-à-dire que le dos présente 
trois séries de tubercules , dont les médians tranchants et allongés. Montignac 
(Dordogne), de la collection de l'Ecole des Mines. » 

Coqnand avait classé à tort cette espèce dans son étage campanien, tandis 
qxie les couches de Montignac appartiennent, au contraire, à la partie infé- 
rieure de l'étage conacien, ainsi que l'a démontré pkis tard Harlé dans sa 
Note sur le niveau des calcaires crétacés de Sarlat [Dordogne). [Bal. Soc. yéol. de 
France, 2^ série, XX, p. 120; 1862.] 

En 1 866, M. F. von Hauer a décrit et ligiu-é sous le nom d'Ammonites Haber- 
feîlneri une espèce basée sur l'examen de divers échantillons recueillis dans les 
couches de Gosau, à Gams, près Hieflau (Styrie) , et dans les environs de Strobl- 
Weissenbach, près Saint-Wolfgang (Haute-Autriche). La figure 1, pi. I, de ce 
savant paraît se rapporter assez exactement à certains échantillons que j'ai eu 
l'occasion d'examiner et en particulier à celui représenté ici , pi. I , fig. 1 . Je ne 
pense pas que l'assimilation puisse être douteuse : la coupe des tours, pi. I, 
fig. 2 (v. Hauer), faite suivant un plan passant pai" une nodosité omljilicale 
*t un tubercule externe , correspond bien à ce que donnerait une coupe ana- 
logue faite dans les échantillons de France; les figures 3 et /^ sont égale- 
ment bien conformes à ce que l'on trouve dans ces derniers. Le dessin des 
cloisons concorde aussi exactement qu'on peut le désirer pour un dessin, fait 
vraisemblablement à main levée , avec celui qu'il a été possible de relever sur 
l'échantillon de la craie de Villedieu. 

En 1878, Redtenbacher, dans son ouvrage sur les céphalopodes des cou- 
ches de Gosau, a soumis à une revision les échantillons examinés par M. F. von 
Hauer et a cru devoir y distinguer deux espèces , en raison des différences qui 
existeraient dans l'ornementation et dans le dessin des cloisons. Cependant 
si l'on compare, pour la structi.u"e des lobes, les figures données par Redten- 
bacher avec celles de M. F. von Hauer, on ne trouve entre elles que des diffé- 
rences d'ordre tout à fait secondaire et qui ne paraissent pas suffisantes pour 
motiver une distinction spécifique. 

Redtenbacher a conservé le nom d'Am. Haberfellneri pour des échantillons 
de Gams; il en fait figurer trois, dont l'un (pi. XXIII, fig. 2*) est un jeune de 

8 



58 LES AMMONITES DE LA CRAIE SUPÉRIEURE. 

1 4- millimètres de diamètre, assez peu caractérisé; l'autre (pi. XXIII, fig. 2**) est 
en trop mauvais état pour qu'il soit possible d'en dire quelque chose. Le troi- 
sième (même planche, fig. 2*=) est à peu près de même taille que l'échantillon 
de M. von Hauer (pi. II, fig. i) , mais présente néanmoins des différences telles, 
qu'il nous paraît difficile de le rapporter à la même espèce. La figure de M. von 
Hauer représente un échantillon de taille moyenne ayant 62 millimètres de 
diamètre total , un ombilic de 1 1 millimètres de diamètre et possédant environ 
,12 nodosités ombilicales et 28 tubercules externes, tandis que l'échantillon 
représenté par Redtenbacher, pour un diamètre total de 62 millimètres et 
une largeur d'ombilic de 8 millimètres , ne montre que 5 ou 6 nodosités ombi- 
licales et 2/i tubercules externes. Or j'ai montré précédemment que les varia- 
tions qui se rattachent au type d'Am. Haberfellneri obéissent à cette règle : 
les échantillons de forme renflée ont un ombilic proportionnellement plus 
large et un nombre beaucoup plus faible de nodosités ombilicales que les 
échantillons peu épais : si, à ce point de vue, la figure d'Am. Haberfellneri 
chez M. von Hauer répond bien à ce que l'on peut constater dans les échan- 
tillons de France , il n'en est pas de même de celle de Redtenbacher et dès lors 
il ne me parait guère possible de rattacher l'échantillon qu'il a figuré sous le 
nom d' Haberfellneri au type défini par M, F. von Hauer. 

Par contre, les figures de Am. Paon et en particulier les figures 3" et S** 
correspondent assez bien , comme dimensions de l'ombilic et comme ornemen- 
tation, au véritable type d'.47n. Haberfellneri : Redtenbacher indique préci- 
sément dans le texte que pour lui les différences entre Am. Paon et Am. 
Haberfellneri , telles qu'il les comprend, consistent en ce que ce dernier n'a que 
5 ou 6 nodosités ombilicales , tandis que l'autre espèce en a 9 ; que chez le 
premier le nombre des tubercules externes est de 18 ou 19, tandis qu'il est 
de 24 dans le second. Si l'on se reporte à la figure de M. von Hauer, pi. I, 
fig. 1 , on constate , au contraire , comme je viens de l'indiquer, que le nombre 
des nodosités ombilicales y est bien plus élevé que dans l'individu figuré sous 
ce même nom par Redtenbacher, et que par contre l'accord est à peu près 
complet entre les figures d'Am. Paon, Redt. , et Am. Haberfellneri , v. Hauer. 

En 1872, MM. Fritsch et Schlônbach ont figuré avec doute sous le nom 
d'Ammonites Neptani, Geinitz [lac. cit.), un échantillon des rognons de sphérosi- 
dérite formant le niveau le plus élevé des Priesener-Schichten aux environs de 
Priesen, sm- la rive droite de l'Eger. M. Fritsch fait remarquer dans le texte que 
cet échantillon doit vraisemblablement se rapporter à Am. dentato-carinatus , 



ACANTHOCERATIDES. 59 

Rômer, dont il a trouvé plusieurs échantillons dans le même gisement. Je con- 
sidère en effet que cet échantillon aussi bien que ceux figurés sous le nom 
d'Am. dentato-carinatus , doivent être en réalité rapportés à une même espèce, 
à celle de M. von Hauer. La figm-e 2 , planche XVI , montre notamment d'une 
manière bien nette la même ornementation que les jeunes échantillons que 
j'ai fait représenter, et la figure 3 de cette même planche se rapporte évi- 
demment à la variété renflée de la figiu-e 6 , planche II. 

En 1876, M. le docteur Schlùter a décrit sous le nom d'Am. alstadenensis 
une espèce des couches crétacées de Westphalie (Emscher-Mergel) qui doit 
également être réunie à l'espèce de M. von Hauer. C'est bien le même mode 
d'ornementation ; cependant le savant professeur de l'université de Bonn n'in- 
dique qu'une nodosité ombilicale pour quatre dents du bord externe, tandis 
que dans les échantillons que j'ai examinés il n'y a jamais plus de trois dents 
externes povu" un tubercule du bord de l'ombilic. M. le docteur Schlùter signale 
en outre que quelques côtes ont, vers la moitié de la hauteiu- des flancs, un 
petit tubercule qui est ensuite caché sous le recouvrement du tour suivant. 
C'est en effet une particularité que l'on retrouve sur un des échantillons de 
Villedieu ; d'ailleurs M. le docteur Schlùter, à qui M. Arnaud a commimiqué 
quelques-uns de ses échantillons du Périgord, n'a pas hésité à les rapprocher 
de son espèce '"^ Il convient d'ailleurs d'ajouter que l'espèce de Westphalie 
est fondée sur l'examen d'un seul bon échantillon, et que je ne vois pas de 
différences sensibles entre cet exemplaire et celui de ma planche II, figiu*e /i. 

Plus récemment, en i885, M. Faflot a, dans un important mémoire sur 
le terrain crétacé du sud-est de la France [Annales des sciences géologiques, 
t. XVIII), figuré deux échantillons des grès verdâtres de Dieulefit sous le 
nom de Bachiceras Nardini, n. sp. (pi. III, fig. 3 et 4 )• Je les regarde comme 
se rapportant à Am. Haberfellneri. L'échantillon jeune, figure 4> ne peut se 
séparer des jeunes d'Am. Haberfellneri (voir pi. I, fig. 4 et 5, pi. II, fig. 3), 
tandis que l'adulte , figure 3 , correspond au stade de développement repré- 
senté par la figiu-e 3 de ma planche I. Je possède du reste un exemplaire 
d'Aubas, près Montignac, qui est absolument identique, sauf une taille légè- 
rement supérieure, au moulage en plâtre de l'individu figiué par M. Fallot. 

*'' Voici son appréciation : « Besonders intéressant war mir den Am. petrocoriensis. Coq. kennen 
zu lernen. DerselLe hat die grôsste Aehnlichkeit mit meinem Am. alstadenensis aus dem Emscher- 
Mergel. Sobald von ihrem Exemplare der Nabei freigelegt sein wird , wird man wohl mit Sicher- 
beit entscheiden kônnen ob beide wirkiich identisch oder nur verwandt sirid. » 



60 LES AMMONITES DE LA CRAIE SUPERIEURE. 

Rapports et différences. — Les analogies de cette espèce avec Am. Fleuriausi 
d'Orb., de l'étage turonien, et Am. dentato-carinatus , Rômer, de la craie du 
Texas, sont si peu prononcées que je ne crois pas devoir insister sur les carac- 
tères distinctifs. Il suffit de jeter un coup d'œil sur les figures de d'Orbigny et 
de Rômer pour se rendi'e compte qu'aucune confusion n'est possible. 

Barroisia Uaherfellneri jeune présente au contraire beaucoup d'analogie 
avec Am. Neptiini, Geinitz [Quadersandsteingebilde. PI. III, fig. 3), dont M. le 
docteur Scblûter a donné [loc. cit.) une série de bonnes figures; cette dernière 
espèce se distingue par des côtes plus nombreuses et plus . serrées , leur point 
de bifiircation plus rapproché de l'ombilic, et surtout la forme de son bord 
ventral qui porte une quille dentelée très saillante , tandis que dans B. Haber- 
fellneri il y a seulement une carène ventrale dentelée. La section des tours, 
qui est rectangulaire dans Am. Neptani, est trapézoïdale dans B. Uaherfellneri. 

Habitat. — Barroisia Haberfellneri est cantonné dans les couches les plus 
inférieures de l'étage sénonien. 

Dans le sud-ouest de la France , il caractérise la partie inférieure du sous- 
étage coniacien, l'assise K de M. Arnaud. Il est surtout abondant dans le 
Périgord, dans les marnes grises glauconieuses qui constituent la base de cet 
étage à Gourd-de-1' Arche près Périgueux, à Aubas près Montignac, à Paulin, 
à Saint-Cirq, à Sainte-Nathalène, etc.; malheureusement, en raison de la 
nature de la roche , il y est très rarement en bon état de conservation. 

Dans le bassin de la Touraine , il a été trouvé par l'abbé Boiugeois et M. Le 
Mesle, dans les carrières de la Ribochère, commune de Couture (Loir-et- 
Cher), dans les calcaires durs, spathiques ou gréseux qui constituent la base 
de la craie de Ville dieu. 

Il a été cité dans les grès de Dieulefit par Schlônbach, et plus récem- 
ment sous le nom de Buchiceras Nardini par M. Fallût [loc. cit.) ; M. Garez l'a 
signalé sous le nom d'Am. alstadenensis des grès siliceux des environs de Nyons 
[Bull. Soc. géol. de France, 3" série, XI, p. 363). 

Il se trouve dans les couches crétacées des Alpes orientales, dites couches 
de Gosaa. 

En Westphalie, il existe dans l'étage de l'Emscher-Mergel. 

En Bohême, il habite la partie supérieure des Priesener-Schichten. 

Échantillons examinés. — Plus de cent échantillons de la craie du Péri- 



ACANTHOCERATIDES. 61 

gord : collections Arnaud, Boreau-Lajanadie, Desmond, Moui-et, A. de Gros- 
souvre. 

Trois échantillons de la ci'aie de Touraine : collection de l'abbé Bourgeois 
à l'Ecole de Pontlevoy (Loir-et-Cher) et collection Le Mesle. 

EXPLICATION DES FIGURES. 

Planche I. 

FiG. 1'. — Individu (collection Arnaud) bien conforme au type de l'espèce, vu de côté, 
montrant le stade moyen de développement ; les côtes ombilicales , encore 
visibles au commencement du dernier tour, se transforment, vers Textré- 
mité de celui-ci , en tubercules allongés. 

Calcaires glauconieux de l'étage coniacien : assise K de M. Arnaud. 
Les Eyzies (Dordogne). 
FiG. l"". — Le même, vu du côté ventral pour montrer la carène dentelée et les varia- 
tions de forme du bord externe, d'abord terminé en biseau obtus et deve- 
nant méplat k l'extrémité du dernier tour. 
FiG. 2\ — Individu (collection Arnaud) de la plus grande taille connue, vu de côté, 
montrant la disparition des tubercules ombilicaux et ventraux sur le der- 
nier tour. 

Calcaires glauconieux de l'étage coniacien : assise K de M. Arnaud. 
Gourd-de-l' Arche, près Périgueux (Dordogne). 
FiG. S**. — Le même, vu du côté ventral pour montrer la forme du bord externe. 
FiG. 3°. — Individu (collection Arnaud) un peu plus renflé que le type. 

Calcaires glauconieux de l'étage coniacien : assise K de M. Arnaud. 
Gourd-de-l' Arche , près Périgueux (Dordogne). 
FiG. 3''. — ' Le même, vu du côté ventral : le boi'd externe, légèrement convexe à la partie 
inférieure du profil, est devenu assez fortement concave à la partie supé- 
rieure, en raison de la saillie des tubercules ventraux. 
FiG. 4°. — Individu jeune (collection A. de Grossouvre), vu de côté pour montrer l'or- 
nementation des flancs à la taille immédiatement inférieure à celle de 
l'individu représenté par la figure i. 

Calcaires marneux glauconieux de la partie inférieure de l'étage conia- 
cien : assise K de M. Arnaud. , 
Aubas, près Montignac (Dordogne). 
FiG. k^. — Le même,. Vu du côté ventral. 

FiG. 5°. — Individu jeune (collection le Mesle), appartenant à une variété un peu plus 
renflée que le type. L'ombilic est proportionnellement plus large et les 
côtes, plus épaisses, sont moins nombreuses. 

Craie de Villedieu , partie inférieure : calcaires durs à texture gréseuse et 
à bryozoaires, exploités à la Ribochère près Couture (Loir-et-Cher). 
FiG. 5''. — Le même, vu du côté ventral. 



62 LES AMMONITES DE LA CRAIE SUPERIEURE. 

Planche IL 

FiG. 1'. — Individu (collection Arnaud) intermédiaire entre le type et la variété Des- 
moulinsi, de taille moyenne, vu de côté: on voit que les tubercules et les 
côtes sont moins nombreux et que l'ornementation est beaucoup plus vi- 
goureuse. 

Calcaires glauconieux de l'étage coniacien : assise K de M. Arnaud. 

Gourd-de-l' Arche , près Périgueux (Dordogne). 

FiG. P. — Le même, vu du côté ventral. 

FiG. 2'. — Individu de taille moyenne (collection Arnaud), type de la variété iîar/e!, vu 
de côté pour montrer l'absence complète d'ornementation sur les flancs, où 
persistent seulement sur le bord externe des tubercules très atténués. 
Calcaires glauconieux de l'étage coniacien : assise K de M. Arnaud. 
Gourd-de-l' Arche, près Périgueux (Dordogne). 

FiG. S*". — Le même, vu du côté ventral; les tubercules de la carène médiane ont à peu 
près complètement disparu et la carène est devenue sensiblement lisse et 
continue ; on voit aussi que le bord externe se déprime avec l'âge. 

FiG. 3. — Individu de petite taille (collection Le Mesle); moule interne en très bon 
état de conservation, montrant les petits tubercules qui existent à l'extré- 
mité des côtes ombilicales. 

Craie de Villedieu : partie inférieure. Calcaires durs à texture gréseuse 
et à bryozoaires, exploités à la Ribochère près Coature (Loir-et-Cher). 

FiG. 4*. — Échantillon d'assez grande taille (collection Arnaud) de la variété alstadenen- 
sis, bien conforme au type figuré par M. Schlûter {Cephal. d. oh. deut- 
schen Kreide, pi. XL, fig. i3 à i6); les côtes visibles au commencement du 
dernier tour disparaissent à l'extrémité. 

Calcaires glauconieux de l'étage coniacien : assise K de M. Arnaud. 

Gourd-de-l' Arche, près Périgueux (Dordogne). 

Fig. 4*". — Le même, vu du côté ventral; les tubercules de la carène ventrale sont vi- 
sibles sur le dernier tour. 

Fig. 5. — Échantillon type d'Am. petrocoriensis , Coq. (collection de l'École des Mines); 
il est déformé par compression et montre à l'extrémité du dernier tour, 
comme accident pathologique, un tubercule isolé à l'intérieur de la rangée 
des tubercules du bord externe. 
Montignac (Dordogne). 

Fig. 6'. — Échantillon (collection Arnaud) type de la variété Desmouslinsi , vu de côté, 
remarquable par son épaisseur et la vigueur de son ornementation. 
Calcaires glauconieux de l'étage coniacien : assise K de M. Arnaud. 
Gourd-de l'Arche, près Périgueux (Dordogne). 



ACANTHOCERATIDES. 63 

FiG. 6^. — Le même, vu du côté ventral : les tubercules de la carène ventrale ont dis- 
paru en raison du mauvais état de conservation de réchantillon. 

FiG. 7°. — Individu jeune (collection Arnaud), d'une variété intermédiaire entre la var. 
alstadenensis et la var. Harléi, vu de coté, sur lequel les côtes ont déjà dis- 
paru à l'extrémité du dernier tour. 

Calcaires glauconieux de l'étage coniacien : assise K de M. Arnaud. 

Gourd-de-l' Arche, près Périgueux (Dordogne). 

FiG. 1^. — Le même, vu du côté ventral. 

FiG. 8°. — Individu jeune (collection Arnaud), appartenant à la var. Harléi, montrant 
l'absence de toute ornementation dès cette taille. 

Calcaires glauconieux de l'étage coniacien : assise K de M. Arnaud. 

Gourd-de-l' Arche , près Périgueux (Dordogne). 

FiG. S*". — Le même, vu du côté ventral. 

BARROISIA NICKLÈSI. A. de Grossouvre, n. sp. 
(PL m, fig. 2.) 

Cette espèce rappelle tout à fait par sa forme la précédente : les échantil- 
lons que j'en ai sous les yeux sont malheureusement insuffisants pour étudier 
l'espèce à ses divers degrés de développement. 

Toutefois ils montrent bien nettement que cette forme ne peut être assi- 
milée à une variété de B. Haberfellneri, car, tout en présentant le même 
aspect et le même mode d'ornementation, elle en diffère par ce caractère 
qu'elle a l'ombilic proportionnellement beaucoup plus large, les tours moins 
épais et une ornementation relativement peu accentuée. Si nous avions seule- 
ment affaire à une variété de B. Haberfellneri, formant un terme de la série 
précédemment définie, cette forme, avec la largeur relativement grande de son 
ombilic, devrait être beaucoup plus renflée et ornée de côtes et de tuber- 
cules plus accentués. Elle se distingue encore de B. Haberfellneri par son bord 
ventral beaucoup plus déprimé, possédant une carène plus obtuse non tiiber- 
culée. 

Cloisons. — Inconnues. 

Gisement. — Cette espèce habite un niveau supérieur à celui où est 
cantonné B. Haberfellneri, dont elle constitue ainsi xme mutation : elle a 
été recueillie dans les calcaires blancs, compacts, pétris de nombreux bryo- 



64 LES AMMONITES DE LA CRAIE SUPERIEURE. 

zoaires qui recouvrent dans la Charente les grès de la partie inférieure du 
coniacien et qui constituent les couches groupées par M. Arnaud sous la 
lettre L^ 

Les échantillons examinés proviennent l'un de Toutyfaut, près Angouléme, 
l'autre de la Quina, près Lavalette (Charente). 

EXPLICATION DES FIGURES. 

Planche HI. 

FiG. 2'. — Individu, type de l'espèce, vu de côté. 

Calcaires blancs à texture gréseuse et à bryozoaires du coniacien moyen : 
assise L^ de M. Arnaud. 

Toutyfaut, près Angouléme (Charente). 

FiG. 2'=. — Le même, vu du côté ventral. 

BARROISIA SEQUENS. A. de Grossouvre , n. sp. 
(PL m, fig. 1.) 

Cette coquille a la même forme générale que l'espèce précédente, mais 
son ornementation est bien différente : elle se compose de côtes larges, peu 
élevées, peu distinctes, assez serrées, se terminant vers le pourtour externe 
par im petit tubercule transverse ; quelquefois entre deux côtes principales , il 
s'intercale une côte secondaire qui n'est visible que sur la moitié externe des 
flancs. 

Cloisons. — Inconnues. 

Gisement. — Elle se trouve avec l'espèce préjcédente dans les calcaires 
blancs, compacts, à bryozoaires, assise L^ de M. Arnaud. 

Echantillon examiné : un seul de Toutyfaut, près Angouléme. 

EXPLICATION DES FIGURES. 

Planche III. 

FiG. I. — Individu, type de Tespèce, vu de côté. 

Calcaires blancs à texture gréseuse et à bryozoaires du coniacien moyen : 
assise L^ de M. Arnaud. 

Toutyfaut, près Angouléme (Charente). 



ACANTHOCERATIDES. 65 

BARROISTA BOISSELLIERI. A. de Grossouvre, n. sp 
(PI. III,fig. 3.) 

Ammonite discoïdale, comprimée. 

Spire formée de tours beaucoup plus hauts que larges, recouverts sur la 
moitié de leur hauteur. 

Ombilic moyen, peu profond, à paroi verticale séparée des flancs par un 
pourtour anguleux. 

Flancs médiocrement convexes. 

Section des toiu's svibovalaire ayant sa plus grande largeur vers le milieu de 
la hauteur. 

Bord externe très déprimé, tronqué presque carrément, orné en son milieu 
d'une quille peu saillante. 

Les flancs sont ornés de côtes simples, légèrement flexueuses, étroites, un 
peu élevées, séparées par d'assez grands intervalles et terminées sur le bord 
externe par un tubercide transverse très peu saillant en dehors. 

Cloisons. — Peu visibles sur l'échantiflon examiné , mais paraissant bien se 
rapporter au type des cloisons de Barroisia. 

Observations. — Cette espèce se distingue facilement par ses côtes étroites 
flexueuses , espacées , ornées seulement d'un tubercule externe. 

Habitat. — Etage coniacien moyen. 

Echantillon examiné. — Un seul (collection Arnaud) provenant des calcaires 
blancs grenus de la Quina; assise L^ de M. Arnaud. 

EXPLICATION DES FIGURES. 
Planche III. 

FiG. 3'. — Individu (collectioa Arnaud) type de Tespèce, vu de côté. 

Calcaires blancs à texture gréseuse et à bryozoaires du coniacien moyen ; 
assise L' de M. Arnaud. 

La Quina, près Lavalette (Charente). 
FiG. S"". — Le même, vu du côté ventral. 



66 LES AMMONITES DE LA CRAIE SUPERIEURE. 

RÉSUMÉ. 

Les Bairoisia sont caractéristiques de l'étage coniacien; néanmoins ils pa- 
raissent cantonnés de préférence dans les couches inférieui'es et moyennes de 
cet étage, et je n'en connais pas d'échantillons provenant des couches les plus 
supérieures situées immédiatement sous l'étage santonien. 

La répài-tition géographique de ce genre est assez étendue en Europe^ car 
nous le voyons représenté dans la craie de Bohème, de Westphalie, de la 
Tovuaine, de l'Aquitaine, du bassin de Dieulefit et des Alpes orientales. J'ai 
recueilli dans les Gorbières, dans les couches à Micrasler brevis des environs 
de Rennes-les-Bains , un fragment d'ammonite appartenant à ce genre , mais ne 
rentrant dans aucune des espèces précédemment définies. 

En Afrique, ce genre parait représenté par Schlônbachia iunetana, Péron, 
forme qui me semble devoir être rattachée à ce groupe et non aux Schlôn- 
bachia. 

Je ne connais pas de formes analogues de l'Inde ni de l'Amérique. 

Genre MORTONICERAS. Meek. 

Ce genre a été établi par Meek (1876, in Hayden, Ann. rep. of the U. S. 
geoî. surv. of the territories) en prenant pour type Ammonites vespertinas, Morton. 
Or, Gabb qui a comparé des spécimens d'Am. texanus, Rômei% de la même 
localité que l'original de Morton, dit cjue les deux espèces sont absolument 
identiques en tout, la figure de Morton étant très défectueuse. Je prends donc, 
comme type du genre Mortoniceras , Ammonites texanus de Rômer. 

Ce groupe renferme des espèces que Neumayr avait rattachées à son genre 
Schlônbachia : ce sont en général des coquilles dont la section des tours est 
plus élevée que lai'ge, de forme subquadrangulaire, à bord externe large et 
orné sur la ligne siphonale d'une petite quille arrondie très peu saillante. 

La cloison ressendDle par certains traits k celle des Acanthoceras , sauf que le 
premier lobe latéral est arrondi à son extrémité et terminé par des digitations 
ayant toutes à peu près la même valeur, de sorte que l'on n'y distingue pas , ou 
tout au moins très peu nettement, la fourche terminale cai'actéristique des 
Acanthoceras et des Stoliczkaia. La ligne suturale très réduite ne comprend 
en dehors du lobe siphonal que deux lobes latéraux. Les extrémités des lobes 



ACANTHOCERATIDES. 



67 



forment une ligne droite normale à l'enroiilement , c'est-à-dire que , déroulée 
sur un plan, la cloison est limitée supérieurement par une droite perpendi- 
culaire à son axe. 

Les échantillons de Mortoniceras texannm que j'ai examinés ne m'ont pas 
montré les cloisons en assez bon état pour permettre d'en prendre le dessin : 
j'ai pu m'assurer cependant cpi' elles présente-nt une analogie complète avec 
celles des autres Mortoniceras , et en particulier celles de M. Bourgeoisi , dont 
je donne ci-dessous le dessin. 

" Fig. 3o. 




Mortoniceras Bourgeoisi (gros. = 4), d'après i'échantiUon de la craie de Villedieu 
représenté pi. XIV, fig. 5. 



MORTONICERAS ZEILLERI. A. de Grossouvre, n. sp. 
(Pi. XIV, fi?. 1.) 



1867. Ammonites texanus. Schlûter, Jiingsten Ammoneen Norddentschlands , p. parte, p. Sa, 
pi. VI,%. i\ i''(non %. 3). 

Coquille discoïdale, comprimée. 

Spire formée de tours peu embrassants , à section ovalaire un peu rétrécie 
sur le bord externe. 

Ombilic assez grand, se raccordant graduellement avec les flancs par un 
pourtour arrondi. 

Les flancs sont ornés de côtes élevées, arrondies, assez espacées, droites, 
radiales et interrompues sur le bord externe, dont le milieu est occupé par 
une quille arrondie très peu saillante. 

Les côtes portent quatre tubercules ou nodosités : la première, consistant 
seulement en une légère surélévation de la côte, est située d'abord au voi- 
sinage immédiat de l'ombilic sur les premiers tours, puis s'en écarte peu à 
peu sur les tom's suivants et arrive finalement à peu près vers le quart de la 

9- 



68 LES AMMONITES DE LA CRAIE SUPERIEURE. 

hauteur dés flancs ; la seconde , de forme aiTondie , est située vers les deux tiers 
de la hauteur', et les deux dernières constituent deux tubercules très rappro- 
chés, transverses et saillants, placés sur le bord externe. Entre le deuxième 
et le troisième tubercule, les côtes se bifurquent souvent en deux costules 
sépai'ées pai- une légère dépression en forme de gouttière. Entre le troisième 
et le quatrième tubercule, les côtes sont très eff'acées. Les tubercules de la 
rangée externe sont assez allongés dans le sens de l'enroulement eL séparés par 
des intervalles à peu près égaux à leur longueur ; souvent la quille médiane 
se surélève im peu vis-à-vis d'eux et prend un aspect ondulé. 

Cloisons. — Se rapportent au type défini précédemment. 

Rapports et différences. — Cette espèce difl'ère de Mortoniceras texaniim 
parce que ses côtes ne portent que quatre tubercules au lieu de cinq. Elle se 
distingue de Mortoniceras Boargeoisi par trois tubercules à l'extrémité des 
côtes au lieu de deux, et de M. serrato-marginatum , parce que le troisième 
tubercule est plus rapproché du quatrième que du deuxième, tandis que c'est 
l'inverse dans cette dernière espèce. 

L'échantillon des marnes de Hernes (Westphalie), étage de l'Emscher- 
Mergel, figuré en 1867 par M. le doctem^ Schlûter sous le nom de Am. 
texanus (non A. texanus, Rômer), me paraît appartenir bien nettement à cette 
espèce. 

Gisement. — -En Westphalie, dans l'étage de l'Emscher-Mergel; en France, 
dans les calcaires qui forment la base de la craie de Villedieu. 

Echantillon examiné. — Un seul (collection de la Sorbonne), provenant 
des calcaires durs exploités dans les carrières de la Ribochère , commune de 
Couture (Loir-et-Cher). 

EXPLICATION DES FIGURES. 

Planche XIV. 

FiG. 1". — Individu (collection de la Sorbonne) vu de côté, montrant des côtes droites, 
radiales, surélevées au voisinage de l'ombilic et portant trois tubercules à 
leur extrémité externe; mais la distance entre le premier tubercule du 
côté interne et le second est beaucoup plus grande que celle de celui-ci au 
dernier, caractère qui distingue cette espèce de M. serrato-marginatum. 



ACANTHOCERATIDES. 69 

Calcaires de la base de la craie de Villedieu. Carrières de la Ribochère, 
commune de Couture (Loir-et-Cher). 

FiG. I*". — Le même, vu du côté ventral. 

MORTONICERAS SERRATO-MARGINATUM. Redtenbacher, sp. " 
{PLXVI.fig. 1.) 

1872. Ammonites texanus. Schlûter, Cephalopoden der oheren deutschen Kreide, p. /u ; pi. XII, 

fig. 1 à 3. 

1873. Ammonites serrato-marginatus. Redtenbacher, Die Cephalopodenfauna der Gosaa- 

schichten, Abhandl. d. k. k. geol. Reichsanstalt , t. V, p. iio; pi. XXV, fig. a. 
1876. Ammonites Emscharis. Schlûter, Cephalopoden der oheren deutschen Kreide, p. ii5; 
pi. XLII, %. 8 à 10. 

Coquille discoïdale , comprimée. 

Spire formée de tours peu embrassants, croissant assez lentement, à sec- 
tion subqxiadrangidaire, à flancs peu convexes. 

Ombilic large, peu nettement séparé des flancs avec lescjuels il se raccorde 
par un pourtour arrondi. 

Les flancs sont ornés de côtes le plus souvent simples , larges et élevées , sé- 
parées pai" des intervalles bien supérieurs à leur largem-, légèrement infléchies 
en avant, élevées ou sul^tuberculées autour de rombdic, encore un peu sur- 
élevées vers le tiers de la hautem' et terminées extérieurement par une double 
rangée de tubercules très rapprochés , au delà desquels elles se continuent par 
une ondulation peu mai'quée , im peu plus infléchie en avant que la côte pro-- 
prement dite et finissant à un tubercule transverse, allongé et très saillant. Sur 
le milieu du bord externe s'élève une petite quille lisse , arrondie , mais dont 
la saillie est bien inférieure à celle de la rangée latérale de tid^ercules : en face 
de ceux-ci, la quille est d'ordinaire mi peu surélevée. 

Dans les échantillons jeunes, les côtes sont un peu plus flexueuses et in- 
égales : parfois elles partent par paires d'un tubercule ombilical. 

Les trois tubercules externes sont transverses et vont en croissant très ra- 
pidenaent de longueur du plus interne à l'externe : les deux premiers du 
côté interne très rapprochés , presque confondus par leur base , constituent en 
quelque sorte un gros tubercule bifide. Les tubercules de la rangée la plus 
externe, nettement distincts des deux précédents, sont très allongés dans le 
sens de l'enroulement et sont séparés les uns des autres par des intervalles 



70 LES AMMONITES DE LA CRAIE SUPÉRIEURE. 

inférieurs à leur longueur. Ils font fortement saillie et encadi'ent le contoiu" 
externe, qui semble concave. 

Cloisons. — Les cloisons de cette espèce ressemblent à celles des divers 
autres Morloniceras. La ligne de suture est très simple et se compose seule- 
ment, en deliors du lobe ventral, de deux lobes latéraux. Le premier lobe 
latéral est à peine plus long qLie le lobe ventral; le second lobe latéral est 
moitié plus com't. Les lobes sont beaucoup plus étroits que les selles et ter- 
minés par des digitations. Les selles, assez larges, sont sid)divisées en deux 
parties sensiblement égales par un lobule accessoire très développé dans la 
première selle latérale. 

Fig. 3i. 



Mortoniceras serî'ato-marginatum. (gros. = 2), d'après l'échantillon 
de la craie de Villedîeu représenté pi. XVI, fig. 1. 

L'ensemble de la ligne suturale est limité à sa partie supérieure par une 
ligne droite normale à l'enroulement. 

Observations. — Cette espèce doit avoir été comprise par d'Orbigny, en 
i85o, parmi les formes qu'il a rattachées à un- même type spécifique désigné 
par lui sous le nom d\immonites Boargeoisi (^Prodrome de paléontologie stra- 
ligraphicjue, t. II, terrains crétacés, 22'' étage sénonien, n° 16, p. 212). Il 
le caractérise ainsi : «Belle espèce, voisine de VA. varions, mais pourvue de 
côtes simples, ornées chacune, près du dos, de trois ou quatre tubercules 
externes ; une carène munie de sillons latéraux. » Cette courte diagnose est in- 
suffisante pour préciser le type spécifique , et le nom de d'Orbigny, bien qu'il 



ACANTHOCERATIDES. 71 

ait été appliqué en général par tous les géologues français à l'espèce dont je 
viens de m'occuper, ne peut être conservé pour elle. Il est vrai cpie postérieu- 
rement M. Arnaud a fait dessiner un magnificpie échantillon de cette espèce 
provenant de la Chai-ente-Inférieure , mais la planche ne porte pas de date de 
publication et ne peut servir pom' maintenir la priorité du nom de d'Orbigny. 

Dans son pi'emier ouwage (1867) sur les céphalopodes de la craie supé- 
rieure de Westphalie et dans les premières livraisons de sa belle monogra- 
phie (1872), M. le docteiu" Schlûter a décrit sous le nom (ï Ammonites texaniu 
une série de formes cpii doivent vraisemJjlaljlement correspondi'e à celles cpve 
d'Orbigny avait en xue sous le nom d'Am. Boiirgeoisi. En 1 876, ayant reconnu 
la confusion cpi'il avait commise, il sépara, sous le nom dVlm. Emscheris, une 
forme de l'Emscher-Mergel de Westphalie , dont il précisa les caractères spé- 
ciaux dans les figures 8 à 1 o de la planche XLII ; à cette même espèce se 
rapporte incontestablement l'échantillon figuré d'abord sous le nom (YAm. 
lexanus, pi. XII, fig. 1 à 3, mais les échantillons décrits sous ce même nom 
dans le mémoire de 1867 doivent être distingués comme appartenant à d'autres 
types spécificpies. 

Pendant ce temps, Piedtenljacher avait décrit en 1878, sous le nom cY Am- 
monites serrato-marginalus des échantillons provenant de Glaneck, près Salz- 
boui'g, d'un escarpement marneux situé au pied de l'Untersberg; ces échan- 
tillons me paraissent représenter le jeune de l'espèce dont je m'occupe. Si l'on 
compare, il est vrai, les figures de Redtenbacher avec les miennes, on y re- 
marquera bien quelques différences. Sur les individus de Glaneck, le premier 
tubercule interne est situé immédiatement sur le bord de l'ombilic, tandis 
que sur l'échantillon de Viliedieu il en est à une certaine distance. C'est là, 
en réalité, mie différence qui est imiquement en rapport avec l'âge, et on 
peut voir sur la figure de la planche XVI que si , sur le dernier tour, le pre- 
mier tubercide est à mie certaine distance de l'ombilic, il s'en rapproche de 
plus en plus sur le tour précédent et qu'il est tout contre l'ombilic au com- 
mencement de celui-ci. J'ajouterai que j'ai recueilli dans les couches M' de la 
Charente des individus de la taille de ceux de Glaneck, qui leur sont com- 
plètement identiques, et comme M. Arnaud possède de ces mêmes couches 
un exemplaire de même taille que celui de Viliedieu et absolument sem- 
blable, je crois qu'on ne doit pas hésiter à considérer les échantillons figurés 
sous le nom. (ïAm. serrato-marginatas comme les jeunes de l'espèce de West- 
phalie définie par des formes adultes. Le nom (YAm. serrato-marginatas ayant 



72 LES AMMONITES DE LA CRAIE SUPERIEURE. 

la priorité doit donc être conservé et celui d'Am. Emscheris passer en syno- 
mTïiie. 

Rapports et différences. — Cette espèce est facile à distinguer de Mortoni- 
ceras texanum, dont les côtes portent cinq rangées de tubercules nettement 
individualisés, et de M. Boargeoisi, qui ne possède que deux tubercules à 
l'extrémité de ses côtes. Elle offre plus d'analogies avec M. Zeilleri en raison 
des trois tubercules externes que présente cette espèce, mais la disposition 
n'est pas la même des deux côtés : cbez M. Zeilleri, l'intervalle (en partant du 
coté interne) entre le premier et le second tubercule externe est beaucoup 
plus grand que dans M. serrato-marginatam , chez lequel ces deux tubercules 
sont très rapprochés et se touchent presque. 

Gisement. — M. serrato-marginatum habite les couches supérieures de 
l'étage coniacien et la base de l'étage santonien. 

En Toiu-aine, on le trouve dans la partie moyenne de la craie de Villedieu, 
dans les bancs à Ostrca auricalaris immédiatement supérieurs aux calcaires 
durs spathiques de la base. 

Dans l'Aquitaine, il a été recueilli dans les couches supérieures de l'étage 
coniacien, assise L^ de M. Arnaud, et dans les couches inférieures de l'étage 
santonien, assise M^ de M. Arnaud; dans ce dernier gisement, il est accom- 
pagné de Placenticeras syrtale et Mortoniceras texanum. 

Dans les Corbières, MM. Pérou, Toucas et J'' Jean ont constaté sa pré- 
sence dans les marnes à Micraster brevis , qui forment partout un horizon facile 
à distinguer. 

Il a été aussi recueillli en Provence dans les marnes à micrasters du 
Beausset. 

Dans les Alpes orientales, il existe dans les couches dites couches de Gosaii, 
aux environs de Salzbourg. 

En Westphalie, M. le docteur Schlùter a fait connaître son existence dans 
les marnes de l'Emscher-Mergel. 

Dans la' région subhercynienne , M. G. MùUer a signalé sa présence sous le 
nom d'Am. Emscheris dans les marnes à nodules de phosphorite, exploitées 
aux environs de Zilly sur le revers septentrional du Hartz, niveau qu'il rat- 
tache à l'étage de l'Emscher. [Jahrbnch der k. p. geol. Landesanstalt und Berg- 
akademie, 1887, p. 872.) 



ACANTHOCERATIDES. 73 

Echantillons examinés. — Echantillons de la craie de Touraine (collections 
de la Sorbonne, de l'Ecole des mines, A. de Grossouvre). 

Echantillons de la Charente et de la Dordogne (collections Arnaud et A. 
de Grossouvre). 

Echantillons des Corbières (collections J'' Jean, Pérou et Toucas). 

Echantillon du Beausset (collection de l'École des mines) provenant de 
l'ancienne collection Coste (de Marseille). 

EXPLICATION DES FIGURES. 

Planche XVI. 

FiG. 1'. — Individu (collection A. de Grossouvre) vu de côté, pour montrer l'ornementa- 
tion des flancs composée de côtes légèrement flexueuses, un peu obliques 
en avant, terminées par trois tubercules dont les deux premiers, assez rap- 
prochés, semblent souvent réunis en un tubercule unique bifide. 

Couche à Ostrea auricularis de la partie moyenne de la craie de Ville- 
dieu. 

Carrières de la Ribochère, commune de Couture (Loir-et-Cher). 

FiG. P. — Le même, vu du côté ventral. 

MORTONICERAS-BOURGEOISI. D'Orbigny, sp. emend. A. de Grossouvre. 
(PI. xm', fîg. 2; pi. XIV. fîg. 2 à 5.) 

1872. Ammonites texanus. Fritsch und Schlônbach, Cephalopoden der hôhmischen Kreide , p. 28; 
pi. Vl.fig. 5. 

Cette espèce est très voisine de la précédente ; elle s'en distingue par ce 
caractère que les côtes ont , sur le bord externe , seulement deux rangées de 
tubercules au lieu de trois. Comme dans la série des échantillons, apparte- 
nant à ces formes, que j'ai eu l'occasion d'examiner, je n'en ai pas observé 
montrant le passage entre les deux types, je crois devoir maintenir entre eux 
une distinction spécifique. 

Si l'étude de nouveaux matériaux permet un jour d'établir leur réunion, 
l'espèce dont je vais m'occuper pourra être considérée comme une variation 
de la précédente et désignée sous le nom de M. serrato-marginatam , var. 
Bourgeoisi. 

L'examen d'échantillons de petite taille me permet de préciser les divers 
stades d'ornementation. 



74 LES AMMONITES DE LA CRAIE SUPERIEURE. 

La coquille, vers le diamètre d'un centimètre, est à peu près complète- 
ment lisse ; puis vers cette taille commencent à se montrer des côtes un peu 
fortes, au nombre de huit environ par tour, entre lesquelles apparaissent plus 
tard des côtes un peu plus faibles. Toutes ces côtes sont flexueuses, presque 
falculiformes et s'infléchissent fortement en avant lorsqu'elles arrivent sur le 
pourtour externe. Elles sont le plus souvent inégales comme force et comme 
longueur : les unes commencent sur le bord même de l'ombilic par une partie 
subtuberculée , tandis que les autres, intercalées entre celles-ci, prennent 
naissance à une petite distance de l'ombilic, sont d'abord peu apparentes et 
deviennent de luème valeur que les premières seulement sur la région externe 
des flancs. Toutes ces côtes croissent régulièrement en largeur de l'ombilic 
vers le bord externe ; au point où elles se coudent brusquement en avant, au 
voisinage du bord externe, elles portent d'ordinaire un petit tubez'cuie, mais 
ce dernier n'existe régulièrement sur toutes les côtes qu'à partir d'un certain 
diamètre. 

Les côtes, très élargies, se terminent brusquement à une ceilaine distance 
de la quille médiane par des tubercrdes transverses très nets, au delà des- 
quels on voit une ondulation très affaiblie présentant une forte inflexion en 
avant qui disparait un peu plus loin, avant la quille médiane. 

Au fur et à mesure que la coqmlle s'accroît, les diff'érences entre les di- 
verses côtes deviennent moins accentuées ; néanmoins on remarque encore 
bien des écarts dans leur ornementation : tantôt, près de l'ombilic, la côte 
est surélevée en un tubercule presque conique, tantôt en un tubercule 
allongé plus ou moins prononcé. 

Sur les échantillons de plus grande taille, la côte est surélevée, et pincée 
dans la région ombilicale jusque vers le premier tiers de la hauteur des flancs ; 
à partir de là, elle s'atténue très notablement jusqu'à la première rangée de 
tubercules externes. 

Même sur les échantillons de grande taille , comme celui de la planche XIII , 
figure 2 , on observe encore des inégalités entre les diverses côtes. 

Sur les individus de formes plus épaisses, l'ornementation est plus vigou- 
reuse et les tubercules ombilicaux sont plus accentués. 

Cloisons. — . Les cloisons sont à peu près semlîlables à celles du M. serralo- 
marginatum , comme le montre la figure ci-dessous, et comme on peut le voir 
sur l'échantillon de la figure 2° de la planche XIII. 



ACANTHOCERATIDES. 

Fk. 32. 



75 




Mortoniceras Bourgeoisi (gros. = 4), d'après 4' échantilion de la craie de Villedieu 
représenté pi. XIV, fig. 5. 

Rapports et différences. — J'ai indiqué précédemment comment cette espèce 
se distingue de M. serrato-manjinatum; j'ajouterai qxie ses côtes sont plus 
obliques en avant que celles de cette dernière. 

Elle présente, dans le jeune âge, une assez grande analogie avec les jeunes 
de Prionolropis Woolgari figurés par d'Orbigny sous le nom Ôl Atrimonites Caro- 
linus; mais dans ces derniers, les tours sont un peu plus convexes, aussi bien 
sur les flancs que sur le bord externe ; les côtes sont un peu plus espacées et 
moins nombreuses; les tubercules sont plus saillants et plus réguliers, mais 
le caractère distinctif le plus net est donné par la forme du bord externe , 
sur lequel on rencontre chez Morloniceras Bourgeoisi seulement une quille 
arrondie peu élevée, tandis que dans Prionolropis Woolgari il porte une série 
de tubercules fortement saillants. Ce cai'actère sufîit pour distinguer au pre- 
mier coup d'œil les deux types malgré leur grande analogie ; il sert également 
à séparer les formes adidtes renflées de M. Bourgeoisi des individus de même 
taille appartenant à Prionotropis Woolgari, avec lesquels ils ont une grande 
similitude. 



Observations. — Cette forme rentre dans l'ensemble de celles que d'Orbigny 
a groupées sous le nom d'Am. Bourgeoisi et je crois devoir lui conserver ce 
nom en l'appliquant spécialement au type que je a iens de préciser. 

Habitat. — Elle appartient aux couches les plus élevées de l'étage conia- 
cien. En Touraine, elle se trouve avec Mortoniceras serrato-mqrginatam dans 
les couches moyennes de la craie de Villedieu, où elle est un peu moins rare 
que ce dernier. Dans les Corbières, elle habite aussi avec lui dans l'assise à 
Micraster brevis. 



76 LES AMMONITES DE LA CRAIE SUPERIEURE. 

Echantillons examinés. — Echantillons de la craie de Villedieu, de la Ribo- 
chère, commune de Couture (Loir-et-Cher); de Langeais, Chenonceaux, etc. 
(hidre- et -Loire); [collection de l'abbé Bourgeois à l'Ecole de Pontlevoy; 
collections Le Mesle, Pérou, A. de Grossouvre, Ecole des mines, Sorbonne]. 

Échantillons des Corbières (collections J'' Jean, Pérou, Savin et Toucas). 

EXPLICATION DES FIGURES. 

Planche XIII. 

FiG. 2. — Superbe individu (collection Le Mesle) vu de côté : on voit qu'il n'existe à 
l'extrémité des côtes que deux tubercules, caractère qui distingue cette 
espèce de M. serrato-marginatum. 

Couche à Ostrea auricularis de la partie moyenne de la craie de Villedieu. 

Carrières de la Ribochère, commune de Couture (Loir-et-Cher). 

Planche XIV. 

FiG. 2'. — Individu (collection Le Mesle) vu de côté. 

Couche à Ostrea auricularis de la partie moyenne de la craie de Villedieu. 
Carrières de la Ribochère, commune de Couture (Loir-et-Cher). 

FiG. 2''. — ^ Section du dernier tour du précédent. 

FiG. 2°. — Partie centrale du précédent, après enlèvement d'une portion du dernier tour, 
de manière à montrer l'ornementation du jeune qui consiste en côtes de 
force inégale, légèrement flexueuses. 

FiG. 3'. — Individu (collection Le Mesle) vu de côté, à ombilic un peu plus grand que 
le précédent. 

Couche à Ostrea auricularis de la partie moyenne de la craie de Villedieu. 
Carrières de la Ribochère, commune de Couture (Loir-et-Cher). 

FiG. S*". — Le même, vu du côté ventral. 

FiG. 4. — Individu (collection Le Mesle) de petite taille, à ombilic un peu plus large 
que celui de la figure 2% et montrant une ornementation un peu plus 
accentuée. 

Couche à Ostrea auricularis de la partie moyenne de la craie de Villedieu. 

Carrières de la Ribochère, commune de Couture (Loir-et-Cher). 

FiG. 5. — Individu (collection A. de Grossouvre) de taille moyenne, à ombilic relative- 
ment large et à ornementation plus accentuée. 

Couche à Ostrea auricularis de la partie moyenne de la craie de Villedieu. 
Carrières de la Ribochère, commune de Couture (Loir-et-Cher). 



ACANTHOCERATIDÉS. 77 

MORTONICERAS BONTANTI. A. de Grossouvre, n. sp. 
(PI. XVII, fig. 3 et 3.) 

Coquille discoïdale, comprimée. 

Spire formée de tours médiocrement embrassants, croissant assez rapide- 
ment, à flancs peu convexes, à bord externe coupé carrément, présentant en 
son milieu une quille arrondie très peu saillante, encadrée entre devix rangées 
de tubercules latéraux allongés dans le sens de l'enroulement, un peu plus 
saillants que la quille médiane. 

Ombilic moyen, à paroi verticale raccordée avec les flancs par un pourtour 
arrondi un peu pincé. 

Sur le bord de l'ombilic se trouve une série de tuljercules allongés et 
pinces, au nombre de seize par toiu", faisant un peu saillie à son intérieur. 
De ces tuliercules partent deux côtes larges, arrondies, peu élevées, im peu 
obliques en avant, un peu flexueuses et falculiformes , se terminant sur le 
bord externe par un tubercule transverse; en avant de ce tubercule, elles 
sont faiblement surélevées, ce qui donne naissance à une seconde rangée de 
tubercules. 

Les tubercules de la rangée externe, séparés par des intervalles égaux à 
leur longueur, sont au nombre de trente-deux par tom*; ils forment, de chacpie 
côté du contom" externe , deux crêtes régulièrement dentelées , qui constituent , 
avec la quille médiane, deux larges dépressions. 

L'individu représenté par la figure 3 de la planche XVII offre un stade plus 
avancé. Vers l'extrémité du dernier toiu", dans la partie correspondant à la 
chambre d'habitation, les côtes présentent une rangée supplémentaire de 
tubercules situés à une petite distance de l'ombilic. De plus, sur la dernière 
moitié de ce tour, les tubercules de la troisième rangée sont plus nets, plus 
pinces et plus saillants. 

Cloisons. — Le dessin des cloisons de cette espèce ressemble complètement 
à ceux des autres espèces de ce genre , comme le montre la figure 3 3 . 

Rapports et différences. — Cette espèce est assez voisine, comme ornemen- 
tation, d'Ammonites Neptuni, Gein. Elle s'en distingue par les tubercules om- 
bilicaux plus saillants, desquels partent toujoiu*s deux côtes, tandis que chez 



78 LES AMMONITES DE LA CRAIE SUPERIEURE. 

ce dernier ils ne donnent d'ordinaire naissance qu'à une seule. La différence 
la plus nette et la plus frappante réside dans le bord externe, qui chez Am. 
Neptani porte une quille fortement saillante et dentelée, tandis que dans 
l'autre cette quille est arrondie et peu élevée. 




Mortoniceras Bontanti (gros. ^3), d'après l'échantillon de la craie de Villedieu 
représenté pi. XVII, fig. 3. 

li existe aussi, au point de vue de l'ornementation, quelques analogies 
entre Mortoniceras Bontanti, Barroisia HaberfeUneri et Prionoiropis Fleiiriaiisi; 
mais il suffit de jeter un coup d'œil sur les figures qui représentent ces di- 
verses espèces pour saisir les différences qui les séparent. 

Cette espèce ressemble beaucoup à M. Bourgeoisi et en diffère principale- 
ment par im ombilic plus étroit, circonstance qui amène toujours des varia- 
tions correspondantes dans l'ornementation et dans la forme des tours : il est 
donc fort possible que l'on ne doive voir dans cette espèce qu'ime variation de 
M. Bourgeoisi, mais l'absence de formes intermédiaires entre les deux types 
ne permet pas d'affirmer leur identité spécificpie. 

Gisement. — Cette espèce habite le niveau moyen de la craie de Villedieu , 
avec Mortoniceras serrato-marginatum , M. Bourgeoisi, etc. ^^\ 

Echantillons examinés. — Deux échantillons (collection de l'abbé Bourgeois, 
à l'École de Pontlevoy, collection A. de Grossouvre) provenant des marnes à 
Ostrea auricularis de la partie moyenne de la craie de Villedieu. 

''' Pendant l'impression de ce mémoire, M. H. Parent m'a communiqué un échantiUon de 
M. Bontanti provenant de la craie à Inoceramus involutus des environs de Saint-Omer. 



ACANTHOCERATIDES. 79 



EXPLICATION DES FIGURES. 

Planche XVH. 

FiG. 2. — Individu, type de l'espèce (collection A. de Grossouvre), vu décote. 

Couche à Ostrea auricularis de la partie moyenne de la craie de Villedieu. 
Carrières de la Ribochère, commune de Couture (Loir-et-Cher). 

FiG. 3°. — Individu (collection de Tal^bé Bourgeois) vu de côté, à omliilic plus large que 
le précédent et à évolution plus raf)ide, car il montre, k Textrémité du 
dernier tour, sa dernière loge et un mode d'ornementation diflërent de celui 
des premiers tours. 

Couche à Ostrea auricularis de la partie moyenne de la craie de Villedieu. 
Carrières de la Ribochère, commune de Couture (Loir-et-Cher). 

FiG. 3''. — Le même, vu du côté ventral. 

MORTONICERAS DESMONDL A.'de Gbossouvre, n. sp. 

1867. Ammonites texanus. Schlùter, Jûnçjslen Ammoneen Norddeutscldands , p. parte, p. 02; 
pi. VI, % 3 (noiifig. 1). 

Coquille discoïdale , à tours peu embrassants, à lai'ge ombilici 

Section des tours ovalaire, un peu plus haute cjne large, ayant sa plus 
grande épaisseur au tiers inférieur de la hauteur. 

Bord ventral convexe portant une petite quille arrondie peu saillante. 

Côtes droites, éti'oites, élevées, assez éloignées les unes des autres, ornées 
de quatre rangées de tidjercules. La première est placée au premier tiers de 
la hauteur des flancs, la deuxième au second tiers, et les deux dernières, sur 
le pourtour externe, sont très rapprochées et forment presque un tubercule 
bifide. Ces deux derniers tidiercules sont à peu près arrondis comme les 
autres et non largement transverses comme dans la plupart des espèces de ce 
groupe. 

Ces divers caractères permettent donc de la distinguer facilement des autres 
Moiioniceras. 

Gisement. — Calcaire gréseux à la limite du coniacien et du santonien. Les 
Bobine ttes, près Aubas, localité située au voisinage de Montignac (Dordogne). 

Echantillon examiné. — Un fragment de tour (collection Desmond) tout 



80 LES AMMONITES DE LA CRAIE SUPERIEURE. 

à fait semblable à celui qui a été figuré par M. le docteur Schlùter, mais de 
plus grande taille. 

MORTONICERAS TEXANUM. F. Rômer, sp. 
(PI. XVI, fig. 2 à 4 ; pi. XVII, fig. 1.) 

1852. Ammonites texanus. F. Rômer, Kreidehildiingen von Texas, p. 3i ; pi. III, fig. i°, i'', 
\' et 1*. 

1858. Ammonites texanus. F. von Hauer, Cephalopoden der Gosauschichten , p. lo; pi. II, lig. à 

à 6. 

1859. Ammonites coniacensis. Coquand, Synopsis des fossiles de la formation crétacée da sud- 

ouest de la Frimce. 
1873. Ammonites quinquenodosus. Redtenbacber, Die Ceplialopodenfauna der Gosauschichten, 
Ahhaiidl. d. /<. k. geol. Reiclisanstalt , t. V; p. io8 ; pi. XXIV, fig. 3. 

Coquille discoïdale, comprimée. 

Spire formée de tours médiocrement embrassants, croissant assez lente- 
ment, à section ovalaire. 

Ombilic assez grand, séparé peu nettement des flancs. 

Bord externe convexe, muni d'une quille arrondie peu saillante. 

Flancs convexes, ornés dans l'adulte de côtes simples, droites, très peu 
inclinées en avant, assez lai-ges, arrondies, séparées par des intervalles plus 
grands que lem^ largeur. Ces côtes sont interrompues sur le bord externe et 
ornées, sm' chaque flanc, de cinq rangées de tubercules. 

La première rangée est placée sur le bord de l'ombilic ; la deuxième rangée 
est à peu près à égale distance de la première et de la troisième : celle-ci est 
située environ aux deux tiers de la hauteur des flancs; la quatrième rangée 
est séparée de la troisième par un intervalle bien moins grand que ceux qui 
existent entre les premières. Le quatrième et le cinquième tubercule sont 
beaucoup plus rapprochés encore que le troisième et le quatrième. Les deux 
premiers tubercules du côté de l'ombilic consistent en nodosités arrondies; 
le troisième conm^ience à s'allonger dans le sens transverse, et les deux der- 
niers sont encore plus allongés dans le sens de l'enroulement. 

Les échantillons de petite taille ont à peu près la même forme et la même 
ornementation que les adultes , sauf que souvent deux côtes partent ensemble 
d'un même tubercule ombilical : quelquefois la bifurcation est peu nette et il 
semble alors qu'il existe une côte intercalaire qui ne commence à se montrer 
que vers la deuxième rangée de tubercules. A un stade plus avancé, toutes les 



ACANTHOCERATIDES. 81 

cotes sont ordinairement simples, mais il peut arriver, même à une taille assez 
grande, que les côtes sont partie simples, et partie issues par paires d'un 
même tubercule ombilical. Coquand dit, dans la diagnose de son Ammonites 
coniacensis , que les côtes sont alternatiA'ement simples et bifides : j'ai pu éga- 
lement constater cette partie idarité , mais sans aucune régularité dans l'alter- 
nance, sur un échantillon de grande taille de la collection de l'Ecole des 
mines provenant de Frayssinet-le-Gélat (Lot). 

Dans les jeunes, la section des tours est proportionnellement moins haute 
que dans les adultes, et en même temps les différences entre les intervalles 
des tubercules sont moins prononcées, comme on peut le voir sur les petits 
échantillons représentés pi. XVI, fig. 2 , 3 et 4, et comme le montrent aussi 
les figures 1"= et i'' de Rômei-; on peut néanmoins constater que ces inter- 
valles ne sont pas exactement égaux, mais vont en décroissant de f ombilic 
vers le bord externe. 

Cloisons. — Les cloisons de cette espèce se rapportent bien exactement 
au type général indiqué pour les Mortoniceras ; je n'ai pas eu entre les mains 
d'échantillons les présentant assez nettement pour que l'on put les dessiner 
exactement. 

Rapports et différences. — J'ai indiqué précédemment les caractères qui 
servaient à distinguer cette espèce des autres formes afl&nes appartenant au 
même groupe. 

Observations. — Cette espèce a été établie en i852 par F. Rômer, d'après 
deux échantillons de la craie du Texas. L'un, le grand exemplaire, pro- 
venant d'Austin, est représenté fig. r^ et i** de la planche III. L'autre, plus 
petit, représenté fig. 1'' et 1'' de la même planche, provient de Neu-Braun- 
fels, vers la chute du Guadaloupe, où il est accompagné de PL syrtale ; il 
diffère du premier par la section de ses tours , presque carrée , et plutôt moins 
haute que large ; en même temps les intervalles qui séparent les divers tuber- 
cules sont sensiblement égaux. 

En 1 858, M. F. von Hauer a fait connaître l'existence de cette espèce dans 
les couches de Gosau des environs d'Ischl; l'échantillon qu'il figure corres- 
pond exactement au grand exemplaire d'Austin (Texas) , représenté par 
F. Rômer. Il fait remarquer dans sa description que sm- les tours internes 



82 LES AMMONITES DE LA CRAIE SUPERIEURE. 

deux côtes partent parfois d'un tubercule ombilical, ainsi que je l'ai indicpié 
plus haut. 

En 1867, M. le docteur Schlùter décrit et figure comme Am. texanus ime 
série d'individus de Mortoniceras appartenant à de tout autres espèces. Cette 
confusion a été le point de départ des erreurs qui se sont produites vers cette 
époque dans la détermination de diverses formes affines, mais appai'tenant à 
d'autres types spécifiques, et c'est ainsi rpi'en 1872, MM. Fritsc.h et Schlôn- 
bach rapportent à Am. texanus un échantillon de Bohême, fp.ii n'est autre 
que le Mortoniceras Bourgeoisi. Eln 1872, M. le docteur Schliiter figure encore , 
sous le nom d\im. texanus, une nouvelle forme, de sorte que, en 1873, se 
basant sur ces données, Piedtenbacher refuse le nom d'Am. texanus au type 
précédemment figuré par M. F. von Hauer et lui donne une nouvelle déno- 
mination : Am. qmncjuenodosus. 

En 1876, M. le docteur Schlùter, reconnaissant la confusion qu'il a com- 
mise, sépare, sous le nom <ïjim. Emscheris [Mortoniceras serrato-)narcjinatum) , 
une des formes qu'il avait précédemment décrites sous le nom d'Am. texanus 
et figTire, comme se rapportant à ce dernier type, un échantillon provenant 
des marnes de l'Emscher, des environs de Herten, en Westphalie. Celui-ci a 
sensiblement la même forme générale que l'échantillon d'Austin , et cpie ceux 
des couches de Gosau figurés par MM. F. von Hauer et Piedtenbacher, c'est- 
à-dire qu'il a la section de ses tours beaucoup plus haute que large, mais il 
en diffère par ce caractère que les intervalles entre les tubercules sont égaux 
entre eux, comme le montre la figure, et comme le fait d'ailleurs remai^quer 
M. le docteur Schlùter t'I 

Gisement. — En France, cette espèce n'est pas connue de l'étage conia- 
cien; elle se trouve seulement dans la partie inférieure de l'étage santonien, 
où elle est le plus souvent accompagnée de Placenticcras syrtale, notamment 
dans l'Aquitaine, dans les couches M' et M^ de M. Arnaud, à Pons, Epagnac, 
Miremont, Sergeac. 

Dans les Corbières, cette ammonite a été trouvée dans les marnes bleues 
cp.ie l'on rencontre au bas du chemin de Sougraignes aux Croutets (Aude), 
immédiadiatement au-dessous de la couche à Lima marticensis. 

Dans les Alpes occidentales, elle a été recueillie à Peaudelaure, près l'Es- 

'"' li Beim Ammonites texanus stelit die erste Hôckerreihe auf der Nabelkante imd es folgen die 
uejjrigen Reilien in regclmâssig-en Intervallen. » (Schlùter, Cephalopoden , p. 1 55.) 



ACANTHOCERATIDES. 83 

carène, au nord-est de Nice, par M. Potier, et au col des Pejres, au nord-esl 
de Digne , par M. Kilian. 

Dans les Alpes orientales, elle ne paraît pas être rare dans les couches de 
Gosau de la région de Salzbourg et d'Ischl ; d'après M. F. von Hauer et Pied- 
tenbacher, on la rencontrerait à Gosau, Strobi-Weissenbach, Weissenbacli 
près Âussee, Wollsbachau près Riefling, et Sankt-Wolfgang. 

Echantillons examinés. — De l'Acpiitaine, environs de Pons et Mireniont 
(collections Arnaud et Piéjaudry), environs de Frayssinet-le-Gélat (Lot) [col- 
lection de l'Ecole des mines]. 

Des Corloières, environs de Sougraignes (collections J'' Jean, Toucas et A. de 
Grossouvre). 

De la région alpine, environs de l'Escarène (Alpes-Maritimes) [collection 
de l'Ecole des mines] et col des Peyres (Basses-Alpes) [collection Kilian]. 

EXPLICATION DES FIGURES. 

Pianche XVI.. 

FiG. 2. — Individu de petite taille (collection Arnaud), vu de côté et montrant des 
côtes tantôt simples, tantôt partant par paires d'un tubercule ombilical et 
ornées de cinq rangées de tubercules. 

Etage santonien : assise M"- de M. Arnaud. 

Nieul-le-Virouil ( Charente-Inférieure ) . 
FiG. 3°. — Individu de plus petite taille encore (collection Rejaudry), vu de côté. 

Étage santonien : assise M^ de M. Arnaud. 

Nieul-le-Virouil (Charente-Inférieure). 
FiG. 5^. — Le même, vu du côté ventral pour montrer la forme de la section des tours. 
FiG. 4°. — Fragment d'un individu de petite taille (collection Arnaud), vu de côté. 

Etage santonien : assise M" de M. Arnaud. 

Nieul-le-Virouil ( Chai'ente-Inférieure ). 
FiG. k^. — Le même, vu du coté ventral. 

Planche XVII. 

FiG. I". — Individu de grande taille (collection Toucas), vu- de côté pour montrer les 
cinq rangées de tubercules qui caractérisent cette espèce et leur disposition 
relative. 

Marnes bleues à petits fossiles situées au bas du chemin de Sougraignes- 
aux-Croutets (Aude), sous la couche à Lima marticensis. 

FiG. I*". — Le même, vu du côté ventral. . .- 



84 LES AMMONITES DE LA CRAIE SUPERIEURE. 



MORTONICERAS PSEUDO-TEXANUM. A. dk Gi'.ossouvre, n. sp. 

1876. Ammonites texanus, Sclilùter, Cephalopoden der oheveii deutschen Kreide, p. i55; pi. XLl , 
fig. 1 et 2 ; pi. XLIi, fig. 1 1. 

Il résulte de ce qui précède qu'il y a lieu de distinguer, conune type par- 
ticidier, les formes voisines de M. texamun, à tours élevés, chez lescfuelles 
les intervalles des divers tubercules sont égaux : je donne à ce type le nom de 
M. pseudo-texamim. 

Comme en France le véritalDle M. texanum est seulement connu de l'étage 
santonien, qu'au Texas il se trouve au même niveau avec PL syrtale, et qu'en 
Westphalie M. pseudo-texamim n'existe que dans l'Emscher-Mergel , équivalent 
de l'étage couiacien, on doit en conclure cpie ce dernier est une mutation de 
M. texanum appartenant à un niveau inférieur. 

Après ce que j'ai dit précédemment, je me borne à renvoyer, pour la 
figure de la nouvelle espèce, à l'ouvrage de M. le docteur Schlûter. 

MORTONICERAS CAMPANIENSE. A. de Grossouvre, n. sp. 
(PI. XIII, fig. 1 et 3.) 

Coquille discoïdale, comprimée. 

Spire formée' de tours peu embrassants, croissant un peu plus rapidement 
en largeur qu'en hauteur, à section tronquée sur le bord siphonal et com- 
primée latéralement dans la région externe. 

Ombilic moyen assez profond, à paroi verticale nettement sépai'ée des 
flancs par un pourtour anguleux. 

Le bord externe porte en son milieu une quille arrondie peu saillante. 

Les flancs sont ornés de côtes nombreuses, légèrement infléchies en avant, 
séparées pai- des intervalles à peu près égaux à leur largeur. 

Les côtes sont subtuberculées au voisinage de l'omlDilic , et font légèrement 
saiflie à son intérieur. Elles sont surélevées de nouveau vers le premier 
tiers, puis vers les deux tiers de la hauteur des flancs. De ce dernier point 
partent deux côtes qui se terminent sur le bord externe par un tubercule 
transverse assez saillant et qui sont, en outre, surélevées vers la moitié de 
leur longueur. Il existe donc, sur les flancs, cinq rangées de tubercules 
assez nettement arrondis, sauf les plus externes, qui sont transverses. 



ACANTHOCERATIDÉS. 85 

Cloisons. — Bâties svu' le type général de celles des Mortoniceras. 

Observations. — Cette espèce, c{ui resseixtble un peu à M. texannm et qui 
a été confondue avec lui à cause de ses cinq rangées de tubercules, en diffère 
pai' l'ensemble de ses caractères et principalement par ses côtes bifurquées 
au troisième tid^ercule. 

Gisement. — Elle habite les couches infériem'es de l'étage campanien. 

En Aquitaine, elle se trouve à Saint-Hilaire-de-Montmoreau et à Monl- 
moreau (Charente), et à Montils (Charente-Inférieure), dans la partie supé- 
rieure de l'assise P' de M. Arnaud. 

Dans la région alpine, elle a été rencontrée dans les calcaires marneux 
exploités dans les carrières de Gontes-les-Pins (Alpes-Maritimes). 

Echantillons examinés. — Quatre échantillons de Saint-Hilaù'e-de-Montmo- 
reau, Montmoreau et Montils, assise P\ partie supérieure (collection Arnaud). 
Un échantillon de Contes-les-Pins (collection de la Sorbonne). 
Un bel échantillon du musée de Périgueux, sans indication de localité. 

EXPLICATION DES FIGURES. 

Pianche XUI. 

FiG. 1°. — ^ Fragment d'un individu (collection Arnaud), vu de côté pour montrer l'oi- 
nementation des flancs, qui consiste en côtes portant cinq tubercules et se 
bifurquant au troisième, à partir de l'ombilic. 

Couches marneuses de la partie supérieure de l'assise P^ de M. Arnaud : 
Campanien inférieur. 
, Saint-Hilaire-de Montmoreau (Charente). 

FiG. 1'. — Le même, vu du côté ventral. 

FiG. 3°. — Fragment d'un individu (collection Arnaud), vu de côté, de plus grande 
taille que le précédent et montrant plus nettement la quatrième rangée de 
tubercules. 

Couches marneuses de la partie supérieure de l'assise P^ de M. Arnaud : 
Campanien inférieur. 

Saint-Hilaire-de-Montmoreau (Charente). 

FiG. S*". — Section des tours du précédent. 



86 



LES AMMONITES DE LA CRAIE SUPERIEURE. 



RESUME. 

Les Mortoniceras constituent donc un groupe très homogène, dont les di- 
vers membres présentent entre eux de grandes adinités, ce qui a parfois occa- 
sionné des confusions dans leur détermination. C'est ainsi qu'on a donné 
souvent le nom à' Ammonites texanus à des Mortoniceras , qui sont réellement 
bien distincts du type de Piômer. 

L'extension géographicpie de ce genre est fort grande, notamment en Eu- 
rope : ses repi'ésentants se montrent en assez grand nombre en Bohême, en 
Westphalie, en Touraine, en Aquitaine, en Périgord, dans les Corbières, 
dans ie bassin de Dieulefit, dans les Alpes occidentales et enfin dans les 
Alpes orientales (couches de Gosau). 

Mortoniceras texanum, qui paraît avoir spécialement une grande extension, 
a été indiqué encore dans la craie de l'Afi^que du Nord ; il existe d'ailleurs 
au 'Texas, cjui a fourni le type de cette espèce. 

Je ne crois pas qu'on ait signalé de vrais Mortoniceras dans la craie de 
l'Inde. 

Ce genre apparaît dès le début de l'étage coniacien et a son maximum 
de développement vers sa limite supérieure. Le dernier représentant connu 
appartient à la base du campanien, où il se trouve assez isolé, puisque aucun 
Mortoniceras n'a encore été indiqué dans le santonien supérieur. 

RÉPARTITION VERTICALE DES MORTONICERAS. 



ESPECES OBSERVEES. 



M. Zeilleri, n. sp 

M. serrato-m.arcjina.tnm. Récit, sp, 

M. Bourgeoisi, d'Orb, sp 

M. Bontanti, n. sp 

M. Desmondi, n. sp . 

M. psendo-texanmn , n. sp 

M. texanixm, Rômei', sp 

M. campaniense ,n. sp 



CONIACIEN 



SUPERIEUR. 



SANTONIEN 



INFERIEUR. SUPERIEUR, 



CAMPANIEN 
INFÉRIEUR. 



ACANTHOCERATIDES. 



87 



Genre GAUTHÏERICERAS. A. de Grossouvre, nov. gen. 

Je distingue sous ce nom générique une série d'espèces dont leï tours à 
section sulsquadi-angulaire présentent sur leur bord externe une quille médiane 
très saillante : en dehors de ce caractère extérieur, les cloisons offrent aussi 
certaines particularités spéciales cpii les placent comme formes de transition 
entre celles des Mortoniceras et celles du genre suivant, Peroniceras. 

Les Gaiithiericevas ont, comme les Mortoniceras , des cloisons moins dé- 
coupées que celles des Peroniceras ; leur premier lobe latéral diffère de celui 
de ces derniers par l'absence d'une fourche terminale nettement individua- 
lisée. 

Pai- contre, les lignes suturales des Gaathiericeras et des Peroniceras , moms 
réduites cpie celle des Mortoniceras , ont la même disposition générale : dans 
les deux genres, l'extrémité supérieure de la troisième selle latérale est située 
bien au-dessous du niveau des extrémités des deux premières, circonstance 
toute différente de ce que l'on trouve dans les Mortoniceras. 

Je prends comme type de ce genre Ammonites Margœ, Schlûter, dont je 
donne ci-dessous le dessin des cloisons. 



Fiiç. 34. 




Gauthiericeras Marcjee (gros. = 3,3), d'api'ès l'écliantiHon représenté pi. XV, fig. 2. 



88 LES AMMONITES DE LA CRAIE SUPERIEURE. 

GAUTHIERICERAS BAJUVARICUM. Redtenbacher, sp. 
(Pi. IX, fîg. i; PL Xll.fig. 2 et 3.) 

187o. Ammonites bajuvaricus. RedtenJjacher, Die Cephcdopodenfauna cler Gosauschichten ; 

Abhandl. d. k. k. geol. Reichsanstalt , t. V, p. 107, pi. XXIV, fig. 2. 
1885. Ammonites Isamberti. Fallût, Crétacé du sud-est de la France, p. 282, pi. II, fig'. i. 

Coquille discoïdale , comprimée, à tom's peu embrassants, à flancs plats, à 
bord externe subconvexe, portant en son milieu une qndle saillante assez 
marquée, bordée de deux petits méplats limités par deux cai'ènes à peine 
visibles. 

Omljilic de grandeur moyenne, peu profond, à paroi verticale se raccor- 
dant avec les flancs par un pourtom^ un peu anguleux. 

Sur le bord de l'ombilic prennent naissance des côtes surélevées à son voi- 
sinage immédiat : elles sont di'oites, légèrement obliques en avant et se termi- 
nent vers le bord externe par un tubercule presque rond, à peine transverse. 
Les côtes tantôt restent simples, tantôt se bifurquent d'une manière un peu 
obscure à mi-hauteur des flancs; la proportion des côtes simples et des côtes 
bifurquées est variable d'un échantillon à un autre. 

Quand la coquille s'accroît, les côtes s'efîacent peu à peu et les flancs 
deviennent à peu près lisses, sauf sur le bord ombilical et sur le pourtoiu 
externe où l'on aperçoit encore quelques nodosités. 

Les échantillons figurés paraissent bien conformes au type décrit par Red- 
lenbacher sous le nom dC Ammonites bajuvaricus. C'est la même forme générale 
et le même mode d'ornementation : seulement, Redtenbacher indicpie dans 
sa description que la quille médiane est bordée de deux légers sillons, ce 
que ne montre pas bien nettement la figure. D'ailleurs, à première vnie, les 
échantillons que j'ai examinés paraissent posséder aussi des sillons et ce n'est 
qu'en les examinant avec soin qu'on voit que l'ensemble de la quille médiane 
et des méplats en donne l'illusion. Le dessin des' cloisons de cette espèce 
donné par Redtenbacher présente beaucoup d'analogies avec celui des échan- 
tillons que j'y rattache et est notamment bien caractérisé par la forme de son 
premier lobe latéral. 

M. Fallot a décrit une espèce des grès de Dieulefit à laquelle il a donné 
le nom d'Ammonites Isamberti; elle me parait devoir être rattachée au même 



ACANTHOCERATIDES. 89 

type spécifique, et elle difFère seulement d'^. bajuvaricus par son ombilic 
plus large et ses côtes plus fortes. 

Nous avons donc avec les échantillons de la Tovu-aine et de Dieulefit une 
série de formes constituant des variations d'un même type spécifique , en rap- 
port avec les dimensions de l'ombilic. 

Redtenbacber a décrit sous les noms d'Am. Aberlei [loc. cil., p. i ii, 
pi. XXV, fîg. 4) et Am. propoetidum (p. i 16, pi. XXVI, fig. 6). deux formes 
bien voisines de Am. bajuvaricus comme aspect extérieur, mais s'en distin- 
guent par le dessin de leurs cloisons, dont le premier lobe latéral est à ter- 
minaison impaire. Les tubercules du bord de l'ombilic sont aussi beaucoup 
plus prononcés, et sous ces divers rapports ces deux espèces se rapprochent 
plutôt du groupe des Schlônbachia Fournieri, n. sp., et Schl. Bertrandi, n. sp. 

Cloisons. — La ligne suturale très réduite comprend seulement, outre le 
lobe siphonal, deux lobes latéraux et un lobe auxiliaire; le deuxième lobe 
latéral est très petit et pourrait presque être considéré comme un lobule ; la 
troisième selle latérale est très sui'baissée , ce qui donne à la ligne suturale un 
aspect tout différent de ce que l'on voit chez les Mortoniceras. 

Fig. 35. 




5 

Gaathiericeras bajuvariciim (gros. = 4,3o), d'après l'échantillon représenté pi. XII, fig. 3. 

Gisement. — En France, cette espèce se trouve dans les couches de l'étage 
coniacien ; en Touraine , dans les calcaires durs qui constituent la base de la 
craie de Villedieu; en Aquitaine, dans l'assise L^ de M. Arnaud, à Cognac. 

Echantillons examinés. — Quatre échantillons de la partie inférieure de la 
craie de Villedieu (collection de l'École des mines, collections de l'abbé Bour- 
geois et Le Mesle). 

Un échantillon des environs de Cognac, assise L^. 



90 LES AMMONITES DE LA CRAIE SUPERIEURE. 

EXPLICATION DES FIGURES. 
Planche IX. 

FiG. 1. — Individu adulte (collection Le Mesle), vu de côté pour montrer rornementa- 
tion des flancs qui reste la même jusqu'à Textrémité du dernier tour; les 
côtes qui réunissent les tubercules ombilicaux aux tubercules externes s'at- 
ténuent seulement sur les derniers tours. On aperçoit la quille ventrale 
qui se détache des flancs. 

Pai'tie inférieure de la craie de Villedieu. Carrières de la Ribochèi-e, 
commune de Couture (Loir-et-Cher). 

Planche XII. 

FiG. 2°. — Individu (collection de l'Ecole des mines) vu de côté. 

Calcaires de la base de la craie de Villedieu. Carrières de la Ribochère, 
commune de Couture (Loir-et-Cher). 
FiG. 2''. — Le même, vu du côté ventral. 
FiG. 3". — Individu (collection de l'abbé Bourgeois à l'École de Pontlevoy) vu de côté. 

Calcaires de la base de la craie de Villedieu. Carrières de la Riboclière, 
commune de Couture (Loir-et-Cher). 
FiG. S*". — Le même, vu du côté ventral. 

; ^ GAUTHIERICERAS MARG^.. Schlûter, sp, 
"■' '"■ /'" ' (PI. XV, fig. 1 et 2.) 

1867. Ammonites Margse. Schlûter, Jâiigsten Ammoneen Norddeutschlands , p. ag; pi. V, hg.. 2. 

1872. Ammonites Margse. Schlûter, Cephalopoden der oberen deatschen kreide, p. 43; pi. XII, 

fig-. /t. 

1873. Ammonites Margse. Redtenbacher, Die Cephalopodeitfaiinn der Gosauschichten. AbhaïuU. 

d. k. k. geol. Reichsanstall , t. V, p. 109 ; pi. XXV, fig. 1. 

Coquille discoïdale , comprimée , à ombilic moyen. 

Spire formée de tours peu embrassants, croissant d'ordinaire plus vite en 
hauteur qu'en épaisseur : chaque tour recouvre le précédent sur environ le 
tiers de sa hauteur. 

Ombilic moyen se raccordant avec les flancs par un pourtour ])ien arrondi. 

Bord externe, subconvexe, portant une quille saillante ornée de légères 
crénelm'es; de chaque côté de la quille se trouve un méplat limité par une 
arête., souvent invisible sur les échantillons mal conservés. 

Les flancs sont ornés de côtes larges, fortes, séparées par des intervalles 
bien supérieurs à leui- largeur. Près de l'ombilic, ces côtes sont très saillantes. 



ACANTHOCERATIDES. 



91 



pincées et forment une sorte de crête bien marquée c[ui s'étend un peu au 
delà du premier tiers de la hauteur des flancs , puis s'atténuent notablement à 
partir de ce point et continuent , soit simples, soit bifurquées , jusqu'au bord 
externe, où elles s'arrêtent à une certaine distance des carènes latérales, se 
terminant par un tuliercule très saillant, très épais et un peu allongé dans le 
sens de la spirale d'enroulement. 

Lorsqu'il y a bifmxation , les deux côtes externes s'infléchissent de part et 
d'autre de la direction de la côte ombilicale ; lorsque les côtes restent simples, 
elles sont très légèrement flexueuses. 

La proportion des côtes simples et des côtes bifurquées varie beaucoup 
pendant les diverses périodes de développement de la coquille : sm- les échan- 
tillons jeunes et en général jusqu'au diamètre de 80 millimètres, elles alter- 
nent plus ou moins régulièrement; plus tard, la proportion des côtes bifur- 
quées diminue et finalement toutes restent simples. 

A un certain degré de développement, les côtes oml^ilicales ne forment 
plus la crête nette et tranchée dont je viens de parler, mais seulement une 
partie surélevée et pincée dont la saillie croit puis décroit régulièrement à 
partir de l'omloilic ; les côtes s'elTacent ensuite dans la région médiane et dans 
la région externe des flancs. 



Cloisons. — Analogues à celles de l'espèce précédente, comme le montre 
le dessin ci-dessous. 

Fig. 36. 




Gautliiericeras Margœ (gros. = 3,3), d'après l'écUantiHon représenté pi. XV, lîg. 2. 

Observations. — L'identification des échantillons que j'ai en vue avec Ani. 



92 ' LES AMMONITES DE LA CRAIE SUPERIEURE. 

Marqœ, Schlûter, ne uie paraît pas douteuse, bien que ce savant n'ait pas si- 
gnale' l'existence des deux arêtes latérales qui accompagnent la quille ventrale; 
mais celles-ci ne sont visibles que sur les échantillons en bon état de conser- 
vation et formés pai' une roche suffisamment dure. De même la crénelure de 
la quille n'a pu être observée que sur un seul échantillon en raison de l'état 
de conservation de cette partie de la coquille. On sait d'ailleurs que dans 
le terrain jurassique, on trouve des échantillons (ÏAm. canaliculatas qui ont 
indifféremment la quille lisse ou dentelée. 

Parmi les formes qui se rattachent à G. Margœ, quelques-unes s'en écartent 
par leur ombilic beaucoup plus large et leurs tours beaucoup moins élevés. 
Ainsi chez un échantillon des environs de Torsac (Charente) [collection 
Boreau-Lajanadie] , ayant 20 centimètres de diamètre et un ombilic de 1 o cen- 
timètres, le dernier tour n'a, à son extrémité, que 6 centimètres de hauteur : 
c'est donc une forme à large ombilic et à tours peu élevés; les côtes sont 
simples, droites, presque radiales, espacées et au nombre de 20 sur le der- 
nier tour. 

Gisement. — - Cette espèce habite pai^tout l'étage coniacien. En Touraine, 
elle se trouve dans les calcaires durs qui forment la base de la craie de Ville- 
dieu; en Aquitaine, dans l'assise L- de M. Arnaud; dans les Corbières, dans les 
calcaires mai'neux immédiatement inférieurs aux couches à Mkraster brevis. 

M. Schlûter l'a signalée dans les marnes de l'Emscher, sur la bordure 
méridionale du bassin de Westphalie, principalement dans les environs de 
Herne. Un échantillon qui avait été indiqué primitivement comme venant des 
marnes à B. qaadrata, d'Osterfeld, doit, d'après la rectification de M. le doc- 
teur Schlûter, être considéré comme venant plus probablement des marnes 
de Stoppenberg, près Essen (étage de l'Emscher). 

Redtenbacher en a figuré un individu provenant de Glaneck, près Salzbourg. 

Echanlillons examinés. — Deux échantillons de la base de la craie de 
Villedieu (collections A. et G. de Grossouvre). 

Divers échantillons de la Charente et de laDordogne (assise L- de M. Ar- 
naud); Torsac près Angoulême, Fouquebrune, Périgueux, Saiiat (col- 
lections Arnavid, Boreau-Lajanadie). 

Plusieurs échantillons des Cor])ières (collections Pérou et A. de Gros- 
souvre ) . 



ACANTHOCERATIDES. 93 ' 

EXPLICATION DES FIGURES. 

Planche XV. 

FiG. l". — Individu de taille moyenne (collection G. de Grossouvre) vu de côté, mon- 
trant l'ornementation de l'adulte qui consiste en côtes simples, légèrement 
sinueuses, un peu infléchies en avant : on voit cependant encore sur le 
dernier tour une côte bifide. 

Calcaires durs de la base de la craie de Villedieu. Carrières de la Ribo- 
chère, commune de Couture (Loir-et-Cher). 

FiG. l*". — Le même, vu du côté ventral. 

FiG. 2°. — Individu de petite taille (collection A. de Grossouvre) vu de côté, montrant 
des côtes tantôt simples, tantôt bifides. On peut voir que la quille ventrale 
est dentelée. 

Calcaires durs de la base de la craie de Villedieu. Carrières de la Ribo- 
chère, commune de Couture (Loir-et-Cher). 

FiG. '2''. — Le même , vu du côté ventral , l'ouverture en arrière. 

FiG. 2°. — Le même, vu du côté ventral, représenté de manière à montrer la section des 
tours. 

RÉSUMÉ. 

Les Gaiithiericeras sont assez alDondamment répandus dans la craie d'Eu- 
rope : Westphalie, Touraine, Acpiitame, Corbières, bassin de Dieulefit, 
Alpes orientales (couches de Gosau). 

Ils caractérisent l'étage coniacien, où ils paraissent être assez strictement 
cantonnés; il est très probable cependant c[u Ammonites Bravaisi, d'Orb., de 
l'étage turonien supérieur, -doit être rapporté à ce genre. 

Ammonites injlatas, dont la forme et l'ornementation rappelleraient assez 
celles de Gauthiericeras Margœ, possède des cloisons différentes en raison de 
la fourche terminale bien développée du premier lobe latéral. 

Genre, PERONICERAS. A. de Grossouvre, nov. gen. 

Je donne le nom générique de Peroniceras à un groupe de formes pré- 
sentant d'assez grandes affinités avec les Mortoniceras et les Gauthiericeras , 
mais s'en distinguant par leur bord externe orné de trois quilles et par ime 
ligne suturale beaucoup plus découpée et plus élancée qui rappelle celle des 



94 LES AMMONITES DE LA CRAIE SUPÉRIEURE. 

Stoliczkaia : le premier lobe latéral est, comme dans ce dernier gem-e, assez 
étroit et terminé pai' vme fourche bien nette. La troisième selle latérale a 
aussi son extrémité supérieure bien au-dessous de celles des deux premières. 
Je prends comme type de ce genre Peroniceras Moiireti, dont je donne ci- 
dessous le dessin de la cloison de grandeur naturelle. 



Peroniceras Moureti (grand, nat.), d'après un échantillon de la craie de ViUedieu. 

PERONICERAS SUBTRICARINATUM. D'Orb., sp. 

(PI. X, fig. 1, 2 et 3; PI. XI, Cg. i.) 

J840. Ammonites tricarinatus. D'Orbigny, Paléontologie française , Terrains crétacés, i, p. 007, 
pi. XCI, fig. 1 et 2. 

1850. Ammonites subtricarinatus. D'Orbigny, Prodrome de paléontologie, t. II, p. 212. Ter- 
rains crétacés, 22° étage, n° g. 

1863. Ammonites subtricarinatus. Stoliczka, Cephal. of Southern India, p. 5/i ; pi. XXXI, 
fig. 3. 

1867. Ammonites tridorsatus. Schlûter, Jûngsten Amnioneen Norddeutschlands , p. 26, pi. V, 
fig. 1. 

1872. Ammonites tricarinatus. Schlûter, Cephalopoden der oberen deutschen Kreide, p. 4ii, 
pi. XlII.fig. 1 à/i. 

Coquille discoïdale, comprimée, à flancs plats, k bord externe subcon- 
vexe, orné en son milieu d'une quille saillante assez marquée, accompagnée 
de deux quilles latérales plus faibles. 

Ombilic de grandeur variable, ordinairement assez grand, peu profond, à 
paroi verticale se raccordant graduellement avec les flancs par un pourtour 
arrondi xm peu pincé. 

Les flancs sont ornés de côtes droites très faiblement obliques en avant, 
tantôt simples, tantôt bifurquées. Sur le bord de l'ombilic, elles sont légère- 
ment surélevées ou subtuberculées dans le sens de leur longueur et elles se 



ACANTHOCERATIDES. 95 

terminent vers le bord externe par un tubercule un peu allongé dans le sens 
de l'enroulement. Les côtes tantôt restent simples, tantôt se bifurquent un 
peu au-dessous de la moitié de la hauteur des flancs. La proportion des côtes 
simples et des côtes bifurquées est variable : parfois ces dernières prédomi- 
nent, d'autres fois l'inverse a lieu; souvent les unes et les autres alternent 
régulièrement. 

o 

Cette espèce a été établie par d'Orbigny sur deux échantillons provenant 
des couches crétacées des Corbières : comme je n'ai pas eu l'occasion d'ol)- 
server d'échantillons complètement identiques à ceux-ci, je crois devoir rap- 
peler ici la diagnose donnée par d'Orbigny pour cette espèce, en même temps 
que je fais hgm'er de nouveau (pi. X, fig. i) l'individu qui lui a servi de t^^pe 
et qui se trouve dans sa collection , conservée au Muséum d'histoire naturelle 
de Paris : 

« Dimensions : diamètre ,78; épaisseiu', 1 8 ; largeur du dernier toru", 1 7 . 

Coquille discoïde, comprimée, ornée en travers p ai' tour de vingt-quatre 
côtes cjiii partent du pourtour de l'ombilic et forment immédiatement un fort 
tubercule comprimé, une sur deux se bifurcjuant ensuite poxu" aller former 
une rangée de tubercules de chacpie côté du dos. Les côtes qui ne se bifur- 
quent pas ont seulenient un tubercule à chacune de leurs extrémités. Dos 
large, coupé carrément, et pourvu de trois quilles parallèles, celle du milieu 
un peu plus grosse. Spire composée de tours déprimés, très étroits, carrés, 
entièrement à découvert. Le dernier a les 22/1 00 du diamètre entier. Bouche 
plus large que haute, carrée, évidée sur les côtés. Cloisons inconnues. » 

Sur l'échantillon cpii a servi de type à d'Orbigny, on compte 36 tujjercules 
externes pour 20 tubercules internes. On voit donc qu'il n'y a pas, comme 
le dit d'Orbigny dans sa description, alternance régulière des côtes simples et 
des côtes bifurquées, et cpie ces dernières prédominent au contraire. 

Leur proportion varie Jjeaucoup d'un échantillon à im autre. Par exemple, 
sur la figure de l'individu cjue M. le D'' Schlûter a fait représenter comme ap- 
partenant à cette espèce [CepJialopoden der oheren deatschen Kreide, pi. XIIÎ, 
fig. 1 et 2), les côtes simples sont en nombre plus considérable c{ue les 
autres ('). 

Les échantillons de l'Inde , provenant des environs de Trichinopoly ( Trichi-- 
nopoly group) , figurés par Stoliczka, montrent aussi des côtes tantôt simples, 

'"' Le dessinateur parait avoir représenté cette espèce assez inexactement, car les proportions 
ne sont pas les mêmes dans les figures 1 et 2. 



96 LES AMMONITES DE LA CRAIE SUPERIEURE. 

tantôt Jjifurquées ; sur le dernier toiu-, elles sont toutes à peu près simples 
(pi. XXXI, fig. 3)W. 

La proportion des côtes simples et des côtes bifurcpiées est donc excessive- 
ment A'ariable d'un individu à un autre, et l'on peut admettre cju'il y a tous 
les passages entre le P. subtricarinatum, type, et les variétés à côtes simples. 
Celles-ci se rapportent alors au type figuré par M. le docteur Schlûter sous le 
nom (ï Amjnojiites tridorsalas . 

Tel est, par exemple, l'échantillon de la craie de Villedieu (niveau infé- 
rieur) représenté planche X, fig. 2; comme forme générale, il se rapporte 
tout à fait au type à'Am. sahlricarinatus , mais toutes ses côtes sont simples. 

Tel est encore celui de Piemies-les-Bains , figuré planche X, fig. 3. 

Il y a donc lieu de distinguer dans les formes se rapportant à ce type : 

1° Peroniceras subtricarinatum, type, chez lequel les côtes simples et les 
côtes bifurquées sont en nombre à peu près égal ; 

2° Peroniceras subtricarinatum, var. tridorsatum, Schlûter, pour les variétés 
dont toutes les côtes sont simples. 

Cloisons. — Les cloisons de cette espèce sont bâties sur le plan de celles 
des Peroniceras en général : je n'ai pas eu entre les mains d'échantillon qui 
les ait présentées en état de conservation suffisante pour permettre de les 
dessiner. 

Observations. — Cette espèce a été établie en iSZio pour d'Orbigny, sous 
le nom d'Ammonites tricarinatus : mais en i85o il changea ce nom en celui 
dAm. sablricarinalus , parce qu'il existait déjà un Am. tricarinatus de Poitiez 
(i838). 

Cependant, en 1 872 , M. le docteur Schlûter crut devoir reprendre le nom 
de tricarinatus , en se basant sur ce que le nom de Poitiez ne se rapportait 
certainement pas à une ammonite , mais à un foraminifère (^). En remontant à 
f original, on peut se convaincre que le fossile désigné par Poitiez sous le nom 
de tricarinatus est bien réellement une ammonite, et que c'est Am. cordatus. 

"' Il y a lieu de remarquer aussi que la forme de la section des tours n'est pas la même suivant 
que l'on se reporte à la figure 3" ou à la figure 3'. 

<^' « Den Namen aubelangend , so muss die erste von d'Orbigny gegebene Bezeichnung aufrecht 
erhalten bleiben, da es sonst keinen Am. tricarinatus gibt. Die angebliche altère Bezeichnung 
• von Poitiez bezieht sich wolil nur auf eine Foraminifère. » 



ACANTHOCERATIDES. 97 

En consécp.ience , il convient de garder le nom dMm. sabtricarinatas pour 
le type de d'Orbigny. 

UAm. snbtricarinatiis de Westphalie figuré par M. le docteur Schlùter 
diffère quelcjne peu du type de d'Orbigny en raison de la forme de son bord 
externe', tel que le représente la figure 2 de la planche IV (Schlùter, loc. cit.), 
d'après laquelle il semblerait qu'il existe seidement de chacjue côté de la quille 
médiane deux méplats séparés des flancs par une arête bien nette ; le texte 
permet cependant de rectifier cette erreur de dessin, car il y est dit que la 
quille médiane est accompagnée de deux petites quilles limitant deux sillons 
peu profonds. «Die beiden Bauchkanten pflegen ein wenig vorzutreten und 
(I die zwischen diesen und dem mittleren Kiele peleg-enen Partien etwas 
« eingesenkt zu sein , so dass der Bauch wie mit drei Kielen versehen er- 
« scheint. » En tout cas, il résulte de là c|ue les cpilles latérales sont moins 
prononcées cjue dans les échantillons des Corbières et se rapprochent davan- 
tage de la disposition que nous trouverons dans P. westplialiciim. 

Les échantillons des environs de Trichinopoly (Inde) du Trichinopoly 
group, décrits et figurés par Stoliczka, se rapportent assez bien au type de 
d'Orbigny et montrent des côtes en partie simples, en partie bifides, qui 
deviennent à peu près toutes simples sur le dernier tour. 

Gisement. — Cette espèce est cantonnée en France dans l'étage coniacien ; 
en Westphalie, elle habite principalement l'étage de l'Emscher, mais M. le 
docteur Schlùter signale son existence à la partie supérieure de l'étage turo- 
nien (Cuvieri-Plâner) , où elle serait d'ailleurs assez rare. 

Echantillons examinés. — Deux échantillons de la base de la craie de Ville- 
dieu, Touraine (collection de l'Ecole des mines, collection Le Mesle). 

Deux échantillons de fAcpitaine : la Boulenerie, près Jonzac (Charente- 
Inférieure) [collection Béjaudry], assise L^ de M. Arnaud. 

Deux échantillons des Corbières, environs de Rennes-les-Bains (Aude) 
[collection d'Orbigny au Musévim d'histoire naturelle, collection de l'Ecole 
des mines] . 

Un fragment d'ammonite des environs d'Argens (Basses-Alpes) [collection 
de l'Ecole des mines] m'a paru pouvoir être rapporté à cette espèce. 



98 LES AMMONITES DE LA CRAIE SUPERIEURE. 

EXPLICATION DES FIGURES. 
Planche X. 

FiG. 1". — Individu (collection d'Orbigny au Muséum d'histoire naturelle) type de l'es- 
pèce, déjà représenté par d'Orbigny; vu de côté pour montrer les côtes 
partie simples, partie bifides. 

Calcaires durs de la base de l'étage sénonien. 
Environs de Rennes-les-Bains (Aude). 
FiG. 1''. — Le même, vu du côté ventral. 

FiG. 2. — Individu (collection Le Mesle) appartenant à la var. tridorsatuin , vu de côté, 
chez lequel les côtes sont toutes simples. 

Calcaires durs de la base de la craie de Villedieu. 
Carrières de la Ribochère, commune de Coutui'e (Loir-et-Cher). 
FiG. 3". — Individu (collection de l'Ecole des mines) appartenant à la var. iridorsatam, 
vu de côté. 

Calcaires de la base de l'étage sénonien. 
Chemin de Rennes-les-Bains à Montferrand (Aude). 
FiG. S*". — Le même, vu du côté ventral. 

Planche XI. 

FiG. 1". — Individu (collection Rejaudry) appaiienant à la vai-. tridorsatuin, vu de côté, 
montrant bien nettement les tubercules radiaux qui se trouvent vers l'ori- 
gine des côtes et les tubercules transverses par lesquels celles-ci se ter- 
minent sur le pourtour externe. 

FiG. P. — Le même, vu du côté ventral, montrant la section des tours qui est presque 
carrée. 

PERONICERAS WESTPHALICUM. Schlûter, sp. 
(PI. XII, fig. 1 et 4.) 

1 867. Ammonites 'westphalicus. Schlûter, Jiingsten Ammoneen Norddeiitschlands , p. 3o , pi. VI , 

%. ^. 
1 872. Ammonites -westphalicus. Schlûter, Cephalopoden der oberen deutschen Kreide, p. kh , 

pi. XIII, %. 5 et 6. 

Je rapporte à cette espèce deux échantillons de la craie de Villedieu, qui 
me paraissent coiTespondre assez bien aux descriptions et aux figures données 
par M. le docteur Schlûter. 

Le nom a été donné primitivement, en iSSg, par von Strombeck [Zeil- 
schrift (1. deulsch. cjeol. Ges., t. XVI, p. 56) à des exemplaires des marnes 



ACANTHOCERATIDES. 



99 



gi'ises (Emscher) de la bordure raéridionale du bassin crétacé de la West- 
phalie. Le type créé pai^ Strorobeck est appuyé seulement sur une description 
sans figure. Ce n'est qu'en 1867 que M. le docteiu* Scblùter a fixé cette es- 
pèce en faisant figurer un échantillon des environs d'Essen ; mais tandis que , 
d'après la description de Strombeck, les individus cjue celui-ci y rattachait 
avaient une hauteur de tours double de la largeur, dans l'exemplaire trouvé 
par M. le docteur Schlûter, le rapport de ces deux dimensions est de 4 à 3 . 

Dans son second ouvrage , M. le docteur Sclilùter a figuré un autre exem- 
plaire des environs d'Altenessen, chez lequel la hauteur des tours est assez 
grande : l'ornementation est bien voisine de celle de l'échantillon figuré ici, 
pi. XII, fig. 4. Les côtes sont surélevées sm* le bord de l'ombilic en un tuber- 
cule pincé dans le sens de la longueur, comme chez Gaathiericeras Margœ; 
les quilles latérales sont très peu saillantes et semblent plutôt consister en 
deux arêtes , limitant un petit méplat du bord externe , de chaque côté de la 
quille siphonale. 

Cloisons. — Elles sont analogues à celles des autres Peroniceras et en partir 
culier à celles de P. Moareti, comme on peut le constater sur la figure li de 
la planche XII. 

Fi". 38. 




■ Peroniceras westplialicnm (gros. = 2,4), vue des cloisons, d'après l'échantiHon 
de la craie de Villedieu représenté pi. XII, fig. /t. 

Rapports et différences. — Peroniceras westphaliciim se distingue de P. sub- 
tricarinatam par ses toiu-s un peu plus recouverts, l'absence de tubercules 
proprement dits autour de l'ombilic, et ses quilles latérales beaucoup moins 
prononcées : il paraît assez probable que cette forme n'est au fond qu'une 
variation de P. sabtricarinatam. 



13. 



100 LES AMMONITES DE LA CRAIE SUPERIEURE. 

Gisement. — En France, cette espèce n'a été trouvée qiie dans les calcaires 
durs qui forment la base de la craie de Villedieu. En Allemagne, elle se 
trouve dans les marnes de l'étage de l'Ernsclier (Westphalie). 

Echantillons examinés. — Deux échantillons (collection de l'Ecole des 
mines et collection Le Mesle) provenant de la base de la craie de Villedieu, 
Touraine. 

EXPLICATION DES FIGURES. 
Planche XII. 

FiG. 1. — Individu (collection de TÉcole des mines), vu de côté, différent du type par 
ses côtes, qui sont presque toutes simples. 
Craie de Villedieu, Touraine. 
FiG. 4". — Individu (collection Le Mesle), vu de côté pour montrer les côtes, tantôt 
simples, tantôt bifides, qui ornent les flancs. 

Calcaires durs de la base de la craie de Villedieu. 
Carrières de la Ribochère, commune de Couture (Loir-et-Cher). 
FiG. 4''. — Le même, vu du côté ventral. 

PERONICERAS MOURETI. A. de Grossouvre, n. sp. 
(PI. Xl.fig. 3 et 4.) 

1876. Ammonites cf. tridorsatus. Schlûter. Cephalopoden (1er obereri dealschen Kreide, p. i58; 
pi. XLI, fig. 3 à 5. 

Coquille discoïdale, comprimée. 

Spire formée de tours peu embrassants, croissant très lentement, à flancs 
plats, à bord externe subconvexe, orné en son milieu d'une quille lisse, ac- 
compagnée de deux quilles latérales dont elle est séparée par des concavités 
peu prononcées; de chaque côté des quilles latérales, il existe un méplat 
oblique se raccordant avec chacun des flancs de la coquille. 

Ombilic grand, peu profond, limité par un pourtour largement arrondi. 

Les flancs sont ornés de côtes simples , obhques en avant ; elles naissent sur 
le bord de l'ombilic et se dirigent en avant en décrivant une courbure dont 
la convexité est tournée vers l'arrière ; arrivées à une certaine distance du 
bord ombilical, elles se surélèvent en un tubercule pincé dans le sens radial, 
puis elles s'abaissent et s'élargissent au fur et à mesure qu'elles s'éloignent 
de l'ombilic. Elles se terminent sur le bord externe par un tubercule trans- 
verse , c'est-à-dire allongé dans le sens de la spirale d'enroulement. Les côtes 



AGANTHOCERATIDES. 101 

sont assez rapprochées et séparées par des intervalles un peu supérieurs à 
leur largeur. 

Rapports et différences. — Cette espèce est très voisine de Peroniceras tri- 
dorsatam, Schlùter, mais elle en diffère par ses côtes plus nombreuses, plus 
rapprochées et surtout plus infléchies en avant. L'échantillon que M. le doc- 
teur Schlùter a figiué sous le nom à' Ammonites cf. tridorsalus peut être rap- 
porté avec certitude à cette espèce. 

M. Fallot a décrit, sous le nom d'Ammonites L'Epéei, une forme des grès de 
Dieulefit, qu'il a séparée de Am. cf. tridorsalus , Schlùter, à cause de sa quille 
médiane beaucoup plus accentuée et de l'absence d'un petit tubercule vers 
l'extrémité ombilicale des côtes. Ces différences tiennent peut-être à l'état de 
conservation des échantillons examinés par M. Fallot. En tout cas, le caractère 
basé siu- la saillie de la cjuille médiane est peu accusé , même sur la figiu-e de 
M. Fallot. Quant au tubercule de l'extrémité ombilicale des côtes , il est très 
peu marcjué, comme l'a d'aillem^s indicpié M. le docteur Schlùter, et il con- 
siste uniquement en une surélévation locale qui fait défaut dans l'exemplaire 
figuré par M. Fallot. J'ai entre les mains un échantillon des grès de Dieidefît 
(collection Sayn), complètement identicpie à ceux de Touraine, dont les côtes 
possèdent bien des tubercules ombilicaux. 

Cloisons. — J'ai déjà indicpié plus haut les caractères particuliers de la 
ligné sutm'aie de cette espèce ; je me borne donc à en répéter le dessin ci- 
dessous. 

Fig. 39. 



Peroniceras Moiireti (grand, nat.), d'après un échantillon de la craie de Villedieu. 

Gisement. — Cette espèce habite l'étage coniacien, et plus particulière- 
ment les couches inférieures de cet étage. Elle a été rencontrée en Touraine, 
en Aquitaine, à Dieulefit, dans l'étage de l'Emscher en Westphalie , dans la 
craie du souterrain de Maillot, près Sens (dans la zone H de M. Lambert, 



102 LES AMMONITES DE LA CRAIE SUPÉRIEURE. 

c'est-à-dire à la partie supérieure de la craie à Micraster cortestadinariam) , et 
dans la craie de Lezennes, près Lille, au même niveau. 

Echantillons examinés. — Plusieurs échantillons des calcaires durs qui 
forment la base de la craie de Villedieu (collection de l'École des mines, 
collections Le Mesle, Péron). 

Un échantillon de la craie de Lezennes, près Lille (collection de la Facidté 
des sciences de Lille). 

Un échantillon des grès de Dieulefit. 

EXPLICATION DES FIGURES. 
Planche XI. 

FiG. 3. — Individu (collection Réjaudry),.vu de côté. 

Etage coniacien moyen. Assise L^ de M. Arnaud. 
La Boulenerie, près Jonzac (Charente-Inférieure). 
FiG. k'. — Individu (collection de l'École des mines), type de l'espèce, vu de côté : dans 
cette espèce, comme dans P. suMricarinatum , les côtes possèdent, près de 
l'ombilic, des tubercules pinces dans le sens de la longueur et, près du 
bord externe , des tubercules transverses ; mais elles sont inclinées en avant 
au lieu d'être normales. 

Calcaires tendres gréseux delà base de la craie de Villedieu. 
Courtiras, près Vendôme (Loir-et-Cher). 
FiG. ll^. — Le même , vu du côté ventral. 
FiG. li\ — Le même, section des tours. 

PERONICERAS ROUSSEAUXL A. de Grossouvre, n. sp. 

(P1.XI, fig. 5.) 

Forme très voisine de la précédente, dont elle se distingue par ses côtes 
un peu infléchies en avant, moins droites, plus convexes en arrière, par le 
tubercule de l'extrémité des côtes moins transverse et presque rond, et enfin 
par la forme de la section des tom-s, qui est moins haute que large, bien 
que cet individu ait un omlailic relativement plus grand que P. Moureti, type, 
ce qui ne permet pas de considérer cette forme comme une variété de cette 
dernière espèce. 

Gisement. — L'échantillon figuré provient des couches moyennes du conia- 
cien, assise L^ de M. Arnaud, des envii'ons de Saint-Simon-de-Jonzac. 



ACANTHOCERATIDES. , 103 

EXPLICATION DES FIGURES. 

Planche XI. 

FiG. 5°. — Fragment d'un individu (collection Arnaud), vu de côté. 
Etage coniacien : assise L' de M. Arnaud. 
Saint-Simoa-de-JonzaG (Charente-Inférieure). 

FiG. 5^. — Le même : section des tours, pour montrer la forme de la section, qui est 
beaucoup plus large que haute, bien que la dimension de l'ombilic soit 
proportionnellement moins grande que dans P. Moureti. 

PERONICERAS CZÔRNIGI. Redtenbacher, sp. 

(PI. XI, fig. 2.) 

1873. Ammonites Czôrnigi. Redteobacher, Die Cephalopodenfauna der Goscmschichten. Ahhaudl. 

der k. k. geolog. Reiclisanstalt , t. V, p. io5, pi. XXIII, fig. 4. 
1885. Ammonites Czôrnigi. Fallût, Crétacé du sud-est de la France, p. 229, pi. I, fig. 3. 

Cette espèce, qui se rattache au groupe de Peroniceras Moureti par sa 
forme et son mode d'ornementation, s'en distingue principalement pai- l'ab- 
sence de tidjercules ombilicaux. On voit, sur l'échantillon qui a servi de type 
à Redtenbacher, s'intercaler, entre les côtes ombilicales, quelques côtes auxi- 
liaires plus courtes; mais ce dernier cai'actère ne peut être considéré comme 
absolxmient constant, et il est fort probable que dans les diverses espèces de 
Peroniceras les côtes peuvent tantôt rester simples et tantôt se multipher sur 
la région externe des flancs. 

o 

Je rapporte à cette espèce, comme variété, un exemplaire des gi'ès de 
Dieulefit (pi. XI, fîg. 2) caractérisé par ses tours beaucoup plus élevés et 
plus embrassants et ses côtes plus serrées ; celles-ci offrent cette particularité 
intéressante de porter des rides parallèles à la spirale d'enroulement, carac- 
tère que l'on observe assez fi-équemment chez diverses ammonites et en par- 
ticulier chez Ammonites injlatas. 

L'échantillon figuré par M. Fallot sous le nom d'Ammonites Czôrnùji paraît 
bien se rattacher au type de Redtenbacher ; cependant ses côtes sont plus 
larges dans la région omlîihcale des flancs que chez ce dernier. 

Peroniceras L'Epéei, Fallot, sp., doit probablement être considéré coimne 
une mutation de ce type, dont il diffère par une spire moins emljrassante , 
et en même temps par une section des tours plus élancée; tandis que s'il n'en 



lOi LES AMMONITES DE LA CRAIE SUPERIEURE. 

était qu'une simple variété à ombilic large, il devrait posséder, au contraire, 
ime section des tours plus épaisse. 

Gisement. — Cette espèce habite l'étage coniacien : en France, elle n'est 
connue que des grès de Dieulefit. Dans les Alpes orientales, on la trouve 
dans les couches dites de Gosaii, gisement du rarài Schmolnauer Alp, près 
Strobl-Weissenbach. 

Echantillon examiné. — Un seul provenant des grès de Dieulefit (Drôme). 

EXPLICATION DES FIGURES. 
Planche XL 

FiG. 2°. — Individu (coliection de la Sorbonne), vu de côté. 
Grès verdâtres de Dieulefit (Drôme). 

FiG. 2^ - — Le même, vu du côté ventral. 

RÉSUMÉ. 

Les Peroniceras sont confinés en France dans l'étage coniacien; cependant 
M. le docteur Schlùter a signalé Per. sublricarinatiim dans l'étage turonien 
supérieur de Westphalie [Ciivieri-Plâner des environs de Paderborn), où il 
est d'ailleurs très rare. 

Je ne connais pas de formes de ce groupe dans le santonien. 

L'extension géographique des Peroniceras est très grande : en Europe, ils 
sont connus de la craie de Bohême, de la basse Silésie, de Westphalie, de 
Toiu-aine, d'Aquitaine, des Corbières, de Dieulefit, des Alpes occidentales et 
orientales (couches de Gosau). 

Le Peroniceras subtricarinatuni a été signalé dans l'Inde orientale par Sto- 
iiczka et paraît ne pas y être rare [Trichinopoly group). 

Il est fort probable que Am. serrato-carinatas , Stol., du Trichinopoly group, 
appartient aussi à ce genre. 

Ammonites tehamaensis, Gabh, de la Californie, d'abord rapporté à Am. sab- 
tricarinatas [Survey of California , Paleontology, II, 1 869 , p. 1 82 ) doit également 
être considéré comme un représentant de ce genre. 



ACANTHOCERATIDIiS. 



105 



RESDME GENERAL SUR LES ACANTHOCERATIDES. 

Les Acantlioceratidés , compris comme je i'ai indiqué précédemment, ont 
donc apparu dès le commencement de l'époque néocomienne et ont vécu pen- 
dant la plus grande partie de l'ère crétacée, pour disparaître un peu avant sa 
fin; ils s'éteignent vers le commencement de l'époque campanienne. 

Les divers genres que l'on peut distinguer dans cette famille ont, en gé- 
néral, une existence assez limitée; le tableau ci-dessous montre leur extension 
verticale pendant l'ère crétacée proprement dite. 



GENRES OBSERVÉS. 


CÉNO- 
MANIEN. 


TURONIEN. 


SÉNONIEN 1 


CONIACIBN. 


SANTONIEN. 


CAMPANIEN. 














Acanthoceras 






Prionotropis 

Tissotia 






Mortoniceras 










1 




1 



106 



LES AMMONITES DE LA CRAIE SUPÉRIEURE. 



REPARTITION VERTICALE DES ESPECES SENONIENNES 
DE LA FAMILLE DES ACANTHOCERATIDÉS. 







CONIACIEN 


SANTONIEN 


GAMPANIEN 






...BK..nn. 


MOYEN. 


SUpéniEDR. 


iNFiniEUit. 


S.PÉ..™. 


«FÉniEun. 








^ 
^ 
^ 

^ 














•^ 


























^ 




" 
















•^ 


u 


„ 








Barroisia Haberfellneri , v. Hauer, sp. . . . 


^ 


. 










— Nicklèsi , n. sp 




^ 














" 


^ 


■■ 


















^ 














^ 














— terrato-marginatum, Redt. , 




^ 
^ 


^ 
^ 








— Bourgeois! , d'Orb. , sp 


. 














g 


^ 
^ 


„ 








— Desmondi, n. sp 




- 










— pseudo-texanum , n. sp 


?(i) 


?(i) 


?(1> 


• 


• 






— texanum , F. Rômer, sp . . . . 




" 


» 


^ 








— campaniense , n. sp 


" 






• 




■¥- 




Gautliiericeras bajuvaricum , Redt. , sp . . . 


• 


^ 


" 






• 




— Margae , ScMùt. , sp 


^ 


^ 


^ 


" 








Peroniceras subtricarinatum , d'Orb . , sp . 


^ 


^ 


- 




" 






— — var. tridorsatum, Schlùt.. 


^ 


H- 












— westpbalicum , Schlût , sp. . . . 


^ 
















^ 




g 


j 




















— Czôrnigi , Redt . , sp 




. 


. 


. 










?Ci) 




» 


" 










''• Par ce signe j'indique que ces espèces ap 
de préciser la zone particulière qu'elles habiten 


)artiennent à l'ùtage 
t. 


coniacien , i 


nais que je ne suis pas en mesure 



HOPLITIDES. 107 



FAMILLE DES HOPLITIDES. 



Conformément aux indications données par M. Douvilié, je range dans la 
famille des Hoplitidés toute ime séné de formes, plus ou moins plates, ou plus 
ou moins renflées, dont l'ornementation consiste généralement en côtes assez 
fortement infléchies en avant et convergeant en faisceaux , soit vers des tuber- 
cules ombilicaux, soit vers des tubercules placés dans la région médiane des 
flancs. 

Ce qui caractérise ce genre au point de vue de la ligne suturale, c'est le 
premier lobe latéral; il est à terminaison impaire et sa forme générale est 
triangulaire, et non quadrangulaire , comme dans les Acanihoceratidés : son 
extrémité est donc anguleuse, au lieu d'être large et arrondie. On retrouve ce 
caractère bien marqué dans toute une série de formes crétacées, chez les- 
quelles le triangle formé par le premier lobe latéral est tantôt très étroit, 
tantôt étalé et prenant im développement considérable : dans ce dernier cas, il 
peut arriver que les lobules situés du côté externe se développent aussi d'ime 
inanière anormale et finissent par acquérir une individualité propre. On passe 
ainsi aux formes, telles que Placenticeras syrtale, chez lesquelles les trois pre- 
miers lobes latéraux ne sont en réalité que les lobules du premier lobe latéral 
des autres espèces de ce groupe. 

On voit que l'on doit faire rentrer dans cette famille : 

1° Tous les Hoplites ; 

2° Les espèces qui doivent être rattachées au genre Sonneratia institué par 
M. Bayle [Bull. Sac. géol. de France, 3^ série, i3 janv. 1879, t. VII, p. gi) 
pour Ammonites Dutemplei; 

3° Les ammonites du genre Schlônbachia , emend. , limité aux formes du 
groupe de Schl. varians, après élimination de celles qui se rapportent au groupe 
d'j4m. injlatiis, Am. texanus, etc., ces dernières devant rentrer dans la famille 
des Acanthoceratidés ; 

4.° Les espèces du genre Douvilléiceras , nov. gen. (page 2^6), créé pour les 
formes, analogues à Ammonites Martini et Am. mamillaris, caractérisées par 
l'absence d'vme ligne de tubercules siphonaux et par la forme de leurs cloisons 



108 



LES AMMONITES DE LA CRAIE SUPERIEURE. 



Fig. io. 



Fig. 4i. 




Schlônbachia vwians (gros. = 5), d'après un échantillon 

de Rouen. I 



Sonneratia Cleon (gros. == 4,5), d'après Douvillé, 

B.s.G.F.,y,xym, p. 289. 



Fig. 42. 



Fig. 43. 




pSh 



\^S^"d 



5omieratJa per«m/)!a, d'après Shaïpe, Placenticeras syrtale (gros. = 3,5), d'après l'échantillon 

pi. X, fig. 2°. représenté pi. V, fig. 3. 



Fig, 44. 




Hoplites splendens (gros. = 4,5), d'après Douvillé, B. S. G. F., y, XVIU, p. a S 



Fig. 45 




Sphenodiscus cf. pedernalis (gros. = 2, 5), dessin de M. Douvillé, d'après un échantillon de Sainte-Croix, près le Mans. 



IlOPLITIDES. . 109 

qui comprennent une première selle large et festonnée et mi premier lobe 
late'ral large et anguleux (voir p. 28, fig. 1 et 2); 

5° Les espèces du geni'e Sphenodiscus. 

M. Douvillé a encore rattaché à cette famille le genre Pachydiscus, créé 
par M. le docteur Zittel pour tout un ensemlDle de formes renflées de la craie. 
Le savant professem- de l'Université de Munich considère comme espèces 
typiques de ce genre A. peramplas, A. neubergicus , A. goUevillensis , A. Witte- 
kindi, A. galicianas, A. aaritocostatas , A. arialoorensis. 

Or, le genre ainsi composé comprend deux séries d'espèces dans lesquelles 
la ligne suturale est aljsolvmient différente. 

Dans les unes, telles quAm. peramplus, les cloisons sont tout à fait ana- 
logues à celles des Sonneratia, tandis que dans les autres, telles qiiA. neuber- 
gicus, A. goUevillensis , etc., les cloisons très ramifiées présentent au contraire 
une grande ressemblance avec celles des Puzosia. 

Je crois donc devoir détacher les formes du groupe d'Am. peramplas du 
genre Pachydiscus pom- les rattacher, au moins provisoirement, au gem-e 
Sonneratia avec lequel elles présentent, d'ailleurs, comme l'a fait remarquer 
M. Douvillé , une très grande analogie sous le rapport de l'ornementation. 

Les autres Pachydiscus me paraissent devoir être placés à côté des Puzosia, 
et je les classerai dans la famille des Phylloceratidés. 

Genre SCHLÔNBAGHIA. Nedmayr, emend. 
Le genre Schlônbachia a été créé en 1 876 par Neumajr pour les ammonites 

Fis. 46. 




Schlônbachia varians ( gros. = 5 ) , d'après un échantillon de Rouen. 

de la craie à bord externe fortement caréné. Dans la pensée de son auteur, 



110 LES AMMONITES DE LA CRAIE SUPERIEURE. 

il comprenait iine série d'espèces variées, telles qxi'^m. bajuvaricus, Am. sab- 
tricarinatus , Am. injlatus, Am. texanus, Am. varians, etc.; les imes doivent être 
rattachées aux Acanthoceratidés à cause de la forme de lem's lobes, et lés 
autres être placées, dans la famille des Hopîitidés. Je prendrai donc comme 
espèce type de ce genre Schlônbachia varians, dont l'ornementation rappelle 
beaucoup celle de la plupart des Hopîitidés et dont les cloisons offrent bien 
aussi les caractères que je leur ai attribués. Je donne ci-dessus les cloisons 
d'un individu de cette espèce que j'ai recueilli dans la couche fossilifère de la 
montagne Sainte-Catherine, près Rouen. 

SCHLÔNBACHIA NANCLASL A. de Grossouvre, nov. sp. 

(PI. m, fig. 4.) 

Coquille discoïdale, comprimée. 

Spire formée de tours embrassants, croissant assez rapidement, à flancs 
presque plats et parallèles, à bord externe convexe, anguleux en son milieu. 

Ombilic médiocre , à paroi verticale , à pou^rtour anguleux. 

Les flancs sont ornés de côtes simples, arrondies, flexueuses, séparées par 
des intervalles supériem^s à leur largeur. Elles sont très légèrement sm'élevées 
sur le bord. ombilical et portent un tubercule vers leur milieu : sur la région 
externe des flancs, elles deviennent plus larges et plus accentuées et s'inter- 
rompent sur le pourtour externe. Entre deux côtes principales, prend nais- 
sance une côte intermédiaire qui ne descend jamais au-dessous de la moitié 
des flancs. 

Cloisons. — Inconnues. 

Rapports et différences. — Cette espèce présente de grandes analogies avec 
Schlônbachia Boreaai : elle en diffère par des côtes moins nomljreuses, plus 
espacées, toujours simples, sans tubercule ombilical et présentant vers le mi- 
lieu de leur longueur des tubercules épineux qui n'existent pas dans cette der- 
nière espèce. Le bord externe est fort différent, car dans Schl. Boreaui il 
existe ime quille saillante bordée de deux sillons. 

Hahitat. — Calcaires glauconieux de la base de l'étage coniacien de la 
Dordogne : assise K de M. Arnaud. 



HOPLITIDÉS. IIJ 

Échantillon examiné. — Un seul (collection Arnaud) provenant des environs 
de Périgueux, première tranchée de la ligne de Coutras. 

EXPLICATION DES FIGURES. 

Planche III. 

FiG. 4°. — Individu (collection Arnaud) type de l'espèce, vu de côté. 

Calcaires glauconieux de l'étage coniacien inférieur (assise K de 
M. Arnaud); première tranchée de la ligne de Périgueux à Coutras, à la 
sortie de Périgueux. 

FiG. fi^. — Le même, vu du côté ventral. 

SCHLÔNBACHIA BOREAUI. A. de Grossouvre, n. sp. 
(PI. Vn, fig. 3.) . 

Coquille discoïdale, comprimée. 

Spire formée de tours embrassants, croissant assez rapidement, à flancs 
presque plats, à bord externe arrondi, portant en son milieu ime quille mince 
saillante, bordée de deux sillons. 

Ombilic médiocre, à paroi verticale, à pourtour anguleux. 

La coquille est ornée de côtes arrondies, flexueuses, assez serrées, partant 
généralement par paires d'un tubercule qui fait légèrement saillie à l'intérieur 
de l'ombilic. Elles sont infléchies en avant et présentent, vers le milieu des 
flancs, une légère surélévation à partir de laquelle elles se rejettent un peu en 
arrière. Les côtes tantôt restent simples, tantôt se bifurquent au point d'in- 
flexion. En arrivant sur le bord externe, elles se surélèvent et s'infléchissent 
en même temps plus fortement en avant, pour s'arrêter à une petite distance 
des siUons. 

Cloisons. — Inconnues. 

Rapports et différences. — Cette espèce n'a que de lointaines analogies 
avec Barroisia Haberfellneri et avec Ammonites Neptani; j'ai indiqué précédem- 
ment comment elle difl"ère de Schl. Nanclasi, avec lequel elle présente quelques 
rapports. 

Habitat. — Calcaires blancs cristallins du coniacien moyen : assise L^ de 
M. Arnaud. 



112 LES AMMONITES DE LA CRAIE SUPERIEURE. 

Echantillon examiné. — Un seul (collection Arnaud) des environs de 
Cognac. 

EXPLICATION DES FIGURES. 

Planche VIT. 

FiG. 3°. — Individu (collection Arnaud) type de Tespèce, vu de côté. 

Calcaires durs du coniacien moyen : assise L'^ de M. Arnaud. 
Environs de Cognac (Charente). 

FiG. 3''. — Le même, vu du côté ventral. 

SCHLÔNBACHIA FOURNIERL A. de Grossouvre , n. sp. 
(PI. XXXV, fîg. 1.) 

Coquille discoïdale, comprimée. 

Spire formée de tours embrassants, se recouvrant environ sur les deux 
tiers de leur hauteur, s'accroissant plus rapidement en hauteur qu'en épais- 
seur. 

Ombilic de grandeur médiocre, à paroi verticale, nettement séparée des 
flancs par un pourtoiu- anguleux. 

Bord externe arrondi, pincé et mimi en son milieu d'une petite quille 
sépai'ée des flancs par une sm^face lisse. 

Flancs peu convexes, presque plats. 

Section des tours subquadrangulaire , beaucoup plus haute que large. 

La coquille est ornée de côtes partant d'un petit tubercule allongé placé 
tout contre le pourtom' de l'ombilic : ces côtes, obliques en avant, s'atténuent 
très rapidement, rebroussent un peu en aiTière au-dessous de la mi-hauteur 
des flancs , reparaissent plus distinctes sxu- la région externe et se terminent à 
une petite distance du méplat cpii borde la quille siphonale par des tul^ercules 
légèrement aUongés dans le sens de l'enroulement. De distance en distance 
se détache par bifurcation obscure, \m peu au-dessous du point de rebrous- 
sement, ime côte intercalaire ayant sensiblement la même alliu-e qu'elle. 

Toutes ces côtes sont très régulièrement distribuées; un peu avant la fin 
de la partie cloisonnée de la coquille, on aperçoit une légère dépression du 
test dans le sens transverse. 

Sur la dernière loge de l'échantillon examiné , l'ornementation difl'ère 
complètement de celles des tours précédents : elle consiste en sillons larges, 



HOPLITIDES. 113 

ayant la même allure fjue les côtes, c'est-à-dire obliques en avant et flexueux 
en forme d'S très allongé. Sur le bord de l'ombilic, ces sillons délimitent 
des parties surélevées, d'où partent des stries flexueuses qni viennent s'arrêter 
à l'arête limitant le méplat latéral de la quille siphonaie. Quelques-unes de 
ces stries se terminent par de petits tubercules, beaucoup moins accentués 
que ceux de la partie cloisonnée. 

Cloisons. — La ligne suturale de cette espèce présente les caractères du 
genre Schlônbachia , comme on peut s'en assurer en comparant le dessin de sa 
cloison, relevé pai' M. Douvillé, avec celui de la cloison de Schl. varians, que 
j'ai donné plus haut. 

Fig. 47. 




Schlônbachia Fonrnieri (gros. = 4), dessin de M. Douvillé d'après l'écbiantiUon représenté pi. XXXV, fig. 1. 

Le lobe latéral se termine en pointe et est plus profond que le lobe si- 
phonal ; la première selle latérale est divisée en trois parties par deux lobules 
principaux, et la partie médiane de cette selle est elle-même subdivisée par 
un lobule de moindre importance qiie les précédents. 

Rapports et différences. — Cette espèce me parait être une mutation de 
Schlônbachia Gonpili, d'Orbigny, de l'étage turonien : elle se rattache à ce 
type aussi bien par sa forme générale que par son ornementation. Elle s'en 
distingue facilement par la présence de tubercules sur le bord ombilical et sur 
le pourtour externe. 

Gisement. — Le bel échantillon que j'ai fait figurer provient du dépar- 
tement de la Charente, mais son gisement précis est inconnu. Il est con- 
stitué par une roche calcaire assez dure et compacte , d'un blanc légèrement 



114 LES AMMONITES DE LA CRAIE SUPERIEURE. 

jaunâtre , renfermant des bryozoaires. Je ne connais de roches analogues que 
dans les assises L^ et M de M. Arnaud. Comme il existe dans les Gorbières 
une forme très voisine, mais néaimioins différente, que je vais décrire, dont 
le gisement correspond à peu près aux couches limites des assises M et N, 
on peut de ce fait conclure que l'échantillon de la Charente n'appartient pas 
à ces assises et que dès lors il doit, avec beaucoup de vraisemblance, être 
classé dans l'assise L\ c'est-à-dire dans la partie moyenne de l'étage coniacien. 

Echantillon examiné. — Un seul (collection Fournier). 



EXPLICATION DES FIGURES. 

Planche XXXV. 

FiG. 1°. — Individu (collection Fournier) vu de côté pour montrer Tornementation des 
flancs. 

Calcaires blanchâtres à bryozoaires de la Charente. 
Gisement précis inconnu. 

FiG. l*". — Le même, vu du côté ventral, en arrière. 

FiG. 1°. — Le même, vu du côté ventral, la bouche en avant. 

SCHLÔNBACHIA BERTRANDL A. de Grossotjvrb, n. sp. 
(Pi. XXIX, fig. 0; pi. XXXVIII, fig. 1.) 

Cette espèce est à peu près identique à la précédente comme forme, et son 
ornementation est également si voisine de celle-ci que la distinction des deux 
espèces, quoique réelle, est assez délicate. 

On voit cependant que dans Schl. Bertrandi les surélévations ombilicales 
sont beaucoup plus accentuées et individualisées que dans l'espèce précédente 
et qu'elles constituent de véritables tubercules très saillants et presque ronds. 
Les côtes , bien qu'affaiblies dans la région médiane des flancs , y. sont cependant 
mieux mai'quées. Les tubercules externes sont aussi plus accentués et surtout 
plus franchement allongés dans le sens de la spirale d'enroulement; les côtes 
se prolongent au delà de ces tubercules jusqu'au méplat lisse qui borde la 
quille par mie partie affaiblie, arquée, très large et très oblique en avant. 

L'échantillon figuré planche XXXVIII, fig. i, possède sa dernière loge, 
qui occupe près des trois quarts de la longueur du dernier tour. L'ornemen- 



HOPLITIDÉS. 115 

tation y est fort différente de celle de la dernière loge de Schl. Foarnieri; elle 
est identique à celle de la partie cloisonnée , seulement elle va en diminuant 
progressivement de vigueur depuis le coiTunencement de la loge jusqu'à son 
extrémité et on n'y voit pas les sillons transverses de l'autre espèce. 

Sur le grand échantillon de la planche XXXVIII , on observe que le nombre 
des tubercules ombilicaux, faible sur les premiers tours visilales (5 à 6 au 
plus), va ensuite en augmentant considérablement. Ce caractère paraît très 
variable, car j'ai d'autres échantillons, de petite taille, qui montrent un nombre 
bien plus considérable de tubercules ombilicaux : ainsi l'un d'eux, de 35 milli- 
mètres de diamètre seulement, en a déjà une quinzaine siu- le dernier tour. 

Cloisons. — Le grand échantillon, à l'état ferrugineux, laisse apercevoir le 
dessin des cloisons d'une manière suffisante pour que l'on puisse se rendre 
compte qu'elles sont fort voisines de celles de l'espèce précédente. 

Habitat. — Cette espèce appartient comme la précédente à la série de 
Schlônbachia Goupili : elle constitue une mutation plus récente qui n'est pas 
rare dans les environs de Sougraignes (Aude), où elle se trouve dans les cal- 
caires marneux à Lima marticensis et Placenticeras syrtale, immédiatement 
au-dessus des marnes bleues à Mortoniceras texanum. Elle est le plus souvent 
en fragments et très empâtée dans la gangue. 

Echantillons examinés. — Huit échantillons (collection A. de Grossouvre) 
provenant du chemin de Sougraignes aux Croutets et du ravin au nord de 
Sougraignes. 

EXPLICATION DES FIGURES. 
Planche XXIX. 

FiG. 6», — Individu (collection A. de Grossouvre) vu de côté. 

Calcaires naarneux jaunes à Lima marticensis situés immédiatement au- 
dessus des marnes bleues à Mortoniceras texanum sur le chemin de Sou- 
graignes aux Croutets (Aude). 

FiG. 6^. — Le même, vu du côté ventral. 

Planche XXXVIII. 

FiG. I. — Individu (collection A. de Grossouvre) type de l'espèce, vu de côté. 
Marnes bleues du ravin situé au nord de Sougraignes (Aude). 



116 



LES AMMONITES DE LA CRAIE SUPERIEURE. 



Genre HOPLITES. Neomayr. 



Ce genre a été créé en 1875 par Neumayr. Il renferme des formes généra- 
lement à ombilic étroit et à tours élevés dont le bord externe est tronqxié : 
l'ornementation consiste en côtes obliques, atténuées ou même interrompues 
sur le bord externe et terminées par une surélévation ou un tubercule 
oblique. 

La cloison présente bien les caractères indiqués précédemment pour la fa- 
mille des Hoplitidés: la première selle latérale est fort large. Le premier lobe 
latéral terminé en pointe est dissymétrique et les lobules situés du côté externe 
sont en général assez développés. 

Je donne à titre d'exemple la cloison de Hoplites splendens. 

Fig. 48. 




Hoplites splendens (gros. = 4,5), d'après Douvillé, B. S. G. F., 3°, XVIII, p. 28g 



HOPLITES GOSSELETI. A. de Grossouvre, n. sp. 
(PI. XXXVI, fig. i.) 

Coquille discoïdale, comprimée. 

Spire formée de tours peu embrassants, croissant rapidement en hauteur. 

Ombilic moyen, peu profond, se raccordant graduellement avec les flancs. 

Flancs peu convexes. 

Bord externe tronqué , étroit. 

Section des tours ovale , très élevée , la largeur étant à peu près égale à la 
moitié de la hauteur et ayant sa plus grande valeur environ à mi-hauteur. 

Les flancs sont ornés de côtes fortes, élevées, arrondies, séparées par des 
intervalles à peu près égaux à leUr largeur. 



HOPLITIDES. 117 

Les côtes, prenant naissance sur le bord immédiat de l'ombilic, sont 
simples, radiales, presque di'oites et seulement un peu infléchies en avant 
sur le premier tiers de leur hauteur à partir de l'ombilic. Entre elles, il s'en 
intercale, de distance en distance, une qui s'efface avant d'atteindre l'ombilic. 

Toutes ces côtes présentent à ime petite distance du bord externe un 
tubercule et se terminent à leur extrémité, sur l'arête qui limite le méplat 
siphonal, par un tubercule très saillant constituant une véritable épine nor- 
male à ce méplat; celui-ci est donc encadré entre les deux rangées externes 
de tubercules. 

Cette belle espèce présente de grandes analogies avec Hoplites coesfeldiensis , 
particulièrement avec l'individu que M. le doctem* Schlûter a fait figurer en 
1867 [Jàngslen Ammoneen Norddeutschlands , pi. I, fig. 1 et 4.) et surtout avec 
celui qu'il a fait représenter en 1872 [Ceph. d. oh. deutsch. Kreide, pi. XX, 
fig. 1). Ceux-ci en différent pai' leurs côtes beaucoup plus obliques en avant, 
partant par groupes de deux ou de trois d'un tubercule ombilical, alors que 
dans Hoplites Gosseleti les côtes sont simples et ne présentent aucune trace 
de tubercule ou de surélévation au bord de l'ombilic. De plus, la distance 
entre les deux tubercules externes est moins grande dans l'espèce de West- 
phalie que dans celle des Corbières. 

Crisement. — Le gisement précis de Hoplites Gosseleti ne m'est pas connu : 
il provient de la région comprise entre Bugarach et Soulatge. 

Son niveau exact ne peut donc être établi et peut osciller entre les diverses 
zones du coniacien ou du santonien : en tout cas on peut affirmer que cette 
espèce habite un horizon bien nettement inférieur à celui de H. coesfeldiensis 
et que sa présence dans les couches crétacées des Corbières constitue la 
première apparition dans l'Europe occidentale des formes de ce petit groupe. 

EXPLICATION DES FIGURES. 

Planche XXXVI. 

Fig. p. — Individu (collection Gabelle) vu de côté pour montrer ses côtes simples ra- 
diales et presque droites, caractère qui distingue cette espèce de Hoplites 
coesfeldiensis. 

Environs de Soulatge (Aude). Gisement inconnu. 

Fig. l''. — Le même, section des tours. 



118 LES AMMONITES DE LA CRAIE SUPERIEURE. 

HOPLITES VARL SchlCter, sp. 
(PI. VUI, fig. 3; pi. IX, fig. 2 et 3.) 

1859. Ammonites Marroti. Coquand, Synopsis des fossiles de la formation crétacée du sud-ouest 

de la France. 
1867. Ammonites coesfeldiensis. Schlùter, p. parte, Jiingsten Ammoneen Norddeutschlands , 

p. i/t; pi. I, fig. 2 et 3, non fig. i et 4. 
1867. Ammonites costulosus. Schlùter, p. parte, Jûngsten Ammoneen Norddeutschlands, p. 17; 

pi. II, fig. 1, non fig. 2, 3 et 4. 
1872. Ammonites striato-costatus. Schlùter, Cephalopoden der oberen deutschen Kreide, p. 65, 

pi. XX, fig. 1 et à- 
1876. Ammonites Vari. Schlùter, Cephalopoden der oberen deutschen Kreide, p. 160. 

Coquille discoïdale , comprimée. 

Spire formée de tours embrassants, se recouvrant sur près des trois quarts 
de leur hauteur, croissant très rapidement surtout en hauteur. 

Ombilic à paroi presque verticale séparé des flancs par un rebord anguleux 
à peine arrondi. 

Flancs presque plats. 

Section destoxu-s subquadrangulaire , un peu amincie dans la région sipho- 
nale. 

La coquille est ornée de côtes fortes, surélevées sur le bord de l'ombilic, 
obliques et légèrement arquées en avant, puis revenant un peu en ai-rière poiu" 
s'infléchir de nouveau très fortement en avant sur le bord externe. A ce point 
d'inflexion elles portent un petit tubercule arrondi et se terminent sur la carène 
qui limite le méplat ventral par un tubercule plus large , transverse et faisant 
saillie en dehors, de telle sorte que la région ventrale paraît excavée. Les 
tubercules externes se correspondent symétriquement sur les deux carènes 
latérales du méplat ventral. 

Entre les côtes principales il s'en intercale une ou deux autres qui ne des- 
cendent pas jusqu'au bord de l'ombilic et disparaissent avant de l'atteindre , 
ou bien viennent se souder aux tubercules ombilicaux. 

Cloisons. — ticonnues. 

Rapports et différences. — Les échantillons de la craie du sud-ouest de la 
France me paraissent bien se rapporter à l'espèce décrite par M. le docteur 



IIOPLITIDES. 119 

Schlùter et particulièrement à l'échantillon de la figure 2 de la planche I 
[Jûngsten Ammoneen) : comme cette forme s'écarte assez notablement des 
autres individus figurés, je propose, en reprenant le nom de Coquand, de la 
nommer Hoplites Vari, Schlùter, var. Marroti, Cocjuand. 

Hoplites Vari se distingue de H. coesfeldiensis parce que ses tubercules les 
plus externes sont situés chacun à l'extrémité d'mie côte , tandis cpie dans cette 
dernière espèce un tubercule externe correspond, au moins dans la première 
période de développement, à plusieurs côtes. Le même caractère différencie 
H. Vari de H. dolbercjensis , qui ne paraît être que la variété de forme renflée 
de H. coesfeldiensis. 

H. lemfôrdensis , Schlùter, qui appartient au même groupe, s'en distingue 
aisément par ses tubercules plus nombreux formant plusieurs rangées. 

Un des échantillons que j'ai sous les yeux montre ime côte accessoire sans 
tubercule externe, rappelant ainsi l'échantillon [Jdngsten Ammoneen, pi. I, 
fig. 5 ) , lequel me pai'ait pouvoir être considéré comme une forme de passage 
entre H. Vari et H. coesfeldiensis. 

Observations. — M. le docteur Schlùter a créé en 1867, d'après une série 
d'échantillons de la craie de Coesfeld et Ahlen (Westphalie), deux espèces 
qu'il nomma Am. coesfeldiensis (pi. I, fig. i à 5) et Ammonites costulosiis 
(pi. II, fig. 1 à 4)- En 1872, ce savant distingua dans les formes cju'il avait 
comprises solis le nom d'i-l. coesfeldiensis deux types : il conserva seulement 
ce nom pour les échantillons des figures 1 et 4 et, en même temps, fit 
figurer de nouveaux exemplaires de cette espèce (pi. XVIÎ, fig. 1 à 3); il 
donna le nom d'Am. striato-cosiatus aux échantillons des ligures 2 et 3 et 
leur réunit celui de la figure 1 de la planche II qu'il avait d'abord rapporté à 
Am. costulosus. Plus tard, en 1876, il remplaça le nom ô^Am. striato-costatus , 
déjà employé pai' Meneghini , par celui d'^m. Vari. 

Parmi les formes affines, M. le docteur Schlùter distingua encore, eui 
1872, un nouveau type, Am. scaphitoïdes , et comme ce nom avait déjà été 
employé par Coquand, il le remplaça un peu plus tard par celui de Am. lem- 
fôrdensis. En 1876, il établit un nouveau type, Am. dolheryensis (pi. XLIV, 
fig. 1 à 4), pour des individus voisins d^A. coesfeldiensis que Ton peut, il me 
semble, considérer comme les variétés renflées de celui-ci. 

On voit par cet exposé combien les formes dont il s'agit présentent d'af- 
finités et peuvent jouer entre elles : il est dont très probable qu'elles ne 



]20 LES AMMONITES DE LA CRAIE SUPERIEURE. 

constituent réellement qii'ime seule et bonne espèce dont le niveau stratigra- 
phique est assez nettement marqué Aers la partie moyenne de l'étage campa- 
nien. 

J'ai déjà donné plus haut la synonymie relative à H. Vari, et je ne crois 
pas inutile de donner celle des H. coesfehUensis et H. lemfôrdensis. 

HOPLITES COESFELDIENSIS. Schlûter, sp. 

1867. Ammonites coesfeldiensis. Schlûter, p. parte, Jûngsten Ammoneen Norddeutschlanch , 

p. i4, pi. I,fig. 1 et 4, non fig. 2 et 3. 
1872. Ammonites coesfeldiensis. Schlûter, Cephalopoden der oheren deutschen Krcide, p. 56, 

pi. XVII, fig. 1 à 3. 
1876. Ammonites coesfeldiensis. Schlûter, Cephalopoden der oheren deutschen Kreide, p. iSg, 

pi. XLIV, fig. 5 à 7. 

I 
HOPLITES LEMFÔRDENSIS. Schlûteb, sp. 

1872. Ammonites scaphitoïdes. Schlûter, Cephalopoden der oheren deutschen Kreide, p. 63, 

pL XIX, fig. 1 et 2. 
1872. Ammonites lemfôrdensis. Schlûter, Bericht iiher die 29 Gêner. Versammlung der natiir- 

hist. Ver.fàr Rheinland. 
1876. Ammonites lemfôrdensis. Schlûter, Cephalopoden der oheren deutschen Kreide, p. 160, 

pi. XLIV, fig. 6 et 9. 

Gisement. — Je ne connais Hoplites Vari, en France, que de l'Aquitaine où 
il habite la base de l'assise P^ de M. Arnaud : Courgeac et Petingaud, près 
Montmoreau (Charente); Ribérac et Bouteille (Dordogne). H. Vari se trouve 
dans l'Allemagne du Nord à Ahlen, Wertberg près Hamm, Darup, Coesfeld 
(Westphalie) et Haldem, dans des couches qui appartiennent à la partie 
moyenne de la craie à Belemnitella mucronata. 

Échantillons examinés. — Un échantillon (collection de l'Ecole des mines) 
des environs de Ribérac (Dordogne). 

Une série d'échantillons (collections j\rnaud,Boreau-Lajanadie, A. de Gros- 
souvre) de Petingaud près Montmoreau (Charente), Ribérac et Bouteille 
(Dordogne). 



HOPLITIDES. 121 

EXPLICATION DES FIGURES. 

Planche VJII.- 

FiG. 3". — Individu (collection de l'École des mines) vu de côté: c'est l'échantillon que 
Coquand a pris comme type d'Am. Marroti. 
Environs de Ribérac (Dordogne). 

FiG. 3''. — Le même, vu du côté ventral. 

Planche IX. 

FiG. 2°. — Individu (collection Arnaud) vu de côté. 

Il se rapporte aussi complètement que possible aux figures 2 et 5 de la 

planche I, de M. le docteur Schliiter {Beitrag. zut Kenntniss der jûngsten 

Ammoneen). 
Etage campanien : é^ssise P'^ de M. Arnaud, 
Bouteille (Dordogne). 

FiG. 2^. — Le même, vu du côté ventral. 

FiG. 3°. — Autre individu (collection Arnaud) vu de côté : assise P^ de M. Arnaud. 
Petingaud, près Montmoreau (Charente). 

FiG. 3''. — Le même, vu du côté ventral; on voit qu'il existe sur le méplat ventral des 
côtes droites réunissant les tubercules externes de l'extrémité des côtes qui 
ornent les flancs. 

HOPLITES LAFRESNAYEL D'Orbigny, sp. 

(PI. xxni,fig. à.) 

1840. Ammonites Lafresnayeanus. D'Orbigny, Paléontologie française, terrains crétacés, I, 
p.326; pL XCVII, fig. 3 à 5. 

Coquille discoïdale, comprimée. 

Spire formée de tours assez embrassants, se recouvrant sur la moitié de 
leur hauteur et croissant assez rapidement. 

Ombilic moyen, peu profond, à paroi verticale séparée des flancs par un 
pourtour presque anguleux. 

Flancs presque plats. 

Section des toru-s subquadrangulaire , ayant sa plus grande largeur au voi- 
sinage de Tombilic. 

Bord externe méplat. 

i6 



122 LES AMMONITES DE LA CRAIE SUPERIEURE. 

La coquille est ornée de côtes peu nombreuses, très obliques en avant, 
légèrement flexueuses, surélcA'ées ou subtuberculées sur le bord de l'ombilic; 
elles s'élargissent ensuite progressivement , s'aplatissent et se temiinent sur le 
bord externe par deux tubercules ti'ansverses très rapprochés ; vers la fin du 
dernier tour de l'échantillon examiné , il n'existe plus qu'un seul tubercule à 
l'extrémité des côtes. 

Le méplat ventral demeure lisse dans la partie comprise entre les tul^er- 
cides latéraux. 

Entre les côtes principales, il s'en intercale en général une, rarement deux, 
prenant naissance à peu de distance de l'ombilic et s'élai'gissant progressive- 
ment comme les premières, pour se terminer comme elles par un ou deux 
tubercules transverses. 

L'échantillon figuré, qui est la reproduction photographique du type de 
d'Orbigny, montre, un peu avant l'extrémité du dernier tour, un tubercule 
qui a pris un développement anormal et qui fait fortement saillie. 

Cloisons. — Les cloisons sont peu distinctes sur l'échantillon examiné ; le 
dessin qu'en a donné d'Orbigny est une restitution établie au moyen de détails 
pris sur plusieurs cloisons successives ; il paraît néanmoins assez bien corres- 
pondre à la réalité. 

Les cloisons se composent uniquement, en dehors du lobe externe, de 
deux lobes latéraux ; ceux-ci sont à terminaison impaire et beaucoup plus 
étroits que les selles adjacentes. La selle externe est sulidivisée par des lobides 
secondaires, dont deux beaucoup plus importants que les autres. 



Fig. ^9. 




Hoplites Lafresnayei , d'après d'Orbigny, pi. XCVIt, fig, 5. 

Rapports et différences. — - Hoplites Lafresnayei se rapproche beaucoup des 
formes précédentes par son mode d'ornementation : il en diflFère principale- 



HOPLITIDES. 123 

ment par ce caractère que les deux, tulîercules externes situés à l'extrémité des 
côtes sont bien plus rapprochés qne dans les autres espèces et placés sur le 
méplat ventral, au lieu de se trouver sur les flancs. 

Habitat. — Assises supérieures de la craie à Belemnitella mucronata : craie 
à baculites de Fresville, près Valognes (Manche). 

Echantillon examiné. — Un seul (collection de la Sorbonne) type de l'es- 
pèce de d'Orbigny. 

EXPLICATION DES FIGURES. 
Planche XXIII. 

FiG. 4°. — Individu (collection de la Sorbonne), vu de côté, ayant servi de type à d'Or- 
Jîigny pour l'établissement de cette espèce. 

Calcaires à baculites du Cotentin; Fresville (Manche). 

FiG. 4'', — Le même, vu du côté ventral, pour montrer les deux rangées de tubercules 
qui se trouvent de part et d'autre du bord ventral. 



Genre PLACENTIGERAS. Meek. 

Ce genre, établi en 1870 par Meek [Proced. phil. Soc. Philadel., XI, 
p. 4^29), a comme type Ammonites placenta, Dekay. 

11 comprend, tel cjue je l'entends, des formes plates, au moins dans le 
jeune âge, discoïdes, à bord externe généralement troncpié et limité de 
chaque côté par une quille ou une ligne de tubercules. 

La ligne sulurale est composée d'un assez grand nombre d'éléments, 
d'autant plus que, comme l'a montré M. Dôuvillé''^, le premier lobe latéral 
s'est ouvert et a prescjue perdu son individualité propre par suite du déve- 
loppement anormal des deux lobules principaux qui subdivisent la selle ex- 
terne ; ceux-ci, suffisamment différenciés, acquièrent alors l'importance des 
autres lobes et ne pourraient, plus en être distingués, si l'on ne remontait à 
leur origine. Le troisième lobe représente donc, en réalité, l'extrémité du 
premier lobe latéral, et d'habitude il descend un peu plus bas que les autres. 

î'' Classification des Cératites de la craie. Bal. Soc. géol. de Fiance, 3' série, XIII, p. 282. 

16. 



124 LES AMMONITES DE LA CRAIE SUPERIEURE. 

Fis. 5o. 









Placenticeras syrtale (gros. = 3,5), d'après l'échantillon représenté pi. V, fig. 3. 
Fig. 5i. 



Ciç [-Q- ^\ -O 
^ pifi F^^-^ mp? "mr&î^ 

yf^ ^ ^^ ^-^^^s?^ç\ 



Placenticeras placenta, d'après Meek [Report , IX, p. 4 73). 

PLACENTICERAS FRITSCHL A. de Grossouvre, n. sp. 
(PI. V, fig. 1 et 2.) . 

1 872. Ammonites d'Orbignyanus. Fritsch und Sclilônbacli , Cephalopoden der bôhmischen l\reide- 
formation, p. 36, pi. X, fig. /i et 5 ; pi. XI, fig. 2. 

Coquille discoïdale , comprimée. 

Spire à tours très embrassants, croissant assez rapidement, faiblement 
convexes sm^ les flancs, ayant lem' plus grande épaisseur à peu près vers le 
premier tiers de la hauteur des flancs. 

Ombilic de grandeur médiocre, assez profond, se reliant aux flancs par un 
pouitour presque angideux, surtout accentué dans le jeune. 

Bord externe tronqué, légèrement convexe, séparé des flancs par deux 
carènes obtuses. 

Les flancs sont à peu près lisses et montrent seulement, sur la région ex- 
terne, des côtes arquées assez peu marquées et sur le bord même de Tom- 
Jnlic, au raccordement des flancs et de la paroi ombilicale, une série de 
petits tubercules arrondis, au nombre de sept ou huit par tour. 



HOPLITIDES. 125 

Cloisons. — La ligne suturale de cette espèce se rapporte bien au type 
défini ci-dessus. Les selles et les lobes forment une série régulière, dont 
chacun des membres est rétréci à sa base et évasé au sommet. Les selles sont 
un peu plus larges que les lobes, mais la différence est moins grande cp.ie 
dans Placenticeras syrtale. Les lobes latéraux vont en augmentant de gran- 
deur jusqu'au troisième (qui constitue en réalité l'extrémité du véritable 
premier lobe), ce qui n'a pas lieu dans PL syrtale. Le quatrième lobe est 
notablement plus petit et plus réduit que les précédents ; la chute brusque 
de dimensions est très prononcée. Le sommet des lobes est aussi, dans son 
ensemble, plus régulièrement arrondi que dans PI. syrtale et les lobes plus 
profondément dentelés. 

Fis. 52. 



Sf^of^C^.^, 



ik^ IN ^ 

Placenticeras Fritic/ii (gros. = 2,7), d'après l'échantiUon représenté pi. V, fig. 1 (clichés photograpliiques). 

Rapports et différences. — Cette espèce est très voisine d'une forme appar- 
tenant à l'étage turonien, horizon des Weissenberger-Schichfen , récemment 
décrite par MM. Laube et Bruder (1886, Ammonilen der bôhmischen Kreide, 
Palœontotjraphica, XXXIII) sous le nom de Placenticeras memoria-Schlônhachi ; 
mais celle-ci est complètement lisse, a son bord externe beaucoup plus étroit 
et onze tubercules ombilicaux par tour. Ce dernier caractère n'a, d'ailleurs, 
qu'une valeur relative, car le nombre des tubercules ombilicaux doit vraisem- 
blablement varier suivant le degré d'enroulement de la coqriille. 

Il est probable qu'il faut rapporter à notre espèce les individus de la craie 
de Bohème, horizon des Priesener-Schichten, décrits par MM. Fritsch et 
Schlônbach sous le nom d'Am. d'Orbignyanus. Toutefois , d'après le texte et les 
figures, ceux-ci auraient leurs flancs complètement lisses, ce qui peut tenir 
au mode de conservation, et ils posséderaient, en outre, quatorze tubercules 
ombilicaux. Mais ce qui semble confirmer leur assimilation avec PL Fritschi, 
c'est que, d'après MM. Bruder et Laube, ils diffèrent de l'espèce du turonien 
par un bord externe beaucoup plus large, caractère qui concorde bien avec 
celui de l'espèce de Touraine. 



126 LES AMMONITES DE LA CRAIE SUPERIEURE. 

Il y a lieu de remarquer ici que le nom employé par Geinitz pour l'espèce 
des grès de Kieslingswalde (Silésie) ne peut être appliqué aux individus de 
Bohème, car si la figure et la description de Geinitz sont insuffisantes pour 
définir son espèce avec précision, M. le docteur Schlûter nous a donné plus 
récemment [Ceplialopoden der oberen deutschcn Kreide, pi. XV, fig. 3 et 4) la 
figure d'un exemplaire de Kieslingswalde , qui montre bien nettement, par 
la position sur les flancs de la première rangée interne de tubercules, que 
l'espèce de Silésie est dilïérente de celle des Priesener-Schichten de Bohème 
et qu'elle se rattache à Placenticeras syrtale. 

Placenticeras Fritschi, qui présente, en elFet, de grandes analogies avec les 
variétés plates de PL syrtale et pourrait être confondu avec elles au premier 
abord, s'en distingue très nettement par ses flancs un peu plus convexes, son 
bord externe légèrement convexe alors qu'il est concave chez PL syrtale et 
délimité par deux quilles , par l'absence à peu près complète d'ornementation 
à un diamètre où les tubercules externes se sont déjà' montrés dans PL syr- 
tale, et sui'tout par la position de ses tubercules internes, situés sur le bord 
même de la paroi ombilicale, tandis cpie dans PL syrtale, ils en sont, au 
contraire, à une certaine distance et s'en éloignent de plus en plus, à mesure 
que la coquille s'accroît. Il s'en distingue aussi par les caractères spéciaux de 
sa ligne suturale. 

La nouvelle espèce est aussi à rapprocher de l'échantillon du Trichinopoly 
(jroup (Inde), figm-é par Stoliczka (i865, Cephalopoda of the Cretaceoas Rocks 
of Southern India, pi. XL VII, fig. i) sous le nom d^ Ammonites Guadaloupœ, 
Rômer (non. Am. Guadaloupœ, Rômer), chez lequel les tubercides internes 
occupent exactement la même disposition et dont le bord externe est sub- 
convexe. Seulement ce dernier est limité de chaque côté par deux rangées 
de petits tubercules; il est vrai que l'exemplaire figuré possède son test, et 
qu'il est fort possible c|ue ceux-ci ne soient pas visibles sur le moule interne. 

L'échantillon de la figure 2, même planche, rapporté par Stoliczka à la 
même espèce, paraît appartenir à une variété plus renflée; mais si la figure 
est exacte , la forme de l'ombilic est bien différente de celui de la figure i . 

Les individus figurés pi. XL VIII, fig. i et 2 , sous les noms d'Am. Gua- 
daloupœ et Am. Orbignyanus n'appartiennent certainement pas à ces espèces et 
se rapprocheraient plutôt de PL Fritschi ou de PL metnària-Schlônbachi , ou 
encore de PL placenta; cette dernière espèce, bien voisine, sous certains rap- 
ports, de PL Fritschi, en diffère par son bord externe beaucoup plus étroit, 



IIOPLITIDES. 127 

limité par deux lignes de tubercules bien marqués et par ses flancs plus 
convexes. 

Il est fort probable qu'il faut aussi rapporter à PL Frilschi la forme de 
l'Enischer-Mergel de Westphalie que M. le docteur Schlûter a signalée sous 
le nom d'/lm. cf. placenta [Cephal. der oh. dents. Kreide, p. 228) et qui, 
d'après lui, se distingue d'Am. d' Orbignyanus par son ombilic plus large et 
ses carènes externes non dentelées, et d'Am. bidorsatus par sa rangée de tuber- 
cules placée près de l'ombilic et l'absence de tubercules sur les deux: carènes 
ventrales; elle ressemble beaucoup à Am. placenta pour l'aspect extérieur, 
mais en diffère par sa ligne suturale , qui est , au contraire , analogue à celle 
dUAm. syrtalis : il résidte donc de ces données que l'espèce de l'Emscber doit 
être rattachée à celle de la Touraine. 

Gisement. — Placenleras Fritschi habite l'étage coniacien. 

En Touraine, il a été rencontré dans les calcaires dm\s qui forment la base 
de la craie de Villedieu. 

M. Arnaud l'a recueilli dans la Charente -Inférieure dans l'assise L' des 
environs de Jonzac. 

Il paraît exister en Bohème dans les couches dites Baculiten-thone de 
l'horizon des Priesener-Schichten , et en Westphalie dans les marnes de l'Ems- 
cber, au moins autant cpi'on peut l'affirmer d'après les renseignements donnés 
par M. le docteur Schlûter sur les formes de ce dernier gisement. 

Echantillons examinés. — Deux échantillons (collection de l'abbé Bour- 
geois à l'Ecole de Pontlevoy, collection Le Mesle) provenant des calcaires 
durs exploités à la Ribochère, commune de Couture (Loir-et-Cher). 

Un échantillon (collection Arnaud) des environs de Jonzac, assise L^ (Cha- 
rente-Inférieure ) . 

EXPLICATION DES FIGURES. 

Planche V. 

FiG. 1°. — Individu de grande taille (collection de l'abbé bourgeois), vu de côté, pour 
montrer rornementation des flancs et notamment les tubercules situés im- 
médiatement autour de l'ombilic qui caractérisent cette espèce. 

Calcaires durs de la base de la craie de Villedieu. 

Carrières de la Ribochère, près Couture (Loir-et-Cher). 

FiG. l*". — Le même, vu du côté ventral. 



128 LES AMMONITES DE LA CRAIE SUPÉRIEURE. 

FiG. '2°. — • Individu de petite taille (collection Le Mesle), vu de côté.. 
Calcaires durs de la base de la craie de Villedieu. 
Carrières de la Ribochère, près Couture (Loir-et-Cher). 

FiG. '2}'. — Le même, vu du côté ventral. 

FiG. 2'. — Section des tours, pour montrer la forme de la paroi ombilicale et la manière 
nette dont elle se détache des flancs. 



PLACENTICERAS SYRïALE. Morton, sp. 

(PI. V, fig. 3 ; pi. VI, fîg. 1 et 2 ; pi. VII, fig. i; pi. VM, fig. 1.) 

1834. Ammonites syrtalis. Morton, Synop. oforg. remains of cret. groiip of Unit. Slates, p. 40; 

pi. XVI, fig. 4. 
1837. Ammonites polyopsis. Dujardin, Méin. Soc. géol. de France, i" série, t. II; p. 283; 

pi. XVII, fig. 12. 
18(l3. Ammonites Vibrayeamis. Geinitz, Verstein. v. Kieslincjswalde , p. 8; pi. I, fig. S. 
1850. Ammonites Geinitzi. D'Orbigny, Prodrome de paléontologie stratigraphique , II, p. 21 3. 

Terrains crétacés, 22° étage, n° 00. 
1850. Amnîonites semiornatus. D'Orbigny, Prodrome de paléontologie stratigraphique, II, 

p. 212, Terrains crétacés, 22° étage, n° i3. 
1850. Ammonites Ribourianus. D'Orbigny, Prodrome de paléontologie stratigraphique, II, 

p. 2i3, Terrains crétacés , 22° étage, n° /tg. 
1852. Ammonites Guadaloupae. F. Rômer. Kreidelild. von Texas, p. 32, pi. II, fig. 1. 
1866. Ammonites Milleri. F. von Hauer, Neue Cephalopoden ans den Gosaugebilden, p. 5, pi. II, 

fig. 1 et 2. 
1872. Ammonites syrtalis. Schlûter, Cephalopoden der oberen deutschen Kreide, p. 4.6, pi. XIV, 

fig. 1 à 10 ; pi. XV, fig. 1 à 5. 
1883. Ammonites Ribourianus. Arnaud, Profds géologiques , Archives de la Société linnéejuie de 

Bordeaux, vol. XXXVII, pi. III. 

Coquille discoïdale , comprimée, formée d'une spire à tom-s très embras- 
sants, croissant rapidement, un peu convexes sur les flancs, ayant leur plus 
grande épaisseur vers le premier tiers de la hauteur. 

Ombilic de grandeur médiocre, assez profond, se reliant aux flancs par un 
pourtour plus ou moins arrondi. 

Bord externe tronqué. 

La coquille est, dans son jeune âge, formée de tours très comprimés, très 
surélevés, à peine convexes sur les flancs, à bord externe très mince : peu 
à peu les flancs deviennent plus convexes, la coquille augmente d'épaisseur 
et en même temps le bord externe devient plus large. 

L'ornementation des flancs consiste en une série de côtes falculiforii 



HOPLITIDES. 129 

très peu marquées, souvent à peine apparentes, surélevées ou subtuJjerculées 
au voisinage de l'ombilic et du bord siplional, et se terminant sm' l'arête qui 
limite ce dernier par un tubercule transverse peu développé. 

Les tubercules internes sont allongés dans le sens radial et assez surélevés ; 
ils sont d'abord situés au voisinage presque immédiat de l'ombilic, s'en 
écai^tent peu à peu, arrivent à la moitié de la hauteur des flancs, la dépassent 
même pour se rapprocher du bord externe et finissent sur certains échantil- 
lons par se trouver environ aux deux tiers de la hauteur. La spirale formée 
par la rangée interne de tubercules n'est donc pas parallèle à la spirale d'en- 
roulement de la coquille, mais se déroule au contraire plus rapidement. 

Les tubercules de la seconde rangée, beaucoup plus nombreux que ceux 
de la rangée interne, sont transverses, abrupts en arrière, inclinés en avant, 
de manière à se raccorder graduellement avec la surface des flancs. Ils sont 
situés à une petite distance du bord externe; peu à peu la portion du tour 
située au delà de cette rangée s'épaissit et se déprime, de sorte que la seconde 
rangée de tubercules arrive finalement à occuper tout à fait le bord du contour 
siphonal et à se substituer aux dentelures cpii en formaient primitivement 
les deux arêtes latérales (voir pi. VI, fig. 2 , et pi. VIII, fig. 1). 

Ces dernières dentelures, très nombreuses, arrivent par cette transforma- 
tion à passer graduellement dans la région médiane du contour ventral , qui , 
d'abord subconvexe, devient peu à peu méplate ; elles y constituent deux 
petites carènes denticulées, très peu apparentes, cessant assez rapidement 
d'être visibles. 

Dans ce dernier stade, l'ornementation de la coquille se réduit donc à 
une rangée de tubercules assez espacés, occupant l'arête qui limite le contour 
ventral et faisant assez fortement saillie sur l'extérieur, et à une rangée laté- 
rale située plus ou moins près de l'ombilic et formée de tubercrdes coniques 
un peu allongés dans le sens radial : le nombre des premiers est d'environ 
trois fois celui des autres. Souvent deux tubercules externes consécutifs sont 
réunis à un même tubercule interne par deux côtes, toujours assez peu 
marquées. 

Les tubercules des deux flancs se correspondent parfois, mais le plus 
souvent ils alternent, circonstance assez fréquente chez la plupai't des Hopli- 
tidés. 

Je n'ai pas eu entre les mains d'échantillons de cette espèce ayant conservé 
leur test. Sur la surface des moules internes en bon état, on aperçoit des 



130 LES AMMONITES DE LA CRAIE SUPERIEURE. 

stries sinueuses, un peu falculiformes , qui passent sur le bord externe en 
s'infléchissant un peu en avant, et qui correspondent vraisemblablement aux 
stries d'accroissement de la coquille. 

Je vais maintenant indiquer conmient celle-ci passe progressivement par 
ses diverses périodes d'ornementation, suivant qu'elle est plus ou moins com- 
primée. 

Les échantillons très plats, à petit ombilic, sont à peu près complètement 
privés d'ornementation ; les flancs sont lisses , et les deux carènes qui limitent 
le bord externe sont à peine denticulées. Cet état peut pei'sister plus ou moins 
longtemps, suivant les individus. J'ai sous les yeux un échantillon des envi- 
rons de Charmant (Charente), qui, au diamètre de 78 millimètres, a un 
ombilic de 10 millimètres et une épaisseur maximum de 18 millimètres; sur 
le bord externe , l'épaisseur est réduite à 2 millimètres ; jusqu'à ce diamètre , 
cet échantillon est complètement lisse et ce n'est qu'au delà de cette dimen- 
sion qu'il commence à montrer des tubercules un peu distincts, très rap- 
prochés du bord v^entral, dont ils ne se trouvent cju'à une distance de 3 à 
4 millimètres à peu près; un quart de tour plus loin, ces tubercules arrivent 
presque sur ce bord et commencent à y faire saillie. Au diamètre de 1 1 o mil- 
limètres, les tubercules latéraux (i"^^ rangée) ne se voient pas encore : la co- 
quille est toujours de forme très comprimée et l'ombilic a une paroi presque 
verticale , nettement séparée des flancs. Ces formes plates me paraissent cor- 
respondre au type défmi par d'Orbigny sous le nom d'Ammonites semiornatus , 
et à celui que M. F. von Hauer a appelé Ammonites Milleri. 

Si la coquille est mi peu moins comprimée, l'ornementation apparaît un 
peu plus tôt et est un peu plus prononcée. Sur un échantillon dont le tour a 
une hauteur de 1 8 millimètres et une épaisseur maximum de 8 millimètres , 
la largeur du bord ventral est de 1 millim. 5 . A cette taille , on voit seule- 
ment sur la moitié externe des flancs de petites côtes arquées qui s'arrêtent 
assez brusquement à 2 milhmètres du bord. Un quart de tour de spire plus 
loin, ces côtes se terminent par un tubercule transverse, et un peu moins 
d'un demi-tour plus loin apparaissent les tubercules de la rangée interne. Le 
premier tuliercule est situé au premier quart de la hauteur ; à l'extrémité du 
tour, les tubercules de cette rangée atteignent déjà les deux tiers de la hau- 
teur, et en même temps ceux de la seconde rangée de tubercules occupent 
l'arête du bord ventral. 

Un échantillon de plus grande taille, qui peut être considéré comme cor- 



HOPLITIDES. 131 

respondant à peu près à l'adulte de l'individu précédent, a un diamètre total 
de 1 4o millimètres; la hauteur du dernier tour à son extrémité est de 60 mil- 
limètres, son épaisseur de 35 millimètres et la largeur du bord externe de 
1 7 millimètres. Les tubercules de la rangée interne ne commencent à se 
montrer sur ces individus qu'au premier tiers du dernier tour ; le premier 
est situé environ vers le premier tiers de la hautevir des flancs, tandis que 
celui de l'extrémité du tour est déjà aux deux tiers de cette hauteur. 

Les tubercules de la seconde rangée, au nombre de vingt, sont, au com- 
mencement du dernier tour, à une distance de quelcpies milhmètres du bord 
externe et, à l'extrémité de ce tour, ils sont tout à fait sur ce bord (voir 
pi. VIII, fig. 1). Les tubercules de ces deux rangées se font à peu près vis-à- 
vis, de chaque côté du contour ventral qu'ils encadrent, aussi bien cpie ceux 
de la rangée interne. Un tubercvde interne est réuni à deux tubercvdes 
externes par deux petites côtes peu distinctes; les autres tubercules externes 
se prolongent un peu sur les fl^ancs en forme d'oreillettes. 

Un échantillon, d'une variété un peu plus renflée encore, de 5o milli- 
mètres de diamètre, en bon état de conservation, montre, au commencement 
du dernier tour, des côtes courtes partant de l'ombilic très infléchies en avant et 
se bifurquant; après la bifurcation, les nouvelles côtes sont d'abord très atté- 
nuées , puis elles se surélèvent pour s'eflacer ensuite ou bien pour se terminer 
par une ou deux côtes peu nettes qui s'arrêtent aux dentelures des carènes 
latérales du contour externe. A son extrémité, le dernier tour a 26 milli- 
mètres de hauteur et une épaisseur maximum de 1 5 millimètres. 

Si la coquille est encore plus renflée, l'ornementation commence à se 
montrer plus tôt et est beaucoup plus vigoureuse, comme on le voit sur 
le magnifique échantillon du tunnel de Beaulieu (pi. VI, fig. 1). Les tours 
sont à section quadrangulaire ; pour une hauteur de tour de 55 milhmètres, 
l'épaisseur est de 45 miUimètres et le diamètre total de i3o millimètres. Le 
nombre des tubercules de la rangée interne est de 7 sur le dernier tour, 9 sur 
r avant-dernier et i o sur le précédent. A l'intérieur de l'oml^ilic, on voit que 
les tubercules de la première rangée ont commencé à se montrer de très 
bonne heure ; placés d'abord au voisinage de l'ombilic , puis s'en écartant pro- 
gressivement, ils arrivent à se trouver à peu près à mi-hauteur des flancs sur 
le dernier tour. 

L'échantillon des Corbières (pi. VII, fig. 1) appartient aune variété à tours 
moins renflés que la précédente et à ornementation plus serrée : un peu moins 

'7- 



132 LES AMMONITES DE LA CRAIE SUPERIEURE. 

de la moitié du dernier tour correspond à la chaniljre d'habitation et, sur 
cette partie, les tubercules sont beaucoup plus rapprocbe's et les côtes qui 
les réunissent plus appai^entes. 

J'ai sous les yeux un échantillon déforme analogue (collection Boreaii-Laja- 
nadie) provenant de Tursac (Dordogne), assise M de M. Arnaud. Il a 28 cen- 
timètres de diamètre ; la hauteur du tour à son extrémité est de 9 centi- 
mètres pour une épaisseur de 6 centimètres. L'ornenientation est tout à fait 
analogue à celle du dernier stade de l'échantillon précédent. Le nombre des 
tubercvdes de la rangée médiane des flancs est de 1 1 sur le dernier tour et 
le nomlore des tubercules externes encadrant le bord siphonal est de 27. 

Enfin on trouve des échantillons chez lesquels la forme rectangulaire des 
tours se montre à une très petite taille; à un diamètre de quelques centi- 
mètres, l'aspect général est déjà, mais à une échelle plus réduite, celui de 
l'échantillon de la planche VI, fig. 1 : la section des tours est même plus 
nettement quadrangulaire , avec une hauteur et une largeur à peu près égales. 
J'ai eu l'occasion d'observer des individus de cette forme provenant de la 
craie de Villedieu et de celle des Charentes. 

Cette espèce parait arriver à une taille assez considérable : j'ai signalé plus 
haut un exemplaire de la Dordogue qui a 28 centimètres de diamètre; 
Drescher en a signalé en Silésie atteignant 3 1 centimètres. D'après Stoliczka, 
les Placenliceras de l'Inde parviendraient même à lio centimètres de diamètre. 

De ce qui précède , on peut conclure que dans la série des formes qui se 
rattachent à Placenliceras syrlale, il existe des variétés passant graduellement 
les unes aux autres et parmi elles on peut distinguer : 

1° Des variétés plates, à ombilic assez étroit, à ornementation presque 
nulle. Ainsi, un échantillon de Sougraignes de 7 centimètres de diamètre, a 
les flancs complètement lisses et montre seulement sur le bord externe une 
série de tubercules allongés, encadrant im contour siphonal convexe ou plutôt 
de forme subtrapézoïdale, en raison de l'existence des deux arêtes correspon- 
dant aux rangées externes de tubercules. Cet individu représente donc une 
variété encore plus plate que l'ex^emplaire de la planche VIII, fig. 1, car, sur 
celui-ci, la rangée médiane de tubercules n'atteint le pourtour externe qu'à 
tuie taille bien plus considérable et au moment où commencent à apparaître 
les tubercules de la rangée interne. 

On a souvent considéré Ammonites Orhujnyanus , Geinitz, comme le type de 
la variété plate de Placenliceras syrlale; mais si l'on se reporte à la figure 



HOPLITIDÉS. 133 

de M. le docteur Schlûler, qui a représenté un échantillon de Kieslings- 
walde, localité ayant fourni le type, on voit que sur cette forme la rangée 
interne de tubercules apparaît de bonne heiu-e. Am. Orbigjiyamis représente 
donc seulement le jeime âge de PI. syrlale; toutes les variétés de cette espèce, 
plates ou renflées, débutent toujours par des formes plates. 

Am. semiorimtus , d'Orbigny, correspond au contraire, comme j'ai pu m'en 
assurer par l'examen des échantillons de la collection de d'Orliigny, à la variété 
plate de PL syiiale , mais cette forme n'est caractérisée que par la courte 
diagnose de d'Orbigny; je crois donc préférable de prendre, pour désigner 
cette variété, le nom d'Ammonites Milleri, F. von Hauer [Cephalop. ans den 
Gosaiicjebilden , p. 5, pi. Il, fig. i et 2), en tenant compte de ce fait que le 
dessin n'est pas complètement exact, car on n'y compte que 1 1 tubercules 
externes par tour, tandis que le texte indiqvie cju'il devrait s'élever à 1 5 et 
que sur un autre exemplaire il est de 20; sous cette réserve, cette figure 
concorde aussi bien que possible avec l'échantillon des Corbières dont je 
viens de parler. 

J'adopte donc pour les variétés plates la dénomination Placenticeras syrlale, 
Morton, var. Milleri, F. von Hauer. 

2° Des variétés de forme moyenne qui correspondent à Placenticeras 
syrlale, Morton, sp., typicpie, lequel ne diffère guère d'Ammonites polyopsis, 
Dujardin. 

3° Des variétés très renflées dans lesquelles la section des tom's arrive assez 
rapidement à être quadi^angidaire. On a alors : Placenticeras syrlale, Morton, 
sp., var. Guadaloapœ, Rômer, qui correspond k Am. Riboiiri, d'Orbigny. 

4° Enfin des variétés de forme très renflée et à section presque carrée 
dès le jeune âge, pour lesquelles je propose le nom de Placenticeras syrtale, 
Morton, var. quadratum^^K 

Cloisons. — La ligne suturale est formée de selles et de lobes très nom- 
breux, dont la forme générale, rétrécie à la base, étalée au sonmaet, conserve 
les mêmes caractères dans chacun d'eux. 

Les selles sont bifides, tandis que les lobes sont à terminaison impaire* 
Ges derniers sont bien moins larges que les sellés. 

''' Peut-être, conformément aux idées émises récemment par M. Munier Chalmas {Compte 
rendu sommaire des séances de la Soc. géol. de France, 5 décembre 1892), ne faut-il voir dans ces 
individus de petite taiile , à évolution rapide , que les formes « scaphitoïdes » de PL syrtale. 



134 



LES AMMONITES DE LA CRAIE SUPERIEURE. 



Les lobes et les selles diminuent assez régulièrement d'importance du bord 
externe vers le bord interne, ce qui distingue la ligne sutiu-ale de cette espèce 
de celle de PL Frilschi. Ils sont disposés suivant une ligne flexueuse dont le 
point le plus bas correspond à l'extrémité du troisième lobe. 



Fig. 53. 




Placeiiticeras sjrlale, var. Guadahupw (gros. = 3), d'après l'échantillon représenté pi. Vil, lig. i 
(clichés photographiques). 



Fig. 54. 



vrirr? 



Placenticeras syrtale (gros. = 3,5), d'après l'échantillon représenté pi. V, fig. 3 
( clichés photographiques ) . 



Observations. — L'espèce que je viens de décrire a été rapportée au type 
figuré et décrit par Morton en i83A pour une forme de l'Alabama, qui pré- 
sente en effet la plus grande analogie avec nos formes d'Europe. A l'exemple 
de la plupart des paléontologues, et notamment de M. le docteur Schlûter, 
j'adopterai donc le nom de l'espèce américaine. 

Un peu après la publication de f ouvrage de Morton, Dujardin a, en i 887, 
décrit et figuré d'une manière très exacte, sous le nom d^Ammoniles polyopsis, 
trois échantillons de la craie sénonienne de Touraine. 

En 1843, Geinitz [Verslein. v. Kieslingswaîde , p. 8, pi. I, fig. 8) a donné le 
non> d'Ammonites Vibrayeanus, qu'il changea en i85o en celui d'Am. Orbignj- 



HOPLITIDES. 135 

anus, k une forme de Kieslingswalde , comté de Glatz, Silésie, qui représente 
le jeune âge de PL syrtale. 

En 1849, Rômer [Kreidebild. v. Texas) donna le nom d'Ammonites Gua- 
daloupœ à une forme du Texas qui n'est qu'une variété renflée du type de 
Morton et cpi correspond tout à fait aux échantillons appelés en France, 
d'après d'Orbigny, Am. Riboarianus. 

En 1864, Stoliczka a employé les noms d'Am. Guadaloupœ et Am. Orhi- 
gnyanus pour des formes assez fréquentes dans la craie de l'Inde [Trichi- 
nopoly group et Ootatoor group) qu'il me paraît impossible d'assimiler aux 
types désignés sous ce nom. 

En 1872, M. le docteur Schlûter a donné une excellente description et 
une bonne série de figures de cette espèce d'après des échantillons de PI. 
syrlale, provenant des gisements du Salzberg, pi'ès Quedlinburg. Par la com- 
paraison des figures, on pourra constater l'identité de ces formes avec celles 
de France. 

Enfin, en 1 883 , M. Arnaud a annexé à un de ses mémoires sur la craie du 
Sud-Ouest une planche représentant le bel échantillon du tunnel de Beau- 
lieu (pi. VI, fig. 1). 

Rapports et différences. — J'ai indiqué précédemment les caractères cpii 
permettaient de distinguer PL syrtale de PL Fritschi; je donnerai plus loin 
les différences qui séparent cette espèce de PL bidorsatam. 

Gisement. — Cette espèce est caractéristicpie de l'étage santonien. 

En Touraine, où elle n'est pas absolument rare, on la trouve cantonnée 
dans l'assise à Spondylas iruncatus, qui occupé le sommet de la craie de Ville- 
dieu, à Saint-Paterne, ViUandry, etc. 

Dans l'Aquitaine, elle a été rencontrée dans les assises M et N de M. Ar- 
naud, à l'Ombre, Puygaty, la Valette (Charente); Nieul-le-Virouil (Charente- 
Inférieure) ; Sergeac, Miremont, Tursac, souterrain de Beaulieu sur la ligne 
de Périgueux à Ribérac, environs de Sarlat (Dordogne). 

Dans lesCorbières, elle est relativement abondante à Sougraignes, au-dessus 
de la couche bleue à Mortoniceras texanum, dans le banc à Lima marticensis ^ 
et dans les marnes intercalées entre les deux principaux bancs de rudistes. 

Dans le bassin du Beausset, elle habite les calcaires marneux à Lima mar- 
ticensis, supérieurs aux bancs à hippurites. M. Toucas l'a signalée en 1879 



136 LES AMMONITES DE LA CRAIE SUPERIEURE. 

dans les calcaires marneux à 0. aciitiroslris [Bal. Soc. (jéol. de France, 3" série, 
VIU, p. 71). 

Elle n'est pas connue en Westphalie, mais dans la région subhercynienne 
elle est très caractéristique de l'assise du Salzberg-Mergel, aux environs de 
Quedliubm-g. 

Dans les couches dites de Gosau des Alpes orientales, elle a été seulement 
signalée dans un gisement situé entre Bârenbach et Kainach, en Styrie, où 
elle se trouve sous la forme de la variété plate Milleri. 

Echantillons examinés. — Une série d'échantillons de la craie de Touraine 
(collection de l'Ecole des mines, collection de l'abbé Bourgeois à l'Ecole de 
Pontlevoy, collections Le Mesle, A. et G. de Grossouvre). 

Nombreux échantillons de la Charente et de la Dordogne (collections Ar- 
naud, Boreau-Lajanadie, Rejaudry et A. de Grossouvre). 

Nombreux échantillons des Corbières (collections J'' Jean, Toucas et A. de 
Grossouvre). 

Un échantillon de Rouve, près le Beausset (collection Pérou). 

EXPLICATION DES FIGURES. 

Planche V. 

FiG. 3S — Individu de petite taille (collection A. de Grossouvre) recueilli par M. Mouret; 
vu de côté pour montrer rornementation des flancs dans le jeune âge, qui 
consiste tout d'abord en côtes falculiformes. A l'extrémité du dernier tour, 
on voit apparaître des tubercules sur le bord externe. 

Tunnel de Beaulieu (assise M^ de M. Arnaud). 

Ligne de Ribérac à Périgueux (Dordogne), 

FiG. 3^. — Le même, vu du côté ventral pour montrer les deux lignes de tubercules qui 
limitent le méplat ventral. 

Planche VI. 

FiG. 1°. — Magnifique échantillon (collection Arnaud) vu de côté et montrant rornemen- 
tation de l'adulte. Il n'existe plus sur les flancs que deux rangées de tuber- 
cules. 

Assise M^ de M. Arnaud. 

Entrée du tunnel de Beaulieu, ligne de Périgueux à Ribérac (Dordogne). 

FiG. I''. — Le même, vu du côté ventral. 



HOPLITIDES. 137 

FiG. 2.'. — Échantillon (collection de TÉcole des mines) vu de côté : il montre le pas- 
sage de Tornementation du jeune à celle de l'adulte. La seconde rangée 
de tubercules se rapproche de plus en plus du bord externe. 

Assise à Spondylus truncatus de la craie de Villedieu : ViHandry (Indre- 
et-Loire). 

FiG. '2^. — Le même, vu du côté ventral. On aperçoit encore sur la partie médiane du 
bord ventral les deux rangées de tubercules qui limitaient primitivement 
le pourtour externe et qui plus tard disparaîtront complètement, comme le 
montre Téchantillon représenté par la figure i . 

Planche VII. 

FiG. l\ — Individu (collection Toucas) de taille moyenne, vu de côté, 

Marnes ferrugineuses intercalées entre les bancs de rudistes, sur le che- 
min de Sougraignes aux Croutets (Aude). 

FiG. P. — Le même, vu du côté ventral. 

Planche VIII. 

FiG. I'. — Échantillon (collection Réjaudry), vu de côté pour montrer l'ornementation 
des flancs. On constate bien nettement sur le dernier tour que la seconde 
rangée de tubercules, d'abord située à une certaine distance du bord 
externe, s'en rapproche progressivement, puis finalement se place exacte- 
ment sur ce contour. 

Étage santonien : assise M^ de M.Arnaud, la Valette (Charente). 

FiG. l*". — Le même, vu du côté ventral. 



PLACENTICERAS BIDORSATUM. A. Rômer, sp, 

1841. Ammonites bidorsatus. A. Rômer, Verst. norddeutsch. Kreidegeh., p. 88; pi. XIII, fig. 8. 
1867. Ammonites polyopsis. Schlûter, Ammoneen der deatschen Kreide, p. aS, pi. IV, fig. i et 2. 
1872. Ammonites bidorsatus. Schlûter, Cephalopoden der oberen deutschen Kreide, p. 5i,pl. XV, 
fig. 6 à 8. 

M. le docteur Schlûter a séparé de PL syrtale des échantillons de Dûlmen 
(Westphalie) qu'il avait d'abord, dans .son premier ouvrage , rapportés à cette 
espèce, sous le nom d^Am. polyopsis : il les a rattachés à Ani. bidorsatus, 
Rômer. 

Ces échantillons présentent une très grande analogie avec les variétés très 
plates de PL syrtale , par leur forme très comprimée et l'apparition tardive de 
l'ornementation. 



138 



LES AMMONITES DE LA CRAIE SUPERIEURE. 



M. le docteur Schlûter base la distinction des deux espèces : i° sur. une 
différence du dessin des cloisons, qui, dans PL bidorsatum, ont levirs lobes et 
leurs selles plus allongées et plus finement ramifiées , et par le caractère spé- 
cial du lobe siphonal, qui a ses branches fortement divergentes; 2° sur la 
forme du bord siphonal, toujours creusé en gouttière et entouré de deux 
carènes saillantes, lisses, au lieu d'être denticulées comme chez PL syrtale. 

M. le docteur Schlûter remarque, d'ailleurs, qu'à Dûlmen on ne ren- 
contre jamais de formes épaisses avec un bord externe un peu large. 

On retrouve les mêmes circonstances et les mêmes cai-actères pour les Pla- 
centiceras de la craie du sud-ouest qui habitent la partie inférieure de l'étage 
campanien. Tous les individus de ce genre sont, à ce niveau, de forme plate 
et sans ornementation, et avec eux on ne trouve plus de variétés renflées 
comme dans l'assise inférieure. 

Cloisons. — De plus, il est certain que la ligne suturale de ces individus 
montre des différences assez sensibles avec celles de PL syrtale : je n'ai pu en 
relever exactement le dessin, et pour les trois premières selles seulement, que 
sur un échantillon de Livernant (collection Arnaud), provenant de l'assise P^ 



Fis;. 55. 




m% 



'<=" 






Placenticeras bidorsatum (gros. = 4 ), d'après un échantillon de Livernant. 

On voit que les lobes et les selles sont beaucoup plus ramitiés et profon- 
dément découpés que dans PL syrtale, que leurs corps sont beaucoup plus 
grêles et qu'enfin la première selle latérale est notablement plus grande que 
les suivantes. 



Gisement. — Cette espèce se trouve dans les couches immédiatement 



HOPLITIDES. 139 

supérieures à celles caractérisées par PL syrtale et est cantonnée dans les 
assises inférieures de l'étage campanien qxie M. Aiuiaud a groupées sous la 
lettre P^ 

Echantillons examinés. — Une série d'échantillons (collection Arnaud, 
Boreau-Lajanadie, Rejaudry) de Mensignac-Vaure (Dordogne), Livernant et 
Saint-Hiiaire (Charente). Le plus grand, provenant de Mensignac-Vaiu-e , a un 
diamètre total de i o millimètres, une épaisseur maximimi de 1 8 millimètres; 
il est lisse jusqu'à l'extrémité et sa dernière loge occupe un peu plus de la 
moitié du dernier tour. 

Genre SPHENODISCUS. Meek. 

Ce genre a été établi en i 872 par Meek, in Hayden, Ann. rep. U. S. geol. 
Sarvey of tke territories, p. 297. 

On peut prendre comme type de ce genre Ammonites lenticularis , Owen 
(i852, Rep. low., etc.). 

Fig. 56. 



,^^-^^\pWir- 



Sphenodiscas lenticularis, d'après Meek [Report. . ., IX, p. 466). 
Fig. 57. 



^ .^ '4 %} 'u 

Sphenodiscus pedernalis, d'après F. Rômer, Kreidebild. v. Texas, pi. T, fig. 3°. 

Les formes qui se rattachent à ce groupe sont, en général, très comprimées, 
à bord tranchant, à flancs peu convexes, presque lisses ou ornés seulement 
de côtes rayonnantes peu apparentes. Les tours sont très embrassants, à sec- 
tion ogivale ; l'ombilic est très étroit. 

Pour toutes ces espèces, la forme extérieure et l'ornementation varient 



140 LES AMMONITES DE LA CRAIE SUPERIEURE. 

assez peu, même pour des niveaux très difFérents, et leur distinction serait le 
plus souvent à peu près impossible, si l'on ne pouvait avoir recours, pour les 
séparer, à la disposition de leurs cloisons. 

Elles sont formées d'un grand nombre de lobes et de selles généralement 
peu découpés et ces dernières sont d'ordinaire à contours simples. 

Gomme dans Placenticeras , la selle externe, très large, est subdivisée en 
trois selles qui, le plus souvent, sont nettement individualisées, de telle sorte 
que le premier lobe latéral, qui, d'ordinaire est le plus abaissé, est constitué 
réellement par l'ensemble des trois premiers lobes. 

Les diverses cloisons sont parfois très rapprochées les unes des autres et 
deviennent alors sécantes. 

On rencontre, dans le terrain cénomanien supérieur des environs de Sainte- 
Croix, près le Mans, un Sphenodiscas dont M. Douvillé m'a depuis longtemps 
signalé l'analogie avec VAm. pedernalis, v. Buch, de l'Amérique du Nord. 

SPHENODISCUS cf. PEDERNALIS. L. v. BucH, sp. 

Je donne ci-dessous le dessin des cloisons d'un individu de Sainte-Croix , 
dessin que M. Douvillé a bien voulu me communiquer. 



l^ 



Fig. 58. \ 



ii ) 




ù^ ^ ^^ ^ 



Sphenodiscns cf. pedernalis (gros. = 2,5), dessin de M. Douvillé d'aptes un échantillon de Sainte-Croix, 

près le Mans. 



SPHENODISCUS REQUIENL D'Orbigny, sp. 
1840. Ammonites Requienianus. D'Orbigny, Paléontologie française. Terrains crétacés, I, 

p.3i5,pi. xcm. 

L'espèce du turonien supérieur possède des cloisons bien différentes de 
la précédente. Sph. Reqaieni est assez rare dans la Touraine, où il est accom- 
pagné d' Acanthoceras Deveriai; il est un peu plus abondant, mais d'ordi- 



HOPLITIDES. 141 

naire en assez médiocre état de conservation, dans les grès d'Uchaux, où il se 
trouve avec Acanthoceras Deveriai et Gaatkiericeras Bravaisi. 

J'ai dessiné les cloisons de cette espèce grâce à un échantillon appar- 
tenant au musée de Laval, qui m'a été gracieusement conmiuniqué par 
M. QEhlert; il provient de la craie jaune à bryozoaires, autrefois exploitée 
dans les carrières d'Usseau, situées sur les bords de la Loire, entre Amboise 
et Tours. 



Sphenodiscus Requieni (gl'os. = 3,7), d'après un échantillon des environs de Tours. 

SPHENODISCUS UBAGHSI. A. de Grossouvre, n. sp. 
(PI. IX, fig. à et 0.) 

On rencontre, dans les couches les plus élevées du système crétacé, des 
Sphenodiscus qui ont été, d'ordinaire, rapportés à Am. pedernalis, v. Buch, 
en raison du niveau que l'on attribuait à cette dernière espèce. Cette assimi- 
lation est erronée, comme on peut s'en rendre compte, en comparant les 
cloisons de l'ammonite de Maestricht avec celles de l'espèce d'Amérique 

(%-57)- 

M. Arnaud et moi avons trouvé tout récemment dans les environs de 
Maurens (Dordogne) des fragments de Sphenodiscus qui paraissent bien se 
rapporter à l'échantillon figuré par v. Binkhorst sous le nom d'Am. pedernalis 
(Binkhorst, Monographie des gastéropodes et des céphalopodes de la craie supé- 
rieure du Limboarg, p. 2 i , pi. V"*, fig. Ô"""^^). J'ai fait fait figurer deux de ces, 
fragments , dont l'un montre , avec une grande netteté , le dessin des cloisons ; 
on voit que la ressemblance avec celui qui a été donné par Binkhorst est aussi 
satisfaisante que possible. Toutefois, Binkhorst indique que l'espèce de Maes- 
tricht possède quatorze selles, tandis que je n'en compte que dix sur le frag- 
ment que je possède. Je donne à cette espèce lé nom de Sphenodiscus Vbaghsi; 
elle est caractérisée par la forme particulière de ses cloisons, dont voici le 
dessin amplifié. 



142 LES AMMONITES DE LA CRAIE SUPÉRIEURE. 

Les selles, à partir de la cinquième, vont en décroissant régulièrement et 
ont lem-s contours entiers et arrondis : les cinq premières sont festonnées. 
Les lobes sont découpés par de courtes digitations. 




Sphenodiscus Ubaghsi (gros. = 2, 5), d'après l'échantillon représenté pi. IX, fig 



Gisement. — Cette espèce appartient aux couches les plus élevées du sys- 
tème crétacé : dans la Dordogne, elle a été rencontrée, dans les environs de 
Maurens, dans l'assise R de M. Arnaud. 

A Maastricht, elle se trouve tout à fait au sommet du tufFeau, dans le banc 
supérieur au premier niveau de bryozoaires et immédiatement inférieur aux 
couches oligocènes. 

Echantillons examinés. — Trois échantillons des environs de Maurens (col- 
lection de l'Ecole des mines, collections Arnaud et A. de Grossouvre). 

EXPLICATION DES FIGURES. 
Planche IX. 

Fig. II". — Fragment d'un individu (collection A. de Grossouvre) vu de côté, pour 
montrer que les flancs sont lisses et donner le dessin des cloisons. 

Calcaires gréseux à thécidées : assise R de M. Arnaud , Maurens (Dor- 
dogne). 

Fig. k^. — Section du précédent. 

Fig. 6. — Dernière loge d'un individu de cette espèce (collection Arnaud), vu de côté 
pour montrer l'absence d'ornementation et la petitesse de l'ombilic du der- 
nier tour : la spire tend même à se refermer à l'extrémité. 

Calcaire blanc (assise R de M. Arnaud), pierre de taille de Maurens 
(Dordogne). 



HOPLITIDES. 143 



SPHENODISCUS RUTOTI. A. de Grossouvre, n. sp. 

J'ai recueilli à Maurens, dans le même gisement que l'espèce précédente, 
un autre échantillon qui se distingue par un dessin des cloisons tout diffé- 
rent, comme le montre la figure ci-jointe. 

Fis. 61. 




(^\ ??fî 9? \ 



W-i : 



Sphenodiscus Rntoti (gros. = 4), d'après un échantillon Je Maurens^ 

On voit que la subdivision externe de la première selle latérale est très 
grêle et bifide. La seconde subdivision, assez large à sa base, est elle-même 
subdivisée en deux parties par un lobule très profond. La troisième subdivi- 
sion est beaucoup plus large et plus massive que dans l'espèce précédente / 

Gisement. — Maurens (Dordogne), assise R de M- Arnaud. 

Echantillon examiné. — Un seuL 

Genre SONNERATIA. Baylé. 

Ce genre a été institué par M. Bayle en 1872, en prenant comme type 
Ammonites Datemplei. 

Il renferme des formes à ornementation voisine de celle des Hoplites, mais 
chez lesquelles les côtes traversent la région ventrale en s'infléchissant en 
avant. 

Le hord externe peut être plus ou moins arrondi , comme dans S. Dutem'^ 
plei, ou à peu près tranchant comme dans S. Cleon. 

La ligne suturale a les plus grandes analogies avec celle des Hoplites^ 
ainsi que le montre la cloison de Sonneratia Cleon (voir fig. 62). 



144 



LES AMMONITES DE LA CRAIE SUPERIEURE. 



Il me paraît qu'il y a Heu de faire rentrer dans ce genre, provisoirement 
au moins , certaines formes rattachées d'abord au genre Pachydiscus ; quand 
l'étude des amimonites de la craie sera plus avancée, il conviendra peut-être 
de créer une subdivision spéciale pour cette dernière série, mais en tout cas, 
elle présente de grandes affinités avec les Sonneratia, aussi bien sous le rap- 
port des cloisons que sous celui de l'ornementation. Tels sont, par exemple. 
Ammonites peramplus, Am. lewesiensis , Am. cephalotus , etc. 

Il est certain que l'aspect des individus jeunes d'Am. peramplus rappelle 
singulièrement la physionomie d'Am. Datemplei. 

D'autre part, la ligne suturale de cette espèce a un tout autre aspect que 
celle de la plupart des Pachydiscus , tels qu'^m. neubergicus , Am. goUevil- 
lensis, etc. Sharpe, et plus récemment MM. Laube et Bruder, en ont donné 
le dessin des cloisons. En se reportant à leurs figures, on peut constater le 
contraste qui existe sous ce rapport entre ces diverses espèces. 

Je reproduis ci -dessous le dessin des cloisons d'^m. peramplus, d'après 
Sharpe. 



Fig. 62. 



Fig. 63. 




Sonneratia Cleon (gros. = 4,5), d'api'ès Douvilié, 
iJ. 5. G. F., 3', Xni,p. 289. 



Sonneratia perampla, d'après Sharpe, 
pi. X, fig. 2*. 




Sonneratia cf. perampla (gros. = 3,5), d'après un échantillon de Tournay 
(coUection de la Sorbonne). 



On trouve dans l'étage turonien toute une série d'espèces qui constituent. 



HOPLITIDES. 145 

avec Am. peramplus , un petit groupe assez homogène, par l'ensenJjle des 
caractères et la forme spéciale de l'extrémité de la loge d'hal)itation des indi- 
vidus adultes : elle est renflée sur les côtés, rétrécie et pincée vers le bord 
externe, de sorte que sa section est subtriangulaire. Tel est bien l'aspect 
des échantillons de grande taille d'Ammonites peramplus, lorsqu'ils atteignent 
60 à 80 centimètres de diamètre. Tel est aussi celui qu'acquièrent, à une 
taille beaucoup moindre, les individus de l'espèce de Saumur décrits par 
Courtiller sous le nom d'Ammonites cephalotas et ces espèces d'Afric£ue que 
M. Péron nous a fait connaître sous les norns de Pachydiscus Rollandi et 
P. africanus. Nous retrouvons des types analogues dans la craie de l'Inde, 
et Ammonites Telinga, Stoliczka, paraît bien se rattacher à cette même série. 
On a donc là un ensemble de formes très voisines que peut-être il y aura 
lieu, plus tard, de distinguer par une même dénomination générique : pour 
le moment, je les réunis aux Sonneratia, genre auquel je rapporte encore, en 
raison de leur forme et de leur ornementation, un certain nombre d'autres 
espèces de la craie supérieure, 

SONNERATIA JANETI. A. de Grossouvre, n. sp. 
(PL XXII, fig. 4-) 

Coquille discoïdale, globuleuse. 

Spire formée de tours assez emljrassants, croissant assez rapidement en 
hauteur et largeur, chaque tour recouvrant le précédent sur environ la inoitié 
de sa hauteur. 

Ombilic moyen, profond; paroi omljilicale se raccordant graduellement, 
par une courbure continue, avec la convexité générale de la coquille. 

Bord externe large, arrondi, sans quille ni carène. 

Section des tours ovalaire, un peu plus large que haute, au moins dans le 
jeune âge. 

La cocpiille est ornée de côtes qui apparaissent sur la paroi ombilicale, 
augmentent progressivement d'importance et se surélèvent sur le bord de 
l'ombilic en un tubercule radial assez saillant, duquel partent deux côtes 
droites, radiales , très fortes, très saillantes, arrondies, et passant sur le pour- 
tour externe avec une légère inflexion en avant, cpii n'est bien marquée qu'à 
l'extrémité du dernier tour. 

De distance en distance , une côte secondaire s'intercale entre ces paires de 

19 



146 LES AMMONITES DE LA CRAIE SUPERIEURE. 

côtes et descend siir les flancs à peu près jusqu'à la hauteur des tulîercules 
omlDilicaux. 

Les côtes sont séparées par des intervalles à peu près égaux à leur largeur. 

Cloisons. — Inconnues. 

Rapports et différences. — Cette espèce, qui présente quelques analogies 
avec Sonneratia perampla jeune, s'en distingue par ses côtes bifurquées, 
plus serrées, plus droites, plus épaisses et plus saillantes. 

Assez voisine aussi des jeunes d'Ammonites Wittekindi, Schlùter, par sa 
forme et son ornementation, elle s'en éloigne par ses côtes beaucoup plus 
serrées. 

Habitat. — Assise inférieure de la craie de Villedieu, cai-rières de la Ribo- 
chère, près Couture (Loir-et-Cher). 

Echantillon examiné. — Un seul (collection Le Mesle), provenant des cal- 
caires durs exploités dans les cairières de la Ribochère. 

EXPLICATION DES FIGURES. 
Planche XXII. 

FiG. 4". — Individu (collection le Mesle) vu de côté. 

Calcaires durs de la partie inférieure de la craie de Villedieu. 

Carrières de la Ribochère, commune de Couture (Loir-et-Cher). 
FiG. i"*. — Le même, vu du côté ventral. 

SONNERATIA REJAUDRYI. A. de Grossouvre, n. sp. 
(Pi. VIII, fig. 4.) 

Coquille discoïdale, comprimée. 

Spire formée de tours assez embrassants, se recouvrant sur les deux tiers 
de leur hauteur, croissant assez rapidement, surtout en hauteur. 

Ombilic moyen, assez profond, avec paroi verticale séparée des flancs par 
un pourtom" arrondi un peu pincé. 

Flancs plats ou très peu convexes. 

Section des tours subquadrangulaire. 



HOPLITIDES. 147 

Bord externe à peine convexe. 

La coquille est ornée de côtes nombreuses, saillantes, prenant naissance 
sur la paroi ombilicale et se dirigeant sur les flancs, obliquement en avant, 
avec une légère courbure; vers le premier tiers de la hauteur des flancs, 
elles se bifurquent ou plus généralement se trifurquent; à partir de ce point, 
leur inflexion en avant augmente de plus en plus à mesure qu'elles appro- 
chent du bord externe ; en passant sui- la région ventrale, elles dessinent un 
sinus assez prononcé dirigé vers la partie antérieure. 

Cloisons. — Inconnues. 

Rapports et différences. — Au premier abord, cette espèce présente quelques 
analogies avec Am. mitis, v. Hauer, des couches de Gosau, mais elle s'en dis- 
tingue aisément par ses flancs presque plats, son bord externe peu convexe 
et l'aUure de ses côtes, cpii sont seulement arquées, tandis qu'elles sont fal- 
culiformes dans l'échantillon des Alpes orientales; la ressemblance est donc 
plus apparente que réefle. 

Je rattache provisoirement cette espèce au genre Sonneratia à cause de la 
disposition de son ornementation et de l'allure de ses côtes, cpii passent sur 
la région externe en y dessinant un chevron. 

Toutefois, il y a lieu de remarquer qu'elle diffère de Sonneratia Dutem- 
plei, par ce caractère que ses côtes ne possèdent pas de tubercule ombilical; 
il sera peut-être utile plus tard de séparer les formes appartenant à ce groupe 
sous un nouveau nom générique. 

Habitat. — Couches supérieures du campanien de l'Aquitaine : assise P^ 
de M. Arnaud. 

Echantillons examinés. — Deux échantillons (collections Arnaud et Ré- 
jaudry) de Saint-Médard-de-Barbezieux, assise P^. 

EXPLICATION DES FIGURES. 

Planche VIII. 

FiG. 4°. — Individu (collection Réjaudry), type de l'espèce, vu de côté. 
Etage campanieu : assise P^ de M. Arnaud. 
Saini-Médard-de-Barbezieux (Charente). 

FiG. i*". — Le même, vu du côté ventral. 



148 LES AMMONITES DE LA CRAIE SUPERIEURE. 

SONNERATIA RARA. A. de Grossouvre, n. sp. 
(PJ. vni, fig. 2.) 

Je ne possède de ce type qu'un petit fragment de tour, mais il est si net- 
tement caractérisé que je n'hésite pas à le prendre pour type d'une nouvelle 
espèce. Sa forme générale rappelle celle de Hoplites Fan, mais il diffère de 
celui-ci et des autres Hoplites du même groupe, tels cjue H. coesfeldiensis , etc. , 
par ses côtes fines, falculiformes , dont le point de rebroussement , situé à 
mi-hauteur des flancs, sert de point de départ à deux ou trois côtes entre 
lesquelles il s'en intercale encore d'autres, de sorte que le nom])re des 
externes est de quatre ou cinq fols celui des ombilicales. Les intercalaires 
ne descendent pas au-dessous de la mi-hauteur des flancs. Toutes les côtes 
passent sur le méplat ventral avec une légère inflexion en avant : elles ne 
portent aucun tubercule. 

Au premier coup d'œil, cette forme pourrait être considérée comme le 
jeune de Sonneratia Rejaudryi, mais il convient de remarquer que dans ce 
dernier le bord externe est plus convexe , les côtes plus droites et qu'à chaque 
côte ombilicale ne correspondent que deux ou trois externes. 

Cloisons. — Inconnues. 

Habitat. — Couches supérieures du campanien d'Aquitaine, assise P'' de 
M. Arnaud. 

Echantillon examiné. — Un seul (collection Arnaud) provenant de Saint- 
Médard-de-Barbezieux. 

EXPLICATION DES FIGURES. 

Planche VIII. 

FiG. 2°. — Individu (collection Arnaud) vu de côté. 

Étage campanien : assise P^ de M. Arnaud. 
Saint-Médard-de-Barbezieux ( Charente ) . 

Fig. 2''. — Le même, vu du côté ventral pour montrer le méplat du bord externe. 



HOPLITIDES. 149 

SONiNERAïiA PAILLETTEI. D'Orbigny. 
(PI.'XXXVII, fig. 2.) 

Ammonites Pailletteanus. D'Orbigny, Paléontologie française , Terrains crétacés, I, p. 33o ; 
pi. Cn,%. 3 etd. 

On a souvent cité sous ce nom, clans les listes de fossiles de la craie supe'- 
rieure, une série de formes très différentes du type décrit et figuré par d'Or- 
.higny. Malgré les nombreux échantillons des Corbières qui me sont passés 
sous les yeux, je n'en avais vu, jusqu'à ces derniers temps, aucun se, rappor- 
tant exactement à l'espèce de d'Orbigay, lorsque tout récemment, lors de la 
réunion de la Société géologique dans les Corbières (septembre i 893), M. le 
lieutenant-colonel Durand recueillit, dans les couches à micrasters des envi- 
rons de Rennes-les-Bains , un exemplaire qui concorde aussi bien que pos- 
sible avec ce type. 

On voit que cette espèce , si souvent citée , est , en réalité , fort rare , comme 
l'a déjà remarqué d'Orbigny ; ce savant ne pai'aît d'ailleurs avoir eu entre les 
mains que le ou les échantillons qu'il a pu recueillir entre la Som-ce salée et 
Soulatge; celui dont il parle encore, et qui a été recueilli par Dufrenoy à 
Saint-Paul-de-Fenouillet, doit appartenir à une tout autre espèce, car il pro- 
vient d'un iiiveau bien inférieur, les couches des environs de Saint-Paul-de- 
Fenouillet ne montant pas plus haut que l'étage albien. 

Je crois devoir donner ici la reproduction de la figure de d'Orbigny et 
rappeler sa diagnose : 

« Coquille discoïdale, assez renflée, ornée en travers par tour d'environ 
cinquante côtes siiuples, étroites, saillantes, que sépare un intervalle lisse. 
Ces côtes sont fortement arcp.iées et infléchies en avant. Elles offrent entre 
elles une assez grande inégalité , v en ayant une plus élevée que les autres de 
trois, de quatre ou de cinq en cinq. Dos rond, avec les côtes transverses. 
Spire composée de tours renflés, arrondis. Comme ces tours sont en partie 
cachés, je ne puis dire de coml^ien ils se recouvrent et en indiquant c[ue le 
dernier a les ^ du diamètre entier, je ne crois donner qu'une évaluation 
approximative. Bouche arrondie, large en avant. Cloisons inconnues. » 

On a donc donné à tort le nom dH Amvionites Paillettei à une série de formes 
chez lesquelles les côtes sont bien inégales, mais ont une allure différente de 
celle que l'on observe dans le type de d'Orbigny. Ce deiniier est caractérisé 



150 LES AMMONITES DE LA CRAIE SUPÉRIEURE. 

par des côtes, non pas arquées, mais légèrement sinueuses en forme d'S et 
passant sur le bord externe en y dessinant un chevron. 

Fis. 65. 




Sonneralia Paillellci, d'après d'Orbigny, pi. Cil, fig. 3 et /|. 

Malgré l'état imparfait de conservation de l'échantillon recueilli par M. le 
lieutenant- colonel Durand, je crois devoir le faire représenter pour bien 
montrer son identité avec l'espèce de d'Orbigny, dont la figure correspond évi- 
demment à un échantillon restauré , puisque cet auteur dit « qu'il n'a pu évaluer 
qu'approximativenient le rapport des dimensions du dernier tour au diamètre 
entier «, et plus loin que « cette espèce est toujours rare et encroûtée ». 

A la description de d'Orbigny, j'ajouterai que les côtes les plus fortes des- 
cendent seules jusqu'au bord de l'ombiHc, mais qu'elles ne paraissent pré- 
senter aucun tulaercule ni aucune surélévation à leur origine de ce côté. Si 
l'on a attribué ce caractère à A. Paillettei, c'est par suite d'une confusion 
d'espèces. 



HOPLITIDES. 151 

Cloisons. — Inconnues. 

Rapports et différences. — Cette espèce présente une telle analogie pour la 
forme et l'ornementation avec Sonneratia Datemplei (voir d'Orbigny, pi. LXXVI) 
et avec Sonneratia Deshayesi (d'Orbigny, pi. LXXXV, %. i à /|), qwe je 
n'hésite pas à la mettre dans le genre Sonneratia. Elle se rattacherait au 
groupe de S. Deshayesi à cause de l'absence des tubercules ombilicaux. 

Habitat. — Sonneratia Pailletlei a son habitat dans les marnes à micrasters 
de la région des Corbières, c'est-à-dire dans la partie supérieure de l'étage 
coniacien. 

Echantillon examiné. — Un seul (collection Durand), provenant des 
marnes à micrasters des environs de Rennes-les-Bains (Aude). 

EXPLICATION DES FIGURES. 

Planche XXXYlL 

FiG. 2. — Fragment d'un individu (collection Durand), vu de côté pour montrer l'al- 
lure sinueuse des côtes. 

Marnes à Micmster brevis des environs de Rennes-les-Bains (Aude). 

SONNERATIA P OCTAL A. de Grossouvre, n. sp. 

1872. Ammonites Austenii Fritsch und Schlônbach (Cephal. d. bôhmischen Kreide), p. 36, 
pi. VI, fig' I et 2 (non Am. Aiuleni, Sharpe). 

MM. Fritsch et Schlônbach ont décrit, sous le nom dUAmmonites Aiisteni, 
une forme qui ne peut être rapportée au type institué par Sharpe , non plus 
qu'à l'espèce de Westphalie figurée ensuite sous la même dénomination par 
M. le doctem- Schluter. 

L'allure des côtes n'est pas la même '. dans l'espèce de Bohême, elles sont 
régulièrement flexueuses en forme d'S très allongé, à peu près comme dans 
S. Paillettei, tandis que dans l'espèce de Sharpe, elles partent, près de l'om- 
bilic, normalement à la spire d'enroulement. Entre ces côtes principales, il 
s'en intercale sur les premiers tours deux où trois, et sur le dernier tour 
seulement deux, qui ne descendent pas au-dessous de la moitié de la hau- 
teur des flancs. 



152 LES AMMONITES DE LA CRAIE SUPÉRIEURE. 

Cette espèce ressemble à S. Paillettei par l'inflexion des côtes ; elle en dif- 
fère par ses côtes intercalaires moins nombreuses et moins longues. 

Gisement. — S. Poclai habite la base de l'étage turonien de Bohème. 
L'échantillon hguré par MM. Fritsch et Schlônbach provient du Planer des 
Weissenherger-SchicJiten de Poderad. 

Un fragment de cette espèce a été recueilli, en outre, dans les grès ver- 
dàtï-es de Malnitz [Malnitzer-Scliichten). 

SONNERATIA SAVINL A. de GROSsotVKE, a. sp. 
(PI. XXV, f.g. /l ; pL XXXVII, fig. 4.) 

GoquiUe discoïdale, comprimée. 

Spire formée de tours embrassants, croissant plus rapidement en hauteur 
qu'en largeur, très peu convexes sur les flancs et ayant leur plus grande 
épaisseur au voisinage immédiat de l'ombilic. 

Bord externe sans carène ni quille, vm peu méplat dans le jeune et pro- 
baljlement aussi dans l'adulte, au moins autant qu'on peut en juger par 
quelques échantillons, moins déformés par la compression cpie ne le sont la 
plupart de ceux que j'ai eu l'occasion d'examiner. 

Ombilic de grandeur médiocre. 

Section des tours semi-ovalaire et presque quadrangulaire dans le jeune. 

L'ornementation varie beaucoup aux divers âges de la coquille. 

Au diamètre de 3o millimètres, elle consiste, au commencement du der- 
nier tour, en côtes légèrement flexueuses et obliques en aA^ant, partant par 
paires d'un tubercule ombilical assez prononcé et très aigu; arrivées sur 
le j^ord externe, elles s'y surélèvent en un petit tubercule, puis passent à 
peu près normalement sur le méplat externe. De distance en distance se 
montre un sillon en avant ou en arrière d'une paire de côtes. Entre ces 
paires s'intercalent une, deux ou trois côtes de longueurs inégales et un peu 
plus faibles que les principales. 

La bifurcation des paires de côtes devient peu à peu obscure et finalement 
disparait. 

L'ornementation consiste alors en côtes principales tubercrdées au voisi- 
nage de l'ondailic, précédées en avant d'un sillon, et séparées par trois, quatre 
ou cinq côtes intercalaires à peu près de même valeur que les principales. 



IIOPLITIDES. 153 

mais de longueurs inégales et descendant plus ou moins bas sur les flancs 
sans atteindre l'ombilic. A im stade plus avancé, les sillons disparaissent; on 
arrive alors à l'ornementation de l'échantillon représenté pi. XXV, fig. /|. 
Les côtes paraissent passer sur le contour externe en y dessinant un léger 
chevron. 

Observations. — Cette espèce est presque toujours déformée plus ou 
moins fortement par la compression; il en existe des variétés plates à petit 
ombilic et des variétés renflées à ombilic relativement large. 

On a souvent désigné cette espèce sous le nom d'Ammonites Paillettei, 
mais en réalité il n'existe pas d'analogie entre les deux formes. 

Je crois devoir la rapporter au genre Sonneratia à cause des tubercules 
ombilicaux et de l'allure des côtes. 

Cloisons. — Inconnues. 

Rapports et différences. — S. Savini présente quelques analogies avec Pachy- 
discus Carezi; elle en diffère, dans le jeune par les tubercules externes des 
côtes et par son bord ventral méplat , et dans l'adulte par le nombre plus 
considérable des côtes intercalaires. 

Gisement. — Cette espèce habite les couches à Placenticeras syrtale entre 
les deux bancs inférieurs de rudistes de la montée de Sougraignes aux Croutets. 

L'échantillon de M. Toucas (pi. XXV, fig. k) vient d'un niveau inférieur, 
des marnes bleues à Mortoniceras texanam ; il ne difl'ère pas des autres. 

Les divers échantillons examinés (collections Toucas, J'' Jean, Savin, A. de 
Grossouvre) sont tous plus ou moins déformés par la compression. 

EXPLICATION DES FIGURES. 

Planche XXV. 

Fig. 4°. — Échantillon (collection Tducas), type de l'espèce, vu de côté; il est très dé- 
formé par la compression. 

Marnes bleues situées au-dessous du banc à Lima maiiicensis sur le 
chemin de Sougraignes aux Croutets (Aude). 

Fig. i**. — Le même, vu du côté ventral. 



154 LES AMMONITES DE LA CRAIE SUPERIEURE. 

Planche XXXVII. 

FiG. 4°. — Individu jeune (collection Gabelle), vu de côté pour montrer rornementa- 
tion des premiers tours et les étranglements tranverses de la coquille. 
Environs de Soulatge (Aude), gisement inconnu. 

FiG. 4''. — Le même, vu côté ventral. 

SONNERATIA DAUBRÉEL A. de Grossouvre, n. sp. 
(PI. XXVIII.) 

Coqxiiile plate, discoïdale. 

Spire formée de tours assez embrassants, ci'oissant assez rapidement en 
hauteur. 

Section des tours semi-ovalaire, ayant sa hauteur bien supérieure à sa 
largeur, le maximum d'épaissem' de la coquille se trouvant près de l'ombilic. 

Ombilic médiocre, à paroi verticale nettement séparée des flancs par un 
pourtour anguleux. 

Bord externe arrondi, sans quille ni carène. 

Les flancs sont ornés de côtes arrondies, assez épaisses, saillantes, partant 
normalement de l'ombilic. Ces côtes sont légèrement falculiformes et s'in- 
clinent un peu plus fortement en avant enatrivant sur le bord externe. 

Entre les côtes principales, il s'en intercale quelques autres à peu près de 
même force ; celles-ci ne descendent pas jusqu'à l'ombilic et s'effacent peu à 
peu en y arrivant, tandis que les premières s'arrêtent brusquement sur son 
bord. 

Ces diverses côtes restent simples, ou se multiplient vers les trois quarts 
de la hauteur des flancs soit par bifurcation, soit par intercalation , de sorte 
que sur le bord externe on en compte au moins trois fois plus qu'au voisinage 
de l'ombilic. 

A mesure que la coquille s'accroît, toutes les côtes s'effacent peu à peu sur 
la région externe des flancs ; les grandes persistent seules , bien marquées 
sur la région interne , et vont s'efl'acer graduellement vers les trois quarts de 
la hauteur. 

Cloisons. — Inconnues. 

Rapports et différences. — Cette belle espèce ne peut être confondue avec 



HOPLITIDES. 155 

aucune autre de celles qui appartiennent aux niveaux supérieurs du terrain 
crétacé. 

Habitat. — Sonneratia Daabréei n'est encore connu cpie des Corbières et 
se trouve à Sougraignes avec Mortoniceras texanum dans les couches inférieures 
aux marnes à Lima marticensis . 

Echantillons examinés. — L'échantillon figuré , appartenant à la collection 
de l'Ecole des mines, a conservé son test. Il est étiqueté comme provenant 
des environs cle Sougraignes (Aude). D'après son aspect, on voit qu'il avait 
pour gisement les marnes bleues à Mortoniceras texanam, que l'on trouve 
au bas du chemin qm va de Sougraignes aux Croutets, sous les calcaires 
marneux à Lima marticensis. 

Je possède un échantillon à peu près identique au précédent, que je dois à 
la libéralité de M. le capitaine Savin, qui l'a trouvé précisément dans le gise- 
ment précité de Sougraignes , lors de la réunion de la Société géologique de 
France (septembre 1892). 

J'ai vu dans la collection de M. Gabelle, architecte à Couiza, un échantillon 
de cette espèce de plus grande taille que le précédent et non déformé par la 
compression; il provient des environs de Soulatge, mais son gisement précis 
n'est pas connu. 

Enfm la collection de M. l'abbé Prax, ancien curé de Sougraignes, ren- 
ferme des fragments de cette espèce provenant des environs de ce village. 

EXPLICATION DES FIGURES. 

Planche XXVIll. 

Individu (collection de l'Ecole des mines) ayant conservé son test, vu de côté pour mon- 
trer l'ornementation très caractéristique de ses flancs. , 

Marnes bleues situées sous le banc à Lima marticensis au bas du chemin de Sou- 
graignes aux Croutets (Aude). 

La section des tours est subovalaire, la plus grande épaisseur étant au voisinage de 
l'ombilic. 

L'échantillon figuré a été aplati par compression. 



156 LES AMMONITES DE LA CRAIE SUPÉRIEURE. 



Genre MUNIERICERAS. A. de Grossouvre, nov. gen. 

J'ai montré précédemment que diverses ammonites du groupe des Acan- 
thoceras ont parfois leur carène dentelée, et j'ai fait figurer un échantillon de 
Gaathiericeras Margœ qui montre ce caractère avec une grande netteté. On le 
retrouve très accentué dans une autre forme décrite pai' Redtenbaclier, sous 
le nom d'Am. propoeddiiin. En 1891, M. Nicklès a fait remarquer que cette 
disposition de la carène constitue un caractère qui semble se retrouver d'ime 
manière à peu près générale chez un grand nombre de jeunes ammonites du 
groupe des Acanthoceras et qui se rencontre aussi chez les Schlônbachia; jus- 
qu'au diamètre de 20 millimètres environ, ces individus possèdent une carène 
cordée qui devient lisse plus tard. M. Nicklès a décrit, parmi les espèces néo- 
comiennes de la Querola, prèsConcentarisa (province d'Alicante), une espèce, 
Mortoniceras Gaiidtyi, qui rappelle, par sa forme extérieure quadr angulaire 
plus haute que large et par sa carène liordée de deux sillons, les Peroniceras , 
mais qui, par sa cloison, appartient bien au genre Mortoniceras ; chez cette 
espèce, la carène est cordée jusqu'au quatrième tour de spire. M. Nicklès 
a décrit encore une autre espèce du même gisement, Mortoniceras Fischeri, 
qui, à première vue, rappelle par sa forme un Amaltheas ; la carène est tuber- 
culée sur les échantillons de 1 8 millimètres de diamètre et n'est pas bordée 
de deux sillons ; la section est plutôt ogivale que quadrangidaire , mais le plan 
des cloisons est encore celui des Mortoniceras. 

Cette dernière m'a rappelé certaines espèces du sénonien des Pyrénées, qui 
constituent un petit groupe spécial, rappelant aussi par leur forme et leur 
ornementation les Amaltheas et les Cardioceras du jurassique. 

Si l'on ne connaissait leur gisement exact, on pourrait se tromper sur leur 
nature et l'on serait tenté de les considérer comme des monstruosités d'Am. 
cordatas ou d'Am. margaritatas. J'avais tout d'abord penché à les rattacher 
au groupe des Mortoniceras néocomiens que M. Nicklès nous a fait connaître 
et que je viens de citer tout à l'heure, mais ces formes présentant de très 
grandes affinités avec l'espèce de Gosau que M. F. von Hauer a décrite sous 
le nom d'Am. gosavicus, espèce qui appartient à peu près au même niveau, 
je crois qu'on ne peut hésiter à les réunir dans un même groupe; comme 
M. F. von Hauer nous a donné le dessin des cloisons de son type , il ne peut être 
question, en raison de la disposition spéciale de cette ligne de sature, de 



HOPLITIDES. 157 

rattacher ce groupe au genre Mortoniceras ou aux autres genres voisins et il 
convient, au contraire, de les rapprocher des Sonneratia. 

M. Douvillé a d'ailleurs indiqué (Cours de paléontologie professé à l'Ecole 
des mines) que dans ce dernier genre les côtes ne sont pas interrompues sur 
la région ventrale, qui est arrondie ou tranchante, et cp.i' elles y dessinent 
une série de chevrons plus ou moins arrondis ou infléchis en avant, caractère 
que possèdent hien les espèces en question. 

Voici le dessin, d'après M. F. von Hauer, des cloisons d'Am. (josavicas : 



Fi?. 66. 




Xih|< 



Ammonites gosavicus, d'après F. von Hauer, Cepliahpoden der Gosauschichten , pi. II, fig. g. 

Je constituerai donc , avec cet ensemble , un groupe particulier caractérisé 
par la forme amincie de son bord externe, généralement terminé par une 
carène cordée. Il est possible, d'ailleurs, que celle-ci puisse devenir lisse à 
un certain stade de développement; aussi je n'hésite pas à rapporter à ce 
même genre une autre espèce de Rennes-les-Bains, dans laquelle les côtes 
s'effacent avant d'arriver au bord externe. Je donne à ce genre le nom de 
Muniericeras , en prenant comme type M. Lapparend. 

Je considère comme probable que l'on pourra arriver un jour à rattacher 
ce groupe à Sonneratia quercifolia et Sonneratia Cleon du Gault. 

Je pense que l'on doit rapporter également à ce même groupe les formes 
du Salzberg, près Quedlinburg, décrites par M. le docteur Schlûter sous le 
nom d'/lm. clypealis [loc. cit., p. 5;, pi. XV, fig. g à ilx). L'échantillon repré- 
sente fig. 1 1 et 1 2 présente beaucoup d'analogies avec celui que j'ai fait figurer 
pi. XXXV, fig. 4- La ligne suturale, donnée par les figures i3 et i4, diffère 
cependant assez notablement de celle â^Am. (josavicas et paraîtrait plutôt ap- 
partenir à la famille des Phylloceratidés (genre Pazosia) , mais les dessins des 
deux figures ne sont eux-mêmes pas absolument concordants. Je maintiens 
donc provisoirement Am. clypealis dans le genre Muniericeras , en faisant 
abstraction , d'ailleiu's , de la forme du même gisement figurée sous ce même 
nom par M. Brauns, laquelle me paraît appartenir à une tout autre espèce. 



158 LES AMMONITES DE LA CRAIE SUPÉRIEURE. 

MUNIERICERAS LAPPARENTI. A. de Grossouvre, n. sp. 
(PI. XXIX, fig. 1 et 5; pi. XXXV, fi g. 3.) 

Coquille plate discoïdale , comprimée, carénée. 

Spire formée de tom's très embrassants, croissant assez rapidement en 
hauteur. 

Section des tours ogivale, la plus grande épaisseur se trouvant au voisinage 
de l'ombilic. 

Ombilic petit, à paroi verticale, se raccordant avec les flancs par un pour- 
tour arrondi. 

Bord externe pincé, caréné, cordé comme dans Am. margaritatus , c'est-à- 
dire orné de tubercules formés par de petits chevrons saillants convexes en 
avant. 

Les flancs sont ornés de côtes partant en général par paires d'un tubercule 
ombilical, radiales, légèrement flexueuses, s'infléchissant fortement en avant 
dans la région externe et passant sur le contour ventral en y dessinant des 
chevrons qui donnent à la carène un aspect cordé. 

Entre ces côtes il s'en intercale deux ou trois autres qui descendent jusqu'au 
bord de l'omlsilic, mais sans y présenter de tuliercules, et qui passent svir le 
contour externe comme les autres. 

Quelcpes-unes d'entre elles se bifurquent en arrivant au voisinage de la 
carène : le nombre des côtes ainsi bifurquées est assez variable d'un échan- 
tillon à un autre , comme on peut le voir sur les figures : sur la planche XXIX , 
l'individu représenté par la figure i a seulement quelques bifurcations sur 
celles de l'extrémité du dernier tour, et les autres sont simples, tandis que 
l'individu représenté figure 5 les a au contraire tantôt simples, tantôt bi- 
fides vers leur extrémité externe. Planchç XXXV, l'individu représenté par 
la figure 3 les a toutes simples. 

Le nombre des tubercules ombilicaux est de 7 ou 8 par tour. 

Cloisons. — Inconnues. 

Rapports et différences. — Ammonites gosavicus, F. von Hauer (i858, Ce- 
phaJopoden der Gosauschichten, p. i3, pi. II, fig. 7 à 9), est évidemment une 
forme très affine de celle que je viens de décrire : il en diffère par ses tuber- 



HOPLITIDES. 159 

cules ombilicaux beaucoup plus nombreux , dont cbacun ne correspond qu'à 
deux ou trois côtes, et par ses côtes bien plus flexueuses. 

Gisement. — Cette espèce appartient à l'étage coniacien des Corbières, aux 
marnes inférieures à l'assise à Micraster brevis et à cette assise. 11 est probalîle 
que iV. gosavicum provient d'un niveau un peu supérieur (voir Partie strati- 
graphique). 

Echantillons examinés. - — Trois échantillons (collection de l'Ecole des 
mines, collections Toucas et A. de Grossouvre) des environs de Montferrand 
et Bugarach (Aude). 

EXPLICATION DES FIGURES. 

Planche XXIX. 

FiG. 1°. — Individu (collection A. de Grossouvre) vu de côté, type de l'espèce. 

Couches sénoniennes inférieures des environs de Bugarach (Aude). 

FiG. l*". — Le même, vu du côté ventral pour montrer les crénelures de la carène dues 
au passage des côtes sur le. bord siphonal : on remarque à l'extrémité du 
dernier tour deux côtes Se bifurquant, un peu avant leur passage sur la 
carène. 

FiG. 5. -^ Individu ( collection , de l'École des mines) vu de côté et montrant un assez 
grand nomljre de côtes bifurquées à leur extrémité. 

Calcaires à micrasters, côté droit du chemin de RennesJes-Bains à Mont- 
ferrand (Aude), 

Planche XXXV. 

FiG. 3. — Fragment d'un individu (collection Toucas) qui se distingue du type par ses 
côtes non bifurquées sur le pourtour externe. 

MUNIERICERAS INCONSTAN'S. A. de Grossouvre , n. sp; 

(PI. XXXV, fig. 4 et 0.) 

Je donne ce nom à une espèce qui a la même forme et le même mode 
d'ornementation que la .précédente , mais qui en diffère par des côtes bien 
plus flexueuses et coudées en leur milieu, c'est-à-dire falculiformes. Elles 
se bifurquent parfois à mi-hauteur et ne présentent pas de tul^ercules à 
leur origine sur le bord ombilical , caractères qui permettent facilement de 



160 LES AMMONITES DE LA CRAIE SUPERIEURE. 

distinguer cette espèce de M. Lapparenti et M. gosavicam. On peut ajouter 
encore que les côtes sont plus serrées cpie dans ces deux autres espèces. 

Clmsons. — Inconnues. 

Gisement. — Les échantillons examinés (collection Pérou) proviennent des 
calcaires marneux situés sous les couches à Micraster brevis du ravin de Mont- 
ferrand, près Rennes-les-Bains (Aude). J'ai recueilli deux fragments de cette 
espèce dans les marnes à micrasters du même ravin. 

EXPLICATION DES FIGURES. 

Planche XXXV. 

FiG. 4. — Fragment de tour crun individu (collection Péron) vu de côté. 

Calcaires marneux situés sous les couches à micrasters , ravin de Mont- 
iérrand (Aude). 

FiG. 5. — Fragment de tour d'un individu (collection Péron) vu de côté. 

Calcaires marneux situés sous les couches à micrasters, ravin de Mont- 
ferrand (Aude). 



MUNIERICERAS RENNENSE. A. de Grossouvre, n. sp. ■ 
(PI. XXXV, fig. 2.) 

Je ne connais de cette espèce qu'un fragment, mais il me paraît suffisant 
pour la caractériser. La section des tours est ogivale , comme dans les espèces 
précédentes; l'ombilic est de dimension moyemie. L'ornementation est assez 
diff'érente de celle des espèces précédentes pour ne pas permettre de confu- 
sion. Elle consiste en côtes partant par paires d'un tubercule ombilical for- 
mant mie légère surélévation pincée dans le sens radial. Les côtes sont obli- 
ques en avant, larges, peu élevées et assez serrées, c'est-à-dire séparées par 
des intervalles à peine égaux à leur largeur; en arrivant sur le bord externe,, 
elles s'infléchissent un peu en avant et s'effacent sans atteindre la carène 
qui, de cette manière, reste lisse au lieu d'être cordée. 

Cloisons. — Inconnues. 

Gisement. — L'échantillon examiné (collection Péron) provient des cal- 



HOPLITIDES. 161 

caires marneux situés sous les couches à Micraster brevis du ravin de Mont- 
ferrand, près Rennes-les-Bains (Aude). 

EXPLICATION DES FIGURES. 

Planche XXXV. 

FiG. 2. — Fragment de tour d'un individu (collection Pérou) vu de côté. 

Calcaires marneux à la base des couches à micrasters, ravin de Mont- 
ferrand (Aude). 

RÉSUMÉ GÉNÉRAL. 

Il a été possible de distinguer dans la famille des Acanthoceratidés une série 
de groupes pour chacun desquels l'extension verticale était assez limitée : il 
n'en est pas de même pour les Hoplitidés et il faut attendre une étude plus 
approfondie des ammonites crétacées pour arriver à établir dans certains 
genres , tels que Hoplites par exemple , des subdivisions plus étroites et ayant 
pai" conséquent ime durée plus restreinte. Le genre Hoplites existe dès la base 
du néocomien et nous en avons trouvé des représentants jusque dans les 
couches les plus élevées de la craie [Hoplites Lafresnayei, du calcaire à bacu- 
lites du Cotentin). Il en est à peu près ainsi pour les divers autres genres de 
cette famille, dont les représentants se montrent à des niveaux très distants 
les uns des autres. Néanmoins certaines formes spéciales paraissent caracté- 
riser par leur abondance relative , au moins dans la craie_ji'Europe , certains 
horizons bien définis. 

Ainsi les Placenticeras , dont il existe des représentants dans le turonien, 
dans le coniacien et dans le campanien, sont surtout abondants dans le santo- 
nien, et à cette époque ils sont répandus sur presque toute l'Europe : on les 
trouve dans l'Allemagne du Nord , en Touraine , en Aquitaine , dans les Cor- 
bières et dans la Provence. Par contre, et c'est un fait qui mérite d'être noté, 
ils font presque absolument défaut dans la craie supérieure des Alpes orien- 
tales : on ne connaît de ce côté qu'un seul gisement où ils soient représentés. 

Ce genre a d'ailleurs une très grande extension géographique : on le ren- 
contre dans la craie de l'Inde et dans celle de l'Amérique du Nord, et dans 
cette dernière région il est probable qu'il a persisté -jusque vers la fin de la 
craie, car Placenticeras placenta peut être attribué, avec beaucoup de vrai- 
semblance, aux niveaux les plus élevés de ce terrain. 



J62 



LES AMMONITES DE LA CRAIE SUPERIEURE. 



Parmi les Hoplitidés, les formes du groupe de Hoplites Vari sont nom- 
])reuses dans les couches moyennes de la craie à Belemnitella miicronata, dans 
l'Allemagne du Nord et dans l'Aquitaine. 

La plupart des autres formes cp.ii ont été passées en revue sont nouvelles 
ou encore peu connues et leur distribution géographique est pai' suite fort 
restreinte. Je me bornerai donc, sans entrer dans d'autres détails, à donner 
leur répartition verticale dans le tableau ci-dessous. 



ESPECES OBSERVEES. 



Schlônbacliia Nanclasi, n. sp. 

— Boreaui , n. sp . 

— Fournieri , n. sp 

— Bertrand!, n. sp 
Hoplites Gosseleti , n. sp . . . . 

— Vari , Schlûter, sp . . 

— Lafresnayei, d'Orb. , 
Placenticeras Fritschi , n. sp . 

— syrtale, Morton, s 

— hidorsatum , A. R 

sp 

Sphenodiscus Ubaghsi , n. sp. . 

— Rutoti, n. sp. . . 
Sonneratia Janeti, n. sp 

— Rejaudryi, n. sp . . 

— rara , n. sp 

— Paillettei , d'Orb. , s 

— Savini, n. sp 

— Daubréei , n. sp . . . 
Muniericeras Lapparenti, n. sp 

— incon^tans, n. sp 

— rennense , n. sp. . 



P 

.ômer. 



CONIACIEN 


SANTONIEN 









^ . 





INFÉ- 


MOYEN. 


SUPÉ- 


INFÉ- 


SUPÉ- 


niEtin. 




RIEUR. 


RIEUR. 


RIEUR. 






? 
? 


3 


? 


^ 


•^ 




•^ 


^ 


^ 




^ 


^ 
^ 


Jf 


^ 


^ 
^ 
^ 


•k 




" 



CAMPANIEN 
INFÉRIEUR 

MOYEN. 



PHY.LLOCERATIDES. 163 



FAMILLE DES PHYLLOCERATIDÉS. 



Existe-t-il encore de vrais Phylloceras dans la craie supérieure ? c'est mi 
point qui reste douteux , car les espèces de la craie supérieure , tpie l'on pour- 
rait rattacher à ce genre en raison de leurs analogies extérieures, ont leurs 
cloisons assez différentes de celles des Phylloceras typicpies; on n'y observe 
pas d'une manière bien nette les ramifications spatalées si caractéristiques 
que l'on retrouve encore dans Ammonites Velledœ, d'Orb. du Gault. Il me 
paraît donc difficile de faire rentrer Am. velledœformis , Schlût. , par exemple, 
dans le genre Phylloceras tel qu'il est compris. 

Mais à côté des Phylloceras , on voit se développer à partir du néocomien 
(inclus) une série de formes, à ornementation faible et principalement mar- 
quée sur la région externe des flancs, chez lescpielles la coquille présente 
souvent des sillons transverses plus ou moins flexueux. 

M. Bayle a institué en 1879 le genre Pazosia, en prenant comme type 
P. siibplanulata , de l'étage cénomanien : suivant l'extension que l'on voudra 
lui donner, on pourra y faire rentrer tout ou partie des formes précé- 
dentes. 

Plus tard, en 1 88^, M. le docteur Zittel a créé le genre Desmoceras pour 
les formes des groupes : 1° d'Am. Bendanti; 2" d'/lm. difficilis; 3° d'Am, 
Emmerici; 4° dMm. sabplanulatiis ; 0° d'Am. Gardeni. 

Laissant de côté, pour le moment, cette dernière série qui a un aspect tout 
particulier à cause de ses tours élevés et peu épais et qui possède en même 
temps une quille sur son bord externe, on voit que les genres Puzosia et Des- 
moceras peuvent être appliqués au même ensemble et être considérés comme 
synonymes, tant que l'on n'aura pas précisé d'une manière expresse leur 
extension particulière. 

M. Douvillé considère que cet ensemble de formes peut être rattaché à 
la famille des Phylloceratidés et l'on ne peut, en effet, s'empêcher de leur 
trouver une certaine analogie sous le rapport de l'aspect extérieur. Si l'on 
examine leurs cloisons, on voit que dans les deux groupes le plan général est 



164 



LES AMMONITES DE LA CRAIE SUPERIEURE. 






rvx 

















s éli^^^l^'^ 






^ ^^.«C 



^^^|:._ 

^^"-C^^ 





PH'YLLOCERATIDES. 165 

à peu près le même , et que la ligne suturale y forme de part et d'autre une 
série régidièrement décroissante, souvent disposée en ligne droite''). 

Maintenant, si l'on compare la ligne suturale des Piizosia avec celle d'un 
certain nombre d'espèces de Pachydiscas , on y reconnaîtra aussi une ressem- 
blance frappante. 

Le genre Pachydiscas , après élimination des formes qui doivent être rat- 
tachées aux Sonneratia, doit donc prendre place à côté des Pazosia. 

Il reste un certain nombre de formes rappelant complètement les PhyU 
laceras par leur aspect extérieur, leur ombilic généralement petit, leurs 
flancs ornés de stries fines, serrées, et très peu flexueuses. Tel est, par 
exemple, Ammonites Velledœ, Sliarpe, de la craie blanche d'Angleterre, qui 
ne doit paa être confondu avec le type du Gault décrit antérieurement par 
d'Orbigny sous ce nom. Tels sont encore Am. velledœfor'mis , Schlitter, et 
quelques autres formes que je décrirai plus loin. Je n'ai pu obtenir le dessin 
de leur ligne suturale : les traces cpii en restent sur les échantillons examinés 
sont trop obscm-es pour permettre un examen complet ; toutefois , il m'a paiii 
que leurs cloisons se rapprochent assez de celles des Pazosia et des Pachy- 
discas. Comme ces espèces constituent un groupe très affine au point de vue 
de la forme extérieure et de l'ornementation, je propose de les distinguer 
génériquement sous le nom de Schlûteria, îl restera à vérifier si ce genre doit 
être placé plus près des Phylloceras que des Pazosia ou des Pachydiscas. 

Enfin, je réunis sous le nom générique de Haaericeras les espèces du groupe 
d^ Ammonites Gardeni, Baily in Favre. 

Un grand nombre d'individus des espèces appartenant à la famille des Phyl- 
loceratidés montrent sur le milieu du contour externe un léger sillon continu : 
certains auteurs ont exprimé l'idée qu'il était dû à la chute du siphon. Il n'eu 
est rien, car le siphon lui-même affleure immédiatement sous cette dépres- 
sion. J'ai pu me rendre compte que la présence de cette dernière est due à 
deux causes qui agissent probal^lement d'une manière concomitante dans la 
plupart des cas. D'une part, dans ces espèces, le siphon est situé très près du 
test de la coquille ; il n'existe donc dans le moule interne qu'une très minime 
épaisseur de la substance qui le""constitùe, entre le siphon et la surface externe, 
et cette mince pellicule peut se détacher facilement en laissant visible le 

'"' Il convient aussi de remarquer que dans ce groupe les cloisons sont toujours symétrique- 
ment disposées par rapport à la ligne médiane du bord ventral, tandis que les Acanthoceratidh 
et les Hoplitides présentent assez fréquemment une déviation latérale du lobe siphonal. 



166 



LES AMMONITES DE LA CRAIE SUPERIEURE. 



siphon; d'autre part, il arrive aussi que le test possède, précisément dans 
cette région et du côté interne, une surépaisseur destinée peut-être à con- 
solider la coquille et à protéger le siphon. Lorsque le test est enlevé, cet 
épaississement laisse une dépression sur le moide, circonstance qui se pro- 
duit fréquemment dans un grand nomlire de coquilles d'ammonites jurassiques, 
pi'incipalement chez les Perisphinctes. Il arrive alors que les moules internes 
présentent un sillon ventral bien marcpié, interrompant les côtes et donnant 
à la coquille l'apparence d'un individu du genre Reineckia : l'existence acci- 
dentelle de ces sillons a fréquemment donné lieu à des confusions dans la 
détermination des individus qui les présentaient. 

L'examen de quelques échantillons de Pachydiscus et de Pazosia, possédant 
encore leur test, m'a permis de constater l'épaississement local qiie je viens 
d'indicpier et, au-dessous, la présence d'un sillon dans le moule interne. Ce 
même caractère s'observe aussi sur un certain nombre de Phylloceras typiques. 

DESMOCERAS. ZrTTEL,emend. 

Le genre Desmoceras a été constitué, comme je viens de le dire, poiu' un 
ensemble de formes très variées et comprenant plusieurs groupes : je l'ap- 
plique plus particulièrement aux espèces voisines d' Ammonites latidorsatus , 
c'est-à-dire à des espèces à ombilic plus ovi moins étroit, à toiu-s plus ou moins 
élevés, mais ornés de côtes très faibles, ou même sans ornementation sur 
les moules internes, et présentant d'ordinaire ime série de sillons transverses 
avec inflexion médiane. 




Desmoceras latidorsatam , d'après d'Orbigny (pi. LXXX, fi 



Dans le genre ainsi compris, la ligne sutiuale est assez développée et com- 
prend un grand nombre de lobes et de selles régulièrement décroissants. Le 



PHYLLOCERATIDES. 167 

premier lobe latéral est assez large et à peu près aussi long que le lobe si- 
phonal ; la première selle late'rale est divisée en deux parties presque égales 
par un lobule assez profond ; des deux subdivisions , l'externe est la plus grande; 
chacune d'elles est subdivisée à son tom\ Les autres selles sont à peu près 
semblables entre elles et à la première. Les lobes latéraux, tous de même 
forme, sont un peu moins larges que les selles; ils sont symétriques et trifides. 

DESMOCERAS I^ONSIANUM. A. de Grossolvue, n. sp. 
(PI. XXV, lig. 1 et 5.) 

Coquille discoïdale, renflée. 

Spire formée de tours embrassants, croissant assez rapidement en hauteur 
et en largeur, et recouvrant les toru's précédents sur environ les trois cpiarts de 
leur hauteur. 

Ombilic médiocre, se raccordant graduellement avec les flancs par un 
pourtour arrondi. 

Bord externe large et convexe. 

Sections des tours ovalaire, plus haute que large. 

Flancs médiocrement convexes. 

L'ornementation de la coquille est assez obscure ; elle consiste en côtes 
à peine marquées, visibles seulement sur la région externe des flancs et 
accompagnées, de distance en distance, de sillons également à peine percep- 
tibles. 

Cloisons. — Elles appartiennent bien au type que je viens de définir précé- 
demment, comme on peut s'en rendre compte par l'examen des figures qui 
montrent plus ou moins distinctement le dessin des cloisons. 

Echantillons examinés. — Un échantillon de Pons (collection Arnaud), type 
de l'espèce , montre à l'extrémité du dernier tour le commencement de la der- 
nière loge ; on y remarque une légère dépression presque droite, limitée en 
avant par un relèvement assez prononcé accompagné d'une petite côte. Il pro- 
vient de l'assise L^ des environs de Pons (Charente-Inférieure). 

Un échantillon de la base de la craie de Villedieu (collection Le Mésle) que 
je rapporte à cette espèce, constitue une variété à ombilic un peu plus large 
et, comme conséquence, à tours plus épais. 



168 LES AMMONITES DE LA CRAIE SUPERIEURE. 

EXPLICATION DES FIGURES. 

Planche XXV, 

FiG. 1°. — Échantillon (collection Arnaud), type de l'espèce, vu de côté. 
Calcaires durs du coniacien (assise L^ de M. Arnaud). 
Environs de Pons. 

FiG. P. — Le même, vu du côté ventral. 

FiG. 5^ — Echantillon (collection de l'abbé Bourgeois) vu de côté. 

Calcaires durs de la base de la craie de Villedieu, carrières de la Riljo- 
clière, commune de Couture (Loir-et-Cher), 

FiG. 5''. — Le même, vu du côté ventral. 

DESMOCERAS PYRENAÏCUM. A. de Grossouvre, n. sp. 
( PI. XXV, fig. 2 ; pi. XXXVII , 'Cg. g. ) 

Coquille discoïdale , renflée, presque globuleuse. 

Spire formée de toui^s très embrassants , croissant assez rapidement en hau- 
teur et en largeur. 

Ombilic petit, assez profond, se raccordant graduellement avec les fl.ancs 
par un pourtour arrondi. 

Bord externe large et convexe. 

Section destoiu's ovalaire, un peu plus haut que large. 

Les flancs ne montrent pas d'ornementation ; ils présentent seulement de 
légers sillons, au nombre de 8 à i o par tour. Ceux-ci sont flexueux, fortement 
obliques en avant et présentent un coude à partir duquel ils reviennent un peu 
en arrière , pour passer ensuite sur le contour externe en y dessinant un fort 
che^Ton convexe en avant. 

Les échantillons adultes, recueillis par M. Toucas aux environs de Sou- 
graignes (Avide), proviennent des marnes à Mortoniceras texanum du chemin 
des Croutets, situées immédiatement au-dessous des calcaires à Lima marti- 
censis et Placenticeras syrtale. 

Mon confrère, M. Joseph Jean, qui a exploré avec tant de persévérance et 
de fruit les gisements crétacés des Corbières et auquel je dois la connais- 
sance de nombreux matériaux paléontologiques provenant de cette région, a 
découvert dans les environs de Sougi^aignes un gisement de marnes bleues, 
intercalées entre des bancs à Hippiirites cocniicopiœ , renfermant de nombreux 



PHYLLOCERATIDES. 169 

petits fossiles; parmi eux se trouvent des échantillons de céphalopodes de 
petite taille, recouverts d'un test blanchâtre très fragile, au-dessous dviquel 
le moule interne est enduit d'une mince couche ferrugineuse : celle-ci a con- 
servé le dessin des cloisons dans ses moindres détails. Grâce à cette décou- 
verte intéressante, il est donc possible d'obtenir la ligne suturale de ces 
espèces dans les premiers stades de développement, renseignement précieux 
qui fait défaut pour les ammonites de la craie supérieure et surtout pour 
celles que l'on a l'habitude de grouper sous le nom générique de Pachydiscus. 

Parmi les échantillons de ce gisement se trouve un individu qui se rap- 
porte certainement à Desmoceras pyrenaïciim , en raison de l'analogie complète 
de forme et de l'existence sur le moule des sillons transverses qui le caracté- 
risent. 

Je donne ci-dessous le dessin de ses cloisons d'après les photographies prises 
par mon confrère, M. Nicklès; je tiens à le remercier ici de son amabilité, 
qui me permet.de donner avec précision et à une grande échelle les détails de 
cette ligne suturale assez compliquée. 



Desmoceras pyrenaïcum (gros. = lo), d'après réchantiiion rp|irésenté pi. XXXVII, fig. g, 
(Clichés de M. Nicklès.) 

Rapports et différences. — - Cette espèce présente de grandes analogies avec 
Ammonites Emerici, qui en diffère par un ombilic plus large et une allure dif- 
férente des sillons, et aussi avec Am. aliénas, Stoliczka [CephaL, pi. LX'XIII, 
fig., 1 et 2), qui s'en distingue par les mêmes caractères. 

EXPLICATION DES FIGURES. 
Planche XXV. 

FiG. 2^ — Échantillon (collection Toucas), type de l'espèce, vu de côté. 

Marnes bleues situées au-dessous du banc à Lima marticensis sur le 
chemin de Sougraignes aux Groutets (Aude). 
Fig. s"". — Le même, vu du côté ventral. 



170 



LES AMMONITES DE LA CRAIE SUPERIEURE. 
Planche XXXVII. 



FiG. 9'. — Individu (collection A. de Grossouvre) de petite taille, i-eproduit avec un 
grossissement de 2 diam., vu de côté. 

Marnes bleues comprises entre deux lianes à Hippiiriles conmcopiœ. En- 
virons de Sougraignes (Aude). 

FiG. y''. — Le même, vu du côté ventral, l'ouveilure en avant; on voit le siphon immé- 
diatement sous la surface extérieure du moule. 

FiG. 9'. — Le même, vu du côté ventral, l'ouverture en arrière. 



DESMOCERAS STOByEL Nilsson, sp. 

1827. Ammonites Stobsei. Nilsson. Pétrifie. Suecana, p. 5, pi. I. 

1885. Ammonites Stobsei. J.-C. Moberg. Cephalopoderna i Svericjes Kritsystem, p. i8, [dI. II, 
fig. 1 à 5. 

On a souvent désigné sous le nom d^Am. Stobœi des Pachydiscm de grande 
taille à tours lisses; M. Moberg, dans son mémoire sur les céphalopodes de la 
craie de Suède, a précisé cette espèce et nous a fait connaître la nature des 
tours internes, également lisses et présentant chacun sept sillons transverses, 
légèrement arqués et un peu obliques en avant. 

Fig. 74. 




Desmoceras Stobœi, d'après Moberg, Cephalopoderna.. . . (PI. II, fig. 3). 

Cette espèce appartient donc au genre Desmoceras, ce que confirme d'ailleurs 



i 



PHYLLOCERATIDES. 



171 



la forme de ses cloisons qui présentent bien les caractères précédemment 
indiqués pour le genre Desmoceras et diffèrent de celles des Pachydiscus par 
leurs lobes plus larges. 

Il résulte donc des indications données par M. Moberg que la forme de 
Westpbalie décrite par M. le docteur Schlûter sous le nom à'Ammonites 
Stobtei appartient à une espèce différente. 

Il me paraît très vraisemblable qxi Ammonites Griffithii, du Hard Chalk du 
comté de Derry, doit être rapporté à l'espèce de Nilsson (Sharpe, Fossil mol- 
lusca of the Chalk, p. 28, pi. XI, fig. 3' et 3"^); néanmoins, si le dessin des 
lobes donné par la figure 3*^ est bien exact et s'il se rapporte bien à cette 
espèce (car ce dessin a été pris sur un échantillon différent de celui qui a été 
figuré), il faudrait en conclure quAm. Griffithii est bien distinct d'Am. Stobœi 
et n'est même pas un Desmoceras. 

Gisement. — Cette espèce habite en Suède la craie à Belemnitella mucro- 
nato sur toute sa hauteur, à Kôpinge, Balsberg, Ignabergea et Tosterup, et 
débute à sa base dans l'assise à Actinocamax mamillatus. 

Genre PUZOSIA. Bayle. 

Je conserve le nom de Pazosia pour les formes du groupe d'Ammonites 
subplanulatas caractérisées par un ombilic assez large, des tours élevés pré- 
sentant des sillons transverses et des côtes falculiformes effacées au voisinage 
de l'ombilic et marquées seulement sur la région externe des flancs. 



Fig. 75. 




Puzosia subplannlata (gros. = 2,5) , d'après un échantillon de Rouen. 



172 LES AMMONITES DE LA CRAIE SUPERIEURE. 

La ligne sutur aie offre une analogie complète avec celle des Desmoceras, 
mais elle est plus réduite, et le premier lobe latéral est plus long que le lol^e 
ventral, tandis que dans Desmoceras il est de même longueur. Les lobes sont 
trifides et proportionnellement un peu plus étroits que dans les Desmoceras. 
Les selles, à peu près semblables entre elles, sont divisées en deux parties 
par un lobule assez profond, et chaque partie est subdivisée de la même 
façon que dans les Desmoceras. 

Je donne comme type les cloisons d'un échantillon de Pazosia sabplamilata 
de la craie de Pioueu, appartenant à l'Ecole des mines, dont le dessin a été 
pris à la chambre claire par M. Dou^'illé. 

PUZOSIA MÙLLERI. A. DE GuossouvRE, n. sp. 

1872. Ammonites hernensis. Schlûter, Cephalopoden der oheren deatschen Kreide, p. /lO , pi. XI, 

fig;. 12 et id. 

En 1872, M. le docteur Schlûter a rapporté un échantillon des Ciivieri- 
Plàner de Westphalie à l'espèce des marnes des environs de Herne (étage de 
l'Emscher), qu'il avait décrite en 1867 sous le nom à' Ammonites hernensis; 
cette assimilation me paraît fort douteuse, car sur l'échantillon du Ciivieri- 
Plàner les côtes n'existent que sur la région tout à fait externe des flancs et, 
dé plus, les sillons ti'ansverses ne présentent pas, près de l'ombilic, le tuber- 
cule bien marqué que l'on trouve dans l'autre espèce. 

Je crois donc devoir distinguer la forme turonienne sous un nouveau nom 
et je la dédie à M. G. MûUer, à qui l'on doit d'excellents travaux sur la craie 
subhercynienne. 

Gisement. — Cette espèce habite le niveau des Cuvieri-Pldner et se trouve, 
d'après M. le docteur Schlûter, à Paderborn , à Rothenfeld et au Windmûhlen- 
berg près Salzgitter. 

M. le docteur Schlûter rattache à cette espèce des exemplaires du Trichino- 
poly (jroup de l'Inde et notamment celui figuré par Stoliczka (pi. LXVIII, 
fig. 1), mais il y a lieu de faire des réserves à ce sujet. 



PHYLLOCERATIDÉS. 173 

PUZOSIA LE MARCHAIS' DI. A. de Grossoxjvre, n. sp. 
(PI. XXII, fig. 5.) 

Coquille discoïdale , médiocrement renflée. 

Spire formée de tours assez embrassants, croissant régulièrement en hau- 
teur et en épaisseur. 

Ombilic petit, médiocrement profond, se raccordant avec les flancs par 
un pourtour arrondi. 

Bord externe large, aiTondi. 

Section des tours ovalaire. 

La coquille est ornée de côtes fines, aiguës, arquées, qui prennent nais- 
sance à quelque distance de l'ombilic et passent sur le bord externe en s'inflé- 
chissant légèrement en avant. De distance en distance, la coquille présente 
un sillon transverse, parallèle aux côtes et passant sm- le bord externe; en 
arrière de ce sillon se trouve une côte qui descend jusqu'à l'ombilic, où elle 
est légèrement surélevée et où elle se termine d'une manière brusque ; entre 
deux sillons consécutifs, il existe trois ou quatre côtes. 

Cloisons. — Inconnues. En raison de l'analogie de cette espèce avec les 
formes du groupe d'Ammonites hernensis, Schlûter, il est vi'aisemblable que 
ses cloisons doivent être semblables à celles qui ont été figurées par M. le 
docteur Schlùier [Cephal. d. ober. deutscL Kreide, pi. VI, fig. A) et que cette 
espèce doit être rapportée au genre Puzosia. 

Rapports et différences. — Cette espèce a beaucoup d'analogies avec Am- 
monites hernensis, Schlûter (1867, Jûngsten Ammoneen p. 35, pi. VI, 

fig. A) ; celui-ci en diflfère par ses sillons moins nombreux par tour (6 au lieu 
de 9 ou 1 o ) et par le plus grand nombre de côtes qui se trouvent entre deux 
sillons consécutifs; ces côtes sont, d'ailleurs, arrondies et peu saillantes, 
tandis que dans P. Le Marchandi elles sont fines et aiguës. 

Elle diffère par les mêmes caractères d'Ammonites Draschei, Redtenba- 
cher [Cephalopoden der Gosauschichten, p. 128, pi. XXX, fig. 1), espèce qui 
ne me paraît guère différente d'Ammonites hernensis pour le mode d'orne- 
mentation; toutefois, il existerait une grande différence entre elles dans le 
dessin des cloisons, si la figure 1^ de Redtenbacher est exacte. 



174 LES AMMONITES DE LA CRAIE SUPERIEURE. 

Gisement. — L'échantillon examiné (collection Péron) provient des envi- 
rons de Rennes-les-Bains (Aude), des calcaires marneux inférieurs aux 
marnes à Micraster brevis. 

EXPLICATION DES FIGURES. 

Planche XXII. 

FiG. 5. — Individu (collection Péron), vu de côté. 

Calcaires durs de la base de Tétage coniacien. 
Environs de Montferrand (Aude). 

PUZOSIA CORBARICA. A. de Ghossouvke, n. sp. 
(Pi. XXVII, fig. 1.) 
' Coquille plate, discoïdale. 

Spire formée de tours peu nombreux, croissant assez rapidement en hau- 
teur. Chaque tour recouvre le précédent sur environ la moitié de sa hauteur. 

La section des tours est un demi-ovale dont la largeur est inférieure aux 
deux tiers de la hauteur ; la plus grande largeur se trouve au voisinage de 
rombilic. 

Ombilic de grandeur médiocre, nettement séparé des flancs par un pour- 
tour anguleux. 

Bord externe arrondi, un peu pincé. 

Les flancs sont ornés de côtes fines, nombreuses, au nombre de cent 
trente-cinq environ sur le dernier tour, séparées par des intervalles supérieurs 
à leur largeur. Ces côtes ne sont bien visibles que sur la moitié externe des 
flancs , où elles sont fortement infléchies en avant. Elles passent sur le contour 
ventral en y dessinant une inflexion assez prononcée vers la partie antérieure. 

De distance en distance , on voit des côtes plus fortes , légèrement flexueuse* , 
c[ui prennent naissance sur le bord même de l'ombilic, où-elles présentent, 
dès leur point de départ, leur maximum d'épaisseur et de saillie. A partir de 
là, elles diminuent graduellement d'importance, et à leur passage sur le con- 
tour externe, elle ont à peu près la même valeur que les autres. 

Les grandes côtes sont au nombre de sept à dix par tour; sur les échan- 
tillons de plus petite taille , elles sont précédées et suivies de légers sillons qui 
ne paraissent pas exister sur l'individu de grande taille figuré planche XXVIL 

Cloisons. — Inconnues. 



PHYLLOCERATIDES. 175 

Rapports et différences. — Cette espèce ne présente aucune analogie avec 
les formes figurées par MM. Schlùter d'une part, Fritsch et Schlônliach de 
l'autre, sous le nom d'Ammonites Ausleni. 

Par contre, elle offre quelques traits de ressemblance avec Ammonites Aus- 
teni, Sharpe, et particulièrement avec la figure i de la planche XII [Fossil 
mollaska of the C/ialk); mais il ne faut pas oublier que celle-ci représente un 
individu réduit à un tiers de grandeur naturelle : l'allure des côtes est à peu 
près la même des deux côtés, mais elles sont plus nombreuses sur le dernier 
tour de l'exemplaire du Grey Chalk de Guildford cpie sur celui des Corbières ; 
sur les tours internes, elles sont moins nombreuses et moins marquées. Elles 
sont aussi un peu plus flexueuses dans l'échantillon anglais. 

L'autre type figuré par Sharpe, même planche, fig. 2, à moitié grandeur, 
montre plus d'analogies apparentes avec l'espèce que j'étudie ici; mais si on 
le restitue en grandeur naturelle, on voit que les côtes sont beaucoup plus 
fortes, plus espacées et moins nombreuses. L'aUure de leur inflexion n'est pas 
non plus la même dans les deux espèces. D'ailleurs cet échantillon ne me 
paraît pas pouvoir être rapporté au même type que celui de la figure 1 . 11 
conviendra donc de réserver le nom de Pazosia Aasteni à la figure 1, pi. XII, 
en écartant la figure 2. 

Ammonites planalatas de la craie de l'Inde, du Trichinopofy groap, figuré par 
Stoliczka (pi. LXIV, fig. 3, non fig. 1 et 2) se rapporte probablement à la 
même espèce que l'échantillon des Corbières, et les différences qui existent 
paraissent corrélatives des variations dans la grandeur de l'ombilic et l'épais- 
seur des tours. 

Brauns a figuré du gisement du Salzberg, près Quedlinburg, sous le nom 
de Haploceras clypeale, une forme bien voisine de P. corbarica, sans qu'il soit 
possible d'affirmer l'identité spécifique : elle paraît peu probable, car non 
seulement le bord externe est plus pincé que dans l'espèce des Corbières, 
mais l'allure des côtes principales est absolument différente; à peine indiquées 
sur la région interne des flancs, elles sont beaucoup plus fortes sur la région 
externe, tandis que P. corbarica présente une disposition inverse. On peut 
ajouter que cet échantillon ne paraît guère pouvoir être rattaché à Ammonites 
clypealis, tel que l'a figuré M. le docteur Schlùter [Cephal. cl. oh. d. Kreide, 
p. 5 1 , pi. XV, fig. 9 à 12). 

P. corbarica se distingue de P. Mayori et P. subplanulata par l'absence de 
sillons larges et leur remplacement chez les échantillons jeunes par un double 



176 LES AMMONITES DE LA CRAIE SUPERIEURE. 

sillon accompagnant les côtes principales, et par ses côtes beaucoup plus nom- 
breuses. 

Gisement. — Le type figuré (collection Toucas) a été trouvé dans les marnes 
à Mortoniceras texaniun, sur le chemin de Sougraignes aux Croutets (Aude). 

Deux autres échantillons examinés (collection J'' Jean) proviennent des 
environs de Bugarach (Aude). 

EXPLICATION DES FIGURES. 
Planche XXVII. 

FiG. P. — Individu (collection Toucas), type de respèce, vu de côté pour montrer Tor- 
nementation caractéristique des ammonites de la série d'Am. subplamilaiiis. 
Calcaires marneux, inférieurs au banc à Lima niai-licensis de la montée 
de Soujiraignes aux Croutets (Aude). 

FiG. l''. — Le même, vu du côté ventral. 



Genre PACHYDISCUS. Zittel, emend. A. de Grossouvre. 

Ce genre a été institué par M. le docteur Zittel pour des formes renflées, 
atteignant parfois une très grande taille, à bord externe épais, convexe, 

Fig. 76. 




Pachydiscns nenbergicus , d'avirès Scmies, pi.. II, llg. 2°. 

ornées de côtes fortes, simples ou bifurqaées, et présentant parfois des sillons 
peu nets sur les premiers tours. ^ 



PHYLLOCERATIDES. 177 

J'ai montré que clans cet ensemble il convenait d'éliminer une série de 
formes se rattachant aux Sonneratia. 

Je propose de prendre comme type de ce genre Ammonites neiibergicus , von 
Hauer. 

Il comprendra des formes à ornementation variable, mais toujours assez 
accentuée, et à ombilic plus ou moins large; elles sont caractérisées par des 
cloisons très analogues à celles des Desmoceras et des Puzosia, mais ayant 
leurs lobes encore plus minces et plus effilés , le premier lobe latéral n'étant ' 
pas plus long, en général, que le lobe siphonal. 

Il est certain que l'on pourrait, dans cette nombreuse série d'espèces, dis- 
tinguer plusieurs groupes différents. On aurait, par exemple, celui de P. Lin- 
deri, celui de P. BrancUi, celui de P. neubenjicus . . . basés sur la similitude 
de l'ornementation de la coquille et de la disposition des côtes ; mais la plu- 
part de ces formes ne sont connues que par un trop petit noml^re d'échan- 
tillons pour que l'on puisse apprécier convenablement la marche de l'ornemen- 
tation aux divers stades par lesquels la coquille passe. Il serait donc prématuré, 
je crois, de faire, dès maintenant, cette distinction. 

Les moules internes de la plupart des individus appartenant à ce genre 
montrent un léger sillon sur le milieu du bord externe; j'ai indiqué pré- 
cédemment que cekii-ci est dû soit à la trace extérieure du siphon de la 
coquille, soit à un épaississement local du test. 

PACHYDISCUS GALICIANUS. E. FAVRE,sp. 

1869. Ammonites galicianus. E. Favre, Description des mollusques fossiles de la craie des environs 
de Lemberg, p. 16, pi. III, fig. 5 el 6. 

On a souvent confondu avec Am. galicianus des formes qui doivent en être 
réellement distinguées, bien que présentant avec lui certaines analogies. Ce 
qui me paraît caractériser celui-ci, ce sont ses: côtes principales droites, ra- 
diales, légèrement tuberculées au voisinage de l'ombilic, entre lesquelles il 
s'en intercale de distance en distance une intermédiaire, de sorte que le 
nontibre des premières est bien supérieur à celui des autres, puisffue, d'après 
M. E. Favre, le dernier tour présente 27 côtes sur le bord de l'ombilic et 4 2 
sur le pourtour externe : il arrive donc fréquemment que deux côtes princi- 
pales se sviivent immédiatement. 

A ce point de vue, je ne pense pas qu'il y ait lieu de réunir Am. galicianus 

23 



178 LES AMMONITES DE LA CRAIE SUPERIEURE. 

k Am. Oldhami, Sharpe, comme l'indique M. Moberg [Cephalopoderna i Sve~ 
riges Kriisystem, i 885 , p. 28) car dans cette dernière espèce, toutes les côtes 
principales sont sépai'ées au moins par une côte intermédiaire et parfois, mais 
rarement, par deux. 

Il ne me parait pas possible non plus de rapporter à l'espèce de M. E. 
Favre la forme décrite et figurée par M. le docteur Schlûter sous ce même 
nom [Cephalopoden d. ober. deutschen Kreide, p. 63, pi. XIX, flg. 3 à 5, et 
pi. XX, flg. 9). Cette dernière a en effet 20 à 21 côtes ombilicales pour 
00 ventrales, proportion absolument différente de celle qui est indiquée par 
M. E. Favi'e pour les échantillons de Galicie. Déplus, dans l'espèce de Haldém 
et Lemford, les côtes sont un peu épaisses, légèrement flexueuses et inflé- 
chies en avant. La distinction des deux types ne me paraît donc ])as discutable 
et je propose de désigner l'espèce de Westphalie sous le nom de : 

PACHYDISCUS KOENEiNf. A. de Grossouvre, n. sp. 

1876. Ammonites galicianus. Schlûter, Ceplmlopoden der oberen deutschen Kreide, p. 63 , pi. X!X , 
flg. 3 à 6 , pi. XX, flg. g. 

Le type de cette espèce sera l'échantillon décrit et figuré par M. le doc- 
teur Schlûter. 

P. Kœneni ne peut non plus être confondu avec P. Brandti : les adultes 
des deux espèces sont complètement différents, comme l'indique suffisam- 
ment la comparaison de l'échantillon de l'Allemagne du Nord figuré à moitié 
grandeur, pi. XIX, fig. 5, avec celui des couches de Gosau représenté par 
Redtenbacher. 

P. Kœneni habite dans l'Allemagne du Nord, à Haldem et Lemford, les 
couches caractérisées par Hoplites Vari. 

PACHYDISCUS LEVYL A. de Grossouvre, n. sp. 
(PL XXI; pi. XXX, flg. 1 et 2.) 

Coquille discoïdale, médiocrement renflée. 

Spire formée de tours assez embrassants se recouvrant mutuellement à 
peu près sur les trois quarts de leur hauteur, croissant assez rapidement en 
hauteur. 

Ombilic moyen, peu profond, se raccordant graduellement avec les flancs. 



PHYLLOCERATIDES. 179 

Flancs peu convexes. 

Bord externe arrondi. 

Section des tours ovalaire, beaucoup plus large que haute et paraissant 
avoir sa plus grande épaisseur au voisinage de l'ombilic, au moins autant que 
l'on peut en juger d'après les échantillons examinés, qui ont tous subi une 
compression plus ou moins forte. 

La coquille est ornée de côtes droites, radiales, c'est-à-dire normales à 
l'enroulement et passant normalement sur le contour externe ; elles sont légè- 
rement surélevées ou subtuberculées au voisinage de l'ombilic, et entre deux 
principales s'en intercalent une, deux ou très rarement trois qui viennent 
mourir sm- les flancs à des distances inégales de l'ombilic; parfois elles se 
réunissent à une côte principale au voisinage de ce dernier. 

Ces côtes sont élevées, arrondies, assez espacées les unes des autres; les 
côtes principales sont plus fortes que les intercalaires. 

Au fur et à mesure que la coquille s'accroît, les premières augmentent de 
plus en plus de valeur et forment fmalement de gros bourrelets saillants, 
tandis que les intercalaires tendent à disparaître : ces dernières diminuent de 
longueur et se réduisent à quelques ondulations plus ou moins nettes qui 
n'occupent plus que la région tout à fait externe des flancs de la coquille. 

Cloisons. — Inconnues. 

Rapports et différences. — P. Levyi présente quelques analogies avec Am- 
monites (jalicianus, Favre, mais se distingue de celui-ci par le nombre de ses 
côtes intercalaires qui est souvent de deux ou trois , tandis que dans l'espèce 
de Galicie il n'y en a jamais qu'une entre deux principales , et souvent deux de 
ces dernières se suivent immédiatement. 

L'espèce de Haldem décrite et figurée par M. le docteur Schlùter sous le 
nom d^Ammonite.s (jalicianus [loc. cit., pi. XIX, fig. 3 et 5) se distingue de Pa- 
chydiscus Levyi par ses côtes plus_ serrées et un plus petit nomlire des côtes 
intercalaires : il n'y en a jamais plus de deux et souvent une seule entre deux 
principales. Les adultes sont complètement différents, puisque dans l'es- 
pèce de Haldem les individus d'une taille comparable à l'échantillon de la 
planche XXI ont perdu leurs côtes et ne présentent plus que de vagues 
ondulations. Il ne peut donc y avoir de doute sur la distinction spécifique des 
deux types. 

23. 



180 LES AMMONITES DE LA CRAIE SUPERIEURE. 

Pachj'discus Brandti, var. Pégoti (pi. XXX, fig. 3) présente quelques ana- 
logies avec P. Levyi aussi bien dans le jeune que dans l'adidte, car, d'une 
pai't, on ne peut méconnaître certaine ressemblance entre les individus des 
ligures i et 3 de la plancbe XXX , et, de l'autre, l'adulte à&P.Brandh[^\. XXIII, 
ilg. i) a certainement une ornementation assez voisine du P. Levyi adulte de 
la plancbe XXI, de sorte que l'on pourrait être disposé à regarder ces deux 
formes comme des variétés plus ou moins déroulées d'un même type spéci- 
fique. Néanmoins cette assimilation est inadmissible, car on ne trouve pas 
dans P. Levyi les sillons transverses qui caractérisent P. Brandti, var. Péçjoti; 
en outre, on peut remarquer que celui-ci a ses côtes plus serrées, plus obliques 
en avant et ornées sur le bord de l'ombilic d'un tubercule plus net et plus 
accentué que la surélévation qui existe dans l'autre espèce. 

Gisement. — P. Levyi cai-actérise les assises inférieures du campanien à 
Contes-les-Pins (Alpes-Maritimes) , où il est accompagné de Micraster pseudo- 
(jh'phm et de Mortoniceras campaniense. Il a été aussi recueilli dans la Cha- 
rente par M. Arnaud dans la partie inférieure de l'étage campanien. 

EcRantillons examinés. — Cinq échantillons (collection de la Sorbonne, 
collection de l'Ecole des mines) des carrières de Contes-les-Pins (Alpes- 
Maritimes). 

Un échantillon (collection Arnaud) des environs de Montmpreau : assise F' 
de M. Arnaud. . 

EXPLICATION DES FIGURES. 

Planche XXI. 

Individu (collection de la Sorbonne) type de l'espèce, de grande taille, montrant sur le 
dernier tour le passage de rornementation du jeune à celle de l'adulte. , 

L'échantillon est un peu aplati et déformé : la section des tours est subovalaire et a 
sa plus grande largeur au voisinage de l'ombilic. 

Carrières de Contes-les-Pins (Alpes-Maritimes). 

Planche XXX. 

Fig. I. — Individu (collection de la Sorbonne) vu de côté pour montrer l'ornementation 
du jeune âge. 

L'échantillon a été déformé par une compression qui a donné aux côtes 
une inflexion en avant. 

Carrières de Contes-les-Pins (Alpes-Maritimes). 



PHYLLOCERATIDES. 181 

FiG. 2. — Fragment cFun individu (collection de la Sorbonne), moins déformé que le 
précédent; il montre que les côtes radiales sont droites et normales à Ten- 
roulement, sauf sur le pourtour externe où elles s'infléchissent un peu en- 
avant par reffet de la déformation subie dans cette partie. 
Carrières de Contes-les-Pins (Alpes-Maritimes). 

PACHYDISCUS SAYNI. A. de Grossouvre, n. sp. 
(PI. XXIX.fig. 2.) 

Cocpiille discoïdale, médiocrement renflée. 

Spire formée de tours assez embrassants, se recouvrant sur les deux tiers 
de leur hauteur, croissant assez rapidement en hauteur et en largeur. 

Ombilic moyen, peu profond, se raccordant très graduellement avec les 
flancs, qui sont presque plats ou à peine convexes. 

Bord externe assez large, arrondi. 

Section des tours ovalaire, plus haute que large, ayant sa plus grande 
largeur au voisinage de l'oml^ilic. 

La coquille est ornée de côtes à peu près droites , radiales , fortes , saillantes 
et arrondies, séparées par des intervalles au moins deux fois plus grands que 
leur largeur et passant sur le bord ventral normalement et sans inflexion sen- 
sible. Elles sont de longueur très inégale : les unes naissent sur le bord de 
l'ombilic où elles sont un peu surélevées ; les autres , plus courtes , intercalées 
entre les premières au nonabre de une, deux ou même quelquefois trois, sont 
très irrégulières. Parmi ces derni-ères, les unes ne descendent qu'à mi-hautevn- 
des flancs, d'autres un peu plus bas, et quelques-unes mêmes s'approchent 
très près de l'ombilic. Il arrive parfois que deux côtes principales se suc- 
cèdent immédiatement sans intercalation d'une petite côte intei^médiaire. 

Cloisons. — Inconnues. 

Rapports et. différences. — Cette espèce , qui présente beaucoup d'analogies 
avec P. Levyi, s'en distingue par l'irrégularité de l'allure de ses côtes et un 
nombre moindre de côtes intercalaires. 

A ce dernier point de vue, elle se rapproche ô^ Ammonites galiciûnus, 
Favre, mais elle me paraît s'en séparer par l'aflure plus irrégulière de ses 
côtes intercalaires, dont les unes sont très courtes et dont les autres, descen- 
dant jusqu'à l'ombilic, jouent presque le rôle de côtes principales. Toutefois 



182 LES AMMONITES DE LA CRAIE SUPERIEURE. 

il y a lieu de remarquer que i'échantillon sur lequel est basée cette espèce 
est de plus grande taille que le type de galiciamis, et il semble même qu'au 
commencement du dernier tour l'alternance des côtes principales et des inter- 
calaires soit plus régulière que vers l'extrémité et plus analogue à ce que l'on 
troiive dans l'espèce de Lemberg. 

Gisement. — Le seul écliantillon examiné provient de la craie des environs 
d'AUons. Niveau précis indéterminé. 

EXPLICATION DES FIGURES. 

Planche XXIX. 

FiG. 2. — Individu (collection Sayn) vu de côté. 
Environs d'AUons (Basses-Alpes). 

PACHYDISGUS OLDHAML Sharpe, sp. 
(PI. XXn.fig. I el6.) 

1853. Ammonites Oldhami. Sharpe, Fossiî mollusca of the Chalk, p. 32, pi. XIV, fig. 2. 
1885. Ammonites Oldhami. Moberg, Cephalopoderna i Sveriges Kritsystem, p. aS, pi. lil, 
%■ •• 

Coquille discoïdale , médiocrement renflée. 

Spire formée de toui's assez embrassants, se i^ecouvrant sur près des 
deux tiers de leur hauteur, croissant assez rapidement en hauteur et en 
largeur. 

Ombilic petit, peu profond, se i-accordant avec les flancs par un pourtour 
arrondi. 

Bord externe assez large , arrondi . 

Section des tours ovalaire, beaucoup plus haute que large, ayant sa plus 
grande largeur à peu près vers le tiers inférieur de la hauteur. 

Flancs un peu convexes. 

La coquille est ornée de côtes droites, radiales, s'infléchissant un peu en 
avant sur la région externe des flancs, et passant normalement sur le contour 
ventral où elles sont tin peu effacées dans sa région médiane. Elles sont, 
assez régulièrement, altepiativement courtes et longues, les unes descendant 
jusqu'à l'ombilic, les autres disparaissant avant de l'atteindre : exception- 
nellement deux côtes courtes ou deux longues se succèdent immédiatement. 



PHYLLOCERATIDES. 183 

A ce point de vue , cette espèce se rapproche donc beaucoup de Pachydiscus 
galicianus et, comme dans celui-ci, les côtes principales paraissent être légè- 
rement tuberculées sur le bord de l'ombilic. Elle en difïere par ses côtes un 
peu plus épaisses, un peu infléchies en avant sur la région externe des flancs, 
et à peu près complètement effacées sur la région médiane du contour ex- 
terne, caractère cpie présente bien le type d'Ammonites Oldhami figru^é par 
Sharpe et qui ne se retrouve pas chez Pachydiscus galicianus. 

Les individus jeunes de cette espèce montrent seulement des côtes princi- 
pales assez fortes, partant de l'ombilic et venant mourir sur la région externe 
des flancs : au stade suivant on voit apparaître les côtes intercalaires, et on a 
alors l'ornementation noimale de l'adulte. Plus tard, ces dernières semblent 
disparaître et les autres, devenant plus fortes, persistent seules. 

Cloisons. — Le grand échantillon examiné ne montre que des traces de cloi- 
sons. Le dessin des cloisons de P. Oldhami donné par Sharpe s'écarte notable- 
ment de celui des autres Pachydiscus et , s'il était exact , il faudrait en conclure 
que cette espèce n'appartient pas au même genre que P. neubercjicm , P. gol- 
levillensis, etc. En effet, la première selle latérale, au lieu d'être divisée en 
deux parties par un lobule profond, est subdivisée en trois par deux lobules- 

Gisement. — Cette espèce appartient aux couches les plus élevées de la 
craie. 

L'échantillon qui a servi de type à Sharpe provient du Hard Ghalk de 
Dungivan, comté de Deny (Mande), 

L'échantillon examiné (collection du Musée de Bordeaux) a été l'ecueilli 
par Gh. des Moulins à Saint-Georges, près Royan, dans l'assise Q de M. Arnaud. 

L'individu jeune (collection Boreau-Lajanadie) a été trouvé dans l'assise Q 
des environs d'Aiibeterre (Charente). 

Le musée de Péi"igueux possède un exemplaire de cette espèce sans indi- 
cation précise de provenance. 

Elle a encore été trouvée par M. Arnaud dans les aissises Q et R à Courgeac 
(Charente), Pontaillac et Saint-Sordolin , près Royan, Niort, près Mirambeau 
(Chai'ente-Inférieure), Issac et Saint-Privat(Dordogne)4 L'échantillon de Cour- 
geac, avec un diamètre de 26 centimètres, à des cloisons jusqu'à l'extrémité. 

En Suède, P. Oldhami habite, d'après M. Moberg, les couches supérieures 
de la craie à Belemnitella mucronata, à Kôpinge. 



184 LES AMMONITES DE LA CRAIE SUPÉRIEURE. 

EXPLICATION DES FIGURES. 

Planche XXII. 

Fie. 1°. — Échantillon de grande taille (collection du Musée de Bordeaux), vu de côté. 
Assise Q de M. Arnaud, falaises de la Gironde, à Saint-Georges près Royan 
(Charente-Inférieure). 

FiG. P. — Le même, vu du côté ventral. 

FjG. 6. — Individu jeune (collection Boreau-Lajanadie), vu de côté. 
Assise Q de M. Arnaud. Aubeterre (Charente). 

PACHYDISCUS LAUNAYI. A. de Grossouvbe, n. sp. 
(PI. XIX.) 

Coquille discoïdale renflée. 

Spire formée de tours médiocrement embrassants , se recouvrant à peine 
sur la moitié de leur hauteur. 

Omljilic assez grand, mal délimité, la paroi ombilicale se raccordant gra- 
duellement avec les flancs, qui sont peu convexes. 

Bord externe large, arrondi, sans quille ni carène. 

Section des tours ovalaire, plus haute que large, ayant sa plus grande lar- 
geur au voisinage de l'ombilic. 

La coquille est ornée de côtes étroites, arrondies, assez espacées, droites, 
s'infléchissant un peu en avant dans la région externe des flancs et passant 
normalement sur le pourtour externe sans s'interrompre. 

En général, entre chaque côte principale s'en intercale une secondaire qui 
ne descend pas sur la moitié interne des flancs; à l'extrémité du dernier 
tour, les côtes secondaires disparaissent et il ne reste plus que les principales. 

Cloisons. — Inconnues. 

Rapports et différences. — Pachydiscus Launayi se distingue facilement, par 
sa forme générale et la disposition de ses côtes, des espèces analogues que 
l'on trouve aux divers niveaux de l'étage campanien. 

Gisement. — Le seid échantillon examiné (collection Arnaud) provient 
de la base de l'assise P^ de M. Arnaud (campanien inférieur) des environs de 
Voulgézac (Charente). 



PHYLLOCERATIDES. 185 

EXPLICATION DES FIGVREH. 

Planche XIX. 

FiG. p. — Individu (collection Arnaud) vu de côté. 

Etage campanien, jDartie inférieure de l'assise P' de M. Arnaud. Voul- 
gézac (Charente). 

FiG. l*". — Le même, vu du côté ventral. 

PACHYDISCUS ISCULENSIS. Redtenbacher, sp. 
(PL XXII, fig. 2; pi. XXVI, fig. 1; pi. XXXVII, fig. 1.) 

1873. Ammonites isculensis. Redtenbacher, Cephalopodenfauna der Gosauscldchten. Abhandl. 
d. k. k. geol. Reichsanstalt , t. V, p. 122, pi. XXIX, fig. 1. 

Coquille discoïdale, renflée. 

Spira forme'e détours embrassants, se recouvrant sur plus des deux tiers 
de leur hauteur, croissant assez rapidement en hauteur et en largeur. 

Sections des tours ovalaire , ayant sa plus grande largeur à peu près à mi- 
hauteur. 

Ombilic de grandeur médiocre, à pourtour arrondi. 

Bord externe, large, arrondi. 

Dans le jeune âge, la coquiUe est ornée de côtes transverses qui prennent 
naissance sur la paroi ombilicale , se surélèvent à une petite distance de l'om- 
bilic en un tubercule allongé , assez saillant , puis se continuent sur les flancs 
et passent sur la région ventrale avec une légère inflexion en avant. Entre elles 
on voit s'en intercaler une ou deux, ayant à peu près la même valeur, mais 
légèrement plus faibles toutefois et ne dépassant pas les tubercides ombili- 
caux; d'autres, beaucoup plus faibles encore, se montrent entre les précé- 
dentes, mais seulement sur la région externe des flancs. 

A un stade ultérieur, la coquille est ornée de côtes fines, espacées, obliques 
en avant et légèrement arquées, passant à peu près normalement sur le con- 
tour externe; d'ordinaire, entre deux côtes il s'en intercale une qui ne des- 
cend pas jusqu'à l'ombilic. 

Sur la moitié du dernier toiu* du grand échantillon figuré planche XK VI , 
fig. 1 , la valeur des côtes augmente rapidement ; elles deviennent progressi- 
vement plus fortes et plus épaisses, une longue alternant toujoiirs avec une 
et parfois deux courtes; toutes sont de même valeur, mais les longues sont 



186 LES AMMONITES DE LA CRAIE SUPÉRIEURE. 

surélevées sur le bord de l'orobilic et les échantillons munis de leur test les 
montrent subtuberculées en ce point. 

Un échantillon de taille plus forte que celui figuré, appartenant à M. l'abbé 
Prax, ancien curé de Sougraignes, est à peu près identique au type de Red- 
tenbacher. 

Cloisons. — Elles sont invisibles sur les échantillons examinés, mais le 
dessin qui en a été donné par Redtenbacher pour celui des environs d'Ischl 
montre bien qu'elles se rapportent au même type que celles de P. neaber- 
gicus, P. colUgatus, etc. 

Fig. 77. 




Pachydiscus isculensis, d'après Redtenbacher, Cephalopodenfaana,]À. XXIX, fig, 1. 

Rapports et différences. — Cette espèce se distingue facilement des formes 
similaires, telles que Pachydiscus Linderi, par la surélévation de ses côtes sur 
le bord de l'ombilic. 

Gisement. — Le type de l'espèce a été pris sur un échantillon des couches 
de Gosau, recueilli sur la route d'Ebensee à Ischl (Kohlbuchl). 

Les formes des Corbières qui se rattachent à ce type proviennent des envi- 
l'ons de Sougraignes et ont été recueillies sur le chemin des Croutets, dans 
les marnes ferrugineuses à Placenticeras syrtale, intercalées entre les deux 
niveaux inférieurs de rudistes. 



PHYLLOGERATIDES. 187 

Je rapporte, avec quelques réserves, à la même espèce un échantillon 
recueilli par M. Arnaud dans la tranchée d'Éraville, tout à fait à la base de 
l'assise P^ (campanien inférieur). 

Echantillons examinés. — Six échantillons (collection de l'École des mines, 
collections Joseph Jean, abbé Prax, A. de Grossouvre) des environs de Sou- 
graignes (Aude). 

Un éfchantillon (collection Arnaud) d'Eraville (Charente), des couches les 
plus inférieures de l'assise P^ 

EXPLICATION DES FIGURES. 

Planche XXII. 

FiG. 2. - — Individu (collection Arnaud) vu de côté. 

Campanien inférieur; partie inférieure de l'assise P^ de M. Arnaud. 
Era ville (Charente). 

Planche XXVI. 

FiG. V. — Individu (collection de l'Ecole des mines) vu de côté, montrant des côtes 

alternativement longues et courtes. 

Couches marneuses intercalées entre les bancs inférieurs à rudistes du 

chemin de Sougraignes aux Croutets (Aude). 
FiG. P. — Le même, vu du côté ventral. 

Planche XXXVU. 

FiG. 1°. — Individu de petite taille (collection A. de Grossouvre), vu de côté. 

Marnes ferrugineuses à Placenticeras syrtale comprises entre les deux 
bancs inférieurs de rudistes du chemin de Sougraignes aux Croutets (Aude). 
FiG. I^. — Le même, vu du côté ventral, l'ouverture en avant. 
FiG. I'. — ^ Le même, vu du côté ventral, l'ouverture en arrière. 

PACHYDISCUS JEANI. A. de Grossouvre, n. sp. 
(PI. XXVI, fig. 5.) 

Je rapporte à une espèce différente de la précédente un échantillon du 
même gisement, ayant la même forme générale, mais bien distinct par son 
ornementation ; celle-ci consiste , sur les tours intérieurs , en côtes fines , arron- 
dies, serrées, presque droites et normales à la spire d'enroulement, par- 
tant de l'ombilic et traversant sans interruption et normalement le contour 

24. 



188 LES AMMONITES DE LA CRAIE SUPERIEURE. 

externe. Sur la dernière moitié du dernier tour, l'ornementation se modifie 
brusquement et les côtes fines font place à des côtes fortes, épaisses, assez 
espacées et alternant avec des côtes moins longues qui ne descendent pas jus- 
qu'à l'ombilic. 

Cloisons. — Inconnues. 

Gisement. — Un seul échantillon examiné (collection Joseph Jean), pro- 
venant des marnes ferrugineuses à Placenticeras syrtale des environs de Sou- 
graignes, intercalées entre les deux bancs inférieurs de rudistes. 

EXPLICATION DES FIGURES. 
Planche XXVI. 

FiG. 5. — Individu (collection J"" Jean) vu de côté. 
Environs de Sougraignes. 

PACHYDISCUS LINDERL A. de Grossouvre, n. sp. 
(PL XVIII; pi. XXIV, fig. /,.) 

Coquille plate, discoïdale. 

Spire formée de tours eml3rassants , croissant assez rapidement en hauteur. 

Section des tours semi-ovalaire , ayant sa hauteur l^ien supérieure à sa lar- 
geur, le maximmii de cette dernière se trouvant près de l'ombilic. 

Oml)ilic de grandeur médiocre , à paroi verticale séparée des flancs par un 
pom'tour arrondi un peu pincé. 

Bord externe rond, un peu étroit. 

Les flancs, presque plats, sont ornés dans le jeune de côtes nombreuses, 
fines, faiblement obliques en avant et légèrement arquées, de manière à 
présenter leur concavité vers la partie antérieure. Elles descendent toutes 
jusque sur le bord de l'ombilic : il semble qu'il y en a de distance en dis- 
tance quelques-unes plus fortes que les autres, mais la différence, si elle 
existe,, est très peu accusée. 

Ces côtes, d'abord très fines et très serrées, s'espacent peu à peu d'une ma- 
nière l'égulière , en même temps qu'elles deviennent proportionnellement plus 
fortes; une côte longue alterne alors avec une courte. Cette dernière s'efface à 
une distance plus ou moins grande de l'ombilic, le plus souvent à mi-hauteur 



PMYLLOCERATIDES. 189 

des flancs, parfois au-dessous et parfois au-dessus; rarement on voit deux 
côtes intercalaires successives. 

Cloisons. — Inconnues. 

Rapports et différences. — Pachydisciis Linderi présente quelques analogies 
avec P. Austeni, in Schlûter, mais l'ornementation ne se modifie pas de la 
même manière dans les deux espèces; dans celle de Westphalie, les côtes 
principales s'espacent et le nombre des intercalaires se multiplie, ce qui n'a 
pas lieu dans le type des Corbières. 

Les adultes de cette espèce ont beaucoup d'analogies avec Pacliydiscas 
iscalensis, Redtenbacher, mais ils en diff"èrent par leurs côtes beaucoup plus 
serrées pour une largeur d'ombilic à peu près égale. 

Gisement. — Les échantillons examinés proviennent des Corbières. 

L'un (collection J'' Jean) a été recueilli dans les marnes à micrasters des 
environs de Bugarach (Aude). 

L'autre (collection A. de Grossouvre) a été trouvé par M. Roussel dans 
les environs de Padern, dans des couches appartenant à l'étage coniacien et 
probablement à sa partie inférieiu-e. 

EXPLICATION DES FIGURES. 

Planche XXVIIl. 

Individu de grande tai]le_(coliectioli A. de Grossouvre), type de l'espèce, vu de côté et 
montrant sur le dernier tour des côtes alternativement longues et courtes. 
Environs de Padern (Aude), partie inférieure de l'étage sénonien. 

Planche XXIV. 

FiG. 4. — Individu (collection J*" Jean) vu de côté pour montrer l'ornementation des 
flancs. 

La section des tours est ovalaire, beaucoup plus haute que large. 
Marnes à micrasters. Bugarach (Aude). 

PACHYDISCUS MOBERGJ. A. de Grossouvre , n. sp. 

1872. Ammonites Austeni. Schlûter, Ceplialopoden der oheren deutschen Krelde, p. 38, pi. X[, 
%• 1- 

M. le docteur Schlûter a figuré sous le nom à^ Ammonites Austeni un individu 



190 LES AMMONITES DE LA CRAIE SUPÉRIEURE. 

Lien différent du type de Sharpe (i 854). L'allure des côtes n'est pas la même, 
car elles sont flexueuses dans l'espèce anglaise et simplement arquées dans 
celle de Westphalie. En outre, dans cette dernière les côtes descendent sur 
la région interne des flancs, tandis que dans la première elles sont bien mar- 
quées seulement sur la région externe. 

Gisement. — Pachydiscas Mobergi a été trouvé dans les sables verts tm-o- 
niens de Soest qui correspondent aux Scaphiten-Plàner. 

PACHYDISCUS CAREZI. A. de Gbossouvre, n. sp. 
(PI. XXV, fig. 3 ; pL XXXVIl, fig. 5.) 

Coquille discoïdale, comprimée. 

Spire formée de tours embrassants, croissant assez lentement en hauteur 
et en largeur. 

Flancs un peu convexes. 

Bord externe arrondi. 

Ombilic moyen. 

L'ornementation consiste d'abord en côtes très peu obliques, partant par 
paires d'un tuberctde ombilical; entre les paires, il s'intercale, d'ordinaire, 
une ou deux côtes auxiliaires. De distance en distance, on voit un sillon 
transverse, large et peu profond. Puis ces sillons s'effacent, les bifurcations 
deviennent obscures, disparaissent, et finalement l'ornementation consiste en 
côtes principales, subtuberculées au voisinage immédiat de l'ombilic, entre 
lesquelles s'intercalent deux ou trois côtes plus courtes et généralement de 
longueurs inégales. 

Cloisons. — Inconnues. 

Rapports et différences. — J'indique ailleurs comment cette espèce se dis- 
tingue de Puzosia Le Marchandi, avec lequel elle présente quelques affmités. 

Gisement. — Pachydiscus Carezi appartient à l'étage coniacien des Cor- 
bières. 

Échantillons examinés. — Deux. échantillons. 



PHYLLOCERATIDÉS. 191 

L'un (collection Garez) provient des marnes à micrasters des environs de 
Rennes-les-Bains (Aude); l'autre (collection i^ Jean) a été recueilli dans les 
calcaires marneux à micrasters de Bordeneuve, près Rennes-les-Bains. 

EXPLICATION DES FIGURES. 

Planche XXV. 

FiG. 3. — Échantillon (collection Cai-ez), type de l'espèce, vu de côté. 
Couches à micrasters des environs de Rennes-les-Bains. 

Planche XXXVII. 

FiG. 5. — Individu (collection J"" Jean), vu de côté. 

Calcaires marneux à Micraster hrevis de BOrdeneuve, près Rennes-les- 
Bains (Aude). 

PACHYDISCtJS CAYEUXT. A. de Grossouvue, n. sp. 
(PI. XXXVI, %. 3.) 

Coquille dlscoïdale, renflée. 

Spire formée de tours embrassants , se recouvrant sur les deux tiers de leur 
hauteur. 

Ombilic médiocre, à pourtour arrondi, se raccordant graduellement avec 
les flancs. 

Bord externe large , arrondi. 

Flancs très convexes. 

Section des tours ovalaire, ayant sa plUs grande largeur à peu près vers 
le milieu de la hauteur. 

La coquifle est ornée de côtes transverses, obliques en avant, traversant le 
contour externe avec une légère inflexion en avant. Les principales prennent 
naissance sur le bord de l'ombilic et se surélèvent en im tubercule aUongé ; 
entre efles , il naît une , deux ou trois côtes secondaires plus faibles , qui des- 
cendent seulement jusqu'à une Certaine distance de l'ombilic : celles-ci sont 
de valeur très inégale, quelques-unes se réduisant à de simples plis à peine 
visibles, et sont très irrégulièrement espacées. 

Sur l'extrémité du dernier tour, les côtes intermédiaires se multiplient, 
de manière qu'entre deux côtes principales il en existe quatre ou cinq inter- 
calaires; en même temps celles-ci deviennent plus régulières comme force 
et conuue espacement. 



192 LES AMMONITES DE LA CRAIE SUPERIEURE. 

Cloisons. — Inconnues. 

Rapports et dijférences. — Cette espèce présente beaucoup d'analogies avec 
la forme que j'ai considérée comme le jeune de .Pachydiscus isculensis; elle en 
diffère pai- une irrégularité très marquée dans la disposition et la forme des 
costules qui s'intercalent entre les côtes principales. 

Gisement. — L'échantillon examiné (collection A. de Grossouvre) a été re- 
cueilli, par M. J'' Jean, sur le chemin de Sougraignes aux Croutets (Aude), 
dans les marnes à Placenticeras syrtale intercalées entre les deux bancs infé- 
rieurs d'hippurites. 

EXPLICATION DES FIGVBES. 

Planche XXXVI. 

FiG. 3". — Individu (collection A. de Grossouvre) vu de côté. On voit, au commence- 
ment du dernier tour, des côtes très irrégulières dont les plus longues pré- 
sentent, près de l'ombilic, un tubercule saillant. 

Marnes ferrugineuses intercalées entre les bancs inférieurs de rudistes 
sur le chemin de Sougraignes aux Croutets (Aude). Niveau à Placenticeras 
syrtale. 

FiG. 3^. — Le même , vu du côté ventral , l'ouverture en arrière. 
FiG. 5". — Le même , vu du côté ventral , l'ouverture en avant. 



PACHYDISCUS BRANDTL Redtenbacher, 
(PI. XXIII, fig. 1 à 3; pi. XXX, fig. 3.) 



sp. 



1873. Ammonites Brandti. Redtenbacher, Die Cephalopodenfauna der Gosanscliicliten [Abhundl. 

d. k. k. geol. Reichsanstalt , t. V), p. io6, pi. XXIV, fig. i. 
1891. Pachydiscus galicianus. Favre, sp. mut. tercensis, Seunes, Mem. Soc. géol. de France. 

Paléontologie. Mémoire n° 2 , p. 1 6, pi. VI, fig. à. 
1891. Pachydiscus aturicus. Seunes, Mém. Soc. géol. de France. Paléontologie. Mémoire n° 2, 

p. 17, pi. VI, fig. 2 et 3. 

Coquille plate, discoïdale. 

Spire formée de tours peu embrassants, se recouvrant à peine sur la moitié 
de leur hauteur et croissant assez lentement en hauteur et en largeur. 

Ombilic assez grand , assez profond , délimité par une paroi verticale se 



PHYLLOCERATIDES. 193 

raccordant par un pourtour un peu pincé avec la convexité générale de la 
coquille. 

Bord externe arrondi, très convexe, montrant parfois un léger sillon mé- 
dian. 

Section des tours semi-ovalaire , un peu plus large que haute, ayant sa plus 
grande hauteur au voisinage de romliilic. 

Au diamètre de i5 millimètres, la coquille est à peu près complètement 
lisse et c'est seulement à partir de cette taille que commencent à se montrer 
des côtes ombilicales, courtes, surélevées, s'atténuant avant d'atteindre la 
moitié de la hauteur des flancs; au diamètre de 26 millimètres, elles sont 
de mieux en mieux marquées et on voit apparaître des sillons transverses. Au 
diamètre de 3o millimètres, de plus en plus allongées, elles passent sur le 
pourtour externe et sont accompagnées de côtes intermédiaires. Les premières 
commencent brusquement sur le bord de l'ombilic par une partie un peu plus 
forte et coname subtuberculée ; elles sont droites, légèrement obliques en 
avant, généralement simples, très rarement bifurquées. Le plus souvent il 
s'intercale entre elles, sur la région externe, vme et plus rarement deux côtes 
intermédiaires qui ne descendent guère au-dessous,de la moitié de la hauteur 
des flancs. Les côtes sont séparées par des intervalles bien supérieurs à leur 
largeur. 

De distance en distance se montrent des sillons transverses au nombre de 
quatre par tour, qui s'atténuent à mesure que la coquille est plus développée ; 
la disparition des étranglements se produit vers le diamètre de 60 à 70 milli- 
mètres ; en même temps les côtes intermédiaires deviennent plus rares et on 
arrive ainsi à l'ornementation figurée par Redtenbacher, pi. XXIV, fig. 1 , la- 
quelle correspond presque identiquement à celle de l'échantiflon de Tercis 
que j'ai représenté pi. XXII, fig. 1. Elle se compose alors de côtes dioites, 
radiales, très fortes, au nombre de vingt-quatre par tour (comme sur l'échan- 
tillon du Neue-Welt) , avec quelques côtes intercalaires sur le pourtour externe. 

M. Pégot a recueilli, dans les couches gréseuses du Pas-de-Gazaille , près 
Sainte-Croix (Haute-Garonne) , un exemplaire de cette espèce bien conforme 
au type de Redtenbacher et au grand échantillon de Tercis. 

Je rapporte à cette espèce, comme variété, l'individu de la planche XXX, 
fig. 3, dont un dessin, d'après un moulage en plâtre, a déjà été donné par 
M. Sennes, qui a désigné cette forme sous le nom de Pachydiscas galicianus, 
mut. tercensis. Je considère , au contraire , que l'on a seulement là une variété 

25 



194 LES AMMONITES DE LA CRAIE SUPERIEURE. 

de P. Brandii à ombilic plus étroit, à tours plus élevés et à ornementation plus 
fine et plus serrée. Elle montre, en elFet, des sillons transverses sur les tours 
intérieurs et, à la fin du dernier, les côtes s'espacent, deviennent plus fortes 
et plus robustes et commencent à montrer une ornementation analogue à celle 
de P. Brandti de grande taille. Je possède, d'ailleurs, un exemplaire de la 
caiTière d'Angoumé, qui constitue une forme intermédiaire entre l'échantillon 
de la planche XXX et ceux de la planche XXIII ; il montre , d'une manière 
plus nette encore que l'individu figuré , l'identité de l'ornementation de cette 
forme avec celle de P. Brandti type. 

Je distinguerai cette variété extrême à côtes fines et serrées (pi. XXX, fig. 3) 
sous le nom de Packydiscus Brandti, var. Pégoti. 

Cloisons. — Les exemplaires de Tercls ne possèdent que des traces de la 
figne suturaie, insuffisantes pour en caractériser le plan et les détails. 

Je reproduis ici le dessin des cloisons donné par Redtenbacher pour 
l'échantillon de Grûnbach, pi. XXIV, fig. 1*=. 




Pachydiscas Brandti, d'après Redtenbacher, Cephalopodenfanna pi. XXIV, fig. i". 



On voit que tout en présentant, au point de vue du plan général, de grandes 
analogies avec celles des autres Pachydiscas, elles s'en écartent assez sensible- 
ment, néanmoins, par certains détails. Les lobes, très étroits, se terminent en 
pointe et sont nettement symétriques; les selles sont moins découpées que 
dans P. nenhenjicm et P. colligatas. 

Rapports et différences. — L'espèce de Tercis et de Sainte-Croix, identique 
à celle des couches du Neue-Welt, est bien caractérisée par sa forme et son 
ornementation, et n'est comparalDle à aucune autre de la craie supérieure; en 
particulier, elle se distingue facilement de Pachydiscas (jalicianas par l'existence 
des sillons cpie l'on trouve sur les premiers tours. 



PIIYLLOCERATIDES. 195 

Gisement. — Elle appartient aux couches les plus élevées de la craie et 
a été rencontrée à Tercis (Landes), aux environs de Sainte-Croix (Haute- 
Garonne) et dans la région du Neue-Welt (Autriche), à Grûnhach et à Muth- 
mannsdorf, où elle est accompagnée de P. neubergicus. 

Echantillons examinés. — Neuf de la carrière d'Angoumé et de la grande 
carrière de Tercis, assise à Echinocorys Héberti (collections Arnaud, Fallot et 
A. de Grossouvre). Un autre du Pas-de-Gazaille , près Sainte-Croix (collection 
Pégot). 

EXPLICATION DES FIGURES. 

Planche XXIIl. 

FiG. 1°. — Individu adulte (collection Fallot), vu de côté, montrant l'ornementation 
caractéristique de l'échantiHon figuré par Redtenbacher. 
Grande carrière de Tercis (Landes). 

FiG. P. — Le même, vu du côté ventral. 

Fre. 2. — Individu de taille moyenne (collection Arnaud), vu de côté, montrant le 
passage de l'ornementation de l'âge moyen à celle de l'adulte. 
Grande carrière de Tercis (Landes). 

FiG. 3". — Le même, vu de côté, après avoir enlevé une partie du dernier tour. 

FiG. 3''. — Le même, section des tours à l'extrémité. 

Planche XXX. 

FiG. 3. — Individu (collection Arnaud), vu de côté, se distinguant du type par ses côtes 
plus fines et plus serrées et constituant la variété Pégoti. 



PACHYDISCUS CANALL A. de Grossouvre, n. sp. 
(PI. XXXVIII, ifig. 2.) 

Coquille discoïdale , comprimée. 

Spire formée de tours peu embrassants, croissant assez lentemeiit-en hau- 
teur et en largeur, convexes sru- les flancs et ayant leur plus grande épaisseiu 
au voisinage de l'ombilic. 

Bord externe large, arrondi. 

Ombilic assez grand, mal délimité. 

Section des tours semi-ovalaire. 

L'ornementation consiste en côtes radiales au nombre de douze environ par 

25. 



196 LES AMMONITES DE LA CRAIE SUPERIEURE. 

tour, très fortes, très élevées, pincées et presque aiguës, s'inflécliissant un peu 
en avant pour passer sur le contour externe ; ces côtes sont surtout fortement 
saillantes sur la moitié interne des flancs. 

Entre ces côtes principales s'en intercalent deux autres plus courtes, mais 
inégales, dont l'une descend jusqu'à une petite distance de l'ombilic, tandis 
que l'autre s'arrête à peu près à mi-hauteur des flancs. 

Cloisons. — Inconnues. 

Rapports et différences. — Je ne connais aucune forme qui puisse se rap- 
procher de cette espèce : Ammonites Wittekindi, Schlùter, que ce savant avait 
d'abord appelé Ammonites robustus, montre quelques analogies avec elle, dans 
ses premiers stades, mais ses côtes principales sont tuberculées autour de 
l'ombilic et d'ordinaire séparées par une seule côte intermédiaire. 

L'adulte de Pachydiscus Brandti présente aussi quelques analogies avec cette 
espèce, mais dans ce dernier les côtes principales dominent et il n'y a qu'ex- 
ceptionnellement, de distance en distance, une côte intermédiaire. 

Gisement. — Dans les Corbières et aux environs de Foix , dans les couches 
marneuses à Micraster hrevis de l'étage coniacien. 

Echantillons examinés. — Deux échantillons (collection A. de Grossouvre), 
l'mi que j'ai recueilli sur le chemin de Nalzen à Freychenet (Ariège) , dans 
un gisement à M. hrevis où m'avait guidé M. Canal, instituteur à Gabachou, 
et l'autre provenant des couches à micrasters des environs des Escudiers, près 
Saint-Louis (Aude). 

EXPLICATION DES FIGURES. 

Planche XXXVHI. 

FiG. 2'. — Individu (coliection A. de Grossouvre), type de l'espèce, vu de côté. 

Marnes à Micraster brevis sur le chemin de Nalzen à Freychenet (Ariège). 

Fifi. 2''. — Le même, vu du côté ventral. 



PIIYLLOCERATIDES. 



197 



PACHYDISCUS STURI. Redtencacher, sp. 

1873? Scaphites Sturi. Redtenbacher, Die Ceplialopodenfauna der Gosaaschichten [AhJmndl. d. 

k. k. geol. Reichsaïutalt) , p. 129, pi. XXX, fig. 10. 
1890. Pachydisous aurito-costatus. Seunes, Terrains secondaires de la région soiu-pyrénéenno , 

p. 239, pL VIII, f.g. 4. 

La collection de l'Ecole des mines possède un échantillon de cette espèce 
presque identique au type de Redtenbacher; il provient des calcaires à ste- 
gasters des environs de Gan, près Pau (Basses-Pyrénées)^ et a été figuré par 
M. Seunes en 1890. 

M. Nicklès m'a commvmiqué plusieurs échantillons de cette même espèce 
provenant des calcaires blancs crayeux à Pachy disons neabergicas , Gaadryceras 
planorbiforme et Echinocorys tenuitabercalatus du Mas de Blas Giner, près 
Alcoy (province d'Alicante) ; il l'a citée sous le nom de Pachydiscus aurito- 
costatus [loc. cit., p. 101). 

J'ai relevé le dessin des cloisons de l'échantillon de Gan ; on voit qu'elles 
sont bien conformes au type de celles de Pachydiscus, 



f'g- 79- 




Pachydiscus Slni-i [gros. = 5), d'après un échantillon de Gan. 

Le type de Redtenbacher a été recueilli dans les couches dites de Gosau, 
à Muthmannsdorf (Neue-Welt) ; cette espèce appartient donc, dans les Alpes 
orientales aussi bien que dans les Pyrénées et en Espagne, aux couches les 
plus élevées de la craie. 



198 LES AMMONITES DE LA CRAIE SUPERIEURE. 

PACIIYDISCUS AMBIGUUS. A. de Grossouvre, n. sp. 
(PI. XXIX, fig. 3.) 

1872. Ammonites cf. aiirito-costatus. Schlùter, Cephalopoden (1er obereii cleutschen Kreide, p. 70, 
pi. XXII, fig. 6 et 7. 

M. le docteur Schlùter a rapporté avec doute à yimmonites aàrito-costatiis 
un fragment d'un échantillon de Darup (Westphalie) qxii diffère certaine- 
ment de cette espèce par ses tours plus plats, ses côtes plus nombreuses et 
l'aljsence de tubercules à leur extrémité ombilicale. Je propose donc de 
distinguer cette espèce par un nouveau nom. 

M. Arnaud a trouvé, dans les couches de l'assise P' à Tauillard, un échan- 
tillon identique à ce fragment de Darup, mais en assez médiocre état de 
conservation. 

Cloisons. — Inconnues. 

Gisement. — Campanien moyen. 

EXPLICATION DES FIGURES. 

Planche XXIX. 

Fig. y. — Individu (collection Arnaud) vu de côté, montrant la même ornementation 
que celui figuré par M. Schlùter (pi. XXII, fig. 6 et 7). 

Couches inféi'ieures de l'assise P-* de M. Arnaud. Tauillard (Charente). 

Fig. s*". — Le même, vu du côté venti'al. 

PACHYDISCUS LUNDGRENL A. de Grossouvre, n. sp. 

1872. Ammonites Stobsei. Schlùter, Cephalopoden der oberen deutschen Kreide, p. 56, pi. XVII, 
fig. 4, 5 et 7, non fig. 6. 

M. le docteur Schlùter a décrit, sous le nom d'Ammonites Stobœi, une espèce 
de la craie de Coesfeld, différente du type de Nilsson, tel que nous l'a fait 
connaître M. Moberg. L'espèce de Suède est toujours lisse et présente sur ses 
tours internes des sillons transverses, tandis que celle de Coesfeld montre 
des côtes visibles seulement sur le contour externe qu'elles traversent norma- 
lement; il y a donc lieu de distinguer cette dernière sous un nouveau nom. 



PHYLLOCERATIDES. 199 

Gisement. — P. Landgreni halDite les couches moyennes de l'étage campa- 
nien. Il se trouve à Coesfeld et Darup, à la partie inférieure de la craie à 
Belemnitella macronata. 



PACHYDISCUS DULMENSIS. Schlijter, sp. 

(PI. XX.) 

1872. Ammonites dûlmensis. Sclilûter, Cephalopoden der obereii deutschen Kreicle, p. 52 , 
pi XVI, fig. 1 et 2. 

Coquille très renflée, globuleuse. 

Spire formée de tours très embrassants, croissant assez rapidement en hau- 
teur et en largeur. 

Ombilic petit, profond, séparé des flancs par un pourtour un peu angu- 
leux. 

Bord externe large, arrondi. 

Section des tours semi-ovalaire , peut-être un peu plus large que haute ; la 
plus grande épaisseur de la coquille se trouve un peu au-dessous de la moitié 
de la hauteur. 

L'ornementation consiste en côtes fines, assez serrées, obliques en avant, 
légèrement arquées et présentant leur concavité en avant. Elles partent à peu 
près toutes du bord de l'ombilic et passent normalement sur le bord externe. 

M. le docteur Schlûter dit que dans l'espèce de Dûlmen les côtes ne sont 
visibles que sur les échantillons munis de leur test; cependant elles sont très 
nettes sur l'échantillon ici figuré , qui est pourtant un moi.de interne montrant 
des traces peu distinctes des cloisons. 

On remarquera en outre que quelques côtes ont tendance à se réunir en 
faisceaux au voisinage de l'ombilic, caractère qui n'est pas indiqué par M. le 
docteur Schlûter dans sa description et qui n'est pas visible sur sa figure. 

Néanmioins les analogies entre les deux échantillons sont si grandes sous le 
rapport de la forme, de l'ornementation et du nombre des côtes (une soixan- 
taine par tour) , qu'il ne me paraît guère possible de les séparer. 

La tendance des côtes à se réunir par places en faisceaux rapproche cette 
espèce d^ Ammonites deccanensis , Stoliczka [Cephahpoda of the cretaceous Rocks 
of Southern India, pi. LXIII, fig. i), mais dans ce dernier, elles sont bien 
moins nombreuses et il existe de gros tubercules tout autour de l'ombilic. 



200 LES AMMONITES DE LA CRAIE SUPERIEURE. 

Gisement. — Packydiscm dûlmensis se trouve en Aquitaine, dans les couches 
les plus inférieures de l'étage campanien, à la base de l'assise P^ de M. Ar- 
naud. 

Dans la première partie de son ouvrage (1872), M^ le docteur Scblûter 
dit que cette espèce appartient à VUnter-Senon, à la zone à Belemnitella qua- 
drata [Haupt-SchicJden mit Belemnitella (/uadrata). Plus tard (1876, loc. cit., 
p. 200), il dit qu'il n'a rencontré à Dùlmen que de mauvais échantillons de 
B. qaadrata, et il ajoute (p. 2^3) que l'état de conservation des exemplaires 
recueillis ne permet pas de détermination précise , de sorte qu'il ne cite plus 
la belemnitelle de Dùlmen que sous le nom Act. cf. quadratus. 

Echantillons examinés. — Deux (collection Arnaud), provenant du Maine- 
Bardon et de Chardurie, commune de Charmant (Charente). 

EXPLICATION DES FIGURES. 

Planche XX. 

FiG. 1°. — Individu de grande taille (collection Arnaud), vu de côté. 

Etage campanien. Partie inférieure de l'assise F' de M. Arnaud. Le Maine- 
Bardon (Charente). 

FiG. P. — Le même, vu du côté ventral. 

PACHYDISCUS SUBROBUSTUS, Seunes. 
(PI. XXXVI, fig. 2.) 

189L Pachydiscus subrobustus. Seunes, Mém. Soc. géol. de France. Paléontologie. Mém. n" 2 , 
p. i5,pLIV, fig. 1. 

Coquille discoïdale, comprimée. 

Spire formée de tours assez embrassants, se recouvrant sur les deux tiers 
environ de leiu" hauteur, croissant peu rapidement en hauteur et en largeur. 

Ombilic médiocre se raccordant graduellement avec les flancs par un pour- 
tour légèrement arrondi. 

Section des tours ovalaire, plus haute que large. 

Bord externe large, arrondi. 

Flancs médiocrement convexes. 

La coquille est ornée de côtes ombilicales, assez fines, radiales, un peu 



PIIYLLOCERATJDES. 201 

surélevées au voisinage de l'omlDilic , se ])ifui quant vers le tiers de la hauteur 
et passant normalement sur le contour externe ; le plus souvent il s'ajoute une 
côte intercalaire qui ne descend guère au-dessous de la moitié de la hauteur 
des flancs. 

Quand la coquille a atteint mie certaine taille, la bifurcation devient moins 
nette et disparaît; puis les côtes intercalaires s'effacent peu à peu et il ne 
reste plus que les côtes ombilicales, surélevées jusqu'à une certaine distance 
de l'ombilic, et notablement atte'nuées sur la région externe. 

Cette espèce a été souvent désignée dans les listes de fossiles de la craie 
pyrénéenne sous le nom d'Ammonites robustas, Schliiter (nom que ce savant 
avait déjà changé, en 1876, en celui d'Ammonites Wittekindi , le nom d'/4/«. 
robustas ayant été employé précédemment). 

Les analogies de l'espèce de Tercis avec celle de lialdem et Lemfôrde sont 
d'ailleurs si lointaines , qu'il ne me paraît pas utile d'insister sur les différences 
qui les séparent. 

Les individus jeunes de P. subrobustas présentent aussi quelques analogies 
avec ceux de P. neubergicus , mais chez ce dernier le nomhre des côtes ombi- 
licales est bien moindre , et l'analogie disparaît complètement à un stade plus 
avancé. 

P. subrobustas diffère de P. goUevillensis parce que chez ce dernier l'orne- 
mentation est toujours atténuée dans la région médiane des. flancs, et les côtes 
sont assez obliques en avant. 

Gisement. — Cette espèce se trouve avec P. neubergicus, P. coUigatas et 
Turrilites polyplocus dans la grande carrière de Tercis et dans la carrière d'An- 
goumé. M. Seunes la cite aussi d'Heugas (Landes). 

Echantillons examinés. — Cinq (collections Arnaud et A. de Grossouvre) de 
la carrière d'Angoumé (Landes). 

EXPLICATION DES FIGURES. 

Planche XXXVI. 

FiG. 2'. — Individu (collection A. de Grossouvre) vu de côté poui- naontrer l'ornementa- 
tion de cette espèce et la persistance des côtes ombilicales dans l'adulte. 
Grande carrière de Tercis (Landes). 

FiG. S*". — Le même, vu du côté ventral. 

26 



202 LES AMMONITES DE LA CRAIE SUPERIEURE. 

PACHYDISCUS COLLIGATUS. Von Binkhorst, sp. emend. A. de Grossouvre. 
(PL XXIV, f.g. 1 et 3, et pi. SXXIII.) 

1861 . Ammonites coUigatus. Von Binkhorst, Monographie des gastéropodes et des céphalopodes de 

la craie supérieure de Limboiirg, p. aS, p. parte, pi. VJII", fig. i, 2 et 3 (non pi. VI, 

fig. 3; pi. VII, fig. 1 et 3 ; pi. VIII). 
1873. Ammonites epiplectus. Redtenbaclier, Cephalopodenfauna der Gosauschichlen (Ahhandl. 

d. k.k. geol. Reichsanstalt) , p. 121, pi. XXVIII, fig. 1. 
1890. PacJiycliscus fresvillensis. Saunes, Mém. Soc. géol. de France. Paléontologie. I, Mém. 

n" 2 , p. 3 , pi. T , fig. 1 . 
1 890. Pachydiscus coUigatus. Seunes , Mém. Soc. géol. de France. Paléontologie. II , Mém. n° 2 , 

p. 6, pi. II, fig. 1. 
1890. Pacliydiscus fresvillensis. Seunes, Recherches sur les terrains secondaires de la région 

sous-pyrénéenne , p. 2 3G, pi. VII, fig. 1, et pi. VU, fig. 1, 2 et 3. 

Coquille discoïdale , im peu renflée. 

Spire formée de tours enilirassaiits , croissant assez rapidement en hauteur 
et en largeur ; chaque tour recouvre le précédent sur un peu plus du tiers de 
sa hauteur. 

Ombilic petit, profond, se raccordant graduellement par une courbure 
continue avec la convexité générale de la coquille. 

Bord externe arrondi, sans quille ni carène. 

Section des tours ovalaire, plus haute que large, ayant sa plus grande lar- 
geur vers le tiers inférieur de sa hauteur. 

Flancs convexes, ornés de côtes saillantes, légèrement pincées à leur partie 
supérieure sur les échantillons bien conservés, équidistantes , séparées par 
des intervalles bien supérieurs à leur largeur, infléchies en avant, principa- 
lement sur la région externe des flancs et passant sur le contour externe en 
Y dessinant un sinus assez prononcé, surtout dans les échantillons de grande 
taille. 

Dans le jeune, les côtes prennent en partie naissance, par paires, de tuber- 
cules allongés dans le sens radial et situés sur le bord de l'ombilic; entre 
elles, il s'en trouve pai^fois une ou deux, un peu moins longues que les pré- 
cédentes, qui ne descendent pas jusqu'au bord de l'ombilic. 

Les tubercules oml^ilicaux ne sont un peu accentués que dans les échan- 
tillons de petite taille ; à un certain âge, ils s'effacent peu à peu, puis les flancs 
deviennent lisses autour de l'ombilic jusqu'aux deux tiers de leur hauteur ; les 
côtes de la région externe persistent seules pendant un certain temps, puis, à 



PIIYLLOCERATIDES. . 203 

une plus grande taille encore, elles disparaissent à leur tour et la cocpiille 
devient complètement lisse : j'ai un échantillon de la caiTière d'Angounié 
(Landes) de 2 5 centimètres de diamètre sur leqviel une partie du dernier 
tour est ainsi dépourvue de toute ornementation. 

Cloisons. — Je n'ai pas eu entre les mains d'échantillons permettant de 
donner les cloisons de cette espèce ; je me borne donc à renvoyer à la figure 
de Redtenbacher, pi. XXVIII, fig. i"; il en ressort nettement qu'elles appar- 
tiennent au même type que celles de P. neubergiciis. 

Observations. — En 1 858 , M. F. A^on Hauer a décrit sous le nom d'Ammonites 
neiibergicas deux échantillons des couches de Gosau, provenant des environs 
de Neuberg; ils constituent certainement deux espèces dilFérentes , et le plus 
grand me paraît devoir être rattaché au type que je viens de décrire. Le dessin 
des cloisons de ce dernier donné par Redtenhacher [loc. cit., pi. XXVII, 
fig. 5) se rapportera donc à cette espèce. 

Von Binkhorst a applique le nom d'Ammonites coUigaius à une série d'échan- 
tillons de la craie du Limhourg. 

L'un d'eux provient de la craie dure supérieiu-e de Folx-les-Caves (Brabant) 
et est représenté planche VIII. 

La plupart des autres consistent en fragments plus ou moins considérables 
recueiEis dans la craie jaune supérieure de Benzeraad, près Kunraed (pi. VI, 
fig. 3 ; pi. VII, fig. 2 ; pi. Vlir, fig. 1 , 9 et 3). Enfin un fragment de tour vient 
de la craie siliceuse glauconifère des environs de Slenaken (pi. VII, fig. 1). 

A première vue, il paraît bien évident que ces divers fragments ne peuvent 
se rapporter au même type spécifique. 

L'échantillon de Folx-les-Caves, pi. VIII, représente vme première espèce. 

Celui de la planche VI, fig. 3, est insuffisant pour en caractériser une, car 
il ne porte aucune trace d'ornementation, et il doit donc être écarté. 

L'exemplaire de la craie sdiceuse de Slenaken (pi. VII, fig. 1), niveau d'/lc- 
tinocatnax quadratas, est très imparfaitement représenté , car la figure 1" montre 
un fragment de tour à ombilic très grand, tandis que la figure 1 ^ ne peut, se 
rapporter qu'à ime coquille à ombilic très étroit; il faut encore écarter cet 
échantillon comme insuffisant pour définir une espèce. 

Le second échantillon de cette même planche, fig. 2, se rapporte à une 
ammonite à tours embrassants, lisses dans le jeune, ornés plus tard de côtes 

26. 



204 LES AMMONITES DE LA CRAIE SUPERIEURE. 

transverses un peu infléchies en avant et beaucoup plus marquées sur la région 
externe qu'au voisinage de l'ombilic; celui-ci est à peu près lisse, au moins 
jusqu'au stade de développement auquel appai'tient l'individu figuré. 

Les figures de la planche VIII" donnent un ensemble de fragments appar- 
tenant bien à un même type spécifique, mais ne pouvant être rattachés aux 
espèces de la planche VII , fig. 2 , et de la planche VIII. 

L'ornementation de l'espèce définie par ces dernières figures (pi. VIII") 
consiste en côtes, dont les unes partent de l'ombilic, au voisinage duquel elles 
sont surélevées ou subtuberculées , et passent sur le bord externe en s'inflé- 
chissant en avant, tandis que les autres prennent naissance un peu plus loin 
que les premières et s'intercalent entre elles. L'ornementation ne diffère donc 
pas de celle des premiers stades des échantillons qui ont servi à M. Seimes 
pour définir P. fresvillensis; en conséquence, je crois devoir restituer à cette 
espèce le nom de coîligatus, en précisant le type de von Binlthorst, comme je 
viens de le faire. 

Un autre nom a encore la priorité sur celui de fresviUensis , c'est celui d'epi- 
plectiis donné en 1870 par Redtenbacher à un étliantillon des environs de 
Muthmannsdorf (Neue-Welt, Autriche). L'individu figuré, de plus grande taille 
que celui qui a servi à M. Sennes de type pour son P. fresvillensis , montre 
seulement le dernier stade d'ornementation et est à peu près identique à 
l'échantillon de la craie de Royan que j'ai fait représenter planche XXXIII. 
Redtenbacher dit , il est vrai , que toutes les côtes , même sur les tours internes , 
premient naissance sur le bord ombilical. Ce caractère, qui ne ressort guère 
sur la figure de Piedtenbacher, correspond bien à ce qui se passe dans P. coî- 
ligatus où les côtes viennent converger vers un tvibercule ombilical. L'échan- 
tillon figuré d\immoi}ites epiplectas est d'ailleurs si conforme sous tous les 
rapports avec ceux de P. coîligatus du Cotentin et de la craie des Landes, que 
l'identité des deux types n'est pas contestable. 

L'échantillon de Royan et celui de Muthmannsdorf, absolument identiques, 
montrent, dès le commencement du dernier tour, l'ornementation qui existe 
seulement sur l'extrémité du dernier tour de l'individu du Cotentin figuré par 
M. Seunes- (/oc. cit., pi. III, fig. 1); la région interne des flancs est lisse; les 
côtes, visibles seulement sur la région externe, sont infléchies en avant et 
dessinent un chevron sur le contour externe. 

M. Seunes a fait figurer un autre échantillon du Cotentin (pi. III, fig. 4) 
qui me paraît encore correspondre au type du Limbourg tel que je le précise 



PHYLLOGERATIDÉS. 205 

ici : j'ai pu examiner roriginal dans la collection de l'Ecole des mines et me 
rendre compte de l'existence de surélévations à l'extrémité ombilicale des 
côtes, caractère cpii démontre bien l'identité annoncée. Par contre, le frag- 
ment d'ammonite de la planche IV, fig. 3, doit, en raison de la terminaison 
effilée de ses côtes du côté de l'ombilic, être rattaché à un autre type. 

En ce qui concerne l'individu figuré par M. Seunes, pi. IV, fig. i, l'identi- 
fication me paraît plus douteuse : les côtes sont un peu plus flexueuses, plus 
normales dans la région interne des flancs et plus brusquement infléchies 
en avant dans la région externe qxie chez les individus bien typicpies de 
P. colligatas du Cotentin, de Royan et des Landes, chez lesquels la courbure 
des côtes est plus régulière. On a affaire là à une l'orme particulière qu'il me 
paraît difficile, pom* le moment, de rattacher à Pi colligatas. 

Rapports et différences. — Cette espèce se distingue facilement des formes 
affines , avec lesquelles elle pourrait être confondue , par ses côtes tuberculeuses 
sur le bord de f ombilic, régulièrement arquées et infléchies en avant, et par 
la disparition de l'ornementation, d'abord sur la région interne des flancs, 
puis, à une taille plus avancée, sur toute la coquille. 

Gisement. — - Pachydiscus colligatas caractérise les couches les plus élevées 
de la craie. 

Dans le Limbourg, il habite l'assise des calcaires durs, dits calcaires de 
Kiinraed, caractérisée par Belemnilella miicronata, Scaphites cons trie tas et Hemi- 
pneustes striato-radiatus. 

Dans le calcaire à baculites du Cotentin, il accompagne P. neiibergicus , 
P. gollevillensis et Scaphites constrictus. 

Dans la craie de l'Aquitaine, M. Boreau-Lajanadie fa rencontré à Pioyan 
(Charente-Inférieure), dans les calcaires jamiâtr es de f assise Q de M. Arnaud, 
et, dans la même assise, M. Arnaud en a trouvé à Courgeac, près Montmo- 
reau (Charente) un bel exemplaire de 2 5 centimètres de diamètre, montrant 
des cloisons jusqu'à l'extrémité du dernier tour. 

Dans la craie des Landes, il se trouve dans les calcaires de la carrière 
d'Angoumé. 

Dans les Basses-Pyrénées, M. Seunes a signalé son existence dans les cal- 
caires durs à stegastfers des environs de Gan (Basses-Pyrénées), où j'en ai 
récolté moi-même plusieurs échantillons. 



206 LES AMMONITES DE LA CRAIE SUPERIEURE. 

M. Pégol en a recueilli un exemplaire liien typique dans les couches de 
Roquefort à Offaster Leymcriei, Orbitoliles socialis, Hemipneastes pjrenaïciis, etc. 

M. Nicklès a trouvé en Espagne des échantillons hien caractérisés de cette 
espèce dans le Maëstrichtien de la Sierra de la Almudaina à Echinocorfs tenui- 
luberciilatus (Nicklès, Etudes géologiques sur le sud-est de l'Espagne, cité p. io3, 
sous le nom d'Am. cf. dulmensis). 

Enfin, cette espèce se rencontre encore dans les couches de Gosau des 
Alpes orientales, dans la région du Neue-Welt et à Neuberg, où elle est 
accompagnée de P. Brandti, P. neubergicus , etc. 

Echantillons examinés. — Plusieurs (collection de l'Ecole des mines, col- 
lection de l'histitut catholique de Paris) de la craie à baculites de Fresville 
(Manche). 

Un (collection Boreau-Lajanadie) des environs de Fioyan, assise Q de 
M. Arnaud. 

Un autre (collection A. de Grossouvre) de la Dordogne, gisement inconnu. 

Un autre (collection Arnaud) de Courgeac, près Montmoreau (Charente), 
de l'assise Q. 

Deux (collection A. de Grossouvre) delà carrière d'Angoumé (Landes). 

Trois (collections Sennes et A. de Grossouvre) de la carrière de Gan 
(Basses-Pyrénées) . 

Deux (collection A. de Grossouvre) des environs de Roquefort (Haute- 
Garonne). 

Deux (collection Nicklès) venant de la Sierra de la Almudaina, province 
d'Alicante (Espagne). 

EXPLICATION DES FIGURES. 

Planche XXIV. 

FiG. l". — Individu (collection A. de Gi'ossouvre) vu de côté pour montrer l'ornemen- 
tation des flancs et la disposition des côtes dans la région ombilicale, à 
l'extrémité du dernier tour. 

Calcaires durs à stegasters des cari'icres situées sur la route de Gan à 
Rebenacq (Basses-Pyrénées). 

FiG. 1''. — Le même, vu du côté ventral. ■ 

FiG. li. — Tours intérieurs de l'échantillon de la figure i, visibles sur la face interne du 
fragment détaché par la cassure. 



PHYLLOCERATIDES. '207 

Planche XXXIII. 

FiG. 1°. — Individu de taille moyenne (collection Boreau-Lajanadie), vu de côté. 

Calcaire jaune (assise Q de M. Arnaud) de la falaise de Terrenègre, près 
Royan (Charente-Inférieure). 

FiG. l"". — Le même, vu du côté ventral. 



PACHYDISGUS VAN DEN BROECKL A. de Grossouvre, n. sp. 

1 86 1 . Ammonites colligatus. Von Binkhorst , Gastéropodes et céphalopodes de la craie supérieure 
da Linihoiirg , p. a 5, p. parte, pi. VJIL 

Le grand échantillon de Folx-les-Caves, représenté sur la planche VIII, 
appartient évidemment à une tout autre espèce que Pachydiscus colligatus : 
la coquille est ornée de côtes simples , flexueuses , en forme d'S allongé , aug- 
mentant graduellement d'importance de l'ombilic vers le bord externe ; entre 
ces côtes s'intercalent deux ou trois costules qui disparaissent sur la région 
interne des flancs. Cette espèce ne peut donc pas être confondue avec Pachy- 
discus colligatus et doit recevoir un nouveau nom spécifique. 



PACHYDISCUS NEUBERGICUS. F. von Hauer, sp. emend., A. de Grossouvre. 
(PI. XXVI, fig. 3; pi. XXX, fig. 4; pi. XXXVIII, flg. 3.) 

1858. Ammonites neubergious. F. von Hauer, Cephalopodeii der Gosauschichten , p. 12, p. 

parte, pi. II, fig. 1, a et 3 (non pi. Ilf, fig. 1 et 2). 
I&69. Ammonites neubergicus. E. Favre, Description des mollusques fossiles de la craie des 

environs de Lemberg, p i4, pi. IV, fig. 2 et 3. 
1872. Ammonites neubergicus. Schlûter, Cephalopoden der oheren deutschen Kreide, p. 5q, 

pi. XVIII, fig. 1 à 3. 
1890. Pachydiscus Jacquoti. Seunes, Mém. Soc. géol. de France. Paléontologie. I, Mém. n° 2, 

p. 5, pi. Il, fig. 1 à 3. 

1890. Pachydiscus Jacquoti. Seunes, Reckerches sur les terrains secondaires de la région sous- 

pyrénéenne, p. 237, pi. IX, fig. 1 à 4.. 

1891. Pachydiscus Jacquoti. Seunes, Mém. Soc. géol. de France. Paléontologie. II, Mém. n° a , 

p. 9, pi. m, fig. 4. 

Coquille discoïdale , médiocrement renflée. 

Spire formée de tours assez embrassants , se recouvrant sur un peu plus de 
la moitié de leur hautetir et croissant assez rapidement. 



208 LES AMMONITES DE LA CRAIE SUPERIEURE. 

Ombilic moyen se raccordant graduellement aA'ec les flancs. 

Flancs un peu convexes. 

Boi'd externe large, arrondi. 

Section des tours ovalaire, plus haute que large, ayant sa plus grande 
largeur vers le tiers inférieur de sa hauteur. 

Dans le jeune âge, la coquille est d'abord complètement lisse; puis appa- 
raissent , sur le pourtour de l'ombilic , des côtes radiales assez courtes , un peu 
épaisses et surélevées. Plus tard se montrent, sur la région externe, des côtes 
arrondies, assez fines, éloignées les unes des autres; elles prolongent les pre- 
mières, s'en détachent par bifurcation ou s'intercalent entre elles, de telle 
sorte que le nombre des côtes externes est d'environ quatre fois celui des 
ombilicales. 

Toutes passent sur le contour externe avec une très légère inflexion en 
avant et, en général, s'affaiblissent \m peu dans la région médiane de ce con- 
tour. 

De plus, elles sont aussi atténuées dans la région médiane des flancs : au 
fur et à mesure que la coquille s'accroît, elles s'effacent peu à peu dans cette 
partie et dans la région ventrale, et finissent par disparaître complètement, 
de sorte que les échantillons adultes ne montrent plus cjue des côtes radiales 
assez élevées cpii viennent mourir à mi-hauteur. 

Cependant il existe des individus de grande taille, paraissant bien se rap- 
porter à cette espèce, chez lesquels les côtes principales, très fortes sur la 
région interne des flancs, se montrent encore, mais très affaiblies, sur la ré- 
gion externe, où subsistent aussi une ou deux côtes intercalaires également 
peu visibles (voir pi. XXXVIII, fig. 3). 

Cloisons. — Je reproduis ci-après (fig. 80) le dessin des cloisons de cette 
espèce d'après la figure c|ui en a été donnée par M. Seunes [Mém. Soc. géol. 
de France. Paléonlologie , I, Mém. n° 2, pi. II, fig. 2^^). 

Observations. — En i858, M. F. von Hauer a créé le nom d'Ammonites 
neubercjicus pour deux échantillons des couches dites de Gosau provenant de 
Neuberg, échantillons qui certainement ne se rapportent pas au même type 
spécifique, bien que Redtenl)acher assure qu'il a pu, grâce à de nombreux 
matériaux, acquérir la certitude que le petit appartient à la même espèce que 
le gros. 



PHYLLOCERATIDES. 

Fi-. 80. 



209 




Pachjdiscas nenbergicns, d'après Seunes, pi. Il, fig, 2°. 

Pour moi, le doute ne paraît pas possible; le petit échantillon [loc. cit., 
pi. II, fig. 1 et 2) ne peut être le jeune du grand, reproduit planche III aux 
deux tiers de sa taille; ce dernier montre en effet, sur la partie visible de ses 
tours internes, des côtes ombilicales beaucoup plus rapprochées qu'elles ne le 
sont dans l'autre. 

Je considère donc ces deux individus comme appartenant à deux espèces 
distinctes; pour moi le grand se rapporte vraisemljlablement à Pachydiscus col- 
/i;"^ate,vonBinkhorst, sp., et, suivant l'interprétation qui résulte implicitement 
des diagnoses données ultérieiu-ement par MM. E. Favre et Schlûter, j'adople 
comme type d'Ammonites neubergicus le petit échantillon de la planche IL 

Les exemplaires de Galicie décrits et figiués par M. Ernest Favre se rap^ 
portent bien à ce type ainsi qu'aux échantillons français que j'y rattache; comme 
dans ces derniers, les côtes sont très atténuées dans la région médiane des 
flancs, caractère qui ressort assez peu, il est vrai, sm- la figure de l'individu 
deNeuberg, mais ce défaut ne peut être attribué qu'au dessinât em-, puisque 
M. E. Favre fait connaître qu'il a pu vérifier l'identité des échantillons de 
Galicie et de ceux des couches de Gosau de mêmes dimensions ('); de plus, les 
côtes ombilicales, sm^élevées autour de l'ombilic, ne s'élèvent pas au-dessus 
de la mi-hauteur des flancs et ne tendent pas à disparaître quand la coquille 

''' Il n'est pas inutile de noter en passant que l'on n'a pas recueilli en Galicie d'exemplaires 
aussi grands que ceux des Alpes, circonstance à l'appui de notre thèse que le grand échantillon 
de Neuberg et le petit n'appartiennent pas à la même espèce. 



210 LES AMMONITES DE LA CRAIE SUPÉRIEURE. 

s'accroît , mais restent bien marquées , comme le montre la figure 3 ( loc. cit. , 
pi. IV). Leur nombre est de 12 à 1^ par toiu-, et d'après le texte, celui des 
côtes de la région externe est de ^45 à 5o, c'est-à-dire quatre fois plus grand : 
la figure indique, il est vi^ai, une proporlion plus considérable encore de ces 
dernières, une soixantaine environ, mais il y a tout lieu de penser que cel 
écart provient d'une erreur du dessinateur plutôt que de la faute de l'auteur. 

Dans sa diagnose, M. E. Favre dit, à la vérité, que sm' les individus d'une 
taille supérieure à 98 millimètres les côtes tendent à s'effacer dans le voisinage 
de l'ombilic et que celles de la partie externe persistent seules. Ce caractère 
n'apparaît sur aucun des écbantillons qu'il a fait figurer, et il est probal>le que 
c'est d'après le grand exemplaire des Alpes et la description de M. F. von 
Hauer que M. E. Favre indique cette circonstance. 

En 1872, M. le docteur Scliliiter a rapporté à Ammonites neubercjicus des 
échantillons de Lunebourg (assise à Belemnitella 7?ujc7'onato) ; il constate qu'ils 
sont identiques à ceux de la Galicie et au petit échantillon figuré par M. F. 
von Hauer, mais en même temps il exprime des rései^ves expresses sur l'iden- 
tité spécifique de ce dernier et du grand exemplaire, à cause de la différence 
d'ornementation. 

J'adopte d'autant mieux cette manière de voir que les figures de M. le doc- 
teur Schlùter montrent bien l'identité des différentes périodes de développe- 
ment; d'après la figure 3 de la planche XVIII, le jeune est d'abord lisse, puis 
les côtes ombilicales apparaissent, alors que le bord ventral reste dépourvu 
de toute ornementation. 

Leymerie a donné le nom d^ Ammonites sublœvis^'^ à deux jeunes individus 
de la craie supérieure des environs de Monléon (Hautes-Pyrénées) ; M. Seunes 
a pu constater qu'ils se rapportent à f espèce du Cotentin et des Pyrénées. 

En 1890, M. Seunes a décrit et figuré sous le nom de Pachydiscus Jac- 
qiioti'''^y une espèce de la craie du Cotentin et des Pyrénées qui me paraît 
être le Pachydiscus neubergicus , von Hauer, tel que font compris MM. E. 
Favre et Schlùter. L'échantillon du Cotentin qu'il a fait représenter [Mém. 
Soc. géol. Paléontologie , Mém. n° 2 , pi. II, fig. 1) possède un ombilic un peu 
plus large et des tours un peu plus renflés que le type ; il a par tour 1 2 côtes 
ombilicales à chacune desquelles correspondent au plus 3 côtes externes. 

. <'' U y a déjà un Ammonites snblœvis , Sow. , de l'étage callovien. 
'"' M. Uouvillé a précédenameiit appliqué le nom d'Ammonites Jacquoti aux variétés plaies d'Ani. 
macrocephabis. 



PHYLLOCERATIDES. 211 

L'échantillon des environs de Pau figuré par M. Seunes [Recli. géol. sur les 
terrains secondaires de la région sous-pyrénéenne) diffère un peu du type précé- 
dent et il montre 3, 4^ et même 5 côtes externes pour une côte oml^ilicale. 

Je ne vois aucune différence entre cet individu et celui de la figure i, 
planche XVIII, de M. le doctem- Schlùter. 

M. Seimes a représenté en 1891 un échantillon de Pachydiscus Jactjuoti qui 
appartient à une variété différente du type par certains détails de l'ornemen- 
tation : les côtes de la région externe disparaissent moins vite et persistent en 
partie entre les grandes côtes; celles-ci se continuent jusqu'à la région externe 
des flancs et sur le contour ventral. La collection de l'Ecole des mines possède 
mie empreinte en creux d'un exemplaire du calcaire à haculites de Fresville 
qui reproduit ces mêmes caractères. Je fais figurer, pi. XXXVIII, fig. 3, un 
individu de la carrière d'Angoumé (Landes) absolument identique au pré- 
cédent. Je crois pouvoir, comme M. Seunes, rapporter cette forme au même 
type spécifique que l'espèce dont je m'occupe ; elle constitue néanmoins ime 
variété remarquable par la persistance de fornementation sur la région 
externe des flancs, malgré une taille déjà grande, circonstance qui résulte 
peut-être de conditions particulières de fossilisation. 

Rapports et différences. — Pachydiscus neubergiciis se distingue facilement 
des autres formes analogues par la région médiane de ses flancs prescjne lisse , 
ses côtes ombilicales éloignées et surélevées, et sps côtes externes fines, assez 
distantes et très peu infléchies en avant, ainsi que par la persistance des pre- 
mières alors que les autres ont disparu. 

P. gollevillensis se distingue en particulier de P. neubergicus par son om- 
bilic mieux délimité, son bord externe plus pincé, ses côtes principales 
arquées , plus courtes , moins nombreuses , ses côtes externes moins longues , 
plus serrées et plus obliques en avant. Enfin, quand la bifiucation est visible, 
elle est beaucoup plus rapprochée de l'ombilic dans la première espèce que 
dans la seconde. 

P. neubergicus ne paraît pas atteindre une taille aussi considérable que P. 
colligatus, car le plus grand échantillon que je connaisse de cette espèce 
est celui figuré pi. XXXVIII, fig. 3; il a seulement i5 centimètres de dia- 
mètre et possède déjà une partie de sa dernière loge, tandis que M. Arnaud 
a recueilli à Courgeac un P. colligatus de 2 5 centimètres ayant encore des 
cloisons à l'extrémité de son dernier tour. 



âl2 LES AMMONITES DE LA CRAIE SUPERIEURE. 

Gisement. — Pachydiscus neubergicus appartient aux. couches les plus élevées 
de la craie. 

Il se trouve dans le calcaire à baculites du Cotentin. 

Il n'a pas encore été rencontré dans la craie de l'Aquitaine. 

Il existe à Tercis et à Angoumé, où il est accompagné de P. collicjatâs, 
P. Brandti, Echinocorys Héberti et Echinoconm sulcatas. 

M. Seunes a fait connaître sa présence dans les calcaires à stegasters des 
environs de Pau (Gan, Estialescq. . .) (Basses-Pyrénées). 

Leymerie l'a signalé sous le nom ô^Am. sublœvis du Maëstrichtien de Mon- 
léon (Hautes-Pyrénées). 

Dans l'Allemagne du Nord, il se trouve dans la craie supérieure à Belemni- 
tella quadrata de Lunebourg. 

Dans les Alpes orientales, il est connu de la région du Neue-Welt et de 
Neuberg. 

La craie supérieure des environs de Lemberg (Galicie) renferme Pachy- 
discus neubergicus en même temps que B. mucronata et Scaphites constrictus. 

Echantillons examinés. — Deux de la craie à baculites du Cotentin (collec- 
tion de l'Ecole des mines). 

Quatre (collections Arnaud et A. de Grossouvre) des carrières de Tercis, 
d'Angomné et du Bédat (Landes). 

Deux (collection Seunes) de Gan et d'Estialescq (Basses-Pyrénées). 

EXPLICATION DES FIGURES. 

Planche XXVI. 

FiG. 3'. — Individu (collection de i'École des mines) vu de côté, montrant sur le dernier 
tour le passage de l'ornementation du jeune à celle de l'âge moyen. 

Calcaire à baculites du Cotentin. 

Environs de Fresville (Manche). 
FiG. S*". — Le même, vu du côté ventral. 

Planche XXX. 

FiG. 4". — Individu (collection Seunes) vu de côté, montrant sur le dernier tour le pas- 
sage de Tornementation de l'âge moyen à celle de l'adulte. 

Calcaires à stegasters des carrières de la route de Gan à Rébenacq 
(Hautes-Pyrénées). 

FiG. 4"". — Le même, vu du côté ventral. 



PHYLLOCERATIDES. 213 

Planche XXXVIII. 

FiG. 3. — Individu (collection A. de Grossouvre) de la plus grande taille connue, possé- 
dant une partie de sa dernière loge, remarquable par la persistance des 
côtes sur la région externe des flancs. 
Carrière d'Angoumé [Landes). 

PACHYDISCUS PERFIDUS. A. de Grossouvre, n. sp. 
(PI. XXXIV, fig. i). 

Coquille discoïdale, médioci^ement renflée. 

Spire formée de tours assez embrassants se recouvrant sur un peu plus de 
la moitié de leiu hauteur et croissant assez rapidement. 

Ombilic moyen se raccordant graduellement avec les flancs. 

Bord externe arrondi. 

Section des tovus ovalaire, plus haute que large, ayant sa plus grande 
largeur vers le tiers inférieur de la hauteur. 

L'ornementation consiste en côtes transverses, sxrrélevées autour de l'om- 
bilic, radiales et passant svu le bord externe sans inflexion en avant. 

Entre ces côtes principales, il s'en intercale, sur la région externe des 
flancs, d'autres un peu plus faibles que les premières, au nombre de deux ou 
trois, ne descendant guère (ju'à mi-hauteur des flancs où eUes s'atténuent et 
disparaissent. 

Le nombre des côtes intercalaires est de trois au commencement du dernier 
tour de l'échantiUon figuré ; plus loin on n'en compte plus que deux et ensuite 
une seide. A ce stade, les côtes principales et les intercalaires deviennent pro- 
portionneUement plus robustes, c'est-à-dire plus larges et plus saillantes que 
précédemment, surtout sur le pourtour externe, mais elles sont im peu atté- 
nuées dans la région médiane. 

Cloisons, — hiconnuese 

Rapports et différences, — - Très analogue dans le jeune âge à P. neabergicus ^ 
cette espèce en diflîère par l'ornementation de l'adulte. 

Gisement. — Trois échantillons examîilés (collection Arnaud) de la grande 
carrière de Tercis (Landes). 



214 LES AMMONITES DE LA CRAIE SUPERIEURE. 

EXPLICATION DES FIGLRES. 

Planche XXXIV. 

FiG. 1. — Individu (coIlectionj\rnaud) vu de côté. 
Grande carrière de Tercis (Landes). 

PACHYDISCUS GOLLEVILLE.^fSIS. D'Orbigny, sp. 
(PI. XXIX, fig. 4; pi. XXXI, fig. g.) 

i84'2. Ammonites îev/esiensis. D'Orbigny, Pah'oiilologie française , terrains crétacés, l, p. 336, 

pi. CI (non pi. CII, fig. 1 et 2). 
1850. Ammonites goUevillensis. D'Orbigny, Prodrome de Paléonlolociie , II, p. 212. Terrains 

crétacés, 22° étage, Sénonien, n° ly. 
1854. Ammonites goUevillensis. Sharpe. Fossil Moîlusca of the Chaîk , p. 48, p!. XVII, fig. 2. 
1891. Pachydiscus goUevillensis. Seunes, Mém. Soc. géologique de France. Paléontologie. II, 

Mém. n° 2 , p. 10 , pF. V, fig. 1 à 3. 

Cocjxiille discoïdale , comprimée. 

Spire formée de tours embrassants, se recouvrant sur plus de la moitié dé 
leru" hauteur, croissant assez rapidement, surtout en hauteur. 

Omhihc médiocre, à paroi verticale se raccordant avec les flancs par lai 
pomiour arrondi un peu pincé. 

Bord externe étroit, arrondi, sans cpille ni carène. 

Section des tours semi-ovalaire , beaucoup plus haute que large, ayant sa 
plus gi'ande épaisseur à peu près vers le premier tiers inférieur. 

Flancs peu convexes. 

L'espèce est d'abord lisse dans le jeune âge, puis apparaissent autour de 
l'ombilic une série de côtes très courtes, surélevées à leur naissance. A un 
stade plus avancé, les côtes ombilicales, au nombre de 8 à i3 par tour, sont 
marquées tout au plus sur le premier tiers de la hauteur des flancs, et il s'en 
détache deux ou trois petites côtes visibles seulement .sur le tiers externe; 
la ])ifurcation est le plus souvent obscure, au moins .sur les moules internes. 
Au même niveau apparaissent une ou deux côtes intercalaires, de sorte qu'à 
une côte ombilicale correspondent en général l[, quelquefois 5 externes et 
même plus; ces dernières, infléchies en avant, passent normalement .sur le 
contour ventral et sont au nombre d'environ 60 par tour. 

Plus tard, la partie médiane des flancs parait complètement lisse et l'on 



PHYLLOCERAÏIDES. 215 

n aperçoit plus aloi's aucune relation entre les côtes ombilicales et les externes. 
La coqxiille semble ensuite persister à ce stade d'ornementation; d'Orbigny 
indique bien, il est vrai, qu'elle ne possède plus aucune ornementation dans 
la vieillesse, mais je n'ai pas eu l'occasion d'observer d'écbantillons présen- 
tant ce cai'actère. 

L'ornementation peut vai'ier dans certaines limites; ainsi, chez l'individu 
fleuré par M. Sennes [loc. cit., pi. V, fig. i), elle est plus vigoureuse; les côtes 
ombilicales, moins nombreuses, sont plus accentuées et visibles sur une plus 
grande longueur ; leur nomlîre ne s'élève qu'à 9 . 

Sur l'échantillon déjà figuré par M. Seunes [loc. cit., pi. V, fig. 2), que j'ai 
fait reproduire planche XXIX, fig. /i, les côtes ombilicales sont moins accen- 
tuées que dans le précédent. 

Enfin sur findividu de la planche XXXI, fig. 9, l'ornementation est encore 
plus faible; les côtes ombilicales, plus nombreuses, sont visibles seulement sur 
une petite longueur et elles semblent avoir tendance à s'effacer à l'extrémité 
du dernier tour qui correspond au commencement de la loge d'habitation. 

Les côtes de la région externe sont elles-mêmes très courtes et vont en 
diminuant de valeur du commencement du dernier tour à son extrémité; 
il serait donc fort possible que, conformément à l'opinion de d'Orbigny, la 
coquille devienne complètement lisse à mi stade ultérieur. 

L'individu du. H ard Chalk de Damlaght (Irlande) figuré par Sharpe [loc. 
cit., pi. XVII, fig. 3) ne montre pas de côtes ombilicales. 

On a donc là toute une succession d'individus, depuis les variétés à orne^ 
mentation très faible jusqu'aux formes à ornementation accentuée , chez les- 
quelles les côtes ombilicales sont à la fois très fortes et très longues. 

Cloisons. — Elles se rapportent au même type que celles de P. neubergicus 
et P. colligatas. On peut s'en rendre compte par l'examen de la figure 9 de la 
planche XXXI. 

Rapports et différences. — Cette espèce présente beaucoup d'analogies avec 
les échantillons 6C Ammonites neubergicus, figurés par MM. E. Favre etSchlûter ; 
néanmoins, comme je l'ai indiqué précédemment, fassimilation des deux 
formes ne me paraît pas possible. 

Gisement. — ' Pachydiscus gollevillensis appartient aux couches crétacées les 



216 LES AMMONITES DE LA CRAIE SUPERIEURE. 

plus élevées et se trouve dans la craie dure d'Islande à Bel. mucronata et 
dans le calcaire à baculites du Cotentin. 

Je crois qu'il convient de rapporter à cette espèce deux fragments d'am- 
monites de la craie des environs de Tercis (Landes). 

Enfin M. J. Bôhm signale des marnes de Siegsdorf (Bavière), des formes 
voisines d'Ammonites neubergicus qui, dit-il, peuvent être rattachées à Ammo- 
nites goUevillensis. 

Echantillons examinés. — Trois échantillons (collection de l'Ecole des 
mines) du calcaire à baculites des environs de Fresville (Manche). 

Deux autres (collection Arnaud) des carrières de la Pointe, près Tercis 
(Landes). 

EXPLICATION DBS FIGURES. 

Planche XXIX. 

FiG. 4°. — Individu (collection de la Sorbonne) vu de côté. 

Calcaires à baculites du Cotentin. — Fresville, près Valognes (Manche). 

FiG. 4''. — Le même, vu du côté ventral. 

Planche XXXI. 

FiG. 9°. — Individu (collection de l'École des mines) vu de côté. 

Calcaires à baculites du Cotentin. — Fresville, près Valognes (Manche). 

FiG. 9''. — Le même, vu du côté ventral. 



Genre SCHLUTERIA. A. de Grossouvre, nov. gen. 

Je groupe sous ce nom les espèces de la craie supérieure , analogues aux 
Phylloceras par leur forme et leur ornementation, mais dont la ligne sutu- 
rale se rapproche vraisemblablement de celle des Pazosia et des Pachycliscus 
et diffère, en tout cas, de celle des Phylloceras par l'absence des larges feuilles 
qui terminent les ramifications des cloisons. 

Les derniers Phylloceras typiques se montrent dans le Gault : Phylloceras 
Velledœ, d'Orb., et Ph. alpinum, d'Orb. 

Dans la craie à marsupites de Norwich, on trouve une ammonite ornée de 
fines stries radiales que Sharpe a nommée Ammonites Velledœ, mais qui est 



PHYLLOCERATIDES. 217 

bien différente de l'espèce de d'Orbigny. Elle se rapprocbe beaucoup d'une 
forme des Corbières, qui habite à peu près le même niveau et qui n'a cer- 
tainement pas des cloisons de P/ij//ocera« typique. Je pense donc qu'il convient 
de la rapporter au nouveau genre et je propose de l'appeler : 

SCHLÛTERIA PERGENSI. A. de Grossouvre, n. sp. 

1854. Ammonites Velledae. Sliarpe, Fossil Mollusca of tlie Chiilk, p. Sg, pi. XVII, fig. 7 (non 
pL XIX, %. 6). 

Les cloisons représentées par la figure G de la planche XIX de Shai-pe 
se rapportent à un échantillon d'Am. Velledœ du Gault de Ventnor (ile de 
Wight) et n'appartiennent pas à cette espèce. 

Elle est bien différente de celle de d'Orbigny par la forme de ses tours, 
qui sont semi-ovalaires et ont leur plus grande largeur sur le bord de l'om- 
bilic , et par ses côtes presque droites. 

SCHLÛTERIA ROUSSÈLI. A. de Grossodvbe, n. sp. 
(PI. XXIV, fig. 2.) 

Coquille discoïdale, comprimée. 

Spire formée de tours très embrassants, croissant rapidement en hauteur. 

OiîJDilic petit, assez profond, à paroi verticale nettement séparée des flancs 
par un pourtour arrondi un peu pincé. 

Flancs à peine convexes. 

Bord externe large , arrondi, sans quille. 

Section des tours semi-ovalaire , ayant sa plus grande largeur au voisinage 
de l'ombilic. 

La coquille est ornée de côtes fines, serrées, radiales, prenant naissance à 
peu près à mi-hauteur des flancs et passant normalement sur le bord externe. 

Cloisons. — Compliquées et très découpées; elles ne sont pas suffisam- 
ment nettes sur mes échantillons pour pouvoir être dessinées. 

Rapports et différences. — Cette espèce diffère de Schluteria Pergensi par ses 
tours moins épais, ses flancs lisses sur la région ombilicale et son ombilic 
moins larsfe. 



aJ8- LES AMMONITES DE LA CRAIE SUPERIEURE. 

Eile diffère de Schluteria veUedœformis , Schlûter, par un ombilic plus large 
et des côtes droites, tandis qu'elles sont flexueuses dans cette dernière espèce. 

Gisement. — Deux échantillons examinés (collection A. de Grossoiivre) 
provenant des affleurements de la couche à Litna marlicensis et Placenticeras 
syrtale sur le chemin de Sougraignes aux Croutets (Aude). 

EXPLICATION DES FIGURES. 

Planche XXIV. 

FiG. 2°. — Individu (collection A. de Grossouvre), vu de côté, montrant rornementation 
caractéristique des espèces de ce genre. 

Calcaires marneux jaunes à Lima marticensis , situés immédiatement au- 
dessus des marnes bleues qui se trouvent au bas du chemin de Sougraignes 
aux Croutets. 

FiG. '2^. — Le même, vu de côté. 

SCHLUTERIA LARTETL Seunes, sp. 
(PI. XXXIV, iig. 2 et 3.) 

1801 . Desmoceras Larteti. Seunes, Méin. Soc. géol. de France. Paléontoloyie , Mém. n° 2 ; p. ig; 
pi. IV, %. 2 et 3; pi. III, Iig. 2. 

Coquille discoïdale, comprimée. 

Spire formée de tours eml3rassants , croissant très rapidement en hauteur. 

Ombilic très étroit. 

Section des tours ovale, beaucoup plus haute que large, ayant sa plus 
grande largeur vers le milieu des flancs. 

Flancs légèrement convexes. 

Bord externe arrondi, étroit. 

La coquille paraît lisse dans tous les échantillons examinés, ce qui est pro- 
bablement dû à l'absence du test. Elle présente par tour quatre ou cinq étran- 
glements bien marqués sur le contour externe et sur toute la hauteur de la 
coquille, sauf au voisinage de l'ombilic où ils s'effacent un peu. Ces .sillons 
falculiformes sont fortement infléchis en avant sur la région externe des 
flancs et passent sur le contour ventral en y formant un chevron très prononcé 
vers la partie antérieure. Dans les individus jeunes, ils manquent complète- 
ment, au moins sur ceux que j'ai pu examiner. 



PIIYLLOCERATIDES. 219 

Cloisons. — Inconnues. 

Gisement. — Cette espèce appartient aux couches les plus élevées de la 
craie des Pyrénées. Elle a été trouvée dans la grande carrière de Tercis 
(Landes) et dans les calcaires lithographiques à stegasters des environs de 
Pau (Basses-Pyrénées). 

Echantillons examinés. — Deux (collections Arnaud et A. de Grossouvi'e) 
de la grande carrière de Tercis. 

EXPLICATION DES FIGURES. 

Planche XXXIV. 

FiG. 2°. — Individu (collection Lartet) vu de côté; reproduction de la figure du mémoire 
de M. Seunes, pi. IV, fig. 2°. 

Calcaires durs à stegasters. — Route de Gan à Rel^enacq (Basses-Pyré- 
nées). 

Fig. 2^. — Le même, vu du côté ventral. 

Fig. 5'. — Individu (collection Seunes) vu de côté; reproduction de la figure du mémoire 
de M. Seunes, pi. III, fig. 2. 

Calcaires durs lithographiques à stegasters. — Route de Gan à Rebenacq 

(Basses-Pyrénées). 

Fig. s*". — Le même , vu du côté ventral ; reproduction de la figure du mémoire de 
M. Seunes, pi. IV, fig. 3. 

Genre HAUERICERAS. A. de Grossouvre, nov. gen. 

Je donne ce nom à la série de formes se rattachant à Ammonites Gardeni, 
que M. le docteur Zittel a considérée comme une section de son genre Desmo- 
ceras. Ce groupe comprendra ainsi des coquilles à large ombilic, à tours peu 
épais, élevés, ayant leur bord externe tranchant et muni d'une quille creuse. 
Les flancs sont peu convexes ou même plats, sans ornementation, mais pré- 
sentent des étranglements transverses plus ou moins nets. La ligne suturaie est 
complètement analogue & celle des Desmoceras , des Piizosia. et des Pachy- 
disciis; le premier lobe latéral est aussi long cpie le lobe ventral. 

Je prends comme type Ammonites pseudo-Gardeni , Schlùter [Cephalop, d. 
06. f/eH^5c/ieH /iTreif/e, p. 54, ph XVI, lig. 3 à 6). 



220 LES AMMONITES DE LA CRAIE SUPERIEURE. 

Fig. 81. 














Hcmericeras pseado-Gardeiii d'après Schlùter, Cephal . . . pi. XVI, fig. 5 el 6. 

A ce genre se rattacheront donc Ammonites Gardeni, Baily, du sud de 
l'Afrique, l'espèce de la craie de Galicie décrite sous le même nom par M. E. 
Favre [Moll. foss. de la craie des environs de Lemberg, p. 1 6 , pi. III, fig. 5 et 6) 
et diverses autres de la craie de l'Inde. D'abord celle de VArialoor groiip , dé- 
crite par Stoliczka sous le nom d'Ammonites Gardeni [Cretaceous rocks S. India, 
p. 6i, pi. XXXIII, fig. /i, puis Ammonites Durga de VOoiatoor groap [lac. 
cit., p. i43, pi. LXXI, 5 à 7). 

Ce genre a donc une extension géographique assez considérahle. 

HAUERICERAS FAYOLL A. de Grossouvre, n. sp. 
■ (PL XXVII, fig. 3.) 

Coquille discoïdale, comprimée. 

Spire formée de tours médiocrement embrassants, croissant peu rapide- 
ment, à flancs peu convexes. 

Section des tours plus haute que large, de forme ogivale. 

Onibilic assez grand ; la retomliée des tours à l'intérieur de l'ombilic se fait 
assez brusquement par une paroi verticale peu élevée et normale au plan de 
symétrie de la coquille. 

Bord externe pincé, terminé par une carène sans quille, au moins sui' le 



PIIYLLOCERATIDES. 221 

moule interne, car dans les espèces de ce geni'e la quille est creuse et par 
suite rarement conservée sur les moules. Les flancs sont lisses et pré- 
sentent seulement par tour quatre sillons bien nets, cpioique peu profonds. 
Ces sillons partent du bord de l'ombilic, se. dù-igent d'abord obliquement en 
avant, rebroussent en arrière dans la région médiane des flancs, puis s'in- 
fléchissent de nouveau très fortement en avant sur le Ijord externe, où ils 
atteignent la carène ventrale en s'elFaçant un peu. 

Cloisons. — Inconnues. 

Rapports et différences. — Cette espèce est très voisine d'.4m. pseiido-Gar- 
deni, Schiûter, et s'en distingue par ses sillons moins nombreux: et surtout 
par leur parcours falculiforme , tandis cp.ie dans l'autre espèce ils sont à peu 
près rectilignes sur la plus grande pai'tie de la hauteur des flancs et s'inflé- 
chissent seulement en avant sur la région externe. Ces mêmes caractères 
servent à distinguer Haaericeras Fayoli de Haaericeras Gardeni, Favi'e. 

Gisement. — Campanien supérieur. Assise Q de M. Arnaud. 

Echantillons examinés. — Un seul (collection Boreau-Lajanadie) des envi- 
rons de Montmoreau (Charente). 

Des fragments de tom's, appartenant certainement à la même espèce, ont 
été trovivés par M. Arnaud dans les silex à Faiijasia Faujasi et Cassidiilus lapis 
cancri (assise Q) des environs de Mussidan (Dordogne). 

EXPLICATION DES FIGURES. 

Planche XXVII. 

FiG. 3'. — ■ Individu (collection Arnaud), type de l'espèce, vu de côté. 

Marnes à Orhitoïdes média des environs de Montmoreau : assise Q de 
M. Arnaud. 

FiG. S"". — Le même, vu du côté ventral; le bord ventral est nettement caréné sur les 
parties bien conservées, et il est fort probable qu'il portait une quille 
comme les autres formes de cette série. 



222 LES AMMONITES DE LA CRAIE SUPERIEURE. 

HAUERICERAS WELSCHL A. de Grossouvre, n. sp. 
(PI. XXXV, fig. 9.) 

Celle forme, très voisine de la précédente, s'en distingue par ses tours 
plus élevés , plus embrassants , par ses sillons moins flexueux ; elle se distingue 
de Haiiericeras pseudo-Gardeni par ses sillons moins nombreux, légèrement 
flexueux et ntioins infléchis en avant sur la région externe. 

L'échantillon figuré ne possède pas de quille, mais un autre échantillon, 
provenant du même gisement, a conservé la sienne, de sorte que la section des 
tours est la suivante : 

î'ig. 82. 

Cloisons. — Inconnues. 

Gisement. — Deux échantillons examinés (collection J** Jean et A. de Gros- 
souvre) provenant des marnes bleues à Mortoniceras texanam du chemin de 
Sougraignes aux Groutets (Aude). 

EXPLICATION DES FIGURES. 

Planche XXXV. 

Fig. 9. — Individu (collection J*" Jean) vu de côté. 

Marnes bleues à Mortoniceras texanam du bas du chemin de Sougraignes 
aux Croutets, au-dessous des calcaires. marneux à Lima marticensis. 



LYTOCERATIDÉS. 223 



FAMILLE DES LYTOCERATIDES. 



Les Lytoceras typiques apparaissent dès la base du lias ; ils sont caractérisés 
par un ombilic très grand, des tours à section presque circulaire à peine em- 
brassants, quelquefois simplement contigus. L'ornementation consiste en cos- 
tules d'accroissement, souvent gaufrées. Les moules montrent fréquemment 
des sillons transverses, droits ou flexueux. La ligne suturale donne le carac- 
tère le plus net de cette famille : les lobes et les selles sont peu nombreux 
et bifides. 

Les Lytoceras, très abondants dans les couches du système infracrétacé , 
paraissent faire complètement défaut dans la craie. 

Cependant parmi les ammonites de Sougraignes se trouve une espèce qui 
me semble devoir être rattachée à ce gem-e en raison de la forme de ses 
cloisons toutes bilobées; elle s'en éloigne par son ornementation, consistant en 
côtes droites, fortes et élevées. 

Je range aussi dans cette même famille une autre série d'espèces ana- 
logues à Ammonites Duvali du néocomien, sous le rapport de la forme, de 
l'ornementation et de la ligne suturale. Les cloisons, bilobées comme celles 
des Lytoceras , sont composées d'un plus grand nombre d'éléments. Le pre- 
mier lobe latéral, assez large, est subdivisé en deux parties à peu près égales 
pai' une échancrure médiane, et chacune des subdivisions est elle-même dé- 
coupée en deux segments. L'ornementation consiste en stries sineuses partant 
obliquement du bord de l'ombilic. Je donne à ce groupe le nom de Gaudryceras. 

Genre LYTOCERAS. Suess. 

LYTOCERAS SICARDI. A. de Grossouvhe, n. sp. 

(PI. XXXVn, fig. 6 et 11.) 
Coquille discoïdale. 

Spire formée de tours peu embrassants, presque juxtaposés, croissant très 
lentement. 

Ombilic large", peu profond, mal délimité. 

Section des tom's arrondie , un peu plus large que haute. 



224 LES AMMONITES DE LA CRAIE SUPERIEURE. 

Flaiîcs peu convexes. 

Bord externe large, convexe. 

Cette espèce est ornée de côtes droites, éleA'ées, éloignées les unes dee 
autres et passant normalement sur le bord ventral : leur nomljre est de vingt- 
sept par tour. 

Je ne connais de cette espèce , en dehors d'un petit fragment et de l'indi- 
vidu représenté amplifié (pi. XXXVII, lig. 9), qu'un exemplaire de plus 
grande taille (pi. XXXVII, fig. 5), consistant en un fragment de tour et une 
empreinte d'une partie des autres. 

Cloisons. — Les cloisons sont tout à fait caractéristiques; comme dans les 
Lytoceras typiques, les selles et les lobes sont tous bifides et la ligne suturale, 
réduite à ses deux lobes latéraux, est remarquable par la forte divergence 
des deux branches de chaque lobe et de chaque selle, ce qui lui donne l'as- 
pect des cloisons de certains céphalopodes déroidés, tels que les Hamiies. 



Fi". 83. 




07 yv\ 






Lytoceras Sicardi (gros.= 12), d'après l'échantillon représenté pi. XXXVII, fig. 10, 
et un autre fragment (clichés de M. Nickiès). 

Gisemenl. — La présence d'un Lytoceras bien typique''' dans les couches 



''' L'examen d'un nouvel écbantillon mieux conservé m'a montré un caractère qui m'avait 
échappé tout d'aljord; on l'observe néanmoins sur l'exemplaire figuré lorsqu'on le regarde avec 
attention à la loupe. Les premiers tours de cette coquille ne sont pas enroulés dans le plan des der- 
niers , mais forment une petite spirale autour d'un axe oblique à ce plan. Cette espèce ne doit donc 
pas être rattachée aux ammonites proprement dites et se rapproche au contraire des Heteroceras. 
11 convient de la dénommer, au moins provisoirement, Heteroceras (?) Sicardi. 



LYTOCERATIDES. 225 

supérieures de la craie est certainement très intéressante , car je ne crois pas 
que l'on en connaisse à partir du Gault. Cette espèce présente, en outre, ce 
caractère particulier d'être ornée de côtes, tandis que l'ornementation de 
tous les Lytoceras consiste en fines stries linéaires. 

Les échantillons examinés (collection A. de Grossouvre) proviennent des 
environs de Sougraignes, des couches à PI. syrtale, comprises entre les hancs 
à hippurites du chemin des Croutets. 

EXPLICATION DES FIGURES. 

Planche XXXVII. 

FiG. 6. — Fragment cVun individu (collection A. de Grossouvre) de taille moyenne, avec 
l'empreinte d'une partie des tours. 

Marnes ferrugineuses à Placenticeras syrtale comprises entre les deux bancs 
inférieurs de i-udistes sur le chemin de Sougraignes aux Croutets (Aude). 

FiG. Il\ — Individu (collection A. de Grossouvre) de petite taille, reproduit avec un 
grossissement de deux diamètres, type de l'espèce, vu de côté. 

Marnes bleues comprises entre deux bancs d' Hippurites cornucopiœ. En- 
virons de Sougraignes (Aude). 

FiG. II/'. — • Le même, vu du côté ventral. 



Genre GAUDRYCERAS. A. de Grossouvue, nov. gen. 

Ce genre est caractérisé par l'allure des stries de la coquille partant de 
l'ombilic, infléchies en avant, et par ime ligne sutm-ale formée de lobes et 
de selles assez nombreux, les lobes étant tous à terminaison paire. 

Les coquilles de ce genre rappellent donc, à première vue, celles des Lyto- 
ceras vrais, aussi bien par leur forme que par leur ornementation; celle-ci 
consiste en fines stries d'accroissement , mais elle diffère néanmoins essentielle- 
ment de celle des Lytoceras par ce caractère que les stries, au lieu d'arriver 
sur le bord de l'ombilic normalement ou obliquement vers l'avant, se rejettent, 
au contraire, en arrière. Cette disposition, que l'on observe dans Ammonites 
Duvali du néocomien, se retrouve dans les espèces de la craie supérieure que 
je vais décrire. De plus, la ligne suturale, tout en présentant des analogies 
étroites avec celle des Lytoceras par ses lobes bifides, n'est pas aussi réduite 
que dans ces derniers, où elle se compose imiquement de deux lobes latéraux. 

Je donne, à titre d'exemples, les cloisons d! Ammonites Davali, empruntées 

29 



226 



LES AMMONITES DE LA CRAIE SUPERIEURE. 



à l'ouvrage de d'Orbigny, et celles d'un échantillon de la craie des Gorbières , 
obtenues par la photographie, grâce à l'obligeant concours de M. Nicklès. 

A ce groupe se rattachent évidemment Ammonites glanecleensis , Redtenbacher 
[Cephal. d. GosaascJiichten, p. i 19, pi. XXVII, fig. 3), qui provient de Gla- 
neck, près Salzljourg, Ammonites hineburgensis , Schlûter (pi. XVIII, fig. 8 el 
9), de la craie supérieure à Belemnitella miicronata des environs de Lune- 
bourg, et Ammonites Jukesii, Sharpe (pi. XXIII, fig. 1 1), de la craie du comté 
de Londonderry; le fi'agment de cloisons de cette dernière espèce (fig. 1 i"^) 
confirme cette attribution. 

Fig. 84. 




Gaudrjceras Davali, d'après d'Orbigny, pi. L, fig. 6. 




Gaudryceras Ronvillei (gro3.= lo), d'après l'exemplaire représenté pi. XXXVII, fig. 16 
(clichés de M. Nicklès). 

Ce genre est largement représenté dans la craie de l'Inde. Stoliczka a dé- 
crit de rOotatoor group Am. invohitus (p. i5o, pi. LXX.V, fig. i), .47??. madras- 
patanus (p. i5i, pi. LXXV, fig. 2), Am. revelatus (p. lôa, pi. LXXV, fig. 3), 
Am. Cola (p. i53, pi. LXXV, fig. 4), Am. Sacya (p. i54, ph LXXV, fig. 5 
à 7, pi. LXXVI, fig. 1 à 3), qui lui appartiennent certainement, tant à cause 
de l'allure des stries fines qui ornent la coquille qu'en raison de leurs cloi- 
sons, bâties sur le même plan que celles dont j'ai donné la figure plus haut. 



LYTOCERATIDES. 227 

Dans la plupart des formes de ce groupe , les tours croissent très lentement 
dans le jemie et sont d'ordinaire peu embrassants, de sorte cpie la coquille 
présente alors l'apparence d'un vrai Lytoceras, puis les dimensions des tours 
augmentent rapidement en lai^geur et surtout en hauteur, le recouvrement 
s'accentue et l'aspect de la coquille change notablement. Les échantillons figurés 
de Gaudryceras mite montrent bien ce caractère ; il ressort aussi d'une manière 
fort nette de l'examen des figures à' Ammonites Sacya données par Stoliczka. 

GAUDRYCERAS MITE. F. von IIaueb, sp. 
(PI. XXVI,fig, /i; pi. XXXIX.) 

1866. Ammonites mitis. F. von Hauer, Neue Cephalopoden der Gosaugebilden, p. 6 ; pi. II, fig. 3 

et à. 
1873. Ammonites mitis. Redtenbacher, Cephalopodetifauna der Gosauschichteii. Ahhandl. d. k. k. 

(jeoL Reiclisaiistalt , V, p. 119, pi. XXVII, fig. 4. 

Coquille discoïdale. 

Spire formée de tours peu embrassants, croissant assez lentement dans le 
jeune , et plus rapidement dans l'adulte. 

Ombilic large, peu profond, mal délimité. 

Section des tours ovalaire, im peu plus haute que large. 

Flancs convexes. 

Bord externe large, arrondi. 

La coquille est ornée de fines stries, flexueuses, qui partent de l'ombilic 
en s'inclinant en avant, reviennent en arrière vers le premier tiers de la hau- 
teur des flancs, et passent sur le bord externe en y dessinant un chevron 
dirigé vers la partie antérieure. 

Entre ces stries, il s'en intercale d'ordinaire une, très rarement deux qui 
ne descendent pas jusqu'à l'ombilic. Toutes sont distribuées assez régvdière- 
ment comme espacement et sont à peu près de même valeur. Cependant, sur 
certains échantillons, on voit parfois, de distance en distance, des stries plus 
fortes ; j'ai observé notantunent cette disposition sur un échantillon de Sou- 
graignes de la collection de M. l'abbé Prax. Elle a été signalée par M. F. 
von Hauer chez l'individu des environs d'Ischl. 

Cloisons. — Redtenbacher a donné les cloisons du type de M. F. von Hauer : 
les lobes sont bifides, la première selle est trifide et les autres bifides. 

29. 



228 LES AMMONITES DE LA CRAIE SUPERIEURE. 

Gisement. — Cette espèce a été établie d'après un individu unique trouvé 
dans les couches de Gosau, siu* le chemin d'Ischl à Strohl. 

Des deux échantillons figurés (collections Pérou et A. de Grossouvre), l'un 
a été recueilli par M. J'' Jean, l'autre par M. Pérou, dans les marnes à Mort, 
texamim, sur le chemin de Sougraignes aux Croutets (Aude). 

J'ai vu aussi un échantillon de ce même gisement dans la collection de 
M. l'abbé Prax. 

EXPLICATION DES FIGURES. 

Planclie XXVI. 

FiG. 4. — Individu (collection A. de Grossouvre) vu de côté, montrant l'ornementation 
caractéristique des formes de ce genre. 

Marnes bleues à Morloniceras texanum sur le chemin de Sougraignes 
■ aux Croutets (Aude). 

Planche XXXIX. 

FiG. 1°. — Individu adulte (collection Pérou), remarquable par son état de conservation 

et ayant encore son test. 

Marnes bleues à Mortoniceras texanum sur le chemin de Sougraignes 

aux Croutets (Aude). 
FiG. P. — Le même, vu du côté ventral, pour montrer l'inflexion en avant des côtes 

sur cette région, caractère qui distingue cette espèce de G. Rouvillei. 

GAUDRYCERAS ROUVILLEL A. de Grossouvre, n. sp. 
(P). XXXVII, fig. 7 et lo.) 

Cette espèce est analogue à la précédente pom' la forme et l'ornementa- 
tion; elle en diffère par ce détail que les côtes, plus fines, passent norma- 
lement sur le contom^ externe au lieu de s'y infléchir vers l'avant ; les côtes 
intercalaires, moins nombreuses, manquent même de temps en temps. 



Fig. 86. 




Gaadrjceras Rouvillei (gros.= lo), d'après l'exemplaire représente pi. XXXVII, llg. lo 
(clichés de M. Nicklès). 



LYTOCERATIDES. 229 

L'échantillon de taille moyenne (collection Gabelle) pi'ovient des environs 
de Soulatge et son gisement précis est inconnu. 

Près de Sougraignes (Aude), M. J*" Jean a recueilli plusieurs échantillons 
de cette espèce, dans les marnes bleues à petits fossiles, cpii sont interca- 
lées entre deux bancs à Hip. cornacopiœ et qui renferment de petits céphalo- 
podes pyriteux; ceux qui ont conservé leur test blanc montrent à la loupe 
les stries d'accroissement, tandis cpie sur les parties où ce test manque, on 
peut observer les cloisons admirablement conservées. Je donne ci-dessus leur 
dessin, d'après les photographies que mon confrère, M. Nicklès, a bien voulu 
prendre. Elles font ressortir fort nettement le plan de la ligne suturale de 
cette espèce. 

D'après ce qui précède, Gaiidryceras Roiivillei habite un niveau un peu 
supérieur à celui de Gaudijceras mite et caractérise les couches supérieures 
de l'étage santonien. 

Cette espèce est bien voisine de Gandryceras madraspatanum de la craie 
d'Ootatoor dans l'hide (Stoliczka, loc. cit., pi. LXXV, fig. 2), et les différences 
entre elles sont si faibles cpie je suis très porté à admettre leur identité. 

EXPLICATION DES FIGURES. 
Planche XXXVII. 

Fig. 7'. — Individu (collection Gabelle), type de l'espèce, vu de côté. 
Environs de Soulatge (Aude). Gisement inconnu. 

Fig. V". — Le même, vu du côté ventral, l'ouverture en arrière. 

Fig. 7°. — Le même, vu du côté ventral, Touverture en avant. 

Fig. 10'. — Individu (collection A. de Grossouvre) de petite taille, reproduit avec un 
grossissement de deux diamètres, vu de côté. 

Marnes bleues comprises entre deux bancs à Hippurites cornucopiœ. En- 
virons de Sougraignes (Aude). 

Fig. lO*". — Le même, vu du côté ventral, l'ouverture en avant. 

Fig. 10°. — Le même, vu du côté ventral, l'ouverture en arrière. 

GAUDRYCERAS COLLOTI. A. de Grossouvre, n. sp. 
(Pi. xxxvn, fig. 8.) 



Coquille discoïdale, médiocrement renflée. 



230 LES AMMONITES DE LA CRAIE SUPERIEURE. 

Spire formée de tours assez embrassants, chacun d'eux recouvrant le pré- 
cédent sur environ les deux tiers de sa hauteur. 

Ombilic assez petit. 

Section des tours ovale, plus haute que large, ayant sa plus grande largeur 
à peu près à moilié hauteur. 

Flancs convexes. 

Bord externe large, convexe. 

La surface de la coquille, vaguement ondulée en travers, est couverte de 
stries, excessivement fines, parallèles à ces ondulations, cpii partent oblique- 
ment du bord ombilical et se redi'essent sur la région externe, de manière à 
passer normalement sur le bord ventral. 

Cloisons. — Très ramifiées. 

Rapports et différences. — Cette espèce se rapproche des Gaiidryceras par 
l'allure de ses stries et je crois devoir la rapporter à ce genre, malgré son 
petit ombilic. Elle se distingue des formes analogues par les ondulations de 
la surface de la coquille. On trouve dans la craie de l'hide une forme très 
voisine : Ammonites madraspatanus , Forbes in Stoliczka. L'échantillon repré- 
senté pi. LXXV, fig. 2 , a la même ornementation, sauf que les ondulations 
de la surface sont plus larges dans l'espèce de l'hide cpie dans celle des Pyré- 
nées , et on peut voir qu'à l'extrémité du dernier tour elles augmentent assez 
rapidement de largeur. Seulement, dans la première, les ondulations et les 
stries présentent une inflexion médiane qui n'existe pas chez G. Colloti. Il est 
fort probable que l'adulte de cette dernière espèce doit être une forme très 
voisine ai Ammonites lùneburgensis et en différant seulement par l'inflexion des 
strictions de la coquille. 

Gisement. — L'échantillon figuré ainsi cju'un autre moins bien conservé 
(collection de l'École des mines) proviennent des calcaires à stegasters de 
Rebenacq (Basses-Pyrénées). 

EXPLICATION DES FIG LUES. 
Planche XXXVII. 

FiG. 8'. — Individu (collection de TÉcole des mines) vu dfe côté pour montrer l'orne- 
mentation caractéristique de lai coquille. 



LYTOCERATIDES. 23] 

Carrière de la route de Gan à Rebenacq (Basses-Pyi'énées). 
Calcaires à stegasters. 
FiG. S"". — Le même, vu du côté ventral. 



GAUDRYCERAS LÙNEBURGENSE. Schi.ùter, sp. 

1872. Ammonites liineburgeusis. Sclilûter, Cephalopoden der oheren deatschen kreide , p. ()2 , 
pi. XVIII, fig. 8 et g. 

M. Seunes m'a montré autrefois un fragment d'ammonite de la craie de 
Tercis qxii m'a paru se rapporter aussi complètement que possible à l'espèce 
de Lunebourg décrite par M. le docteur Schlùter. Je regrette de ne pas faire 
reproduire cet intéressant échantillon, mais mon confrère n'a pu le retrouver 
lorsque je l'ai prié de vouloir bien me le communiquer. 

En mentionnant la présence dans la craie des Pyrénées de ce type curieux , 
je crois devoir signaler son extrême analogie avec Ammonites Sacya, Forbes, 
et notamment avec l'échantillon de la figure 7 de la planche LXXV de l'ou- 
vrage de Stoliczka. 

J'ajoute que , d'après la remarque de M. le docteur Schlùter, on voit à la 
loupe sxu" les échantillons bien conservés de fines stries : cette espèce se rat- 
tache donc aux autres formes de ce, groupe par l'allure particulière de son 
ornementation. 

GAUDRYCERAS PLANORBIFORME, J. Bôhm, sp. 
(PI. XXVn, fîg.2;pI.XXXIV, fig. 4et5; pi. XXXV, fig. 7.) 

1 89 ] . Desmoceras planorbiforme. J. Bôhm , Die Kreidehildungen des Fûrberges und Suhberges 

hei Sieg.idorf [Palœontogivphica) , pi. I, fig. il et 13. 
1891. Puzosia Haugi. Seunes, Mém. Soc. géol. de France. Paléontologie. II, Mém. n° 2, p. 20, 

pl.VI,%. 1. 

Coquille discoïdale. 

Spire formée de tours peu embrassants, croissant lentemerît en hauteur et 
en largeur. 

Ombilic large, peu profond, mal délimité. 

Section des tours subcirculaire. 

Flancs convexes. 

Bord externe large, arrondi. 



232 LES AMMONITES DE LA CRAIE SUPERIEURE. 

Les premiers tours de cette espèce sont à peu près lisses, ou du moins pa- 
l'aissent lisses sur la plupart des échantillons , car l'individu de la planche XXVII , 
fig. 2 , montre de fines stries obliques conservées sur une petite partie du 
dernier tour; mais il est probable qu'elles doivent disparaître le plus sou- 
vent sur les moules internes et qu'elles sont conservées seulement lorsque 
les conditions de fossilisation sont exceptionnellement favorables. La cocjuille 
présente par tour quatre forts étranglements transverses , légèrement flexueux 
et obliques vers l'avant, qui dessinent sur le bord ventral un petit chevron. 
Ces sillons sont accompagnés en avant et en arrière de deux bourrelets, très 
peu marqués sur les premiers tours , très accentués sur les derniers, et dont 
le postérieur, beaucoup plus vigoureux que l'antérieur, revient un peu en 
arrière sur le bord de l'ombilic en s'atténuant progressivement. 

A partii' d'une certaine taille, on voit apparaître sur les derniers tours, 
immédiatement après chacun des étranglements, des côtes fortes, llexvieuses, 
obliques en avant, au nombre de six à huit entre deux étranglements suc- 
cessifs, naissant sur le bord de l'ombilic où elles sont d'abord très atténuées, 
puis prenant progressivement de l'importance, pour s'effacer ensuite peu à 
peu en arrivant sur le bord externe , de tellemanière que la région ventrale 
reste lisse. 

Cloisons.' — Le dessin des cloisons donné par M. J. Bôhm [loc. cit., pi. I, 
fig. 12") montre une série de lobes et de selles bifides, ce qui prouve bien 
que son Desmoceras planorbiforme se rapporte au genre Gaadryceras et ne peut 
être en aucun cas rattaché aux Desmoceras. 

Observations. — M. J. Bôhm a établi cette espèce d'après des échantillons 
de petite taille provenant des couches supérieures de la craie à BelemnitcUa 
mucronata des environs de Siegsdorf (Haute Bavière); ils montrent les étran- 
glements obliques et les stries fines des individus de Tercis. 

Un peu après la publication du mémoire de M. J. Bôhm, M. Sennes a dé- 
crit im exemplaire de plus grande taille sous le nom de Pazosia Haugi; il ne 
me paraît pas douteux que celui-ci est l'adulte de ceux de Siegsdorf, comme 
le montre l'échantillon intermédiaire que j'ai fait représenter planche XXVII, 
fig. 2 , et ce que confirme encore l'identité de niveau des deux gisements. 

Rapports et différences. — Cette espèce présente beaucoup d'analogies avec 



LYTOCERATIDES. 233 

Ammonites Jukesii, Sharpe [Fossil molhisca, pi. XXIII, fig. i i), de la craie à 
Belemnitella mucronata d'Irlande (comté de Londonderry) , mais dans celui-ci 
les tours croissent un peu plus rapidement, et les étranglements et les stries 
sont normaux à l'enroulement au lieu d'être fortement ol^liques comme dans 
G. planorbifonne. 

Gisement. — Elle habite les couches les plus élevées de la craie ; elle se 
trouve à Tercis, avec Pachydiscus neubergicus, P. coUigatas, etc.; dans les cal- 
caires à stegasters des environs de Pau, elle est associée à ces mêmes céphalo- 
podes. 

Enfin, dans les Alpes Bavaroises, M. J. Bôhm a fait connaître son existence 
dans le flysch des environs de Siegsdorf , où elle est accompagnée de Be- 
lemnitella mucronata, Scaphites constrictas, et d'un Pachydiscus que M. Bôhm 
appelle P. neabergicus, mais qui, dit-il, rappelle Ammonites gollevillensis de 
d'Orbigny. 

Echantillons examinés. — Deux (collection Arnaud et A. de Grossouvre) 
de la grande carrière de Tercis (Landes). 

Un moulage en plâtre pris sur une empreinte en creux (collection Nicklès) 
des calcaires marneux à Echinocorys tenuituberculatus du Mas de Blas Giner, 
près Alcoy (Espagne). 

L'échantillon figuré par M. Seunes provient des calcaii'es à stegasters ex- 
ploités sur la route de Gan à Bébenacq (Basses-Pyrénées). 

EXPLICATION DES FIGURES. 

Planche XXVH. 

Fig. 2. — Individu (collection Arnaud) vu de côté et montrant à l'extrémité du dernier 
tour un fragment de l'ornementation qui caractérise le jeune âge de cette 
espèce. 

Grande carrière de Tercis (Landes). 

Planche XXXIV. 

Fig. k. — Individu vu de côté : reproduction de la figure du mémoire de M. Seunes, 
pi. VI, fig. i\ 

Calcaires durs lithographiques à stegasters. 
Route de Gan à Rebenacq (Basses-Pyrénées). 

3o 



234 LES AMMONITES DE LA CRAIE SUPERIEURE. 

FiG. 5'. — Le même, vu de côté : reproduction de ia figure du mémoire de M. Seunes, 
fig. i\ pL VL 

FiG. 5'\ — Le même, vu du coté ventral : reproduction de la figure du mémoire de 
M. Seunes, fig. i", pL VI. 

Planche XXXV. 

Fig. 7. -^ — Individu (collection Nicklès) vu de coté, d'après le moulage d'une empreinte 
en creux. 

Calcaires marneux à Echinocorys teniiilubcrculatiis du Mas de Blas Giner, 
près Alcoy (Espagne). 



RÉSUMÉ SUR LES PHYLLOCERATIDÉS Eï LES LYTOCERÀTIDÉS. 235 

RÉSUMÉ 
SUR LES PHYLLOCERATIDÉS ET LES LYTOCERÀTIDÉS. 



On voit, par ce qui précède, qxie les vrais Phylloceras n'existent pas dans 
ia craie, à moins que l'on ne rattache encore à ce genre les espèces de la craie 
de l'ïnde [Ootatoor groap) décrites par Stoliczka sous les noms d'Ammonites 
subalpimis [loc. cit., pi. LVIII, %. 3), Am. Surya (pi. LVIII, fig. 5), Am. 
dipliyUoïdes (pi. LIX, fig. 8 à i3), Am. lama (pi. LIX, fig. 12), Am. inanis 
(pi. LIX, fig. i3 et i/i). En tout cas, ces types ne représentent plus qu'un 
genre en dégénérescence, ne possédant plus ces belles cloisons persillées, à 
lèuilles larges et arrondies, qui existent encore dans les Ammonites alpimis, 
d'Orb., et .4m. VeUedœ, d'Orb., du Gault d'Europe. 

Parallèlement aux Phylloceras, on voit se développer une série d'autres 
formes qui semblent en dériver, si l'on s'en rapporte aux caractères fournis par le 
plan général des cloisons. Ce sont d'abord les Desmoceras, qui apparaissent dès 
l'étage néocomien et dont on retrouve des représentants jusqu'au sommet de la 
craie. Puis les Pwiro^ïa, qui remontent seulement jusqu'au santonien, et enfin les 
Pachydiscus. Chez ces derniers, l'ornementation, souvent très vigoureuse, offre 
un contraste frappant avec celle qui est habituelle aux autres genres de cette 
famille ; néanmoins la hgne suturale présente de si grandes analogies avec celle 
des Pazosia et des Desmoceras, qu'il me semble difficile de ne pas les consi- 
dérer tous comme appartenant au même groupe. 

Les Pachydiscus sont relativement rares dans le coniacien et le santonien et 
ils n'acquièrent tout leur développement que dans les parties les plus élevées 
de la craie. 

Se plaçant près des Pachydiscus par les caractères de leurs cloisons et près 
des Phylloceras par leurs cocpiiles lisses ou ornées seulement de stries fines, 
les Schlàteria constituent un petit groupe, également représenté dans la craie 
de l'Inde. \ 

Enfin j'ai rattaché à la famille des Phylloceratidés le groupe d'Ammonites 
Gardeni; il semble bien posséder une ligne suturale construite sru- le même 

3o. 



236 LES AMMONITES DE LA CRAIE SUPERIEURE. 

plan que celle des geni'es précédents , mais il offre , sur son bord externe , une 
quille fortement saillante et creuse comme chez les dorsocavati. Les représen- 
tants de ce genre habitent le santonien et le campanien. 

Les Lytoceratidés deviennent fort rai'es dans les couches crétacées à partir 
de l'aptien, et les Lytoceras francs font aJDsolument défaut. Cependant Sto- 
liczka a figuré de la craie de l'Inde mie espèce, Ammonites Mahadera [loc cit., 
pi. LXXX), dont l'ornementation, consistant en stries frangées, rappelle tout 
à fait celle des Lytoceras tyjiiques. 

En Europe, je ne connais, au-dessus de l'aptien, comme pouvant se ratta- 
cher à ce gem-e que la seule espèce décrite sous le nom de Lytoceras Sicardi; 
elle est, d'ailleurs, remarquable par ses côtes saillantes qui lui donnent l'ap- 
parence d'im Costidisciis^^\ 

Près des Lytoceras se développe mi autre groupe, les Gaudryceras , qui 
présente beaucoup d'affinités avec eux , mais qui s'en distingue par une alliire 
différente de l'ornementation et par une ligne suturale beaucoup plus com- 
plète. La collection de l'Ecole des mines possède deux représentants de ce 
genre appartenant à l'étage cénomanien: l'un provient de la craie de Rouen, 
l'autre des environs de Vergons (Basses-Alpes). En France, les autres espèces 
de la craie supérieure sont cantonnées dans la région pyrénéenne; en dehors 
des types décrits, j'en connais encore de la zone à Micraster brevis des Cor- 
bières et des calcaires deTercis, mais les échantillons que j'ai eus ne sont pas 
susceptibles d'une description : je me borne donc à les mentionner. 

^" Voir l'observation en note, p. 22a. 



RESUME SUR LES PHYLLOCERATIDES ET LES LYTOCERATIDES. 237 

RÉPARTITION VERTICALE DES ESPECES SÉNONIENNES 
DES FAMILLES DES PHYLLOCERATIDES ET DES LYTOCERATIDÉS. 



ESPECES OBSERVEES. 



PHYLLOCERATIDES. 

Desmoceras ponsiaiium , n. sp 

— pyrena'icum, n. sp 

— Stobrei, Nilsson, sp 

Puzosia hernensis, Schlùler, sp 

— Le Marchandi , n. sp 

— corbai'ica, n. sp 

Pachydiscus galicianus, E. Favre, sp. . . 

— Kœneni , n. sp 

— Levyi , n. sp 

— Sayni, n. sp 

— Oldhami , Sharpe , sp . . . . 

— Launayi, n. sp 

— isculensis, Redtenbacher,sp. 

— Jeani , n. sp 

— Linderi , n. sp 

— • Carezi , n. sp 

— Cayeuxi, n. sp 

— Brandti, Redtenbacher, sp. 

— Canali , n. sp 

— Sturi , Redtenbacher, sp. . . 

— Lundgreni , n. sp 

— dûlmensis , Schlùter, sp. . . 

— subrobustus , Sennes 

— colligatus.Binkhorst.sp.. . 

— van den Broecki, n. sp. . . 

— neubergicus , v. Hauer, sp . 

— perfidus , n. sp 

— goUevillensis, d'Orb., sp. . . 
Schlùteria Pergensi, n. sp 

— Rousseli , n. sp 

— velled^efo^mis , Schlùter, sp . 

— Larteti , Sennes , sp 

Hauericeras Gardeni , ( Baily ) Favre , sp. 

— psendogardeni, Schlùter, sp. 

— Fayoli , n. sp 

— Welschi , n. sp 

LYTOCERA.TIDÉS. 

Lytoceras Sicardi''', n. sp 

Gaudryceras mite , v. Hauer. sp 

— Rouvillei , n. sp 

— CoUoti, n. sp. .• 

— lûneburgense , Schlùter, sp. 

— planorbiforme , J.Bôbm , sp. 



CONIACIEN 



^ 



^ 



SANTONIEN 



INFE- 
RIEUR. 



CAMPANIEN 

INFERIEUR. 



^ 



238 



LES AMMONITES DE LA CRAIE SUPERIEURE. 



Genre SCAPHITES. Parkinson. 



Ce groupe d'espèces, dont la spire est partiellement déroulée, a été con- 
sidéré pai" Neumayr comme dérivant' des Perisphinctes, à cause de la forme 
et de l'ornementation des aptychus que l'on a rencontrés chez quelques indi- 
A^dus : il les a rattachés aux Holcostephanas. 

D'autres paléontologistes les ont rapprochés des Lytoceras en raison de leurs 
lobes et selles bifides, mais, comme l'a fait observer M. Douvillé, la présence 
de tubercules sur la coquille pai^aît exclure toute- parenté entre ces deux 
genres. 

Fig. 87. 




V\ 



Scaphites^ sp. (gros. 



I '" , d'après un échantillon des environs de Sougraigues 
(clichés de M. NicHes). 



Contrairement aux opinions précédentes, M. Douvillé est d'avis que le plan 
général des cloisons des Scaphites doit les faire placer dans la famille des Pul- 
cheHiidés; il signale l'analogie de certains de leurs jeunes avec Stoliczkaia dispar. 

n résulte de là que les Scaphites doivent être classés dans la famille 
des Acanthoceratidés , telle que je l'ai définie plus haut : c'est une conclusion 
qui me paraît très acceptable et qui semljle encore confirmée par le mode 
d'ornementation spécial à ce groupe. 

Les Scaphites comprennent donc des formes qui, dans le jeune âge, res- 



'■' li esL intéressant de remai-quer que, dans cette cloison, le deuxième lobe latéral semble être 
à terminaison impaire; quand la coquille atteint une taille plus grande, il se termine par deux 
lobules et prend tout à fait l'aspect du premier lobe. La même observation peut être faite sur k 
cloison de Gaiidijceras Roiivillei (voir fig. 86, p. 228); chez cette espèce, la terminaison des lobes 
latéraux ne devient bien nettement paire qu'à partir d'une certaine taille. 

Cette différence d'aspect des cloisons dans le jeune et dans l'adulte pourrait donc induire en 
erreur dans certains cas. 



SCAPHYÏES. 239 

semblent assez à Stoliczkaia dispar, sont à ombilic étroit, k tours embrassants, 
arrondis sur le bord externe, ornés de côtes simples se multipliant sur la 
région externe des flancs, soit par intercalation, soit par bifurcation. Le der- 
nier tour se sépare des autres, présente une partie rectiligne (hampe), puis 
se recourbe en fer à cheval (crosse) de manière que la spire d'enroulement 
fait face à la bouche; cette dernière est ordinairement un peu contractée, 
munie d'une apophyse ventrale, d'apophyses dorsales et pai'fois d'oreillettes 
latérales. 

Sur la hampe et la crosse, l'ornementation se modifie souvent et devient tu- 
berculeuse; ce caractère est surtout accentué chez les formes les plus récentes. 

se AP MITES MESLEI. A. de Grossouvre, n. sp. 
(PI. XXXH, fig. i et 7.) 

Coquille assez épaisse. 

La partie enroulée montre des côtes droites, radiales, cpii se bifurquent 
sur le bord externe et passent sur le contour ventral sans s'interrompre : 
entre elles il s'en intercale d'autres qui n'existent que sur la région externe 
des flancs et ne descendent pas plus bas que le point de bifurcation des pre- 
mières. Vers l'extrémité du dernier tour, celles-ci s'espacent peu à peu et le 
nombre des côtes externes correspondantes augmente beaucoup. 

Sur la hampe, les côtes ombilicales sont fortes, très espacées, surélevées 
sur le bord interne en un tubercule pincé , allongé dans le sens longitudinal , 
et se terminent sur le bord externe par un tubercule transverse; ces tuber- 
cules cessent de se montrer avant l'extrémité de la crosse. 

Les échantillons cp.ie j'ai pu examiner montrent quelques différences entre 
eux au point de vue.de l'ornementation : les côtes notamment peuvent être 
plus ou moins nombreuses et plus ou moins serrées sur la région ventrale de 
la hampe et de la crosse. 

Observations. — En i85o, d'Orbigny a donné le nom de Scaphiles Geiniizi 
a une espèce « voisine de Scapliiles œqualis, mais pourvue de plis tuberculeux 
externes" [Prodrome de paléontologie stratigraphique, II, 27*^ étage, Sénonien, 
n° 58, p. 2 1 4)- Il la cite de Villedieu (Loir-et-Cher), Dresde et Strehlen. 

Les formes figurées sous ce même nom, soit par M. le docteur Schlûter, 
soit par MM. Fritsch et Schlônbach, constituent un type assez diff'érent de 



240 LES AMMONITES DE LA CRAIE SUPERIEURE. 

celui que l'on trouve dans la craie de Villedieu. Elles appartiennent pour 
la plupart à l'étage turonien; en France, le nom de Scaphilcs Geinitzi a aussi 
été appliqué à l'espèce de la craie à Micraster breviporus du nord du Ijassin 
de Paris. 

Comme il n'est pas possible de définir avec précision l'espèce de d'Or- 
bigny en remontant au Scaphites œqualis, Geinitz, cité en synonymie, à cause 
de l'insuffisance de la figure que l'on trouve dans l'ouvrage de ce savant, je 
considérerai le nom de Scaphites Geinitzi conxme s' appliquant à l'espèce turo- 
nienne, précisée par les descriptions et figures de M. le docteur Schliiter et 
de MM. Fritsch et Schlônbach, et je donne en conséquence un nouveau nom 
à celle de la craie de Villedieu. 

Rapports et différences. — Scaphites Meslei présente quelques analogies avec 
Scaphites Geinitzi, Schlûter, du Scaphiten-Plàner de la Westphalie , et notam- 
inent avec l'échantillon représenté pi. XXIII, fig. i3. Il s'en distingue par des 
côtes beaucoup plus écartées et moins nombreuses sur la hampe et par la 
présence de tubercules externes à leur extrémité. Il est aussi proportionnel- 
lement plus épais. 

Echantillons examinés. — Deux (collection A. de Grossouvre) des calcaires 
durs formant la base de la craie de Villedieu; carrières de la Ril)ochère, 
commune de Couture, et carrière des environs de Lavardin (Loir-et-Cher). 

Deux autres (collection Réjaudry) des couches de l'assise L^ de M. Arnaud. 
Environs de Jonzac (Charente-Inférieure). 

EXPLICATION DES FIGURES. 

Planche XXXII. 

Fig. 4°. — Individu (collection A. de Grossouvre) vu de côté : une partie du dernier 
tour de spire a été enlevée pour montrer les premiers tours. 

Calcaires durs de la partie inférieure de la craie de Villedieu; carrières 
de la Ribochère, commune de Couture (Loir-et-Cher). 

Fig. 4"^. — Le même, vu du côté ventral. 

Fig. 7°. — Individu (collection A. de Grossouvre) vu de côté. 

Calcaires durs de la partie inférieure de la craie de Villedieu. Environs 
de Lavardin (Loir-et-Cher). 

Fig. 7''. — Le même, vu du côté ventral. 



SCAPHITES. 24] 

SCAPHITES LAMBERTI. A. DE Grossouvre, n. sp. 
(PI. XXXLF.fig. 1 et 5.) 

1872. Scaphites Geinitzi, d'Orb., var. binodosus. Fritsch et Schlônbach, Cephalopoden der 
bôhmisclien Kreideformation , p. /jo, pi. XIV, fig. i3. 

Je distingue sous ce nom une espèce assez voisine de la précédente, mais 
qui s'en sépai'e par la forme des tubercules externes de la hampe et de la 
crosse, arrondis au lieu d'être transVerses; les côtes qui réimissent les tuber- 
cules ombilicaux aux ventraux sont droites au lievi d'être flexueuses. 

Elle me paraît bien correspondre à celle de la craie de Bohême que 
MM. Fritsch et Schlônbach ont distinguée sous le nom de Scaphiles Geinitzi, 
d'Orb., var. binodosus, Rômer. 

Gisement. — En ïouraine, dans la couche inférieure de la craie de Ville- 
dieu. En Aquitaine, dans le coniacien moyen. En Bohème, dans les Chlo- 
meker-Schichten des environs de Jungbunzlau et de Leneschitz , et dans les 
rognons de sphérosidérite des Priesener-Schichten de Priesen. 

Echantillons examinés. — Deux (collection Le Mesle) de la craie de Ville- 
dieu (Loir-et-Cher). 

Deux autres (collection Réjaudry) de l'assise L^ des environs de Jonzac 
(Charente-Inférieure). 

EXPLICATION DES FIGURES. 

Planclie XXXII. 

FiG. 1. — Fragment d'un individu (collection Le Mesle) vu de côté. 

Calcaires durs de la partie inférieure de la craie de Villedieu; carrières 
de la Ribochère, commune de Couture (Loir-et-Cher). 

FiG. 5°. — Fragment d'un individu (collection Le Mesle) vu de côté. 

Calcaires durs de. la partie inférieure de la craie de Villedieu; carrières 
de la Ribochère, commune de Couture (Loir-et-Cher). 

FiG. S**. — Le même, vu du côté ventral. : 



2â2 LES AMMONITES DE LA CRAIE SUPERIEURE. 

SCAPHITES POTIERL A. de Grossouvre, n. sp. 

(PI. xxii.r.g. 3.) 

Coquille médiocrement épaisse. 

La partie em'oulée montre des côtes serrées, flexueuses, se multipliant sur 
le bord externe. Les côtes principales sont légèrement renflées et surélevées 
vers le point de bifurcation. Sur la hampe, les côtes principales s'effacent sur 
la région interne des flancs et persistent seulement sur le pourtour externe, où 
elles se terminent par de légers tubercides à peu près ronds, qui disparaissent 
un peu avant l'extrémité de la crosse. Sur la région ombilicale, deux tuber- 
cules internes se montrent sur la hampe, au-dessous du coude de la crosse, 
et se relient aux externes par une ou deux côtes peu nettes. 

Cette espèce se distingue facilement des précédentes. 

Gisement. — L'échantillon unicpie examiné (collection du Musée d'Angers) 
vient des calcaires durs de la base de la craie de Villedieu , carrières de la 
Ribochère, commune de Couture (Loir-et-Cher) ('). 

EXPLICATION DES FIGURES. 

Planche XXII. 

FiG. 3°. — ' Individu (collection du Musée d'Angers) vu de côté. 

Calcaires durs de la partie inférieure de la craie de Villedieu; carrières 
de la Ribochère, dommune de Couture (Loir-et-Cher). 

FiG. 3*". — Le même, vu du côté ventral. 

SCAPHITES ARNAUDL A. de Grossouvre, n. sp. 
(Pi. XXXII, fig. 8.) 

Coquille peu épaisse, ayant dans son ensemble une forme elliptique assez 
régulière. 

Flancs presque plats ; bord externe convexe. 

La coquille est ornée de côtes serrées, arrondies, falculiformes , tantôt 
peu marquées sur le bord interne , tantôt y présentant un tubercule à partir 

''* Je viens de recevoir de M. Eberhard Fugger le moulage en plâtre d'un écliantillon de cette 
espèce provenant des couches de Glaneck, près Salzbourg. 



SCAPHITES. 243 

duquel elles s'infléchissent en avant; plus accentuées sur la région externe, 
où elles rebroussent en ai-rière et où elles donnent naissance à deux ou trois 
petites côtes assez fortement infléchies en avant et passant à peu près nor- 
malement sur la région ventrale. Toutes les côtes sont légèrement atténuées 
vers les deux tiers de la hauteur des flancs. 

L'ornementation varie peu jusqu'à l'extrémité de la coquille ; le bord de la 
bouche est précédé d'un étranglement et d'une saillie peu prononcés et pos- 
sède une languette latérale, comme celui de ScapJiiles auritus, Schlûter. 

Scaphites Arnaudi diff'ère de Se. auritus, Schlûter, du Cuvieri-Planer de 
Westphalie, par ses côtes plus flexueuses, plus falculiformes et bifurquées 
plus près du bord externe. Il difl'ère par les mêmes caractères de Scaphites 
auritus, Fritsch et Schlônbach, des Priesener-Schichten de Bohême. 

Gisement. — Scaphites Arnaudi habite les couches moyeraies de l'étage 
coniacien de l'Aquitaine. 

Échantillons examinés. — Deux échantillons : l'vm (collection Arnaud) de 
l'assise L' des environs de Miremont; l'autre (collection Réjaudry) de l'assise L^ 
de Saint-Simon-de-Jonzac (Charente-Inférieure). 

EXPLICATION DES FIGURES. 

Planche XXXII. 

FiG. 8". — Individu (collection Réjaudry) vu de côté. 

Étage coniacien : assise L' de M. Arnaud. Saint-Simon , près Jonzac (Cha- 
rente-Inférieure). 
FiG. 8^. — Le même, vu du côté ventral. 

SCAPHITES FRITSGHI. A. de G'rossouvre, n. sp. 

1872. Scaphites auritus. Fritsch et Schlônbach, Cephalopoden der hôhnisctien Kreide, p. 44, 
pi. XIU, fig. 9, 11, l^, i5; pi. XIV, Tig. 12. 

Le Scaphites auritus de Bohême diffère de celui de Westphalie par ses 
côtes moins flexueuses et plus écartées sm' la région interne des flancs; le 
même nom ayant été donné simultanément à ces deux espèces différentes, je 
propose urie nouvelle dénomination pour la première : elle appartient d'ail- 
leurs à im niveau plus élevé que l'autre. 

3i. 



2^4 LES AMMONITES DE LA CRAIE SUPERIEURE. 

SCAPHITES HAUGL A. DE GnossouvRE, 11. sp. 

(PI. XXXI, fig. 5.) 

Coquille médiocrement épaisse, de forme ovale, peu allongée. 

Flancs presque plats, bord externe peu convexe. 

Les tours intérieurs sont ornés, sur -les flancs, de côtes radiales, presque 
droites, assez serrées, assez fortes, s'accentuant progressivement de l'ombilic 
jusqu'au pourtour externe, où elles se terminent par un tubercule aiTondi. 
Au commencement de la bampe, elles s'espacent peu à peu, et sm' la partie 
supérieure on ne trouve plus que de vagues ondulations partant de deux gros 
tubercules arrondis situés sur le bord interne et se terminant sur le bord ex- 
terne par de gros tubercules transverses très saillants. La région ventrale ornée 
sur les premiers tours de côtes fines, serrées, légèrement infléchies en avant, 
est à peu près lisse sur la bampe et ne redevient costulée que sur la crosse. 

Cette espèce est voisine de Scaphites hinodosus, Scblûter [loc. cit., -pi. XXIV, 
fig. 4 à 6) ; mais ce dernier se distingue par la présence d'une série de tuber- 
cules assez nombreux sur le bord interne des flancs de la bampe et de la 
crosse. 

Gisement. — Le seul échantillon examiné provient de l'assise P^ de M. Ar- 
naud. Tauillard (Charente). 

EXPLICATION DES FIGURES. i 

^ Planche XXXI. 

Fig. 5^ — Individu (coHection Arnaud) vu de côté. » 

Partie inférieure de l'assise P^ de M. Arnaud. — Tauillard (Charente). 

Fig. 5''. — Le même, vu du côté ventral. 

SCAPHITES HIPPOCREPIS. Mouton, sp. 
(PL XXXII, fig! 2 et 3 ; pi. XXXV, fig. 6; pi. XXXVII, fig. 3.) 

Ammonites hippocrepis. Dekay, Annals ofthe New-York Maseum, \oi. II, pi. V, fig. 5.' 
1834. Scaphites Cuvieri. Morton, Synopsis ofthe org. rem.gflhe cret. group of the U. S., p. àt, 
pl.VII.fig. 1. 



SCAPHITES. 245 

1876. Scaphites Cuvieri. Schlûter, Cephalopoden der oberen deutschen Kre'ule, p. i6a, pi. XLII, 

fig. 1 à 3. 
1889. Scaphites hippocrepis. Holzapfel, Die Molhislten der Aacliencr kreide, p. 62 , pL V, fig. 3. 

Coc[uille assez épaisse, elliptique. 

Flancs peu convexes, se l'accordant graduellement avec le contour extei'ne. 

La coquille, dans la partie enroulée, est ornée de côtes radiales, peu mar- 
quées sur la région interne des flancs, s'accentuant progressivement juscpi'au 
point de bifurcation situé sur le pourtour externe; le bord ventral porte des 
côtes plus noml^reuses, fines et serrées. 

Les flancs sont presque lisses sur la bampe et sur la crosse; on vort seu- 
lement au-dessus du coude de la crosse deux, forts tubercules plus ou moins 
allongés, accompagnés parfois dans la région médiane d'un ou deux autres 
plus faibles; sm' le pourtour externe règne une série de tubercules presque 
ronds, continués parfois sur les flancs par des côtes obscures très courtes. Ils 
commencent à la partie inférieure de la hampe et se continuent d'une ma- 
nière à peu près régulière jusqu'à l'extrémité de la crosse. Les côtes qui 
ornent le bord ventral disparaissent souvent vers le milieu de la hampe, pour 
reparaître à son extrémité et persister sur toute la crosse. 

Observations. — D'après Morton, ce scaphite aurait été primitivement dé- 
crit par Dekay sous le nom dWmmonites hippocrepis; aussi a-t-il abandonné le 
nom de Cavieri qu'il avait proposé d'abord pour cette forme et l'a remplacé 
par le précédent. 

M. le docteur Schliiter a représenté plus tard, en 1876, deux individus 
de cette espèce bien conformes à la figure de Se. Cavieri donnée par Morton. 

Plus récemment, M. le docteur Holzapfel a aussi figuré cette espèce 
d'après un échantillon des grès glauconieux à Actinocamax qaadratus des envi- 
rons d'Aix-la-Chapelle. 

Gisement. — Se. hippocrepis caractérise les couches inférieures de l'étage 
campanien et principalement la zone d'Act. quadratiis. 

M. Lasne a recueilli un fragment de cette espèce, bien reconnaissable , - 
dans la craie grise phosphatée des environs de Beam^al (Soimne). 

Elle n'est pas rare en Aquitaine dans les couches supérieures de l'assise P' 
de M. Arnaud. 

M. le docteur Schlûter la signale dans les couches à Acl. (juadratus de 



246 LES AMMONITES DE LA CRAIE SUPERIEURE. 

Lochlum, près Vienenbuig, sur le versant Nord dvi Harz, et dans la zone à 
Becksia Sœkelandi de Coesfeld et Holtwick (Westphalie).' 

Enfin M. le docteur Holzapfel l'indique des sables glauconieux d'Aix-la- 
Chapelle, où, là encore, elle accompagne Act. quadralas. 

Echantillons examinés. — Cinc| (collection Arnaud) de l'assise P' de Saint- 
Hilaire-de-Montmoreau et Livernant (Charente) et de Merisignac (Dordogne). 

EXPLICATION DES FIGUBES. 
Planche XXXII. 

FiG. ^. — Fi"agment d'un individu (collection Arnaud) vu de côté. 

Etage campanien : assise P^ de M. Arnaud. — Saint-Hilaire (Charente). 
FiG. 3°. — Individu (collection Arnaud) vu de coté. 

Étage campanien : assise P"^ de M. Arnaud. — Tranchée de Vaure, Men- 
signac (Dordogne). 
FiG. 3''. — Le même, vu du côté ventral. 

Planche XXXV. 

FiG. 6°. — Individu (collection de FEcole des mines), vu de côté. 

Provenance inconnue. 
FiG. ô**. — Le même, vu du côté ventral, la bouche en avant. 
FiG. 6°. — Le même, vu du côté ventral, la bouche en arrière. 

Planche XXXVII. 

FiG. 3°. — Individu (collection Arnaud) vu de côté. 

Mensignac (Dordogne), assise P^ de M. Arnaud. 
FiG. S*". — Le même, vu du côté ventral. 



SCAPHITES AQUISGRANENSIS. Schlûter. 
(PI. XXXI, fig. 3, 4 et 6.) 

1872. Scaphites aquisgranensis. Schlûter, Cephalopoden der oherew deutschen Kreide, p. 8i, 

pi. XXIV, figi. 7 à g. 
1889. Scaphites aquisgranensis. Holzapfel, Die molluskeii der aachener Kreide, p. 6i, pi. V, 

fig. 2. 

Coquille toujours de petite taille, peu épaisse, ayant dans son ensemble 
une forme ovale allongée. 



SCAPHITES. 247 

Flancs presque plats; bord externe peu convexe. 

La coquille est ornée, dans la partie enroulée, de côtes fortes, assez serrées, 
sinueuses, d'aLord dirigées en avant, puis rebroussant un peu en arrière et 
passant normalement sur la région ventrale : entre elles il s'en intercale 
d'autres qui n'existent que sur la région externe des flancs et sur la région 
ventrale. Une partie de ces dernières se détachent par bifurcation des pre- 
mières. 

Sm" la hampe, les côtes qui ornent les flancs sont moins nombreuses, 
obscures et à peine visibles, et elles se terminent à leurs deux extrémités par 
des tubercules : ceux du bord interne sont k peu près ronds , tandis cjue ceux 
du bord externe sont transverses. Ils vont en augmentant de valeur juscpi'au 
coude de la crosse, puis de là en décroissant peu à peu vers son extrémité. 
Les côtes de la région ventrale s'effacent parfois vers le milieu de la hampe ; 
elles reparaissent , en tous cas , à son exi rémité supérieure , plus fortes et plus 
espacées que sur la partie inférieure. 

Rapports et différences. — Cette espèce est assez voisine de certaines va- 
riétés de Scaphites constrictus et notamment de celle représentée pi. XXXI, 
fig. 2; elle en diffère par ses flancs plus plats, la section subquadrangulaire 
de la hampe et de la crosse, et par la série régulière de tubercules placés 
sur le bord interne de la hampe , tandis que chez Se. constrictus il arrive fré- 
quemment qu'il n'y en a pas sur cette partie : quand il s'en trouve, ils sont 
peu nombreux et irrégulièrement disposés. 

Gisement. — Cette espèce habite , dans les couches crétacées d'Aix-la-Cha- 
pelle, l'assise des sables glauconieux du Lusberg, caractérisée par Actinocamax 
guadratus. 

Dans l'Aquitaine, elle se trouve dans les couches inférieures du campanien, 
vers le sommet de l'assise P^ de M. Arnaud, à Montmoreau et à Livernant 
(Chai'ente) et à Mensignac (Dordogne). 

Echantillons examinés. — Une dizaine (collections Arnaud, Boreau-Laja- 
nadie, Mouret, Réjaudry, A. de Grossouvre), provenant de Montmoreau, 
Livernant et Mensignac. 



FiG, 


3. 


FiG. 


^j" 


FiG. 


li\ 


F-G. 


6°. 



'2^18 LES AMMONITES DE LA CRAIE SUPERIEURE. 

EXPLICATION DES FIGURES. 
Planche XXXI. 

Individu (collection Boreau-Lajanadie), vu de côté. 

Étage campanien : assise P^ de M. Arnaud. — Montmoreau (Charente). 
Individu (collection Arnaud) vu de côté. 

Etage campanien : assise P^ de M. Arnaud. — Tranchée de Vaure, jjrès 
Mensignac (Dordogne), sur la ligne de Périgueux à Ribérac. 
Le même, vu du côté ventral. 
Individu (collection Boreau-Lajanadie) de petite taille, vu de côté. 

Étage campanien : assise P^ de M. Arnaud. — Livernant (Charente). 
FiG. 6''. — Le même, vu du côté ventral. 

SCAPIIITES CONSTRICTUS. SovvERBy, sp. 
(PI. XXXI, fig. 1, 3, 7 et 8.) 

1817. Ammonites constriotus. Sowerby, Miner. Conch. , II, p. 189, pi. CLXXXIV", fig. i. 
1840. Scaphites constrictus. D'Orhigny, Pcdcojilologie française. Terrains crétacés, I, p. 622, 

pLCXXIX, fig. 8à 11. 
1858. Scaphites multinodosus. F. von Hauer, Cephalop. der Gosauschichten , p. 9, pi. I, fig. 7 et 8. 
1861. Scaphites constrictus. Binkhorst, Monographie des gastéropodes et céphalopodes de la craie 

supérieure du Lunbourg , p. 38, pi. V, fig. 6. 
1869. Scaphites constrictus. E. Favre, Mollusques Jossiles de la craie des environs de Lemberg , 

p. 18, pi. V, fig. 1 â 5. 
1872. Scaphites constrictus. Schlùter, Cephalopoden der oberen deutschen Kreide , p. 93, 

pL XXVIII, fig. 5 à 9. 

Coquille elliptique dans son ensemble , peu épaisse , ayant sa plus grande 
hauteur à peu près vers le milieu de la hampe. 

La partie enroulée de la coquille montre des côtes flexueuses parlant de 
l'ombilic , obliques en avant , passant sur le bord externe avec une légèie in- 
flexion en avant : elles se bifurquent à des distances variables de l'ombilic , les 
unes assez près du bord ombilical, d'autres se détachant plus loin des côtes 
bifurquées. Un peu avant la fm de la spirale, on voit apparaître, de distance 
en distance, à l'extrémité de quelques-unes d'entre elles, de légèi-es surélé- 
vations cpii se transforment sur la hampe en de véritables tubercules, réguliè- 
rement espacés et à peu près ronds; ceux-ci diminuent d'importance sur la 
crosse et disparaissent avant son extrémité. 

Cette espèce éprouve de nombreuses naodifications dans sa forme et dans 



SCAPHITES. 249 

son ornementation; tantôt la région ventrale est lisse sur la hampe et la 
crosse, tantôt elle est ornée de côtes transverses. Tantôt le bord de l'ombilic 
est lisse, tantôt quelques côtes y sont surélevées longitudinalement , tantôt 
on y trouve une rangée de trois à six tubercules allongés, desquels partent 
des côtes arquées allant rejoindre les tubercules ventraux. La hampe peut 
être elle-même plus ou moins courte ou plus moins allongée. 

Cette espèce donne donc naissance à une nombreuse série de variétés, et 
il me paraît assez probable que Scaphites tenais trialus,K.ner, in E. Favre, n'est 
qu'une variété extrême, inerme. 

Gisement. — Scaphites constrictus caractérise les couches les plus élevées de 
la craie à Belemnitella mucronata. Il se trouve dans le calcaire à baculites du 
Cotentin (Manche); dans le calcaire de Kunraed, près Maestricht; dans les 
Alpes autrichiennes à Neuberg en Styrie ; dans le flysch de Siegsdorf (Haute 
BaAdère) ; dans la craie à Belemnitella mucronata de Lemberg et Nagorzany 
(Galicie); en Allemagne, à Lunebourg et dans l'île de Rugen. Dans l'Aqui- 
taine , M. Arnaud a trouvé dans l'assise P^ de Saint-Médard-de-Barbezieux un 
exemplaire qui me parait pouvoir lui être rapporté. 

Echantillons examinés. — Une série d'échantillons (collection de l'Ecole 
des mines, collection A. de Gi'ossouvre) piovenant des environs de Fresville, 
près Valognes (Manche). 

Un échantillon (collection Arnaud) de Saint-Médard-de-Barbezieux (Cha- 
rente) : assise P'. 

EXPLICATION DES FIGURES. 
Pianche XXXI. 

FiG. 1'. — Individu (collection de rÉcole des mines) de grande taille, vu de côté. 

Calcaires à baculites du Cotentin. — Fresville, près Valognes (Manche). 
FiG. l^ — Le même, vu du côté ventral, la bouche en avant. 
FiG. P. — Le même, vu du côté ventral, en arrière. 
FiG. 2°. — Individu (collection de l'École des mines) de petite taille, vu de côté. 

Calcaires à baculites du Cotentin. — Fresville, près Valognes (Manche). 
FiG. â*". — Le même, vu du côté ventral, en arrière. 
FiG. 2". — Le même, vu du côté ventral, la bouche en avant. 
FiG. 7. — Individu (collection A. de Grossouvre), variété plate, vu de côté. 

Calcaire à baculites du Cotentin. — Fresville, près Valognes (Manche). 

32 



250 LES AiMMONITES DE LA CRAIE SUPERIEURE. 

FiG. 8'. — Individu (collection A. de Grossouvre), variété plate et de grande taille, vu 
de côté. 

Calcaire à baculites du Cotentin. — Fresville, pi'ès Valognes (Manche). 

FiG. 8''. — Le même, vu du côté ventral. 



SCAPHITES PULCIIERRIMUS. A. Rômer. 
(PI. XXXII, fig. 6 et g.) 

IS'lI. Scaphitss pulcherrimus. A. Rômer, Verst. nordcl. Kreidegebild. , p. gi (non pi. XIV, 

fig. 4). 
1872. Scaphites pulcherrimus. Sclilûter, Cephalopoden der obereii deatschen Kreidc, p. 85, 

pi. XXVI, fig. 1 à 5. 

Coquille peu épaisse présentant une forme assez régulièrement elliptique. 

Flancs plats; bord externe convexe, un peu méplat en son milieu. 

Les flancs sont ornés de côtes légèrement flexueuses , présentant cinq ran- 
gées de tubercules à partir de chacune desquelles elles se suljdivisent plus ou 
moins régulièrement. La première rangée se trouve près de l'ombilic ; la se- 
conde, au premier quart de la hauteur; la troisième, un peu au-dessous des 
deux tiers et les deux dernières sont assez rapprochées et présentent les tuber- 
cules les plus accentués. 

Sur la hampe , les côtes sont fortement obliques en avant : les tuljercules 
situés du côté interne existent toujours, mais ceux de la deuxième et de la 
troisième rangée deviennent un peu obscurs et ceux des deux rangées externes 
sont de plus en plus marqués. 

L'ornementation de la région ventrale est peu apparente sur les échan- 
tillons examinés. M. le docteur Schlùter indique que tantôt elle est lisse et 
tantôt elle porte de petites côtes reliant les deux rangées latérales de tubercules. 

Dans le grand échantillon , la région ventrale est complètement lisse sur la 
loge , et les tubercules des deux rangées latérales situées de part et d'autre de 
la ligne siphonale ne se correspondent pas symétriquement. Les tubercules 
des rangées précédentes ne correspondent pas non plus à ceux de la rangée 
la plus externe et sont en plus grand nonil^re que ces derniers. Les côtes qui 
ornent les flancs s'ari'ètent à la quatrième rangée. 

Un échantillon plus petit et en très bon état présente une rangée médiane 
de tubercules sur la région ventrale , réunis irrégulièrement aux tubçrcules 
latéraux par des côtes peu prononcées. Il montre, en outre, des côtes lisses 



SCAPHITES. 251 

sur les tours les plus internes. On voit donc que la coquille possède d'abord 
une rangée impaire de tubercules qui disparaît plus tard. 

Gisement. — Couches supérieures de la craie à Belemnitella nmcronata. 

Craie de Lemfôrde. 

Existe vraisemblablement aussi dans les Alpes autrichiennes ; l'échantillon 
du Schliefgraben sur le versant occidental du massif du Trauiistein, près 
Gmunden, indiqué par M. F. von Hauer sous le nom de Scaphites muUinodostis , 
appartient vraisemblablement à cette espèce'^'. 

Campanien supérieur (dordonien), assise Q de M. Arnaud, des environs 
de Neuvic (Dordogne). 

Echanlillons examinés. — Deux (collection Arnaud) des environs de Neuvic 
(Dordogne). 

EXPLICATION DES FIGVBES. 

Planche XXXU. 

FiG. 6. — Individu (collection Arnaud) vu de côté, montrant seulement les premiers 
tours de la spire. » 

Assise Q de M. Arnaud. — Neuvic (Dordogne). 
FiG. 9°. — Individu (collection Arnaud) vu de côté. 

Assise Q de M. Arnaud. — Neuvic (Dordogne). 
FiG. Q*". — Le même, vu du côté ventral. 

SCAPHITES GIBBUS. Schlûter. 
(PI. XXXII, fig. lo.) 

1872. ScapMtes gibbus. Schlûter. Cephalopoden der oberen deutschen Kreide, p. 87, pi. XXVI, 
fig. 6 à 9. 

L'échantillon le plus typique que je puisse rapporter à cette espèce est d'assez 
grande taille, mais il est fortement déformé par la compression, de sorte que 
certains des caractères énoncés par M. le docteur Schlûter ne peuvent être 
observés; c'est ainsi qu'il est impossible de dire si, sur la dernière loge, les 
flancs sont bien nettement séparés de la région ventrale par une carène. 

<'' Scaphites muUinodosus. Von Hauer, 1866, Neue Cephalopoden aus den Gosaiigebilden der 
Alpen, p. 7, pi. I, fig. 7 et 8. Cet échautiUon est difFérent de celui précédemment signalé par ce 
savant, i858, dans les couches des environs de Neuberg [Cephal. der Gosauschichten , p. 9). 

33. 



252 LES AMMONITES DE LA CRAIE SUPERIEURE. 

Le bord de la bouche forme un angle, obtus, très légèrement supérieur à 
un angle dioit, avec le bord externe de la hampe. 

Les tours de la partie enroulée sont ornés de côtes fines, serrées, bifur- 
quées, sur lesquelles, un peu avant le commencement de la hampe, des tuber- 
cules se montrent de distance en, distance, à leur point de bifurcation. 

Elles disparaissent complètement sur les flancs de cette dernière partie, et 
sur son pourtour externe les tubercules ventraux deviennent plus rapprochés 
et plus vigom'eux. Ils sont allongés transversalement et séparés par des inter- 
valles un peu supérieurs à leur longueur. A l'extrémité de la coquille , ils sont 
un peu plus rapprochés, plus petits et moins allongés et deviennent presque 
ronds sur la crosse. 

Ils sont accompagnés sur les flancs de deux autres rangées latérales qui ne 
descendent guère que jusqu'à l'extrémité inférieure de la hampe ; au voisinage 
de la bouche se naontrent encore quelques tubercules formant une quatrième 
rangée très courte ne dépassant pas le coude supérieur de la hampe. En arrière 
se trouve une surélévation , mal marquée sur l'échantiUon examiné ; elle cor- 
respond probablement au gros tubercule dont parle M. le docteur Schlùler. 

Gisement. — L'échantillon examiné (collection Arnaud) provient de l'as- 
sise P^ de Saint-Médard-de-Barbezieux (Chai-ente). Je crois pouvoir rapporter 
à cette espèce un échantillon de beaucoup plus petite taille provenant de la 
carrière d'Angoumé (Landes). 

En Allemagne , cette espèce se trouve dans les couches moyennes de la craie 
à Belemnitella mucronata, à Coesfeld et Darup (Westphalie) et à Haldem et 
Lemfôrde. 

EXPLICATION DES FIGURES. 

Planche XXXII. 

FiG. 10°. — Individu (collection Arnaud) vu de côté. 

Etage campanien : assise P' de M. Arnaud. — Saint-Médard-de-Barbc- 
zieux (Charente). 
FiG. lO*". — Le même, vu du côté ventral. 

SCAPHITES SPINIGER. SoHLÛTEn. 

1872. Scaphites spiniger. Schlûter, Cephalopoden der oberen. deutschen Kreide, p. Sa, pi. XXV, 
fig. I à 7. 

Je me borne à signaler la présence de cette espèce dans la craie de 



■ SGAPHITES. 253 

Meudon, d'après l'examen de deux échantillons de la collection de l'Institut 
catholique qui m'ont été communiqués par M. de Lapparent. 

En Allemagne, elle paraît habiter les couches moyennes et supérieures de 
la craie à Belemnitella mucronata et se trouve assez abondamment à Haldem, 
à Darup et à Coesfeld. 

En Suède, elle se trouve sur toute la hauteur de l'assise à B. macronala, 
d'après M.Jjundgren [The fossil faiinas ofSiveden. III. Mesozoic). 

SGAPHITES VERNEUILI. D'Orbigny, sp. 
(PL XXVI, fig. 2.) 

18^10. Ammonites Verneuili. D'Orbigny, Paléontologie fiwiçidse , Terrains crétacés, I, p. 829 , 
pLXCVlII, fig. 3 à 5. 

Partie em'oulée de la coquille seule connue. 

Ombilic petit. 

Bord externe large, peu convexe. 

La coquille est ornée, au commencement du premier tour, de côtes fines, 
fle^ueuses, obliques en avant, mal indiquées sur la région interne des flancs 
qui est à peu près lisse. De distance en distance, à des intervalles réguliers, 
on en voit une plus forte, plus saillante, terminée sur le pourtour externe par 
un petit tubercule arrondi et aboutissant sur la ligne siphonale à un autre 
tubercule de même valeiu que les premiers. Vers le milieu de la coquille, on 
voit apparaître entre ces côtes principales une et plus tard deux autres portant 
également trois tubercules ventraux : ces dernières sont un peu moins fortes 
que les principales et sont surtout marquées sur la région externe; mais vers 
la fin du dernier tour, elles augmentent de valeur et acquièrent la même im- 
portance. 

Cloisons. — Formées de chaque côté de quatre lobes et de quatre sellçs à 
terminaisons paires. 

Observations. — La ligne suturale, le mode d'ornementation et l'allure de 
cette ornementation rappellent tout à fait les caractères spéciaux aux coquilles 
des scaphites. Je crois donc devoir considérer 74m. Verneuili comme le jeune 
d'un scaphite dont la hampe et la crosse sont inconnues. 

Je me borne à indiquer l'analogie de cette forme avec Ammonites nodifer, 



254 



LES AMMONITES DE LA GRAIE SUPERIEURE. 



Hagenow (i8/|.3, Monographie der Rugerischen Kreidcversteinerang. III, Abiheil. 
Jahrbuch fur Minéralogie, p. 565, pi. IX, fig. 19). 

EXPLICATION DES FIGURES. 

/ Planche XXVI. 

Fig. 2'. — Individu (collection de la Sorbonne) vu de côté, ayant servi de type à d'Or- 
bigny pour la définition dMm. Verncuili. 

Fig. '2^. — Le même, vu du côté ventral. 



Genre ANCYLOCERAS. D'Orbigny. 

ANCYLOCERAS(?) DOUVILLÉI. A. de Grossouvre, n. sp. 
(PL XXXV, fig. 8.) 

1872. Hamites, cf. angustus. Dixon, Schlùter, Cephalopoden der oberen deutsclien Kreide, p. 106 , 
pL XXXII, %. 6 et 7. 

Coquille déroulée. 

Section des tours subogivale. 

Bord ventral tranchant, portant une série de dents fortement saillantes et 
un peu rejetées en arrière. 

La coquille est ornée de côtes simples, peu élevées, arrondies , légèrement 
arquées , obliques en arrière , et venant aboutir aux dentelures ventrales , à une 
petite distance desquelles elles portent de petits tuliercules transverses. 

Cloisons. — Ligne suturale très découpée, composée de lobes et de selles 
à terminaisons paires. 

l''ig. 88. 





Ancjloceras (?) Douvilléi (gros = 3), 
d'après l'échantillon représenté pi. XXXV, fig. 8. 

Observations. — Je crois pouvoir rapporter à cette espèce réchantillon des 
marnes de l'Emscher, de Stoppenberg près Essen, rapproché par M. le doc- 



SCAPHITES. 



255 



leur Schlûter d'un céphalopode déroulé de la craie blanche du Sussex qui 
avait été figuré par Dixon sous le nom cVHamites angustas (i85o, Geoî. of 
Sussex, p. 35o, pi. XXIX, fig. lo), assimilation qui ne me paraît pas fondée. 
La figure de Dixon est d'ailleurs insuffisante à tous égards pour préciser son 

type- 

L'espèce de la craie de Villedieu que je viens de décrire habite les couches 
moyennes de cette craie, caractérisées par Ostrea aariciilaris et Mortoniceras 
Bourgeoisi. 

Echantillons examinés. — Trois (collections Le Mesle et A. de Grossouvre) 
de la zone moyenne de la craie de Villedieu, carrières de la Ribochère , com- 
mune de Couture (Loir-et-Cher). 

EXPLICATION DES FIGURES. 

Planche XXXV. 

Fig. 8. — Fragment d'un individu (collection A. de Grossouvre) vu décote. 

Couches à 0. auriculai-is de la partie moyenne de la craie de Villedieu ; 
carrières de la Ribochère, commune de Couture (Loir-et-Cher). 



ESPÈCES OBSERVÉES. 


CONIACIEN 


SANTONIEN 


CAiMPANlEN 


■< ^ 


m i 




INFÉ- 
RIEUR. 


SUPÉ- 
KÏEDR. 


INFÉBIEUR. 






S 

ci 
C 


ii 


5~S- 


y. 

o 


Scaphites Meslei , n. sp 


^ 
^ 
^ 


^ 
^ 
^ 
^ 


^ 


• 




■ 


■k 


-; 


k 

k 
k 
k 


^ 
^ 
^ 
^ 




— Ârnaudi , n. sp 

— hippocrepis , Dekay, sp. . . 

— aquisgranensis , Schlûter. 

— gibbus, Schlûter 


— spiniger, Schlûter 

— constrictus, Sowerhy, sp. 

— pulcherrimus , Rômer. . . 

— Verneuili , d'Orbigny, sp . 
Aiicyloceras Douvilléi, n. sp 


T 
T 



RÉPERTOIRE ALPHABÉTIQUE 



NOMS D'ESPÈCES CRÉTACÉES DÉCRITES OU CITÉES. 



Nota. — Les chiffres en caractères gras renvoient à l'article spécial consacré à l'espèce. Les figures 
du texte se trouvent à la page indiquée par le chiffre qui précède leur numéro. 



Aberlei , p. 89. 

abscissus , p. 1 5. 

œqualis (Scaphites) , p. 289 , 24o. 

africanus, p. 49. 

alienus, p. 169. 

alpinus, p. 216. 

alstadenensis , p. 52, 55; Sg et 60. 

ambiguus, p. 198, 287 ; pi. XXIX, fig. 3. 

aqnisgranensis (Scaphites), p. 246, 2 55; 

gl.XXXI,fig. 3, 4 et 6. 
arialoorensis , p. 109. 
Arnaudi (Scaphites), p. 242, 255; pi. XXXII, 

fig.8. 
Astieri, p. i4. 
aturicus, p. 192. 

aurito-costatus , p. 109, 197, 198. 
auritus (Scaphites), p. 243. 
Austeni, p. i5i, 175, 189. 
bajuvaricus, p. 88, 89 (fig. 35), 106, 110; 

pi. IX, fig. 1 ; pi. XII, fig. 2 et 3. 
Bertrandi, p. 89, 114, 162 ; pi. XXIX, fig. 6, 

et pi. XXXVIII, fig. I. 
Beudanti, p. i63. 

bidorsatus, p. i35, 137, i38 (fig. 55), 162. 
bilobatus, p. i5, 29. 
binodosus (Scaphites), p. 244, 255. 
Boissellieri, p. 65, 106; pi. III, fig. 3. 
Bontanti , p. 77, 78 (fig. 33), 86 , 1 06 ; pi. XVII , 

fig. 2 et 3. 
Boreaui, p. 110, 111, 162; pi. VII, fig. 3. 
Bourgeoisi, p. 23 (fig. 5), 24, 67 (fig. 3o), 



70, 71, 72,73, 75 (fig. 32), 78, 82, 86, 

• 106 ; pi. Xni, fig. 2 ; pi. XIV, fig. 2 à 5. 
Brandti, p. 177, 180, 192, 194 (fig. 78), 

196, 206, 212, 237; pi. XXIII, fig. 1 à 3; 

pi. XXX, fig. 3. 
Bravaisi, p. i4, 98, i4i. 
campaniensis , p. 84, 86, 106, 180; pi. XIII, 

fig. 1 à 3. 
Canali, p. 195, 287; pi. XXXVIII, fig. 2. 
Carezi, p. i53, 190, 287; pi. XXV, fig. 3 ; 

pi. XXXVII, fig. 8. 
Carolinus, p. 75. 

Cayeuxi, p. 191, 287 ; pi. XXXVL, fig. 3. 
cephalotus, p. 49. 5o, i44, i45. 
Chalmasi, p. 5i. 
Cleon, 108 (fig. 4i), i43, i44 (fig. 62), 

157. 
clypealis, p. 157, 175. 
coesfeldiensis , p. 117, 118,119, 120 , 1 48. 
cola, p. 226. 
colligatus, p. 186, 201, 202, 207, 211, 212, 

2x5, 233, 287; pi. XXIV, fig. 1 à 3; 

pi. XXXIII. 
Colloti, p. 229, 237; pi. XXXVII, fig. 6. 
compressissimus , p. 2 3 ( fig. 4 ) , 2 4 , 2 5 ( fig. 9 ) , 

3o. 
conciliatus, p. 28. 
coniacensis , p. 80. 
constrictus (Scaphites), p. 2o5, 312, 233, 

247, 248, 2 55; pL XXXI, fig. 1, 2, 7 et 8. 
corbaricus, p. 174, 287; pi. XXVII, fig. 1. 
33 



258 



LES AMMONITES DE LA CRAIE SUPERIEURE. 



Cornueli, p. 26. 

costulosus, p. 118, 119. 

Coupéi, p. 8, 9. 

cristatus, p. i4. 

Cuvieri (Scaphites), p. ad/i, 2àb. 

Gzôrnigi, p. 103, 106; pi. XI, %. 2. 

Daubréei, p. 154, 162; pi XXVIII. 

deccanensis , p. 199. 

dentato-carinatus , p. 58, 60. 

Desliayesi, p. i5i. 

Desmondi, p. 79, 86, 106. 

Desmoulinsi , p. 56. 

Deveriai, p. idi- 

deverioïdes, p. ^9. 

Didayi, p. 25. 

diffîcilis, p. i63. 

diphylloïdes, p. 23d. 

dispar, p. 23 (%. 7), 2i, 25 (fig. 10), 239. 

dolbergensis, p. 119. 

Douvilléi (Ancyloceras) , p. 254 (fig. 88) , 255 ; 

pi. XXXV, fig. 8. 
Draschei, p. 173. 
dûlmensis, p. 199, 237; pi, XX. 
Durga, p. 220. 

Dutemplei, p. i5, i43, làà, là"], i5i. 
Duvali,p. 223, 225, 226 (fig. 84). 
Emmerici, p. i63. 
Emscheris, p. 69, 71, 72, 82. 
Epéei (L'), p. 101, io3, 106. 
epiplectus.p. 202, 2o4- 
Ewaldi, p. 1, i5, 29, 3o, 3i, 33, 33, 34, 

35, 37, 38, 39, 40 (fig. 21-22), 4i, 42, 

43, 44, 48, 106; pL IV, fig. 6, pi. IX, 

fig. 5. 
Fayoli, p. 220, 237; pi. XXVII, fig. 3. 
Ficbeuri, p. 35, 36 (fig. 17), 48, 49, 5o. 
Fischeri, p. i56. 
Fleuriausi , p. 1 4 , 60 , 78. 
Foumeli, p. 3o, 33, 34 , 35, 36, 37 (fig. 18 

et ig), 48, 5o. 
Fournieri, p. 89, 112, ii3 (fig. 47), 162; 

pL XXXV, fig. 1. 
fresvillensis , p. 202, 2o4. 
Fritschi, p. 124, 125 (fig. 52), i35, 163; 

pi. V, fig. 1 et 2. 
Fritschi (Scaphites), p. 243. 



galeatus, p. 3 5. 

galicianus, p. i4, 109, 177, 178, 179, 181, 

i83, 192, 193, 194, 237. 
GaUiennei, p. 49, 5o. 

Gardeni, p. i63, i65, 320, 221, 235, 237. 
gardonicus, p. 25. 
Gaudryi, p. i56. 
Geinitzi, p. 128. 

Geinitzi (Scaphites) , p. 239, 24i. 
gibbus (Scaphites), p. 251, 255; pi. XXXII, 

fig. 10. 
glaneckensis , p. 326. 
goUevillensis , p. 1, i4, 109, i44, i83, 301, 

2o5, 211, 214, 233, 237; pi. XXIX, fig. 4; 

pi. XXXI, fig. 9. 
gosavicus,p. i56, i57 (fig. 66), i58, 160. 
Gosseleti, p. 116, 162; pl. XXXVI, fig. 1. 
Goupili , p. 1 1 3. 
Grifiithii, p. 171. 
Guadaloupae, p. 136, 128, i33, i34(fig- 53), 

i35. 
Haberfellneri, p. 11, i4, 44, 5J (fig. 28), 56 

(fig. 29), 63, 78; pL I, fig. 1 à 5, pl. II, 

fig. 1 à 8. 
haplophyllus, p. 36, 42, 44 (fig. 24), 48, 

io6;pl. IV, fig. 3,4et 5. 
Harléi, p. 56. 
Haugi, p. 23i, 232. 
Haugi (Scaphites), p. 244, 3 55; pl. XXXI, 

fig. 5. 
hernensis, p. 172, 173, 237. 
liippocrepis (Scaphites), p. 244, 3 55; 

pl. XXXII, fig. 3 et 3; pl. XXXV, fig. 6; 

pl. XXXVII, fig. 3. 
inanis, p. 235. 
inconstans, p. 159, 162; pl. XXXV, fig. 4 

et 5. 
iriflatus,p. i5, 93, io3, 107, lia. 
involutus, p. 226. 
Isamberti, p. 88. 
isculensis, p. 185, 186 (fig. 77), 189, 237; 

pl. XXII, fig. 2; pl. XXVI, fig. 1; 

pl. XXXVII, fig. 1. 
Jacquoti, p. 207, 210. 
Janeti, p. 145, 162; pL XXII, fig. 4- 
Jeani, p. 187, 237; pl. XXVI, fig. 5. 



REPERTOIRE DES NOMS D'ESPECES CRETACEES. 



259 



Jukesii, p. 226, 333. 

Kœneni, p. 178, 237. 

Lafresnayei, p. 1, 121, 122 (fig. dg), 161, 

162; pi. XXIII, fig. k. 
Lamberti (Scapliites),p. 241, 2 55; pi. XXXII, 

fig. 1 et 5. 
Lapparenti,p. 157,158, 160, i62;pi. XXIX, 

fig. 1 à 5 ; pi. XXXV, fig. 3. 
Larteti, p, 218, 337; pi. XXXIV, fig. 2 et 3. 
latidorsatus, p. 16A (fig. 6g), 166 (fig. 72). 
Launayi,p. 184, 237; pi. XIX. 
Le Marchandi, p. 173, igo, 237; pi. XXII, 

fig. 5. 
lemfôrdensis, p. 119, 120. 
lenticularis , p. 139 (fig. 56). 
Leopoldi, p. i4. 
Levyi,p. 178, 181, 23;; pi. XXI; pi. XXX, 

fig. 1 et 2. 
lewesiensis, p. i, i44, 2 i/j. 
Linderi, p. 177, 186, 188, 237; pi. XVIII; 

pi. XXIV, fig. 4. 

Lundgreni, p. 198, 237. 

luneburgensis , p. 226, 23o, 231, 237. 

LyeUi, p. 27 (fig. i3). 

madraspatanus , p. 236, 229, 23o. 

Mahadera, p. 2 36. 

mamillaris, p. 16, 22, 23 (fig. 2), 26, 107. 

Mantelli, p. 27. 

Margae, p. iZl, 87 (fig. 3/t), 90, 91 (fig. 36), 

93, 106, i56; pi. XV, fig. 1 et 2. 
Marroti, p. 118, 121. 
Martini, p. 16, 22, 23 (fig. 1), 26, 107. 
Mayori, p. 175. 
memoria-Sclilônbachi, p. 12 5. 
Meslei (Scapliites), p. 239, 255; pi. XXXII, 

fig. 4 et 7. 
Milleri, p. i3o , i33, i36. 
mitis, p. 1^7, 227, 22g, 237; pi. XXVI, fig- 4, 

pi. XXXIX. 
Mobergi, p. 189. 
Moureti, p. 23 (fig. 6), 2/1, gd (fig. 07), 100, 

101 (fig. 39), 102, 106; pi. XI, fig. 3 

et 4. 
Mûlleri,p. 172. 

multinodosus (Scaphites), p. 2/I8, 25i. 
Nanclasi, p. 110, 111, 162, pi. III, fig. k. 



Nardini, p. 52 , 5g, 60. 
Neptuni, p. 5i, 58 60,77,111. 
neubergicus, p. i/J, 109, 1 44, 176 (fig. 76), 

i83, 186, 197, 201, 2o3, 2o5,207, 20g 

(fig. 80), 2i3, 2i5, 216, 233, 237; 

pi. XXVI, fig. 3 ; pi. XXX, fig. 4. 
Nicklèsi, p. 63, io6; pi. III, fig. 2. 
nodifer, p. 253. 
nodosocostatus, p. 26. 
nodosoïdes, p. 28 (fig. i4). 
Oldhami, p. 182, 237; pi. XXII, fig. 1. 
Orbignyi , p. 1 24 , i25, i32, i35. 
Paillettei, p. 1, 149, i5o (fig. 65), 162; 

pi. XXXVII, fig. 2. 
Paon, p. 5i, 58. 
pedernalis, p. i4, 108 (fig. 45), i3g (fig. 57), 

140 (fig. 58), i4i. 
Pégoti, p. 18a, 194. 
peramplus, p. 49, 108 (fig. 42), 109, i44 

(fig. 63 et 64), i45, i46. 
IDerfidus, p. 213, 237; pi. XXXIV, fig. i. 
Pergensi, p. 217, 237. 
petrocoriensis , p. 5i, 56. 
placenta, p. i4, 123, 124 (fig. 5i), 127, 

161. 
planorbiformis , p. 197, 231, 237; pi. XXVII, 

fig. 2 ; pi. XXXIV, fig. 4 et 5 ; pi. XXXV, 

%-7)- 
planulatus , p. 17 5. 
Poctai, p. 151. 
polyopsis,p. 128, i34, 137. 
ponsianus, p. 167, 236; pi. XXV, fig. 1 et 5. 
Potieri (Scaphites), p. 242, 355; pi. XXII, 

fig. 3. 
propoetidum, p. 89, i56. 
pseudo-Gardeni, p. 21g, 220 (fig. 81), 222, 

237. 
pseudotexanus , p. 84, 106. 
pulclierrinius (Scapliites), p. 250, 2 55; 

pi. XXXII, fig. 6 et 9. 
pyrenaïcus,p.l68, 169 (fig. 73), 287; pi. XXV, 

fig. 2; pi. XXXVII, fig. 11. 
quercifolius , p. 157. 
quinquenodosus , p. 80, 82. 
radiatus, p. i4. 

rarus, p. 148, 162; pi. VIII, fig. 2. 
33. 



260 



LES AMMONITES DE LA CRAIE SUPERIEURE. 



Redtenbacheri , p. 42 (fig. aS), 48, io6. 
Rejaudrp, p. 146, i48, 162; pi. VIII, fig. 4- 
rennensis, p. 160, 162 ; pi. XXXV, fig. 2. 
Requieni.p. i4, 140, i4i (fig. Sg). 
revelatus, p. 226. 

Revellierei, p. 24, 28 (fig. i5), 49, 5o. 
rhotomagensls, p. 23 (fig. 8), 24, 27 

- (f'g- 12)- 

Ribouri, p. 128, i33. 

Robini, p. 1, i4. 3o, 3i, 32, 33, 34, 35, 

37, 38 (fig. 20), 4o,4i, 42, 43,44, 106; 

pi. IV, fig. 1 et 2. 
robustus, p. 196, 201. 
Rochebrunei , p. 28, 49, 5o. 
RoUandi, p. 49, 5o, i45. 
Rousseauxi, p. 102, 106; pi. XI, fig. 5. 
Rousseli, p. 217, 237; pi. XXIV, fig. 2. 
Rouvillei, p. 226 (fig. i5), 228 (fig. 86), 

237; pi. XXXVII, fig. 7 et 10, 
rusticus, p. 28. 
Rutoti, p. 143 (fig. 61), 162. 
Sacya, p. 226 , 23i. 
Sauvageaui, p. 3o. 
Savini, p. 152, 162; pi. XXV, fig. 4ï 

pi. XXXVII, fig. 4. 
Sayïii, p. 181, 237; pi. XXIX, fig. 2. 
scaphitoïdes , p. 119, 120. 
semiornatus, p. 128, i3o, i33. 
semisulcatus , p. i64 (fig. 67). 
sequens, p. 64, 106; pi. III, fig. 1. 
seiTato-carinatus , p. io4- 
serrato-marginatus , p. 68, 69, 70 (fig. 3i), 

73, 74, 75, 76, 78, 86, 106; pi. XVI, fig. 1. 
Sicardi, p. 223, 2 24 (fig. 83)', 236, 237; 

pi. XXXVII, fig. Set 9. 
Slùewiczi, p, 36, 46 (fig, 26), 47 (fig. 26 et 

27), 48, 106; pi. VII, fig. 2. 
spiniger (Scapbites) , p. 252, 2 55. 
splendehs, p. io8 (fig. 44), 116 (fig. 48). 
Stobaei, p. 170 (fig. 74), 198, 237. 
Sturi, p. 164 (fig. 71), 197 (figv 79), 

p. 237. 
striato-costatus, p. 118, 119. 
subalpiiius, p. 235. 
sublaevis , p. 21 o. 



subplanulatus , p. i63, i64 (fig. 70), 171 

(fig. 75). 
subrobustus, p. 200, 237; pi. XXXVI, fig. 2. 
subtricarinatus , p. 1, i4, 94, 96, 97, 99, 

102, io4, 106, 110; pi. X, fig. 1, 3 et 3; 

pi. XI , fig. 1 . 
Surya, p. 235. 
syrtalis,p. 11, i4, 72, 81,82, 107, io8(fig.43), 

ii5, 126,127,128,133,134 (fig. 53 et 54), 

137, 162, 168, 186, 187, 188,218, 235; 

pi. V, fig. 3; pi. VI, fig. 1 et 2; pi. VII, 

fig, 1; pi. VIII, fig. 1. 
tehamaensis, p. io4. 
Telinga, p. i45. 

tenuistriatuS (Scaphites), p. 249. 
Tetliys,p. 164 (fig. 68). 
texanus, p. i4, i5, 66, 67', 68, 69, 71, 72, 

73, 79, 80, 84, 85, 86, 106, 107, 110, 

ii5, i35, i53, i55, 168, 176, 222, 338; 

pi. XVI, fig, 2 à4; pi. XVII, fig. 1. 
Tissoti, p. i5, 23 (fig. 3), 24, 29, 3o, 39 

(fig. 16), 49, 5o. 
tricarinatus , voir subtricarinatus. 
trjdorsatus, p. 94, 96, 100, 101, 106. 
tunetanus, p, 66. 

Ubaglisi, p. 141, i42 (fig. 60), 162. 
Van den Broecki, p. 207, 237. 
Vari, p. 118, i48, 162, 178; pi. VIII, fig. 3; 

pi IX, fig. 2 et 3. 
varians, p. 8, 9, i5, 16, 107, 108 (fig. 4o); 

109 (fig. 46), iio, ii3. 
Velledœ, p. i63, i65, 216, 217, 235. 
velledœformis , p. i63, i65, 218, 237. 
Verneuili, (Scapbites), p. i, 253, 2 55; 

pi. XXVI, fig. 2. 
vespertinus, p. 66. 

Vibrayei, p. i4, 26 (fig. 11), 128, i35. 
Welschi, p. 222 (fig. 82), 237; pi. XXXV, 

%• 9- 
westpbalicum, p. 97, 98, 99 (fig. 38), 106; 

pi. XII, fig. 1 et 4. 
Wittekindi, p. 109, i46, 196, .301. 
Woolgari, p. 7, 49, 75. 
Yama, p. 235. 
Zeilleri, p. 67, 72, 86, 106; pi. XIV, fig. 1. 



TABLE DES MATIÈRES. 



Pages, 

Introduction i 

Classification 1 3 

Description des espèces 22 

FAMILLE DES AGANTHOCERATIDÉS. 

Genre Pulchellia. Uhlig , emend 24. (^ . u^ ■ ^ ' 

Genre Stoliczkaia. Neumayr 25 J^ ^l^^-'^'^y-^-V'^^C-^^ 

Genre Neolobites. Fischer 26 /i- 1 '^ ^ 

Genre Acanthoceras. Neumayr, emend 26 

Genre Mammites. Laube et Brader 28 

Genre Prionotropis. Meek 29 

Genre Tissotia. Douvillé 29 

Tissotia Ficheuri , n. sp 35 

— Foïirneli , Bayle , sp. emend 36 

— Robini , ThioUière , sp. emend 37 

— Ewaldi , L. de Buch , sp /lo 

— Redtenbacheri , n. sp 42 

— haplophylla , Redtenbacher, sp 42 

— Slizewiczi , Fallet , sp ^6 

Résumé -, 48 

Genre Barroisia , nov. gen 5o 

Barroisia Haberfellnerî , F. von Hauer, sp 5 1 

— Nicldèsi , n. sp , 63 

— sequens , n. sp . , 64 

— Boissellieri , n. sp . 65 

Résumé. ...,....' , 66 

Genre Mortoniceras. Meek 66 

Mortoniceras Zeilleri , n. sp 67 

— serrato-marginatum , Redtenbacher, sp 69 

— Bourgeoisi, d'Orbigny, sp. emend 73 

— Bontanti, n. sp \. 77 

— ' Desmondi, n. sp , . . . 79 

— texanum , F. Rômer, sp 80 

— ■ pseudo-texanimi , n. sp 84 

— campaniense , n. sp 84 

Résumé 86 



262 LES AMMONITES DE LA CRAIE SUPERIEURE. 

Page», 

Genre Gauthiericeras , nov. gen 87 

Gauthiericeras bajuvaricum , Redtenbacher, sp 88 

— Margae , Scliiûter, sp 90 

Résumé gS 

Genre Peroniceras , nov. gen gS 

Peroniceras subtricarinatum , d'Orbiguy, sp g4 

— westpbalicum , Schlûter, sp 98 

— Moureti , n. sp 1 00 

— Rousseauxi, n. sp 102 

— Czôrnigi, Redtenbacber, sp . . io3 

Résumé ioà 

RÉSUMÉ général sur les AcANTliOCBRÂÏIDÉS. . . V. .". . .' .' 1 o5 

FAMILLE DES HOPLITIDÉS. 

Genre Schlônbachia. Neumayr, emend 109 

Scliiônbacliia Nanclasi, n. sp 110 

— Boreaui, n. sp 111 

— Fournieri , n. sp 112 

— Bertrand! , n. sp 1 1 /i 

Genre Hoplites. Neumayr 116 

Hoplites Gosseleti , n. sp 116 

— Vari , Scblûter, sp : 118 

— coesfeldiensis , Schlûter, sp 120 

— ■ lemfôrdensis , Schlûter, sp. 120 

— Lafresnayei , d'Orbigny, sp . . . . 121 

Genre Placenticeras. Meek 1 2 3 

Placenticeras Fritschi , n. sp 1 2/I 

— syrtale, Morton, sp 128 

— bidorsatum , A. Rômer, sp 187 

Genre Sphenodiscus. Meek 189 

Sphenodiscus cf. pedernalis , L. v. Buch , sp 1 /lo 

— Requiem, d'Orbigny, sp . .* i4^o 

— Ubaghsi , n. sp 1 /u 

— Rutoti , n. sp 1/1.3 

Genre Sonneratia. Bayle 1 A3 

Sonneratia Janeti , n. sp •. 1 45 

— Rejaudryi , n. sp 1 46 

— rara , n. sp 1 48 

— PaiUettei , d'Orbigny, sp 1 49 

— Poctai , n. sp 1 5 1 

— Savini, n. sp i5a 

— Daubréei , n. sp . 1 54 



TABLE DES MATIERES. 263 

Pages. 

Genre Muniericeras , nov. gen 1 56 

Muniericeras Lapparenti , n. sp . 1 58 

— inconstans , n. sp. . . i Sg 

— rennense , n. sp 1 6o 

RÉStMÉ GÉNÉRAL 1 6 1 

FAMILLE DES PHYLLOCERATIDÉS. 

Genre Desmoceras. Zittel, emend , i66 

Desmoceras ponsianum, n. sp 167 

— pyrenaïcum , n. sp 1 68 

— Stobaei , Niisson , sp 170 

Genre Puzosia. Bayle 171 

Puzosia Mûlleri , n. sp 17a 

— Le Marchandi , n. sp , 173 

— corbarica , n. sp 1 74. 

Genre Parhydiscus. Zittel , emend 176 

Pachvdiscus galicianus , E. Favre , sp 177 

— Kœneni, n. sp '. ... .... 178 

— Levyi , n. sp 178 

— Sayni , n. sp 181 

— Oldhami , Sharpe , sp 182 

— Launayi , n. sp 1 84 

— isculensis , Redtenbaclier, sp i85 

— Jeani , n. sp 1 87 

— Linderi , n. sp 1 88 

— Mobergi , n. sp 1 8q 

— Carezi , n. sp . . ' 1 00 

— Cayeuxi , n. sp 1 q 1 

— Brandti , Redtenbaclier, sp 102 

— Canab, n. sp iq5 

— Sturi, Redtenbaclier, sp . . . . 107 

— ambiguus , n. sp 108 

— Lundgreni, n. sp 108 

— dùlmensis, Sclilûter, sp igo 

— subrobustus , Sennes aoo 

— colligatus, V. Binkhorst, sp 20a 

— Van den Broecki , n. sp . . . ." 207 

— neubergicus , F. von Hauer, sp 207 

— perfidus , n. sp ' 2 1 3 

— goHeviUensis , d'Orbigny, sp 2 14 

Genre Schlûteria , nov. gen 216 

Schlûteria Pergensi , n. sp ^ 217 

— Rousseli , n. sp , 217 

— Larteti , Seunes , sp a 1 8 



264 LES AMMONITES DE LA CRAIE SUPERIEURE. 

Pages. 

Genre Hauericeras , nov. gen 219 

Hauericeras Fayoli , n. sp 220 

— Welschi, n. sp 222 

FAMILLE DES LYTOCERATIDÉS. 

Genre Lytoceras. Suess 228 

Lytoceras Sicardi , n. sp 2 2 3 

Genre Gatjdkycebas , nov. gen 226 

Gaudryceras mite, F. von Hauer, sp 227 

— Rouvillei, n. sp 228 

— Coiïoti, n. sp 229 

— lûneburgense , Schlùter, sp 281 

— planorbiforme , J. Bôhm, sp 281 

RÉSUME SUR LES PHYLLOCERATIDÉS ET LES LYTOCERATIDÉS 235 



Genre Sgaphites. Parkinson 288 

Scaphites Meslei , n. sp . 289 

— Lamberti , n. sp 24 1 

— Potieri , n. sp 24a 

— Arnaudi , n. sp 2^2 

— Fritschi , n. sp : 2^3 

— Haugi , n. sp 2^4 

— hippocrepis , Dekay, sp 244 

— aquisgranensis , Schlùter 246 

— constrictus , Sowerby, sp 248 

— pulcherrimus , A. Rômer . 260 

— ■ gibbus , Schlùter 261 

— spiniger, Schlùter 262 

— Verneuili , d'Orbigny, sp : 268 

Genre Ancyloceras , 254 

Ancyloceras Douvilléi, n. sp 254 



NOV- 7 1902 

MIINISTÈRE DES TRAVAUX PUBLICS 

MÉMOIRES 

POUR Sr.RVIR \ LEXPUCATIO^f 

LA CARTE GÉOLOGIQUE DÉTAILLÉE DE LA FRANCE 



RECHERCHES 

SUR 

LA CRAIE SUPÉRIEURE 

DEUXIÈME PARTIE 

PALÉONTOLOGIE 

LES AMMONITES DE LA CRAIE SUPÉRIEURE 

PAU 

A. DE GROSSOUVRE 

INf, |';NI Kl'K K\ f. IIF. K DES M I Mî S 



ATLAS 




PARIS 

IMPRIMERIE NATIONALE 



M DCCC XCIII 



NOV 7 I9M 



LES AMMONITES 



DE 



LA CRAIE SUPÉRIEURE 



ATLAS 



MINISTERE DES TRAVAUX PUBLICS 



MEMOIRES 

POUR SERVIR À L'EXPLICATION 

DE 

LA CARTE GÉOLOGIQUE DÉTAILLÉE DE LA FRANCE 



RECHERCHES 

SUR 

LA CRAIE SUPÉRIEURE 



DEUXIEME PARTIE 

PALÉONTOLOGIE 

LES AMMONITES DE LA CRAIE SUPÉRIEURE 



A. DE GROSSOUVRE 

INGÉNIEUR EN CHEF DES MINES 



ATLAS 




PARIS 

IMPRIMERIE NATIONALE 



M DCCC XCIII 



?1 FEVRIER 
1894 



PLANCHE I 



Les Ammonites. 



PLANCHE I. 



EXPLICATIOiN DES FIGURES. 

Fie. 1». — Barroisiaf Haberfellneri , F. v. Haueb, sp. (p. 5i). — Individu (Collection Arnaud) 
bien conforme au type de l'espèce ; vu de côté , montrant le slade moyen de déve- 
loppement ; les côtes ombilicales encore visibles au commencement du dernier tour 
se transforment vers l'extrémité de celui-ci en tubercules allongés. 

Calcaires glauconieux de l'étage coniacien. Assise K de M. Arnaud. 

Les Eyzies (Dordogne). 

FiG. I^. — Le même, vu du côté ventral pour montrer la carène dentelée et les variations de 
forme du bord externe, d'abord terminé en un biseau obtus et devenant méplat à 
l'extrémité du dernier tour. 

FiG. 2^. — Barroisia Haberfellneri, F. v. Hauer, sp. (p. 5i). — Individu (Collection Arnaud) 
de la plus grande taille connue ; vu de côté , montrant la disparition des tubercules 
ombilicaux et ventraux sur le dernier tour. 

Calcaires glauconieux de l'étage coniacien. Assise R de M. Arnaiid. 

Gourd-de-l' Arche , près Périgueux (Dordogne). 

FiG. 2*^. — Le même , vu du côté ventral pour montrer la forme du bord externe. 

FiG. 3^. — Barroisia Haberfellneri, F. v. Hauer, var., sp. (p. 5i). — r Individu (Collection 
Arnaud) un peu plus renflé que le type. 

Calcaires glauconieux de l'étage coniacien. Assise R de M. Arnaud. 
Gourd-de-l'Arcbe, près Périgueux (Dordogne). 

FiG. S''. — Le même, vu du côté ventral; le bord externe, légèrement convexe à la partie infé- 
rieure du profil, est devenu assez fortement concave à la partie supérieure, en 
raison de la saillie des tubercules ventraux. 

FiG. 4". — Barroisia Haberfellneri, F. v. Hauer, sp. (p. 5i). — Individu jeune (Collection 
A. dé Grossouvre ) , vu de côté pour montrer l'ornementation des flancs à la taille 
immédiatement Inférieure à celle de l'individu représenté par la figure i . 

Calcaires marneux, glauconieux, de la partie inférieure de l'étage coniacien. 
Assise R de M. Arnaud. 

Aubas, près Montignac (Dordogne). 

FiG. f^. — Le même, vu du côté ventral. 

FiG. 5*. — Barroisia Haberfellneri, F. v. Hauer, sp. (p. 5i). — Individu jeune (Collection Le 

Mesle), appartenant à une variété un peu plus renflée que le type. L'ombilic est 

proportionnellement plus large et les côtes , plus épaisses , sont moins nombreuses. 

Craie de Villedieu, partie inférieure : calcaires durs, à texture gréseuse et à 

bryozoaires, exploités à la Ribocbère, près Couture (Loir-et-Cher). 

FiG. 5*^. - — Le même, vu du côté ventral. 




1 r 



^t_-« 



c 



^/' 





PLANCHE II 



3/r. 



PLANCHE IL 



EXPLICATION DES FIGURES. 

C^-^^'"-^ .... . . 

FiG. 1°. — Barroisia Haberfellneri , F. V. Hauer, sp. (p. 5i). Variété intermédiaire entre le type et la 
var. Desnwulinsi. Individu (Collection Arnaud) de taille moyenne, vu de côté; d'une variété 
plus renflée que le type; on voit que les tubercules et les côtes sont moins nombreux et que 
l'ornementation est beaucoup plus vigoureuse. 

Calcaires glauconieux de l'étage coniacien. Assise K do M. Arnaud. 
Gourd-de-l'Arohe , près Périgueux (Dordogne). 
FiG. l''. — Le même, vu du côté ventral. 

FiG. 2". — Barroisia Haberfellneri, F. V. Hauer, sp. (p. 5i),^vaE,Jïar2ei^_A. de Grossocvre. — Individu 
de taille moyenne, type de cette variété (Collection Arnaud), vu de côté pour montrer l'ab- 
sence complète d'ornementation sur les flancs, où persistent seulement, sur le bord externe, des 
tubercules très atténués. 

Calcaires glauconieux de l'étage coniacien. Assise K de M. Arnaud. 
Gourd-de-l'Arche , près Périgueux (Dordogne). 
FiG. 2^. — Le même, vu du côté ventral; les tubercules de la carène médiane ont à peu près complètement 
dispai'u et la carène est devenue sensiblement lisse et continue; on voit aussi que le bord 
externe se déprime avec l'âge. . 

FiG. 3. — Barroisia Haberfellneri, F. V. Hauer, sp. (p. 5i). — Individu de petite taille (Collection Le Mesle); £a^^'^^^ /^ 
moule interne en très l)on état de conservation , montrant les petits tubercules qui existent à J^^aJ^^ w^ 
l'extrémité des côtes ombilicales. Ityifcv'^ JT 

Craie de Villedieu, partie inférieure; calcaires durs à texture gréseuse et à bryozoaires, 
exploités à la Ribocbère, près Couture (Loir-et-Cber). 
FiG. 4». — Barroisia Haberfellneri , F. V. HaDer , sp. (p. 5 i) , \srj^_jdstttdenensis , ScuLÛTER. — Échantillon 
d'assez grande taille (Collection Arnaud ) , vu de côté , bien conforme au type figuré par M. Scblùter 
{Cephal. i. oh. deutschen Kreide, pi. XL, fig. i3 à i6); les côtes, visibles au commencement 
du dernier tour, disparaissent vers l'extrémité. 

Calcaires glauconieux de l'étage coniacien. Assise K de M. Arnaud. 
Gourd-de-1'Arcbe , près Périgueux (Dordogne). 
FiG. li^>. — Le même, vu du côté ventral; les tubercules de la carène ventrale sont visibles au commence- 
ment du dernier tour. 
FiG. 5. — Barroisia Haberfellneri, F. V. Haoer, sp. (p. 5i). — Échantillon type d'Ain. jMrpcoriensis , '/'iW * ,j. 
Coquand (Collection de l'École des mines) ; il est déformé par compression et montre àl'extrémîté 0'ùi^^ ■h'V'j' ^"* 
du dernier tour, comme accident pathologique, un tubercule isolé à l'intérieur de la rangée (^i> l.'^y &J^ , 
des tubercules du bord externe. kj/ff^iW^''^'^ i 

Montignac (Dordogne). 
Fig. 6°. — Barroisia Haberfellneri , F. V. Hauer , sp. (p. 5 1), var. Desmou/mii, A. de Grossouvre. — Échan- 
tillon type de cette variété ( Collection Arnaud) , vir3è"coïë'''rèniârqùablB par son épaisseur et la 
vigueur de son ornementation. 

Calcaires glauconieux de l'étage coniacien. Assise K de M. Arnaud. 
Gourd-de-l'Arche, près Périgueux (Dordogne). 
Fig. 6''. — Le même, vu du côté ventral; les tubercules de la carène ventrale ont disparu en raison du 

mauvais état de conseivation de l'échantillon. . i ^ 

Fro. 7°. — Barroisia Haberfellneri, F. v. Hauer, sp. (p. 5i). Var. intermédiaire entre la var.^aisisi^QiË'iSÙ hJ^U> ' ' ' 
et la var^Hor/gii,— Individu jeune (CoUeclion Arnaud), vu de côté, sur lequel les côtes ont h IL' L 
déjà disparu à l'extrémité du dernier tour. /y «^^ f 

Calcaires glauconieux de l'étage coniacien. Assise K de M. Arnaud. 
Gourd-de-l'Arche, près Périgueux (Dordogne). 
Fig. 7''. — Le même, vu du côté ventral. 

Fig. 8". — Barroisia Haberfellneri, F. v. Hauer, sp. (p. 5i), var. liarléi.— Individu jeune (Collection 
Arnaud), montrant l'absence de toute oniemcntation'Tles'céte taille. 
Calcaires glauconieux de l'étage coniacien. Assise K de M. Arnaud. 
Gourd-de-l' Arche, près Périgueux (Dordogne). 
Fi6. 8''. — Le même, vu du côté ventral. 



PL II. 




Imp Erharcl FrerPb Pai-is . 



PLANCHE III 



PLANCHE III. 



EXPLICATION DES FIGURES. 

FiG. 1. — Barroisia sequens, A. de Grossouvre, nov. sp. (p. 64). — Individu (Coiiec- 
tion Arnaud) type de l'espèce, vu de côté. 

Calcaires blancs à texture gréseuse et à bryozoaires du coniacien moyen. 
Assise L^ de M. Arnaud. 

Toutyfaut, près Angouléme (Charente). 

FiG. 2^. — Barroisia Nicklèsi, A. DE Grossouvre, nov. sp. (p. 63). — Individu (Col- 
lection Arnaud), type de l'espèce, vu de côté. 

Calcaires blancs à texture gréseuse et à bryozoaires du coniacien moyen. 
Assise L^ de M. Arnaud. 

Toutyfaut, près Angouléme (Charente). 

FiG. 2''. — Le même, vu du côté ventral. 

FiG. 3°. — Barroisia Boissellieri , A. DE Grossouvre, nov. sp. (p. 65). — Individu (Col- 
lection Arnaud), type de l'espèce, vu de côté. 

Calcaires blancs à texture gréseuse et à bryozoaires du coniacien moyen. 
Assise L^ de M. Arnaud. 

La Quina, près Lavalette [Charente). 

FiG. 3**. — Le même, vu du côté ventral. 

FiG. 4". — Scblônbachia Nanclasi, A. DE Grossouvre, nov. sp. (p. loo). — Individu 
(Collection Arnaud) type de l'espèce, vu de côté. 

Calcaires glauconieux de l'étage coniacien inférieur. Assise K de M. Arnaud. 
Première tranchée de la ligne de Périgueux à Coutras, à la sortie de Péri- 
gueux (Dordogne). 

FiG. li^. — Le même, vu du côté ventral. 



PL.III. 




Imp.Eriiard. Frères.Paids . 



\ 



PLANCHE IV 



PLANCHE IV. 



EXPLICATION DES FIGURES. 

FiG. 1^. — Tissotia Robini, Thiollière, sp. emend. A. de Gbossouvke (p. 37). — Individu de 
taille moyenne (Collection de la Sorbonne), vu de côté pour montrer le dessin 
des cloisons et l'ornementation de cette espèce , qui disparaît avec l'âge. 
Grès verdàtre de Dieulefit (Dfôme). 

FiG. l**. — Le même, vu du côté ventral pour montrer la forme de la section des tours, qui est 
subtrapézoïdale au commencement du dernier tour et ogivale à son extrémité. 

FiG. 2^. — Tissotia Robini, Thiollière , sp. emend. A. de Grossouvbe (p. 87). — Individu de 
petite taill& (Collection Arnaud), vu de côté; on aperçoit les côtes flexueuses qui 
ornent les flancs des premiers tours de cette espèce. 

FiG. 2^. — Le même , vu du côté ventral. 

FiG. 3". — Tissotia haplophylla, Redtenbacher, sp. (p. /la). — Individu de petite taille (Col- 
lection Rejaudry), vu de côté pour montrer les côtes flexueuses partant des tuber- 
cules ombilicaux qui constituent l'ornementation de cette espèce. 
Saint-Hilaire-de-Jonzac (Charente-Inférieure). 

FiQ. 3b. — Le même, vu du côté ventral pour faire voir la section des tours, qui est trapé- 
zoïdale, le bord ventral tendant à se déprimer de plus en plus à mesure que la 
coquille se développe. 

FiQ. 4a_ — Tissotia haplophylla, Redtenbacher , sp. (p. 42). — Individu de petite taille (Col- 
lection Boreau-Lajanadie), vu de côté; on voit qu'il existe encore, au commence- 
ment du dernier tour, des tubercules ombilicaux qui disparaissent sur la dernière 
partie de ce tour. 

Puymoyen, route de Torsac (Charente). Étage coniacien inférieur. 

Fig. Zib. — Le même , vu du côté ventral pour montrer la forme de la section des tours , analogue 
à celle de l'individu précédent. 

yjQ_ 5a_ — Tissotia haplophylla, Redtenbacheb , sp. (p. /ja). — Individu d'assez grande taille 
(Collection Rejaudry), de forme renflée, vu de côté pour montrer l'ornementation 
vigoureuse des flancs ; à cette taille , les côtes qui réunissent les tubercules ombili- 
caux aux tubercules ventraux ont à peu près complètement disparu. 

Environs de Pons (Charente), coniacien moyen. Assise L' de M. Arnaud. 

FiG. b^. — Le même , vu du côté ventral pour montrer l'épaisseur des tours , la forme déprimée 
du bord ventral et les tubercules de la carène siphonale. 

Fif;. 6. — Tissotia Ewaldi , de Buch, sp. — Individu d'assez grande taille ( Collection de l'abbé 
Bourgeois), vu de côté pour montrer l'ornementation des flancs. 
Calcaires durs de la base de la craie de Villedieu. 
Cangey, près Amboise (Indre-et-Loire). 



PI, IV. 



I 



I 

I 




Procédé G. Pilarski, a. Mm-at & c- 



Sohier ce 



PLANCHE V 



Los Ammonites,. 



PLANCHE V. 



EXPLICATION DES FIGURES. 

FiG. 1^. — Placenticeras Fritschi, A. de Grossouvre, n. sp. (p. 124). — Individu de 
grande taille (Collection de l'abbé Bourgeois), vu de côté pour montrer 
l'ornementation des flancs et notamment les tubercules situés immédiate- 
ment autour de i'omJDilic qui caractérisent cette espèce. 

Calcaires durs de la base de la craie de Villedieu. 

Carrières de la Ribochère, près Couture (Loir-et-Cher). 

FiG. P. — Le même, vu du côté ventral. 

FiG. 2^. — Placenticeras Fritschi, A. DE Grossouvre, n. sp. (p. 124). — Individu de 
petite taille (Collection Le Mesle), vu de côté. 

Calcaires durs de la base de la craie de Villedieu. 
Carrières de la Ribochère, près Couture (Loir-et-Cher). 

FiG. 2^. — Le même, vu du côté ventral. 

FiG. 2'^. — Section des tours pour montrer la forme de la paroi ombilicale et la manière 
nette dont elle se détache des flancs. 

FiG. 3*. — Placenticeras syrtale, MoRTON, sp. (p. 128). — Individu de petite taille 
(Collection A. de Grossouvre), vu de côté pour montrer l'ornementation des 
flancs dans le jeune âge, qui consiste tout d'abord en côtes falculiformes ; 
à l'extrémité du dernier tour, on voit apparaître des tubercules sur le bord 
externe. 

Souterrain de Beaulieu. Assise M^ de M. Arnaud. 

Ligne de Ribérac à Périgueux (Dordogne). 

FiG. 3'\ — Le même, vu du côté ventral pour montrer les deux lignes de tubercules qui 
limitent le méplat ventral. 



PL V. 



Ib 



la 




t'rocédé G. Pilarski, A. Mm-at & c- 



Sohier correxit. 



PLANCHE VI 



PLANCHE VL 



EXPLICATION DES FIGURES. 

FiG. I^. ^ Placentioeras syrtale, MoRTON, vai\ Guadaloupœ, F. Rômër (p. 128). -— 
Magnifique échantillon (Collection Arnaud), vit de côté et montrant l'or- 
nementation de l'adulte. Il n'existe plus sur les flancs que deiux rangées de 
tubercules. 

Assise M^ de M. Arnaud. 

Entrée du tunnel deBeaulieu. Ligne de Périgueux àRibérac (Dordogne). 

FiG. 1^. — Le même, vu du côté ventral. 

FiG. 2^. — Plaoentioeras syrtale, Morton, var. Guadaloupœ, F* Rosier (p. 128). — 
Échantillon (Collection de l'Ecole des mines) vu de côté; il montre le 
passage de l'ornementation du jeune à celui de l'adulte. La deuxième 
rangée de tubercules se rapproche de plus en plus du bord externe. 

Assise à Spondylus trunCatus de la craie de Villedieu. 

Viilandry (Indre-et-Loire). 

PiG. 1^. -^- Le même, vu du côté ventral; on aperçoit encore sur la partie médiane du 
bord ventral les deux rangées de tubercules qui limitaient primitivement 
le pourtour externe et qui plus tard disparaîtront complètement, comme le 
montre réchantillon représenté par la figure 1 . 



PI. VI 



Ib 



. "■11©1?'T, 





Procédé G. Pilarski, a. iiurat x c- 




PLANCHE Ylï 



PLANCHE VII. 



EXPLICATION DES FIGURES. 

FiG. P. — Placenticeraa syrtale, Morton, sp. var. Guadaloapœ, F. Ro\)er (p. i 28). — 
Individu (Collection Toucas) de taille moyenne, vu de côté. 

Marnes ferrugineuses intercalées entre les bancs de rudistes sur le chemin 
de Sougraignes aux Croutets (Aude). 

FiG. l''. — Le même, vu du côté ventral. 

FiG. 2''. — Tissotia Slizewiczi, Fallût, sp. var. (p. 46). — Individu jeune (Collection 
Arnaud), vu de côté pour montrer les tubercules ombilicaux et leur dispa- 
rition à l'extrémité du dernier tour. 

Assise L' de M. Arnaud. 

Pons (Charente-Inférieure). ' 

FiG. 2''. — Le même, vu du côté ventral. 

FiG. 3". — Schlonbachia Boreaui, A. DE Gkossouvre, n. sp. (p. 111). — Individu (CoU. 
Arnaud) type de l'espèce, vu de côté. 

Calcaires durs du coniacien moyen. Assise L' de M. Arnaud. 
Environs de Cognac (Charente). 

FiG. 3''. — Le même, vu du côté ventral. 



PLANCHE VIII 



PLANCHE VIII. 



EXPLICATION DES FIGURES, 

FiG. 1*. ~ Placenticeras syrtale, Morton, sp. (p. 128). — Échantillon (Collection Re- 
jaudry) vu de côté pour montrer l'ornementation des flancs. On constate 
bien nettement sur le dernier tour que la deuxième i-angée de tubei'cules, 
d'abord située à une certaine distance du contour externe, s'en rapproche 
progressivement, puis finalement se place exactement sur ce contour. 

Etage sénonien. Assise M^ de M. Arnaud, 

La Valette (Charente). 

FiG. l''. — Le même, vu du côté ventral. 

FiG. 2^ — Sonneratia rara, A. de Grossouvre, nov, sp. (p. x48). — Individu (Collec- 
tion Arnaud) vu de côté. 

Étage campanien. Assise P^ de M. Arnaud, 
Saint-Médard-de-Barbezieux (Charente). 

FiG. 2''. — Le même, vu du côté ventral pour montrer le méplat du bord externe. 

FiG. 3\ — Hoplites Vayi, Schlûter, sp. var. Marroti, Coq (p. n8). — Individu (Col- 
lection de l'École des mines) vu de côté; c'est l'échantillon que Coquand 
a pris comme type de VAm, Marroti. 
Environs de Ribérac (Dordogne). 

F16. S"*. — Le même, vu du côté ventral. 

FiG. fl^. — Sonneratia Rejaudryl, A. DE Grossouvre, nov. sp. (p. i/i6). — Individu 
(Collection Rejaudry) type de l'espèce, vu de côté. 
Etage campanien. Assise P^ de M. Arnaud. 
Saint-Médard-de-Barbezieux (Chai'ente). 

FiG. k^. — Le même, vu du côté ventral. 



PI. VIII. 



Ib 



la 




3a 



3b 



4b 



4a, 



Procédé G. Pilarski, A. Murât & c* 



Sohier Correxit 



PLANCHE IX 



Les Ammonites. 



PLANCHE IX. 



EXPLICATION DES FIGURES. 

FiG. 1. — Gauthierioeras bajuvaricum, Redtenbacher, sp. (p. 88). — Individu adulte (Col- 
lection Le Mesle) vu de côté pour montrer l'ornementation des flancs, qui reste la 
môme jusqu'à l'extrémité du dernier tour ; les côtes qui réunissent les tubercules 
ouiljilicaux aux tujjercules externes s'atténuent seulement sur les derniers tours. 
On aperçoit la quille ventrale qui se détache des flancs. 

Partie inférieure de la craie de Villedieu. 

Carrières de la Ribochère, commune de Couture (Loir-et-Cher). 

Fk;. 2^. — Hoplites Vari , Schlûter , sp. , var. Marroti , Coquand ( p. 1 1 8 ). — Individu ( Collection 
Arnaud) vu de côté. Il se rapporte aussi complètement que possible aux figures 2 
et 5 de la planche I du docteur Schlûter (Beitrage sur Kenntniss derjûngsten Ammo 
neeti). 

Etage campanien. Assise P' de M. Arnaud. 

Bouteille (Dordogne). 

FiG. 2^'. — Le même, vu de côté. 

FiG. 3". — Hoplites Vari, Schlûter, sp. , var. Marroti, Coquand (p. ii8). — Autre individu 
(Collection Arnaud) vu de côté. 
Assise P' de M. Arnaud. 
Petingaud, près Montmoreau (Charente). 

FiG. 3^. — Le même, vu du coté ventral; on voit qu'il existe sur le méplat ventral des côtes 
droites qui réunissent les tubercules externes de l'extrémité des côtes qui ornent 
les flancs. 

FiG. 4^. — Sphenodiscus Ubaghsi, A. de Grossouvre, n. sp. (p, i/ti). — Fragment d'un indi- 
vidu (Collection A. de Grossouvre) vu de côté pour montrer que les flancs sont 
lisses et donner le dessin des cloisons. 

Calcaires gréseux à tliécidées. Assise R de M. Arnaud. 

Maurens (Dordogne). 

FiG. !i^. — Section du précédent. 

FiG. 5. — Tissotia Ewaldi, L. de Buch, sp. (p. 4o). — Individu (Collection Toucas) vu de 
côté pour montrer l'ornementation des flancs ; on voit que les tubercules ombilicaux 
disparaissent à l'extrémité du dernier tour. 

Calcaires à Cyphosoma Archiaci, de la base de l'étage sénonien. 

Environs de Renues-les-Bains (Aude). 

F)G. 6. — Sphenodiscus Ubaghsi, A. de Grossouvre, n. sp. (p. i4i). — Dernière loge d'un 
individu de cette espèce (Collection Arnaud), vu de côté pour montrer l'absence 
d'ornementation et la petitesse de l'omljilic du dernier tour. La spire tend même à 
se refermer à l'extrémité. 

Calcaire blanc (assise R de M.Arnaud), pierre de taille de Maurens (Dordogne). 



PL IX. 



2a 



3b 




Procédé G. Pilarski, a. Murât k c" 



Sohier correxit, 



PLANCHE X 



PLANCHE X. 



EXPLICATION DES FIGURES. 

FiG. 1^. — Peroniceras subtricarinatum , d'Orbigny, sp. (p. 94). — Individu (Coiiectiou 
d'Orbigny, au Muséum) type de l'espèce déjà représenté par d'Orbigny ; 
vu de côté pour montrer les côtes partie simples, partie bifides. 

Calcaires durs de la base de l'étage sénonien. 

Environs de Rennes-les-Bains (Aude). 

FiG. P. — Le même, vu du côté ventral. 

FiG. 2. — Peroniceras subtricarinatum, d'Orbigny, sp., var. tridorsatuin , Sculûter 
(p. gà). — Individu (Collection Le Mesle) vu de côté, chez lequel les 
côtes sont toutes simples. 

Calcaires de la base de la craie de VilledieUi 

Carrières de la Ribochère, commune de Couture (Loir-et-Cher). 

FiG. 3". -^ Peroniceras subtricarinatum, d'Orbigny, sp. , var. tridorsatam , Schlûter 
(p. 94). — Individu (Collection de l'Ecole des mines) vu de côté. 
Calcaires de la base de l'étage sénonien. 
Chemin de Rennes-les-Bains, à Montferrand (Aude). 

FiG. 5^. — Le même, vu du côté ventral. 



PL X. 





JV* \ ^ 




>?W\ 



3a 



3b 



Procédé G. Pilarski, x.sun-.A&c- 



Sohier Corrdxit 



PLANCHE XI 



PLANCHE XI. 



EXPLICATION DES FIGURES. 

FiG. 1". — Peroniceras subtricàrinatum , d'Obbignï, sp., var. tridorsatiim , Sciiluteb 
(p. 94). — Individu (Collection Arnaud) vu de coté, montrant bien net- 
tement les tubercules radiaux qui se trouvent vers l'origine des côtes et les 
tubercules transverses par lesquels celles-ci se terminent sur le pourtour 
externe. 

Étage coniacien. Assise L' de M. Arnaud. 

La Boulinerie, près Jonzac (Charente-Inférieure). 

FiG. P. — Le même, vu du côté ventral, montrant la section des tours, qui est presque 
carré^e. 

FiG. 2^. — Peroniceras Czdrnigi, REDiENBACirER, sp. (p. io3) var. — Individu (Collec- 
tion de la Sorbonne) vu de côté. 

Grès verdâti'es de Dieulefit (Drôme). 

FiG. 3. — Peroniceras Moureti, A. UE Gkossouvre, n. sp. (p. loo). — Individu (Col- 
lection Rejaudry) vu de côté. 

Étage coniacien. Assise L^ de M. Arnaud. 

La Boulinerie, près Jonzac (Charente-Inférieure). 

FiG. 4^. — Peroniceras Moureti, A. de Grossouvbe, n. sp. (p. 100). — Individu (Col- 
lection de l'École des mines) type de l'espèce, vu de côté; dans cette espèce, 
comme dans P. subtricàrinatum, les côtes possèdent, près de l'ombilic, des 
tubercules pinces dans le sens de la longueur, et, près du bord externe, 
des tubercules transverses; mais elles sont inclinées en avant au lieu d'être 
normales. 

Calcaires tendres gréseux de la base de la craie de Villedieu. 

Coiirtiras, près Vendôme (Loir-et-Cher). 

FiG. '1''. — Le même, vu du côté ventral. 

FiG. ^1''. — Le même, section des tours. 

FiG. 5^. — Peroniceras Rousseauxi, A. de GnossoiJVKE, nov. sp. (p. 102). — Fragment 
d'un individu (Collection Arnaud) vu de côté. 
Etage coniacien. Assise L^ de M. Arnaud. 
Saint-Siraon-de-Jonzac (Charente-Inférieure). 

FiG. 5''. — Le même : section des toui-s, pour montrer la forme de la section, qui est 
l)eauco(ip plus large que haute, bien que la dimension de l'ombilic soit 
proportionnellement moins grande que dans P. Moureti. 



PI. XI 




Procédé G. Pilart.ki, A. Murât et c- 



Sohier ^re^ 



PLANCHE XII 



PLANCHE XII. 



EXPLICATION DES FIGURES. 

FiG. ] . — Peroniceras westphalicum, Schlûter, sp. (p. 98). — Individu ( Collection de 
l'École des mines) vu de côté, différent du type par ses côtes, qui sont 
pi-esque toutes simples. 

Craie de Villedieu, Touraine. 

FiG. ^^. — Gauthiericeras bajuvaricwm , Redtenbacher, sp. (p. 88). — Individu (Col- 
lection de l'École des mines) vu de côté. 

Calcaires de ia base de la craie de Villedieu. 

Carrières de la Ribochère, commune de Couture (Loir-et-Cher). 

FiG. 2''. — Le même, vu du côté ventral. 

FiG. 3^. — Gauthiericeras bajuvarioum, Redtenbacher, sp. (p. 88). — Individu (Col- 
lection de l'abbé Bourgeois, à Pontievoy) vu de côté. 
Calcaii'es de la base de la craie de Villedieu. 
Carrières de la Ribochère, commune de Couture (Loir-et-Cher). 

FiG. 3'^. — Le même, vu du côté ventral, 

FiG. 4". — Peroniceras westphalicum , ScHLiJTER, sp. (p. 98). — Individu (Collection 
Le Mesle) vu de côté pour montrer les côtes, tantôt simples, tantôt bi- 
fides, qui ornent les flancs. 

Calcaires durs de la base de la craie de Villedieu. 

Carrières de ia Ribochère, commune de Couture (Loir-et-Cher). 

FiG. li^. — Le même, vu du côté ventral. 



PL XII. 



4b 



3b 



2b 




Procédé G. Pilarski, a. .Mnnu & a- 



Sohier Correxit 



PLANCHE XIII 



Les Ammonites. 3^ 



PLANCHE XIII. 



EXPLICATION DES FIGURES. 

FiG. P. — Mortoniceras campaniense , A. DE Grossouvre, nov. sp. (p. 84). — Frag- 
ment d'un individu (Collection Arnaud) vu de côté pour montrer l'orne- 
mentation des flancs, qui consiste en côtes portant cinq tubercules et se 
bifurquant au troisième à partir de l'ombilic. 

Couches marneuses de la partie supérieure de l'assise P' de M. Arnaud. 

Saint-Hilaire-de-Montmoreau ( Charente ) . 

FiG. P. — Le même, vu du côté ventral. 

FiG. 2. — Mortoniceras Bourgeois!, d'Orbigny, sp. emend. A. de Grossouvre (p. 78 ). 
— Superbe individu (Collection Le Mesle) vu de côté; on voit qu'il n'existe 
à l'extrémité des côtes que deux tubercules, caractère qui distingue cette 
espèce de M. serrato-marginatum. 

Couche à Ostrea auricularis de la partie moyenne de la craie de Ville- 
dieu. 

Carrières de la Ribochère, conomune de Couture (Loir-et-Cher). 

FiG. 3^. — Mortoniceras campanieuse, A. de Grossouvre, nov. sp. (p. 84). — Frag- 
ment d'un individu (Collection Arnaud) de plus grande taille que celui de 
la figure 1, et montrant plus nettement la quatrième rangée des tubercules. 

Couches marneuses de la partie supérieure de l'assise P^ de M. Arnaud . 

Saint-Hilaire-de-Montmoreau (Charente). 

FiG. 3''. — Section des tours du précédent. 



PLANCHE XIV 



PLANCHE XÎV. 



EXPLICATION DES FIGURES. 

FiG. P. — Mortoniceras ZeiUeri, A. de Grossouvre, n. sp. (p. 67). — Individu (Col- 
lection de la Sorbonne) vu de côté, montrant des côtes droites, radiales, 
surélevées au voisinage de rombilic et portant trois tuljercules à leur extré- 
mité externe, mais la distance entre le premier tubercule du côté interne et 
ifi second est beaucoup plus grande que celle de celui-ci au dernier, carac- 
tère qui distingue cette espèce de M. serrato-marginatam. 
Calcaires de la base de la craie de Villedieu. 
Carrière de laRibochère, commune de Couture (Loir-et-Cher). 

FiG. 1''. — Le même, vu du côté ventral. 

FiG. 2^. — Mortoniceras Bourgeois!, d'Op.bigny, sp. emend. A. de Grossodvke (p. 78). 

— Individu (Collection Le Mesle) vit de côté. 

Couche à Ostrea auriciilaiis de la partie moyenne de la craie de Villedieu. 
Carrières de la Ribochère, commune de Couture (Loir-et-Cher). 
PiG. 2''. — Section du tour du précédent. 

FiG. 2"^. — Partie centrale du précédent, après enlèvement d'une portion du dernier tour, 
de manière à marquer rornementation du jeune, qui consiste en côtes de 
force inégale, légèrement flexueuses. 
FiG. 3". — Mortoniceras Bourgeoisi, d'Orbigny, sp. emend. A. de Grossouvre (p. 78). 

— Individu (Collection le Mesle) vu de côté, à ombilic un peu plus grand 
que le précédent. 

Couche à Ostrea auiicularis de la partie moyenne de la craie de Villedieu. 

Carrières de la Ribochère, commune de Couture (Loir-et-Cher). 
FiG. 3''. — Le même, vu du côté ventral. 
FiG. 4. — Mortoniceras Bourgeoisi, d'Orbigny, sp. emend. A. de Grossouvre (p. 73). 

— Individu (Collection Le Mesle) de petite taille, à ombilic un peu plus 
large que celui de la figure 2 , et montrant une ornementation un peu plus 
accentuée. 

Couche à Ostrea auricularis de la partie moyenne de la craie de Villedieu. 
Canùères de la Ribochère, commune de Couture (Loir-et-Cher). 
FiG. 5. — Mortoniceras Bourgeoisi, d'Orbigny, sp. emend. A. DE Grossouvre (p. 78). 

— Individu de taille moyenne (Collection A. de Grossouvre) à ombilic rela- 
tivement large et à ornementation plus accentuée. 

Couche à Ostrea auricularis de la partie moyenne de la craie de Villedieu. 
Carrières de la Ribochère, commune de Couture (Loir-et-Cher). 



PL XIV. 




Procédé G. Pilarski, a.. Mmatetc- 



Sohier correxit 



PLANCHE XV 



PLANCHE XV. 



EXPLICATION DES FIGURES. 

FiG. l'". — Gauthiericeras Margae, Schlûter, sp. (p. ()o). — Individu de taille moyenne 
(Collection G- de Grossouvre) vu de côté, montrant l'ornementation de 
l'adulte, qui consiste en côtes simples, légèrement sinueuses, un peu inflé- 
chies en avant. On voit cependant encore sur le dernier tour une côte bifide. 

Calcaires durs de la base de la cra'ie de Villedieu. 

Carrières de la Ribochère, commune de Couture (Loir-et-Cher). 

FiG. 1*^. — -Le même, vu du côté ventral. 

FiG. 2^. — Gauthiericeras Marges, Schlûter, sp. (p. 90). — Individu de petite taille 
(Collection A. de Grossouvre) vu de côté, montrant des côtes tantôt simples, 
tantôt bifides. On peut voir que la quille ventrale est dentelée. 

Calcaires durs de la base de la craie de Villedieu. 

(barrières de la Ribochère, commune de Couture (Loir-et-Cher). 

FiG. 2''. — Le même, vu du côté ventral, l'ouverture en arrière. 

FiG. '2'^. — Le même, vu du côté ventral, représenté de manière à monti-er la section des 
tours. 



PL XV. 




2c 



Procédé G. Pilarski^ a. Murât & G- 



Sohier Correxit 



PLANCHE XVI 



PLANCHE XVI. 



EXPLICATION DES FIGURES. 

FiG. P. — Mortoniceras serrato-marginatum , Redtenbacher, sp. (p. 69). — Individu 
(Collection A. de Grossoavre) vu de côté pour montrer Tornementation des 
flancs composée de côtes légèrement flexueuses, un peu obliques en avant, 
terminées par trois tubercules dont les deux premiers, assez rapprochés, 
semblent souvent réunis en un tubercule unique bifide. 

Couche à Ostrea aaricularis de la partie moyenne de la craie de Villedieu. 
Carrières de la Ribochère, commune de Couture (Loir-et-Cher). 
FiG. 1''. — Le même, vu du côté ventral. 

F16. 2. — Mortoniceras texanum, F. Rômer, sp. (p. 80). — Individu de petite taille 
(Collection Arnaud) vu de côté et montrant des côtes tantôt simples, tantôt 
partant par paires d'un tubercule ombilical et ornées de cinq rangées de 
tubercules. 

Étage santonien. Assise M^ de M. Arnaud. 

Nieul-le-Virouil (Charente-Inférieure). 

FiG. 3*. — Mortoniceras texanum, F. Rômer, sp. (p. 80). — Individu de plus petite 
taille encore (Collection Rejaudry), vu de côté. 
Étage santonien. Assise M- de M. Arnaud. 
Nieul-le- Virouil ( Charente-Inférieure ) . 

FiG. 3^. — Le même, vu du côté ventral pour montrer la forme de la section des tours. 

FiG. i''. — Mortoniceras texanum, F. Rômer, sp. (p. 80). — Fragment d'un individu 
de petite taille (Collection Arnaud) vu de côté. 
Étage santonien. Assise M^ de M. Arnaud. 
Nieul-le- Virouil (Charente-Inférieure). 

FiG. li^. — Le même, vu du côté ventral. 




•xt^ 



PLANCHE XVII 



Les Ammonites. 



PLANCHE XVII. 



EXPLICATION DES FIGURES. 

FiG. P. — Mortoniceras texanum, F. Rômer, sp. (p. 8o). — Individu de grande taille 
(Collection Toucas), vu de côté pour montrer les cinq l'angées de tubercules 
qui caractérisent cette espèce. 

Marnes bleues à petits fossiles , situées au bas du chemin de Sougraignes 
aux Croutets (Aude), sous la couche à Lima marticensis. 

FiG. P. — Le même, vu du côté ventral. 

FiG. 2. — Mortoniceras Bontanti, A. de Gkossouvre, nov. sp. (p. 77). — Individu type 
de l'espèce (Collection A. de Grossouvre), vu de côté. 

Couche à Ostrea auricularis de la partie moyenne de la craie de Villedieu. 
Carrières de la Ribochère, commune de Couture (Loir-et-Cher). 

FiG. 3". — Mortoniceras Bontanti, A. DE Grossouvre, nov. sp. (p. 77). — Individu 
(Collection de Tabbé Bourgeois) vu de côté, à ombilic plus large que le 
précédent et à évolution plus rapide, car il montre, à l'extrémité du der- 
nier tour, sa dernière loge et un mode d'ornementation différent de celui 
des premiers tours. 

Couche à Ostrea auricularis de la partie moyenne de la craie de Villedieiï . 
Carrières de la Ribochère, commune de Couture (Loir-et-Cher). 

FiG. S'». — Le même, vu du côté ventral. 



PI. XVII. 




Procédé G. Pilarski, .-\. Jiurat & c- 



Sohier oorrexit. 



PLANCHE XVIII 



PLANCHE XVIIL 



EXPLICATION DE LA FIGURE. 

Pachydiscus Linderi, A. DE Gbossouvrë, nov. sp. (p. 188). — Individu de grande taille 
(Collection A. de Gro330uvre), vu de côté et montrant sur le dernier tour des côtes 
alternativement longues et courtes. ; 

Partie inférieure de l'étage sénonieu. 

Environs de Padern (Aude), 



PL XVIII. 




Procédé G. Pilarski, A. Murât & C" 



Sohier correxit. 



PLANCHE XIX 



PLANCHE XIX 



EXPLICATlOiV DES FIGURES. 

FiG. 1". — Pachydiscus Launayi, A. DE Grossouvre, iiov. sp. (p. i84). — Individu 
(Collection Arnaud) vu de côté. 

Étage campanien. Partie inférieure de l'assise P' de M. Arnaud. 
Voulgézac (Chai'ente). 

FiG. 1'^. — Le même, vu du côte ventral. 




.«»î^- 










,„,.^^t|^ 







p-: 




PLANCHE XX 



PLANCHE XX. 



EXPLICATION DES FIGURES. 

FiG. 1". — Pachydiscus dulmensis, Schldter, sp. (p. 199). — Individu de grande 
taille (Collection Arnaud), vu de côté. 

Étage campanien. Partie inférieure de l'assise P^ de M. Ai'naud. 
Le Maine-Bardon (Charente). 

FiG. I''. — Le même, vu du côté ventral. 




'«Ç 



tbrP 



■•4J 




PLANCHE XXI 



Les Ammonites. , ■ •'9 



PLANCHE XXI. 



EXPLICATION DE LA FIGURE. 

Pachydisous Levyl, A. de Grossoitvre, nov. sp. (p. 178). — Individu (Collection de la 
Sorhonne) type de l'espèce, de grande taille, montrant sur le dernier tour le passage 
de rornementation des premiers tours à celle de Tadulte. 

L'échantillon est un peu aplati et déformé ; la section des tours est sub-ovolaire et a 
sa plus grande largeur au voisinage de l'ombilic. 

Carrières de Contes-les-Pins (Alpes-Maritimes). 



PI. XXI. 




Procédé G. Pilarski, a. Mm-at & C'* 



Sohier correxit. 



PLANCHE XXII 



39. 



PLANCHE XXII. 



EXPLICATION DES FIGURES. 

FiG. P. — Pachydisous Oldhami, Sharpe, sp. — Échantillon de grande taille (Collection 
du Musée de Bordeaux), vu de côté. 
Assise Q de M. Ai-naud. 
Falaises de la Gironde, à Saint-Georges , près Royan (Charente-Inférieure). 

FiG. 1^. — Le même, vu du côté ventral. 

FiG. 2. — Paohydiècus isculensis, Redtenbacher, sp. (p. i85). — Individu (Collection 
Ai'naud) vu de côté. 

Campanien inférieur. Partie inférieure de l'assise P' de M. Arnaud. 

Éraville (Charente). 

FiG. 3^. — Soaphites Potieri, A. DE GrossouvrÈî nov. sp. (p. 2 4i). — Individu (Col- 
lection du Musée d'Angers) vu de côté. 

Calcaires durs de la partie inférieure de la craie de Villedieu. 
Carrières de la Ribochère, commune de Couture (Loir-et-Cher). 

FiG. 3^. — Le même, vu du côté ventral. 

FiG. 4*. — Sonneratia Janeti, A. DE Grossouvre, nOV. sp. (p. i45). — ■ Individu (Col- 
lection Le Mesle) vu de côté. 

Calcaires durs de la partie inférieure de la craie de Villedieu. 
Carrières de la Ribochère, commune de Couture (Loir-et-Cher). 

FiG. li^. — Le même, vu du côté ventral. 

FiG. 5. — Puzosia Le Marohandi, A. DE GrOssouvre, nov. sp. (p. 173). — Individu 
(Collection Péi'on) vu de côté. 

Calcaires durs de la base de l'étage coniacien. 
Environs de Montferrand (Aude). 

FiG. 6. — Pachydisous Oldhami, Sharpe, sp. (p. 182). — " Individu jeune (Collection 
Boreau-Lajanadie) , vu de côté. 
Assise Q de M. Arnaud. 
Aubeterre (Charente). 



PI. XXII 




Ah 



4a 



Procédé G. Pilarslà, A, .Mmat et c" 



Sohier correxit 



PLANCHE XXIII 



PLANCHE XXIII. 



EXPLICATION DES FIGURES. 

P(G. p. — Pachydiscus Brandti, Reptenbacher, sp. (p. 192). — Individu adulte (Col- 
lection Fallot) vu de côté, montrant rornementation caractéristique de 
Téchantillon figuré par Redtenbacher. 
Gi'ande carrière de Tercis (Landes). 

FiG. P. — Le même, vu du côté ventral. 

FiG. 2. — Pachydiscus Braudti, Redtenbaoher, sp. (p. 192). — Individu de taille 
moyenne (Collection Arnaud), vu de côté, montrant le passage de l'orne- 
mentation de l'âge moyen à celle de l'adulte. 
Grande carrière de Tercis (Landes). 

Pi(j_ 3a_ — Le même, vu de côté, après avoir enlevé une partie du dernier tour. 

fjQ. 3b_ — i^e même, section des tours à l'extrémité. 

FiQ. 4a_ — Hoplites Lafresnayei, d'Ohbignt, sp. (p. i2i). — Individu (Collection de la 
Sorbonne) vu de côté, ayant servi de type à d'Orbigny pour l'établissement 
de cette espèce. 

Calcaire à baculites du Cotentin. 

Fresville (Manche). 

FiG. li^. — Le même, vu du côté ventral pour montrer les deux rangées de tubercules qui 
se trouvent de part et d'autre du bord ventral. 



PL XXIII. 



la 



1 b 




Procédé G. Pilarski, a. Munit & c- 



Sohier Corrsxit 



PLANCHE XXIV 



PLANCHE XXIV. 



EXPLICATION DES FIGURES. 

FiG. 1". — Pachydiscus colligatus, v. Binkhorst, sp. emend. A. de Grossouvre (p. 202). 

— Individu (Coliection A. de Grossouvre) vu de côté pour montrer l'or- 
nementation des flancs et la disposition des côtes dans la région ombilicale 
à Textrémité du dernier tour. 

Calcaires durs à stegasters des carrières situées sur la route de Gaii à 
Rébenacq (Basses-Pyrénées). 

FiG. P. — Le même, vu du côté ventral. , ,. 

FiG. 2\ — Schlûteria Rousseli, A. DE Grossouvre, nov. sp. (p. 217). — Individu 
(Collection A. de Grossouvre) vu de côté, montrant Tornementation carac- 
téristique des espèces de ce genre. 

Calcaires marneux jaunes à Lima marticensis , situés immédiatement au- 
dessus des marnes bleues qui se trouvent au bas du chemin de Sougraignes 
aux Croutets (Aude). 

FiG. 2''. — Le même, vu de côté. 

FiG. 3. — Pachydiscus colligatus, v. BiNKHORST, sp. emend. A. de Grossouvre (p. 202). 

— Tours intérieurs de réchantillon de la figure i, visibles sur la face 
interne du fragment détaché par la cassure. 

F''iG. k. — Pachydiscus Linderi, A. DE Grossouvre, nov. sp. (p. 188). — Individu (Col- 
lection Joseph Jean) vu de côté pour montrer l'ornementation des flancs. 
La section des tours est ovalaire, beaucoup plus haute que large. 



PI. XXIV. 



2b 



Ib 



la 




Procédé G. Pilarski, a. Mm-at et c- 



Sohier correxit 



PLANCHE XXV 



Les Ammonites. 



PLANCHE XXV. 



EXPLICATION DES FIGURES. 

FiG. P. — Desmoceras ponsianum, A. de Grossouvre, nov. sp. (p. 167). — Echantillon 
(Collection Arnaud) type de l'espèce, vu de côté. 

Calcaires durs du coniacien. Assises L'^ de M. Arnaud. 
Environs de Pons. 

FiG. P. — Le même, vu du côté ventral. 

FiG. '2^. — Desmoceras pyrenaïcum, A. de Grossouvre, nov. sp. (p. i68). — - Échan- 
tillon (Collection Toucas) type de l'espèce, vu de côté. 

Marnes bleues situées au-dessous du banc à Lima marticensis , sur le 
chemin de Sougraignes "aux Crautets (Aude). 

FiG. 2''. — Le même, vu du côté ventral. 

FiG. 3. — Pachydiscus Garezi, A. DE Grossouvre, nov. sp. (p. 190). — Échantillon 
(Collection Carez) type de l'espèce, vu de côté. 

Couches à micrasters des environs de Rennes-les-Bains (Aude). 

FiG. k^. — Sonneratia Savini, A. DE Grossouvre, nov. sp. (p. iSa). — Échantillon 
(Collection Toucas) type de l'espèce, vu de côté ; il est très déformé à cause 
de la compression qu'il a subie. 

Marnes bleues situées au-dessous du banc à Lima marticensis , sur le 
chemin de Sougraignes aux Croutets (Aude). 

FiG. i'^. — Le même, vu du côté ventral. 

FiG. 5^. — Desmoceras ponsianum, A. DE GrossoUVRE , nov. sp. (p. 167). — Échantillon 
(Collection de l'abbé Bourgeois) vu de côté. 

Calcaires durs de la base de la craie de Villedieu. 

Carrières de la Ribochère, commune de Couture (Loir-et-Cher). 

FiG. 5*^. — Le même, vu du côté ventral. 




^ 



6^ 



PLANCHE XXVI 



4o. 



PLANCHE XXVI. 



EXPLICATION DES FIGURES. 

FiG. P. — Pachydiscus isculensis, Redtenbacher, sp. (p. i85). — Individu (GoHec- 
tion de l'École des mines) vu de côté, montrant des côtes alternativement 
longues et courtes. 

Couches marneuses intercalées entre les bancs inférieurs à rudietes du 
chemin de Sougraignes aux Croutets (Aude). 

FiG. P. — Le même, vu du côté ventral. 

FiG. 2^. — Scaphites Verneuili, d'Orbigny, sp. (p. 253). — Individu (Collection de la 
Sorbonne) ayant servi de type à d'Orbigny pour la définition cYAm. Ver- 
neuili, vu de côté.. 

Calcaire à baculites du Cotentin. 

Fresville, près Valognes (Manche). 

FiG. 2^. — Le même, vu du côté ventral. 

FiG. 3*. T- Pachydiscus neubergicus, F. voN Hauer, sp. emend., A. de GrossOuvre 
{p. 207). — - Individu (Collection de l'École des mines) vu de côté, mon- 
trant sur le dernier tour ie passage de Tornementation du jeune à celle de 
l'âge moyen. 

Calcaire à baculites du Cotentin. 

Environs de Fresville (Manche). 

FiG. 3*=. — Le même, vu du côté ventral. 

Fig! 4. — - Gaudryceras mite , F. VON Hauer (p. 227). — Individu (Collection A. de Gros- 
souvre) vu de côté, montrant l'ornementation caractéristique des formes 
de ce genre. 

Marnes bleues à Mortoniceras texaniim sur le chemin de Sougraignes aus 
Croutets (Aude). 

FiG. 5. — Pachydiscus Jeani, A. DE Grossouvre, n. sp. (p. 187). — ' Individu (Collec- 
tion J. Jean ) vu de côté. 

Environs de Sougraignes (Aude). 

Marnes ferrugineuses à Placenticems syrtale. 



PI. XXVI. 



Ib 



2a 



3a 




Procédé G. Pilarski, A. Murât & C" 



Sohisr Corrsxit 



PLANCHE XXYII 



PLANCHE XXVII. 



EXPLICATION DES FIGURES. 

FiG. 1". — Puzosia corbarica, A. de Grossouvre, nov. sp. (p. 174). — Individu (Coiiec- 
tion Toucas) type de Tespèce, vu de côté pour montrer l'ornementation 
caractéristique des ammonites de la série d'Am. ^uhplanulatas. 

Calcaires marneux inférieurs au banc à Lima marticensis de la montée 
de Sougraignes aux Groutets (Aude). 

FiG. P. — Le même, vu du côté ventral. 

FiG. 2. — Gaudryceras planorbif orme , J. Bôhm, sp. (p. 23i). — Individu (Collection 
Arnaud) vu de côté, montrant à l'extrémité du dernier tour un fragment de 
l'ornementation qui caractérise le jeune âge de cette espèce. 
Grande carrière de Tercis (Landes). 

FiG. 3^. — Hauerioeras Fayoli, A. de Grossouvre, nov. sp. (p. 221). — Individu (Col- 
lection Arnaud) type de l'espèce, vu de côté. 

Marnes à Orbitoïdes média des environs de Montmoreau. Assise Q de 
M. Arnaud. 

FiG. 5^. — Le même, vu du côté ventral; le bord ventral est nettement caréné sur les 
parties bien conservées, et il est fort probable qu'il portait une quille 
comme les autres formes de cette série. 



PI. XXVII. 




Procédé G. Pilarski, a. lun-at & c 



Sohiei" Correxit 



PLANCHE XXVIII 



PLANCHE XXVIIL 



EXPLICATION DE LA FIGURE. 

Sonneratia Daubréei, A. de Grossouvre, nov. sp. (p. i54). — Individu (Collection de 
l'École des mines) ayant conservé son test, vu de côté pour montrer rornementation 
très caractéristique de ses flancs. 

Marnes bleues à Mortoniceras texanum, situées sous le banc à Lima marticensis, au 
bas du chemin de Sougraignes aux Groutets (Aude). 

La section des tours est subovalaire, la plus grande épaisseur étant au voisinage de 
l'ombilic. L'échantillon figuré a été aplati par compression. 



PL XXVIII. 



--*'i?^ 




Procédé G. Pilarski, a.. Murât et c- 



Sohier correxit 



PLANCHE XXIX 



IjRS Ammonites. 



PLANCHE XXIX. 



EXPLICATION DES FIGURES. 

FiG. 1^. — Muniericeras Lapparenti, A. de Geossouvre, nov. sp. (p. i58). — Individu (Col- 
lection A^ de Grossouvre) vu de côté, type de l'espèce. 

Couches sénoniennes inférieures des environs de Bugaracli (Aude). 

FiG. 1''. — Le même, vu du côté ventral pour montrer les crénelures de la carène, dues au pas- 
sage des côtes sur le bord siphonal; on remarque à l'extrémité du dernier toui' 
deux côtes se bifurquant , un peu avant leur passage sur la carène. 

FiG. 2. — Pachydiscus Sayni, A. de Ghossouvre, nov. sp. (p. i8i). — Individu (Collection 
Sayn) vu de côté. Environs d'Allons (Basses-Alpes). 

FiG. S'^. — Pachydiscus ambiguus, A. de Grossouvre, n. sp. (p. i8i). — Individu (Collec- 
tion Arnaud) vu de côté, montrant la même ornementation que celui figuré par 
M. Schlûter (PI. XXII, fig. 6 et 7). 

Couches inférieures de l'assise P^ de M. Arnaud. 
TauElard (Charente). 

FiG. Sb. — Le même, vu du côté ventral. 

Fig. 4*. — Pachydiscus goUevillensis , d'OrbIgny, sp. (p. 3ià)- — Individu (Collection de 
la Sorbonne ) vu de côté. 

Calcaire à baculites du Cotentin. 
Environs de Fresville (Manche). 

Fig. k^. -— Le même, vu du côté ventral. 

Fig. 5. • — Muniericeras Lapparenti, A. de GROSSOtVRE, nov. sp. (p. i58). — Individu (Col- 
lection de l'Ecole des mines) vu de côté, montrant un assez grand nombi-e de 
côtes bifurquées à leur extrémité. 

Calcaires à micrasters , côté droit du chemin de Remies-les-Bains à Montferrand 

(Aude). 

Fig. 6". — Schlonbachia Bertrandi, A. de Grossouvre, nov. sp. (p. ii4). — Individu (Col- 
lection A. de Grossouvre) vu de côté. 

Calcaires marneux jaunes à Lima martlcensis , situés immédiatement au-dessus 
des marnes bleues à Mortoniceras texanum, sur le chemin de Sougraignes aux 
Croutets (Aude). 

Fig. &^. — I.e même, vu du côté ventral. 



PI. XXIX. 




4a 



4b 



6b 



Qa 



Procédé G. Pilarski, a. Mm-at & c" 



Sohier Correxit 



PLANCHE XXX 



PLANCHE XXX. 



EXPLICATION DES FIGURES. 

FiG. 1. — Pachydisous Levyi, A. DE Grossouvbe, iiov. sp. (p. 178). — Individu (CoHec- 
tion de laSorbonne) vu de côté pour montrer l'ornementation du jeune âge. 

L'échantillon a été déformé par une compression qui a donné aux côtes 
une inflexion en avant. 

Carrières de Contes-Ies-Pins (Alpes-Maritimes). 

FiG. 2. — Pachydisous Levyi, A. de Gbossouvre, nov. sp. (p. i^S). — Fragment d'un 
individu (Collection de la Sorbonne) moins déformé que le précédent; il 
montre que les côtes radiales sont di-oites et normales à l'enroulement, sauf 
sur le pourtour externe, où elles s'infléchissent un peu en avant par l'eflet 
de la déformation subie dans cette partie. 

Carrières de Contes'les-Pins (Aipes-Maritimes), 

FiG. 3. — Pachydisous Brandti, Redtenbacher, sp. var. Pégoti, A. de Gkossouvre 
(p. 192). — Individu (Collection Arnaud) vu de côté, se distinguant du 
type par ses côtes plus fines et plus serrées, 

FiG. li'^. — Paobydisous neubergicus, F. VON Hauer, sp. emend., A. de Grossouvbe 
(p. 207). — Individu (Collection Seunes) vu de côté, montrant sur le der- 
nier tour le passage de l'ornementation de Tâge moyen à celle de l'adulte. 
Calcaires à stegâsters des carrières de la route de Gan à Rébenacq 
( Hautes-Pyrénées ) . 

FiG. 4''. — Le même, vu du côté ventral. 



PI. XXX 




Procédé G. Pilarski, a. .Murât & c" 



Sohier correxit 



PLANCHE XXXI 



PLANCHE XXXI. 



EXPLICATION DES FIGURES. 

PiG. 1». — Scaphites constrictus, Sowerbï, sp. (p. 2^8). — Individu (Collection de l'Ecole 
des mines) de grande taille, vu de côté. 
Calcaire à Ijaculites du Cotentin. 
Fresville, près Valognes (Manche). • 
FiG. 1". — Le niênie, vu du côté ventral, la bouche en avant. 
FiG. l"^. — Le même, vu du côté ventral, en arrière. 

FiG. 2'". — Scaphites constrictus, Sowerby, sp. (p. 248). — Individu (Collection de l'Ecole 
des mines) de petite taille, vu de côté. 
Calcaire <à baculites du Cotentin. 
Fresville, près Valognes (Manche). 
FiG. 2**. — Le même, vu du côté ventral, en arrière. 
FiG. 2"^. — Le même , vu du côté ventral , la bouche en avant. 

FiG. 3. — Scaphites aquisgranensis , Schlûter (p. 2 46). — Individu (Collection Boreau- 
Lajanadie) vu de côté. 

Étage campanien. Assise P' de M. Arnaud. 
Montmoreau (Charente). 
FiG. 4*. — Scaphites aquisgranensis, Schlûter (p. 246). — Individu (Collection Arnaud) vu 
de côté. 

Etage campanien. Assise P^ de M. Arnaud. 

Tranchée de Vaure, près Mensignac (Dordogne), sur la ligne de Périgueux à 
Ribérac. 
FiG. k^. — Le même , vu du côté ventral. 

FiG. 5a. — Scaphites Haugi, A. de Grossouvre, nov. sp. (p. 244). — Individu (Collection 
Arnaud) vu de côté. 

Couche inférieure de l'assise P^ de M. Arnaud. 
Tauillard (Charente). 
FiG. 5''. — Le même, vu du côté ventral. 

FiG. 6^. — Scaphites aquisgranensis, SchlCter (p. 246). — Individu (Collection Boreau- 
Lajanadie) de petite taille, vu de côté. 

Étage campanien. Assise P' de M. Arnaud. 
Livernant (Charente). 
FiG. 6''. — Le même, vu du côté ventral. 

FiG. 7. — Scaphites constrictus, Sowerby, sp. (p. 248). — Individu (Collection A. de Gros- 
souvre), variété plate, vu de côté. 
Calcaire à baculites du Cotentin. 
Fresville, près Valognes (Manche). 
FiG. 8^. — Scaphites constrictus, Sowerby, sp. (p. 248). — Individu (Collection A. de Gros- 
souvre), variété plate et de grande taille, vu de côté. 
Calcaire à baculites du Cotentin. 
Fresville, près Valognes (Manche). 
FiG. 8^. — Le même , vu du côté ventral. 

FiG. 9". — Pachydiscus golleviUînsis , d'Orbignv, sp. (p. 2i4). — Individu (Collection de 
l'École des mines) vu de côté. 

Calcaire à baculites du Cotentin. 
Fresville, près Valognes (Manche). 
FiG. 9'^ — Le même, vu du côté ventral. 



PI. XXXI. 



Ib 



'la 



le 



Qa 



2b 




Qb 



Procédé G. Pilarski, a. Mm-atetC'- 



Sohier correxit 



PLANCHE XXXII 



PLANCHE XXXII. 



EXPLICATION DES FIGURES. 

FiG. 1. — Scaphites Liamberti, A. de Gkossouvre, nov. sp. (p. a/ii)- — Fragment d'un indi 
vidu (Collection Le Mesie) vu de côté. 

Calcaires durs de la partie inférieure de la craie de Villedieu. 
Carrières de la Riboclière, commune de Coulure (Loir-et-Cher). 
Fiii. 2. — Scaphites hippocrepis , Morton, sp. (p. a^/t)- — Fragment d'un individu (Collec- 
tion Arnaud) vu de côté. 

Etage campanien. Assise P' de M. Arnaud. 
Saint- Hllaire ( Charente ). 
FiG. 3". — Scaphites hippocrepis, Morton, sp. (p*2/i4). — Individu (Collection Arnaud) vu 
de côté. 

Etage campanien. Assise P' de M. Arnaud. 
Tranchée de Vaure, Mensignac (Dordogne). 
FiG. 3^. — Le même , vu du côté ventral. 

FiG. 4'. — Scaphites Meslei , A. de Gross'ouvbe, nov. sp. (p. 289). — Individu (Collection A. 
de Grossouvre) vu de côté; une partie du dernier tour de spire a été enlevée pour 
montrer les premiers tours. 

Calcaires durs de la partie inférieure de la craie de Villedieu. 
Carrières de la Riboclière, commune de Couture (Loir-et-Cher). 
FiG. k^. — Le même , vu du côté ventral. 

FiG. 5=". — Scaphites liamberti, A. de Grossouvre, nov. sp. (p. 24 1). — Fragment d'un indi- 
vidu (Collection Le Mesle) vu de côté. 

Calcaires durs de la partie inférieure de la craie de Villedieu. 
Carrières de la Riboclière, commune de Couture (Loir-et-Cher). 
FiG. 5''. ■ — Le même, vu du côté ventral. 

Fio. 6. — Scaphites pulcherrimus , A. Rômer (p. 25o). — Individvi (Collection Arnaud) vu 
de côté , montrant seulement les premiers tours de la spire. 
Assise Q de M. Arnaud. 
Neuvic (Dordogne). 
FiG. 7*. — Scaphites Meslei, A. de Grossouvre, nov. sp. (p. aSg). — Individu (Collection A. 
de Grossouvre) vu de côté. 

Calcaires durs de la partie inférieure de la craie de Villedieu. 
Environs de Lavardin (Loir-et-Cher). 
FiG. 7^. — Le même, vu du côté ventral. 

FiG. 8". — Scaphites Arnaudi, A. de Grossouvre, nov. sp. (p. 24.2). — Individu (Collection 
Rejaudry) vu de côté. 

Etage coniacien. Assise L' de M. Arnaud. 
Saint-Simon, près Jonzac (Charente-Inférieure). 
FiG. 8^'. — Le même , vu du côté ventral. 

FiG. 9^. — Scaphites pulcherrimus , A. Rome î (p. aSo). — Individu (Collection Arnaud) vu 
de côté. 

Assise Q de M. Arnaud. 
Neuvic (Dordogne). 
FiG. 9^. — Le même , vu du côté ventral. 

FiG. 10". — Scaphites gibbus, Sghlûter (p. 261). — Individu (Collection Arnaud) vu de côté. 
Etage campanien. Assise P' de M. Arnaud. 
Saint-Médard-de-Barbezieux (Charente). 
Fifi. 10''. — Le môme, vu du côté ventrjl. 



PI. XXXII. 




3b 



Procédé G. Pilarski, x. Mui-at et c- 



Sohier correxit 



PLANCHE XXXIII 



Les Amiiioiiilr 



PLANCHE XXXIII. 



EXPLICATION DES FIGURES. 

FiG. P. — Pachydiscus colligatus, VON BiNKHORST, sp. eniend. A, de Gbossouvhr 
(p. 202). — Individu de taille moyenne (Collection Boreau-Lajanadie), vu 
de côté. 

Calcaire jaune. Assise Q de M. Arnaud. 

Falaise de Terrenègre, près Royan (Charente-Inféiùeure). 

FiG. I''. — Le même, vu du côté ventral. 



PLANCHE XXXIV 



1X2. 



PLANCHE XXXIV. 



EXPLICATION DES FIGURES. 

FiG. 1. — Pachydiscus psrfldus, A. de Grossouvre, iiov. sp. (p. 2i3). — Individu (Col- 
lection Ai'naud) vu de côté. 

Grande carrière de Tercis (Landes). 

FiG. 2". — Schlûteria Larteti, Seunes, sp. (p. 2i8). — Individu (Collection Lartet) vu 
de côté; reproduction de la figure du mémoire de M. Seunes (pi. IV, fig. 2^). 
Calcaires durs lithographiques à stegasters. 
Route de Gan à Rébenacq (Basses-Pyrénées). 

FiG. 1^. — Le même, vu du côté ventral; reproduction de la figure du mémoire de 
M. Seunes(pl. IV, fig. gi»). 

FiG. 'à'^. — Schlûteria Larteti, Seunes, sp. (p. 2i8). — Individu (Collection Seunes) vu 
de côté; reproduction de la figure du mémoire de M. Seunes (pi. III, fig. 2). 

Calcaires durs lithographiques à stegasters. 
- Route de Gan à Rébenacq (Basses-Pyrénées). 

Fig. 3'\ — Le même, vu du côté ventral; reproduction de la figure du mémoire de 
M. Seunes (pi. IV, fig. 3). 

FiG. k. — Gaudryceras planorbif orme , J. BÔHM, sp. (p. 2 3l). — Individu vu du côté 
gauche; reproduction de la figure du mémoire de M. Seunes (pi. VI, fig. 1"). 
Calcaires durs lithographiques à stegasters. 
Route de Gan à Rébenacq (Basses-Pyrénées). 

Fig. 5". — Le même, vu du côté droit ; reproduction de la figure du mémoire de M. Seunes 

(pi. VI, fig. i''). 
Fig. 5"^. — Le même, vu du côté ventral; reproduction de la figure du mémoire de 

M. Seunes (pi. VI, fig. 1"=). 



PL XXXIV. 




2b 



3b 



5a 



Procédé G. Pilarski, a. Murut et C' 



Sohier corr3;-:it 



PLANCHE XXXV 



PLANCHE XXXV. 



EXPLICATION DES FIGURES. 

FiG. 1^. '■ — Schlônbachia Fournieri, A. de Grossouvre, nov. sp. (p. 112). — Individu (Col- 
lection Fournier) vu de côté pour montrer l'ornementation des flancs. 
Calcaires blanchâtres à bryozoaires de la Charente. 
Gisement précis inconnu. 

FiG. l*". — Le même, vu du côté ventral, en arrière. 
FiG. 1"=. — Le même, vu du côté ventral, la bouche en avant. 

FiG. 2. — Munierioeras renuense, A. de Gkossouvre, nov. sp. (p. 160). — Fragment de 
tour d'un individu (Collection Pérou) vu de côté. 

Calcaires marneux à la base des couches à micrasters. 

Ravin de Montferrand (Aude). 

FiG. 3. — Muniericeras Lapparenti , A. de Grossouvre, nov. sp. (p. i58). — Fragment d'un 
individu (Collection Toucas) qui se distingue du type par ses côtes non bifurquées 
sur le pourtour externe. 

FiG. 4. — Muniericeras inconstans, A. de Grossouvre, nov. sp. (p. iSg). — F'ragment de 
tour d'un individu (Collection Péron) vu de côté. 

Calcaires marneux à la base des couches à micrasters. 
Ravin de Montferrand (Aude). 

F[G. 5. — Muniericeras inconstans, A. de Grossouvre, nov. sp. (p. 169). — Fragment de 
tour d'un individu (Collection Péron) vu de côté. 

Calcaires marneux à la base des couches à micrasters. 
Ravin de Montferrand (Aude). 

FiG. 6^. — Scaphites hippocrepis, Morton, sp. (p. 244)- — Individu (Collection de l'Ecole 
des mines) vu de côté. 
Provenance inconnue. 

FiG. à^ — Le même , vu du côté ventral , la bouche en avant. 

b'kti. 6^. - Le même, vu du côté ventral, la bouche en arrière. 

FiG. 7. — Gaudryceras planorbiforme , J. Bôhm , sp. (p. 28 1). — ■ Individu (Collection Nicklès ) 
vu de côté , d'après le moulage d'une empreinte en creux. 

Calcaires marneux à Echinocorys tenuituberciihtus , du Mas-de-Blas-Giner, près 
Alcoy (Espagne). 

FiG. 8. — Ancyloceras (?) Douvillei, A. de Grossouvre, nov. sp. (p. 254). — Fragment d'un 
individu (Collection A. de Grossouvre) vu de côté. 

Couches à 0. aurlculaiis de la partie moyenne de la craie de Villedieu. 
Carrières de la Ribochère, commune de Couture (Loir-et-Cher). 

FiG. y. — Hauericeras Welschi, A. de Grossouvre, nov. sp. (p. 222). — Individu (Collection 
J'' Jean) vu de côté. 

Marnes bleues à Mortoniceras texanum du bas du chemin de Sougraignes aux 
Croutets (Aude), au-dessous des calcaires marneux à Lima marticensis. 



PL XXXV. 




Procédé G. Pilarski, a. Murât et o 



Sohier correxit 



PLANCHE XXXYI 



PLANCHE XXXVI. 



EXPLICATION DES FIGURES. 

FiG. P. — Hoplites Gosseleti, A. de Grossouvre, u. sp. (p, 116). — Individu (Col- 
lection Gabelle) vu de côté pour montrer ses côtes simples, radiales et 
presque droites, caractères qui distinguent cette espèce de Hoplites coesfel- 
diensis. 

Environs de Soulatge (Aude). Gisement inconnu. 

FiG. \^. — -Le même, section des tours. 

FiG. 2°. — Paohydiscus subrobustus, Seunes (p. 200). — Individu (Collection A. de 
Grossouvre) vu de côté pour montrer l'ornementation de cette espèce et la 
persistance des côtes ombilicales dans l'adulte. 
Grande carrière de Tercis (Landes). 

FiG. 2''. — Le même, vu du côté ventral. 

FiG. 3°. — Pachydiscus Cayeuxi, A. de Grossouvre, n. sp. (p. 191). — Individu (Col- 
lection A. de Grossouvre) vu de côté; on voit, au commencement dit dernier 
tour, des côtes très irrégulières, dont les plus longues présentent, pi'ès de 
l'ombilic, un tubercule saillant. 
• Marnes ferrugineuses intercalées entre les bancs inférieurs de rudistes, 

sur le chemin de Sougraignes aux Croutets (Aude). 
Niveau du Placenticeras syrtale. 

FiG. 5^. — Le même, vu du côté ventral, l'ouverture en arrière. 

FiG. 3'. — Le même, vu du côté ventral, l'ouverture en avant. 



PL XXXVI, 




Procédé G. Pilarsk;, a. Murât & c 



Sohisr corr. 



PLANCHE XXXYII 



Les Ammonites. 



/.3 



PLANCHE XXXVII. 



EXPLICATION DES FIGURES. 

Pjg ja. — Pachydisous isoulensis, Redtenbaciiek, sp. (p. i85). — Individu de petite taille (Collection A. 
de Grossouvre) vu de côui. 

Marnes ferrugineuses à Placcnticerat sjrtale, comprises entre les deux bancs inférieurs de 
rudistes du chemin de Sougraignes aux Croutets (Aude). 
FiG. P. — Le même, vu du côté ventral, l'ouverture en avant. 
FiG. V. — Le même, vu du côté ventral, l'ouverture en arrière. 

FiG. 2. — Sonneratia Paillettel, d'Oubigkï, sp. (p. i^g). — Fragment d'un individu (Collection Durand) 
vu de côté pour montrer l'allure sinueuse des côtes. 

Marnes à Mlcraster breois des environs de Rennes-les-Bains (Aude). 
FtG. 3^ — Soaphites hippocrepis, Dekaï, sp. (p. 2/i4). — Individu (Collection Arnaud) vu de côté. 
Assise P' de M. Arnaud. 
Mcnsignac (Dordogne). 
FiG. 3''. — Le même, vu du côté ventral. 

FiG. 4'. — Sonneratia Savini, A. de GnossouvRE, n. sp. (p. 132). — Individu jeune (Collection Gabelle) 
vu de côté pour montrer l'ornementation des premiers tours et les étranglements transverses 
de la coquille. 

Environs de Soulatge (Aude). Gisement inconnu. 
FiG. 4''. — Le même , vu du côté ventral. 
FiG. 5. — Pachydisous Carezi, A. de GnossoovKE, n. sp. — Individu (Collection Joseph Jean) vu de côté. 

Calcaires marneux à Miscrater brevis de Borde-Neuve, près Rennes-les-Bains (Aude). 
FiG. 6. — Lytoceras Sioardi, A. DE Grossouvre, n. sp. (p. 228). — Fragment d'un individu (Collection 
A. de Grossouvre) de taille moyenne, avec l'empreinte d'une partie des tours. 

Marnes ferrugineuses à Placenticeras .(jria/e, comprises entre les deux bancs inférieurs de 
rudistes du chemin de Sougraignes aux Croutets (Aude). 
Fiç. 7». — Gaudryceras Rouvillei, A. de Grossouvre, n. sp. (p. 228). — Individu (Collection Gabelle) 
type de l'espèce, vu de côté. 

Environs de Soulatge (Aude). Gisement inconnu. 
YiQ, 7b. — Le même, vu du côté ventral, l'ouverture en arrière. 
FiG. 7=. — Le même, vu du côté ventral, l'ouverture en avant. 

Fie. ga. — Gaudryceras GoUoti, A. de Grossouvre, n. sp. (p. 229). — Individu (Collection de l'Ecole des 
mines) vu de côté pour montrer l'ornementation caractéristique de la coquille. 
Carrière de la route de Gan à Rébenacq (Basses-Pyrénées). 
Calcaires à stegasters. 
FiG. 8''. — Le même, vu du côté ventral. 

FiG. 9». — Desmoceras pyrenaïcum, A. de GiiossotiTRE, n. sp. (p. 168). — Individu (Collection A. de 
Grossouvre) de petite taille, reproduit avec un grossissement de deux diamètres, vu de côté. 
Marnes bleues comprises entre deux bancs à Hipparites cornucopiœ. 
Environs de Sougraignes (Aude). 
FiG. 9''. — Le même, vu du côté ventral, l'ouverture en avant; on voit le siphon immédiatement sous la 

surface du moule. 
FiG. 9°. — Le même, vu du côté ventral, l'ouverture en arrière. 

FiG. 10°. — Gaudryceras RouviUei, A. DE GnossoDVRE, n. sp. (p. 228). — Individu (Collection A. de Gros- 
souvre) de petite taille, reproduit avec un grossissement de deux diamètres, vu de côté. 
Marnes Ijleues comprises entre deux bancs à Hippnrites cornucopiœ. 
Environs de Sougraignes (Aude). 
FiG. lO"". — Le même, vu du côté ventral, l'ouverture en avant. 
FiG. 10°. — Le même, vu du cô.té ventral, l'ouverture en arrière. 

FiG. ir. — Lytoceras Sicardi, A. DE Grossouvre, n. sp. (p. 228). — Individu (Collection A. de Gros- 
souvre) de petite taille, reproduit avec un grossissement de deux diamètres, type de l'espèce, 
vu de côté. 

Marnes bleues comprises entre deux bancs à Hippuriies cornucopiœ. 
Environs de Sougraignes (Aude). 
FiG. 11'. — Le même, vu du côté ventral. 



FI. XXXV IT, 




Procédé G. Pilaraki, a. Mumt & 



Sohisr corr. 



PLANCHE XXXVIIÏ 



PLANCHE XXXVIII. 



EXPLICATION DES FIGURES. 

FiG. 1. — Schlonbaohia Bertrand!, A. DE GrOSSOUVRe, n. sp. (p. Il 4). — Individu 
(Collection A. de Grossouvre) type de l'espèce, vu de côté. 
Marnes bleues du ravin situé au nord de Sougi-aignes (Aude). 

FiG. 2". — Pachydiscus Canali, A. DE Grossouvre, n. sp. (p. igô). — Individu (Col-. 
lection A. de Grossouvre) type de l'espèce, vu de coté. 

Marnes à Micraster hrevis sur le chemin de Nalzen à Freychenet (Ariège). 

FiG. 1^. — Le même, vu du côté venti'al. 

FiG. 3. — Pacbydisouâ neubergicus, F, voN Hadër, sp. emend., A. de Grossouvre 
(p. 207). — Individu (Collection A. de Grossouvre) de la plus grande taille 
connue, remarquable par la persistance des côtes sur la région externe des 
flancs. 
'Carrière d'Angoumé (Landes). 



PL XXXVllI, 




""W^^^^ 





Procédé G. Pliarski, a. Murât & c<- 



Sohier corr. 



PLANCHE XXXIX 



PLANCHE XXXIX. 



EXPLICATION DES FIGURES. 

FiG. p. — Gaudryceras mite, F. VON Hauer, sp. (p. 227). — Individu adulte (Coliectioii 
Pérou) remarquable par son état de conservation, et ayant encore spn test. 
Marnes bleues à Mortoniceras texanum, sur le chemin de Sougraignes 
aux Croutets (Aude). 

FiG. P. — ■ Le même, vu du côté ventral pour montrer l'inflexion en avant des côtes sur 
cette région. 



X 
X 








V''-.',,':^. ^ ) rv 



â 



11 



p 



ERNST MAYR LIBRARY 



3 2044 110 326 758 



Date Due 



CCT an '67 



■'>■■ -v-:?^ 









•^^'^•rr^^:^^r 






v^:^7::.r ;^-i '^ l" 






', ■' -'■■■, ■•^' "'^ ^~ "V-.- fc-iu. - ■• _.- ■.-■'.- • -^ 






^-^ 









■:f'Vk.^ ^ 



1^' 









J ,y- 









^■v.> - -■ , 






- ■■■*■ j^.f _ ■ v>>^-;v.' 









' ""^ .-yfîSîX*- 


--â 


r-ÊM 


î •*"(■ ^^ ,'' 


> 


y .^ 


' ^^ ■ '. 




•^^^ 


• ' •" . v'^- 




■ . t- •■ 




•'.4* ■ 


--- . ■, 


■-.:-^i'-^ 


' ' < 


/ '"V 






>.r >-v'^> 



^- iix •:/ 



^v^.-^ 



:«^^ 



r^- '^■